• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 6 décembre 2017

Le Seigneur préparera un festin et essuiera les larmes sur tous les visages

Posté par diaconos le 6 décembre 2017

Résultat de recherche d'images pour "Le Seigneur préparera un festin et essuiera les larmes sur tous les visages"Extrait du livre d’Isaïe au chapitre vingt-cinq

Ce jour là, le Seigneur de l’univers préparera pour tous les peuples, sur sa montagne, un festin de viandes grasses et de vins capiteux, un festin de viandes succulentes et de vins décantés. Sur cette montagne, il fera disparaître le voile de deuil qui enveloppe tous les peuples et le linceul qui couvre toutes les nations. Il fera disparaître la mort pour toujours. Le Seigneur Dieu essuiera les larmes sur tous les visages, et par toute la terre il effacera l’humiliation de son peuple. Le Seigneur a parlé.

Et ce jour-là, on dira : « Voici notre Dieu, en lui nous espérions, et il nous a sauvés ; c’est lui le Seigneur, en lui nous espérions ; exultons, réjouissons-nous : il nous a sauvés ! » Car la main du Seigneur reposera sur cette montagne.

Source de l’image → L’Avent : cheminement avec Isaïe

……………………….

Après avoir donné es­sor aux sen­ti­ments d’a­do­ra­tion qui rem­plissaient son cœur (Is 25, 1-5), le pro­phète ter­mina la pre­mière par­tie de sa pro­phé­tie par la des­crip­tion de la grande joie des élus ; cette description est le dé­ve­lop­pe­ment de la pro­messe : « La lune rougira, le soleil se couvrira de honte. Car, sur le mont Sion et à Jérusalem, le Seigneur de l’univers régnera : devant les anciens resplendira sa gloire. » (Is 24, 23)

Ce jour là, le Seigneur de l’univers préparera pour tous les peuples, sur sa montagne, un festin de viandes grasses et de vins capiteux.  Sur cette montagne, celle de Sion, tous les peuples par­ti­ci­pe­ront au ban­quet, mais une gloire spé­ciale en re­jaillira sur Israël, puisque c’est à Jé­ru­sa­lem qu’il aura lieu.

Dans les coutumes orientales et bibliques, le festin faisait partie du rituel d’intronisation des rois. Souvent la qualité des plats et des vins, étaient les signes de la puissance du roi. C’était aussi une occasion de célébrer une victoire. Nous aussi, nous faisons des repas mieux élaborés et mieux présentés pour célébrer une naissance, un anniversaire, un mariage…

Les soixante-dix an­ciens sur le Si­naï virent Dieu, et ils mangèrent et burent. Les re­pas qu’on cé­lé­brait après les sa­cri­fices de pros­pé­rité et lors des grandes fêtes an­nuelles furent pré­sents à la pen­sée du pro­phète, du grand ban­quet au­quel toutes les na­tions seront in­vi­tées un jour et par le­quel elles cé­lé­bre­ront la vic­toire du Christ sur le monde et la mort .

Les pauvres mangeront : ils seront rassasiés ; ils loueront le Seigneur, ceux qui le cherchent : « À vous, toujours, la vie et la joie !  » La terre entière se souviendra et reviendra vers le Seigneur, chaque famille de nations se prosternera devant lui : Oui, au Seigneur la royauté, le pouvoir sur les nations ! » Tous ceux qui festoyaient s’inclinent ; promis à la mort, ils plient en sa présence. (Ps 21, 27-30)

Ce festin est l’i­mage de la joie par­faite dans la com­mu­nion avec Dieu. Le Nou­veau Tes­ta­ment pré­sente la grande joie des élus sous l’i­mage d’un fes­tin de noce ( Mt 22, 1-14)  Oui, le Seigneur préparera sur sa montagne, celle de Sion, des vins vieux, qu’on a long­temps lais­sés sur la lie pour leur conser­ver leur force et leur cou­leur, puis soi­gneu­se­ment fil­trés.

Dieu annonce qu’il reçoit lui-même à sa table. Réalises-tu que Dieu, dans l’Eucharistie, te reçoit à sa table ? As-tu quelque chose à célébrer quand tu assistes à la messe ? Es-tu dans l’action de grâce quand tu a reçu la communion ?

La création a été soumise au pouvoir du néant, non pas de son plein gré, mais à cause de celui qui l’a livrée à ce pouvoir. Pourtant, elle a gardé l’espérance d’être, elle aussi, libérée de l’esclavage de la dégradation, pour connaître la liberté de la gloire donnée aux enfants de Dieu. Nous le savons bien, la création tout entière gémit, elle passe par les douleurs d’un enfantement qui dure encore. Et elle n’est pas seule. Nous aussi, en nous-mêmes, nous gémissons ; nous avons commencé à recevoir l’Esprit Saint, mais nous attendons notre adoption et la rédemption de notre corps. (Rm 8, 21-23)

 Le Seigneur enlèvera le voile de deuil essuiera les larmes sur tous les visages : cette servitude devra cesser un jour : ce sera la victoire sur la mort. Telle est la promesse de Dieu : il détruira la mort pour toujours. C’est aussi la bonne nouvelle de Jésus, célébrée lors de chaque eucharistie. Chaque eucharistie est-elle, pour toi, un repas de victoire sur la mort ?

Quand ce corps corruptible aura été revêtu de l’incorruptibilité, et que ce corps mortel aura été revêtu de l’immortalité, alors sera accomplie cette parole qui est écrite : La mort est engloutie pour la victoire. Nous proclamons ta mort, Seigneur Jésus, nous célébrons ta résurrection. Nous attendons ta venue dans la gloire. La mort n’est pas la fin. Ce qui est la fin, c’est le salut. C’est ce que Dieu a préparé pour nous.

Archives à consulter

◊  Les lectures pour dimanche prochain → Deuxième dimanche de l’Avent, année B

◊  En paroisse →  Célébration pénitentielle pour se préparer à la fête de Noël

◊ Catéchèse → Deuxième semaine de l’Avent, année B

Publié dans Histoire du Salut, Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS