• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 13 décembre 2017

Ton rédempteur, c’est le Dieu Saint d’Israël (Is 41, 13-20)

Posté par diaconos le 13 décembre 2017

Extrait du livre d’Isaïe au chapitre quarante et un

Résultat de recherche d'images pour "Voici celui qui doit venir"C’est moi, le Seigneur ton Dieu, qui saisis ta main droite, et qui te dis :  » Ne crains pas, moi, je viens à ton aide. » Ne crains pas, Jacob, pauvre vermisseau, Israël, pauvre mortel. Je viens à ton aide – oracle du Seigneur ; ton rédempteur, c’est le Saint d’Israël. J’ai fait de toi un traîneau à battre le grain, tout neuf, à double rang de pointes : tu vas briser les montagnes, les broyer ; tu réduiras les collines en menue paille ; tu les vanneras, un souffle les emportera, un tourbillon les dispersera.

Mais toi, tu mettras ta joie dans le Seigneur ; dans le Saint d’Israël, tu trouveras ta louange. Les pauvres et les malheureux cherchent de l’eau, et il n’y en a pas ; leur langue est desséchée par la soif. Moi, le Seigneur, je les exaucerai, moi, le Dieu d’Israël, je ne les abandonnerai pas. Sur les hauteurs dénudées je ferai jaillir des fleuves, et des sources au creux des vallées.

Je changerai le désert en lac, et la terre aride en fontaines. Je planterai dans le désert le cèdre et l’acacia, le myrte et l’olivier ; je mettrai ensemble dans les terres incultes le cyprès, l’orme et le mélèze, afin que tous regardent et reconnaissent, afin qu’ils considèrent et comprennent que la main du Seigneur a fait cela, que le Saint d’Israël en est le créateur.

Source de l’image →  Paroisse du Sacré-Coeur – homélie du dimanche

lwf0003web.gif

Ne crains pas Jacob, pauvre vermisseau. Dieu l’identifia à un ver. Le ver étant l’i­mage d’un être hu­mi­lié, qu’on foule aux pieds, tel était Israël, im­puis­sant et mi­sé­rable sous le joug des Chal­déens ;  Dieu vint à l’aide de ce peuple de déportés, exploités et dispersés dans la Babylone païenne. Ce sera pour­tant ce peuple qui do­mi­nera bientôt  ses op­pres­seurs. Israël n’existait plus  comme peuple ; il n’y avait plus que des in­di­vi­dus dis­per­sés parmi les Gen­tils.

Ton Rédempteur. Ce titre fut em­ployé avec pré­di­lec­tion par l’au­teur d’Isaïe : il dé­signe ce­lui qui prend en mains la cause d’une per­sonne, son cham­pion, son ven­geur  : « Je sais, moi, que mon rédempteur est vivant, que, le dernier, il se lèvera sur la poussière ; et quand bien même on m’arracherait la peau, de ma chair je verrai  Dieu (Job 19, 25-26)

J’ai fait de toi un traîneau à battre le grain, tout neuf, à double rang de pointes : tu vas briser les montagnes, les broyer ; tu réduiras les collines… Tu mettras ta joie dans le Seigneur : c’était l’annonce d’une revanche contre les oppresseurs babyloniens. Mais ceci était nouveau : l »annonce d’une joie après la peine.

Le Seigneur exaucera les pauvres et les malheureux qui ont faim et soif de justice. Le désir des pauvres d’aujourd’hui, c’est d’être reconnus et aimés, de pouvoir recevoir un salaire correct de la part de ceux qui leur donnent du travail ; de pouvoir ainsi pouvoir améliorer leur situation  en acquérant un peu plus de confort.

Prions le Seigneur de nous aider à venir en aide à ces malheureux, dont nous connaissons la situation. Nous pouvons aussi les aider via des organismes qui viennent à leur secours comme Caritas Catholica, la Croix-rouge, Emmaüs, les petits riens et bien d’autres.

——————————-

Plusieurs siècles plus tard, Jean-Baptiste annoncera la venue de ce Rédempteur parmi les hommes. Jésus dira de lui : « Parmi les hommes, il n’en a  pas existé de plus grand que lui. » (Mt 11, 15) Depuis les jours de Jean le Baptiste jusqu’à présent, dira le Christ, le royaume des Cieux  subit la violence, et des violents cherchent à s’en emparer. Tous les Prophètes, ainsi que la Loi, ont prophétisé jusqu’à Jean. (Mt 11, 12)

Ces paroles signifient que le Royaume de Dieu ne s’instaure pas dans la facilité et que les forces du mal seront actives jusqu’à la fin du monde. Avant Jean, les hommes étaient dans la promesse, mais avec sa venue, le Royaume de Dieu est arrivé. Le royaume des cieux est bel et bien une affaire de rencontre  : c’est Dieu qui envoie son Fils à notre rencontre. Jean-Baptiste représente l’homme vieux que nous portons tous à bout de bras. Il attendit de toutes ses forces la venue du règne. Il alla jusqu’à questionner le Christ sur sa mission, comme pour hâter l’avènement du royaume : « Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? » (Mt 11,3)

Compléments

◊ Accueil sur mon blog → Le temps de l’Avent révèle un Dieu qui vient vers l’homme.

◊ Voici votre Rédempteur   →  Préparez dans le désert le chemin du Seigneur (Is 40, 1-5.9-11)

Publié dans Ancien testament, Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS