• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 30 mai 2016

Un certain Jésus qui est mort, mais que Paul affirme être en vie – Ac 25, 13-21

Posté par diaconos le 30 mai 2016

 Extrait du livre des Actes des Apôtres au chapitre vingt-cinq

Festus monta de Césarée à Jérusalem.02 Les grands prêtres et les notables juifs exposèrent devant lui leurs griefs contre Paul ; avec insistance,  Festus répondit que Paul était détenu à Césarée, et que lui-même allait repartir incessamment.  05 Il déclara : « Que ceux d’entre vous qui sont experts en la matière descendent avec moi, et présentent leur accusation s’il y a quelque chose à reprocher à cet homme. »  06 Ayant passé chez eux huit à dix jours au plus, il redescendit à Césarée. Le lendemain, il siégea au tribunal, et ordonna d’amener Paul.

Festus monta de Césarée à Jérusalem. Les grands prêtres et les notables juifs exposèrent devant lui leurs griefs contre Paul ; avec insistance Festus répondit que Paul était détenu à Césarée, et que lui-même allait repartir incessamment. Il déclara : « Que ceux d’entre vous qui sont experts en la matière descendent avec moi, et présentent leur accusation s’il y a quelque chose à reprocher à cet homme. »  Ayant passé chez eux huit à dix jours au plus, il redescendit à Césarée. Le lendemain, il siégea au tribunal, et ordonna d’amener Paul. (Acres des apôtres au chapitre vingt-cinq (Ac 25, 6-21)

En ces jours-là, le roi Agrippa et Bérénice vinrent à Césarée saluer le gouverneur Festus. Comme ils passaient là plusieurs jours, Festus exposa au roi la situation de Paul en disant : « Il y a ici un homme que mon prédécesseur Félix a laissé en prison. Quand je me suis trouvé à Jérusalem, les grands prêtres et les anciens des Juifs ont exposé leurs griefs contre lui en réclamant sa condamnation. J’ai répondu que les Romains n’ont pas coutume de faire la faveur de livrer qui que ce soit lorsqu’il est accusé, avant qu’il soit confronté avec ses accusateurs et puisse se défendre du chef d’accusation. Ils se sont donc retrouvés ici,
et sans aucun délai, le lendemain même, j’ai siégé au tribunal et j’ai donné l’ordre d’amener cet homme.

Quand ils se levèrent, les accusateurs n’ont mis à sa charge aucun des méfaits que, pour ma part, j’aurais supposés. Ils avaient seulement avec lui certains débats au sujet de leur propre religion, et au sujet d’un certain Jésus qui est mort, mais que Paul affirmait être en vie. Quant à moi, embarrassé devant la suite à donner à l’instruction, j’ai demandé à Paul s’il voulait aller à Jérusalem pour y être jugé sur cette affaire. Mais Paul a fait appel pour être gardé en prison jusqu’à la décision impériale. J’ai donc ordonné de le garder en prison jusqu’au renvoi de sa cause devant l’empereur. »

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Source de l’image →  Acts of the Apostles, chapter  twenty five

Le roi Agrippa et sa sœur Bérénice vinrent à Césarée saluer Festus. Celui-ci parla au roi du prisonnier que Félix lui avait laissé ; il raconta les sollicitations qui lui adressèrent à Jérusalem les autorités juives, son refus de le leur livrer sans jugement, le procès ouvert à Césarée, où les Juifs présentèrent des griefs tous différents de ceux qu’il attendait, des dissentiments d’ordre religieux, relatifs à un certain Jésus, mort, que Paul prétendait être vivant ; il ajouta que Paul rejeta sa proposition d’être jugé à Jérusalem et en  appela  à l’empereur. Agrippa exprima le désir d’entendre Paul. Festus lui confirma qu’il l’entendra le lendemain.

Le lendemain, se réunirent Agrippa,  Bérénice, des officiers et des  personnages importants de Césarée. Paul fut  amené et Festus le présenta au roi en  disant que les Juifs réclamèrent son supplice, mais qu’il n’y trouva en lui rien qui méritât la mort ; qu’il  résolut de l’envoyer à César, mais qu’il n’eut rien à écrire à son sujet ; telle fut le motif pour le faire comparaître devant le roi, car il lui sembla absurde d’envoyer un prisonnier sans indiquer les charges relevées contre lui.

Ces rencontres de Paul avec des personnages importants révèlent l’itinéraire de l’Église durant la captivité de Paul. À Césarée, le gouverneur Félix résuma l’essentiel du  dossier concernant Paul : ils discutèrent d’un certain Jésus qui était mort et que Paul prétendait vivant ; mais aussi ils parlèrent de la religion particulière de ceux qui suivaient l’enseignement des apôtres et de leurs disciples.

Pour le gouverneur Félix, il s’agissait d’un certain Jésus et que fallait penser de ces histoires racontées  à son sujet et de ces foules qui le suivirent. Qu’est-ce qui était vrai dans tout cela ? Qu’elle vérité ? Au début de l’aventure chrétienne,  en ce temps-là , en ces jours -là comme dit le Nouveau Testament,  il y eut un homme, dans sa singularité, dans sa banalité , un certain  Jésus, qui venait de Nazareth. Un inconnu. Pouvait-il venir de Nazareth quelque chose de bon ?  Il était connu et enseigné par les docteurs de la loi que de Galilée (contrée dans laquelle se situe Nazareth)  qu’il ne sortirait pas de prophète.

Il est à peine fait mention de lui dans les écrits de l’historien juif Flavius Josèphe qui dit de Jésus, qu’on appelle le Messie, qu’il était un sage, faiseur de prodiges, condamné par Pilate et que  ceux qui l’avaient d’abord aimé ne cessèrent pas de le faire . Les historiens romains Tacite et Suétone font mention de Chrestos, l’initiateur d’une « détestable superstition », qui fut livré au supplice sous le règne de Tibère. Jésus peut ainsi apparaître comme l’homme quelconque, un personnage insignifiant, un charpentier, qui a grandi et qui a vécu de manière ordinaire dans une bourgade sans intérêt.

Pour Paul, ce  Jésus, est vivant ! Ce n’était pas pour lui un homme quelconque, sans importance. Il a vécut avec lui et il reçut sa visite dans ses prisons. Il lui parla et l’écouta. C’est  Jésus qui lui permit de tenir bon dans les épreuves et c’est pour Lui qu’il témoigna au cours de ses voyages et rencontres avec les nouvelles communautés.

Cher visiteur de mon site, crois-tu que Jésus est vivant ? Pour Paul, la résurrection est une expérience vécue : Jésus est ressuscité le troisième jour et il vit avec lui !  Les disciples de Jésus ont précieusement conservé la mémoire de cet Jésus, de ses paroles et de ses actes. C’est le témoignage des disciples de Jésus qui est à l’origine du christianisme. Cela commença  par une rumeur, qui court depuis plus de deux mille ans : Il est vivant.  Le Christ est vraiment ressuscité ; une résurrection qui est un espoir, alors nous devons vivre pleinement et témoigner que la vie a un sens ; qu’elle n’est pas une parenthèse, mais la préparation à une vie de plénitude dont l’existence terrestre est le commencement. Si nous vivions vraiment de la foi en la résurrection, nous ne pourrions pas nous taire devant la détresse de tant de personnes dont la vie n’est qu’une survie et qui crient leur souffrance vers nous : « Redonnez-nous une espérance ! »

Compléments

◊  Il s’agit de Jésus le Nazaréen →  Ce Jésus, Dieu l’a ressuscité ; nous tous, nous en sommes témoins.

◊ Le témoignage de Paul → Annoncer le Christ mort et ressuscité

◊ Le point central de notre foi  → Le Christ est vraiment ressuscité ! Le croyons-nous ?

Liens externes

Le message pascal → La résurrection de Jésus

  Jésus est vivant

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Religion | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS