• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 11 décembre 2017

Dieu console son peuple. (Is 40, 1-11)

Posté par diaconos le 11 décembre 2017

Extrait du livre d’Isaïe au chapitre quarante

Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez ses sentiers. Aide-moi à aplanir la route pour Toi, A combler les ravins de mes peurs De mes échecs et de mes ruptures.

Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez ses sentiers. Aide-moi à aplanir la route pour Toi, À combler les ravins de mes peurs De mes échecs et de mes ruptures.

Consolez, consolez mon peuple,  dit votre Dieu, parlez au cœur de Jérusalem. Proclamez que son service est accompli, que son crime est expié, qu’elle a reçu de la main du Seigneur le double pour toutes ses fautes. Une voix proclame : « Dans le désert, préparez le chemin du Seigneur ; tracez droit, dans les terres arides, une route pour notre Dieu. Que tout ravin soit comblé, toute montagne et toute colline abaissées ! Que les escarpements se changent en plaine, et les sommets, en large vallée ! Alors se révélera la gloire du Seigneur, et tout être de chair verra que la bouche du Seigneur a parlé. »

Une voix dit : »Proclame ! » Et je dis : »Que vais-je proclamer ? » Toute chair est comme l’herbe, toute sa grâce, comme la fleur des champs : l’herbe se dessèche et la fleur se fane quand passe sur elle le souffle du Seigneur. Oui, le peuple est comme l’herbe : l’herbe se dessèche et la fleur se fane, mais la parole de notre Dieu demeure pour toujours.

Monte sur une haute montagne, toi qui portes la bonne nouvelle à Sion. Élève la voix avec force, toi qui portes la bonne nouvelle à Jérusalem. Élève la voix, ne crains pas. Dis aux villes de Juda : « Voici votre Dieu ! » Voici le Seigneur Dieu ! Il vient avec puissance ; son bras lui soumet tout. Voici le fruit de son travail avec lui, et devant lui, son ouvrage. Comme un berger, il fait paître son troupeau : son bras rassemble les agneaux, il les porte sur son cœur, il mène les brebis qui allaitent.

lwf0003web.gif

  Dieu pardonna à son peuple et le rétablira dans la Terre promise. Dieu re­noua par sa grâce le lien qu’a­vait rompu l’in­fi­dé­lité du peuple : le re­tour de Ba­by­lone sera le pre­mier acte de la res­tau­ra­tion com­plète d’Israël. Isaïe prédit que la dé­li­vrance com­plète d’Israël suc­cé­dera im­mé­dia­te­ment au re­tour de Ba­by­lone ; et il affirma que Jérusalem reçut de la main du Seigneur le double pour toutes ses fautes. L’exil à Babylone a toujours été interprété par les prophètes comme étant un châtiment pour les péchés du peuple d’Israël.

Isaïe dit encore : « Oui, le peuple est comme l’herbe : l’herbe se dessèche et la fleur se fane »  Il compara le pays et ses ha­bi­tants à un homme blessé, dont le corps n’offrit plus même au juge une place où le frap­per en­core. « Toi qui portes la bonne nouvelle à Sion » dé­signe ici la ville de Jérusalem et ses ha­bi­tants. Tout le pays était ra­vagé ; Jé­ru­sa­lem de­meura seule de­bout, sem­blable à une hutte de gar­dien dans une vigne ou dans un champ.

Le chemin aride et dangereux du désert sera aplani pour eux et le retour des exilés sera triomphal et pour tous les peuples de la terre, les merveilles seront si évidentes qu’ils d »couvriront le Dieu unique. « Élève la voix avec force, toi qui portes la bonne nouvelle à Jérusalem » Bonne nouvelle apparaît ici dans la Bible pour la première fois. Plus tard, il désignera l’Évangile.

Tracez droit, dans les terres arides, une route pour notre Dieu. Que tout ravin soit comblé, toute montagne et toute colline abaissées… Les déportés à Babylone étaient contrains à de pénibles travaux de nivellement et de terrassement, de gigantesques remblais pour construire la voie sacrée de Mardouk, le plus grand dieu babylonien. Tout en faisant ces travaux forcés, Isaïe les invita à espérer car une route pour le vrai Dieu est entrain de se frayer. Dieu vient ! Jean-Baptiste reprit , mot à mot ces mots.

Lorsque les exilés arriveront en Palestine, ils se rendront compte qu’il ne trouveront pas Dieu : ils leur manquera quelque chose d’important pour le trouver. Un jour, quelques siècles plus tard, on entendra dans le désert la voix de Jean-Baptiste , et c’est alors que Dieu viendra  et que tous le verront : « selon qu’il est écrit au livre des paroles d’Isaïe le prophète : Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, redressez ses sentiers. » (Lc 3,4) Dieu vient encore aujourd’hui. Nous sommes invités à préparer sa venue à coups d’efforts.

Compléments

◊  Lectures de la messe de dimanche prochain→ Troisième dimanche de l’AVENT, année B

◊ Accueil sur mon blog  → Troisième dimanche de l’Avent : Dimanche de la joie

◊ Catéchèse → Préparez dans le désert le chemin du Seigneur (Is 40, 1-5.9-11)

◊ Homélie pour dimanche prochain → SOYEZ TOUJOURS DANS LA JOIE (Jn 1,6-8.19-28)

 

Liens externes

◊ Des documents utiles pour la catéchèse → Caté : Dieu se fait proche adaptation « A la rencontre du Seigneur » – KT42

◊ Affliction et consolation sont indissociables  → Le Dieu de la consolation | PREDICATIONS

Publié dans Ancien testament, Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS