• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 10 janvier 2018

Le Seigneur se souvint d’Anne, et elle enfanta Samuel (1 S 1, 9-20)

Posté par diaconos le 10 janvier 2018

Extrait du premier livre de Samuel, au chapitre un

Éli crut qu'Anne fut dans un état d’i­vresse du re­pas du sa­cri­fice. ette ré­ponse pleine de res­pect est d’au­tant plus louable que la ré­pré­hen­sion avait été plus sé­vère et plus in­juste..

Éli crut qu’Anne fut dans un état d’i­vresse du re­pas du sa­cri­fice. Sa ré­ponse, pleine de res­pect, fut d’au­tant plus louable que la ré­primande fut très sé­vère et surtout in­juste. Après s’être rendu compte de son erreur de jugement, Éli dit à Anne : « Tu peux partir en paix et que le Seigneur t’accorde ce que tu lui as demandé »

En ces jours-là, Anne se leva, après qu’ils eurent mangé et bu à Silo. Le prêtre Éli était assis sur son siège, à l’entrée du sanctuaire du Seigneur. Anne, pleine d’amertume, se mit à prier le Seigneur et pleura abondamment. Elle fit un vœu en disant : « Seigneur de l’univers ! Si tu veux bien regarder l’humiliation de ta servante, te souvenir de moi, ne pas m’oublier, et me donner un fils, je le donnerai au Seigneur pour toute sa vie, et le rasoir ne passera pas sur sa tête. »

Tandis qu’elle prolongeait sa prière devant le Seigneur, Éli observait sa bouche. Anne parlait dans son cœur : seules ses lèvres remuaient, et l’on n’entendait pas sa voix. Éli  pensa qu’elle était ivre et lui dit : « Combien de temps vas-tu rester ivre ? Cuve donc ton vin ! » Anne répondit : « Non, mon seigneur, je ne suis qu’une femme affligée, je n’ai bu ni vin ni boisson forte ; j’épanche mon âme devant le Seigneur.

 Ne prends pas ta servante pour une vaurienne : c’est l’excès de mon chagrin et de mon dépit qui m’a fait prier aussi longtemps. » Éli lui répondit : « Va en paix, et que le Dieu d’Israël t’accorde ce que tu lui as demandé. » Anne dit alors : « Que ta servante trouve grâce devant toi ! » Elle s’en alla, elle se mit à manger, et son visage n’était plus le même.     Le lendemain, Elkana et les siens se levèrent de bon matin.

Après s’être prosternés devant le Seigneur, ils s’en retournèrent chez eux, à Rama. Elkana s’unit à Anne sa femme, et le Seigneur se souvint d’elle. Anne conçut et, le temps venu, elle enfanta un fils ; elle lui donna le nom de Samuel (c’est-à-dire : Dieu exauce) car, disait-elle, « Je l’ai demandé au Seigneur. »

Source de l’image → KT42 – portail pour le caté – Des idées pour le caté

lwf0003web.gif

Anne ne pouvait pas avoir d’enfant, car elle était stérile. Cette situation fut à la base d’une très grande tristesse qui la rongea avec plus ou moins de violence certains jours. Et l’un de ces jours là, qu’elle se trouvait à l’entrée du sanctuaire de Silo, elle pleura beaucoup et se mit à, invoquer le Seigneur, en faisant un voeu : « Seigneur des armées, si tu prends garde à la tristesse de ta servante et si tu te souviens de moi, si tu ne m’oublies pas et si tu me donnes un enfant mâle, je le donnerai à Dieu pour tous les jours de sa vie et le rasoir ne passera pas sur sa tête. »

Sa prière la plaça en situation de soumission devant Dieu. Anne fut prête à admettre que son fils , s’il en venait un, ne lui aurait appartenu. Éli, voyant cette femme assidue dans la prière, lui posa quelques questions, Anne répondit :  » Je suis une femme affligée en son esprit ; je n’ai bu ni vin ni cervoise, mais j’épanchais mon cœur devant le Seigneur ».                               

  Éli répondit et dit : Va en paix, et que le Dieu d’Israël t’accorde la demande que tu lui as faite ! Apaisée, Anne s »en alla, elle mangea et son visage ne fut plus sombre. Anne et Elkana, son mari, s’en retournèrent chez eux. Elkana s’unit à son épouse  et Anne conçut. Sa requête, exprimant sa profonde amertume, fut donc exaucée par Dieu.

Anne mit au monde un fils qu’elle nomma « Samuel », car, dit-elle « Je l’ai demandé à Dieu » Ce vœu, exaucé, ajouta deux choses à la consé­cra­tion lé­vi­tique de Sa­muel : il l’o­bli­gera à ser­vir Dieu dans le sanc­tuaire dès son en­fance, et non pas dès l’âge de vingt-cinq ans et à cer­tains mo­ments de l’an­née ; et il lui im­po­sera le na­zi­réat per­pé­tuel (Nombres 6.1-27). À cette consé­cra­tion toute spé­ciale s’a­jou­tèrent bien­tôt la mis­sion de pro­phète et la charge de juge. Samuel exerça, quelques années plus tard, des fonc­tions sa­cer­do­tales.

lwf0003web.gif

Compléments

◊ La parole du Christ fait-elle aussi autorité dans nos vies ? → Aujourd’hui, écouterez-vous sa Parole ? (Mc 1, 21-28)

◊  Que nous veux-tu Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? (Mc 1, 21-28)

Liens externes

◊ En lien avec l’Institut Catholique de Paris →     Dieu exauce les pauvres | Centre d’Enseignement de Théologie à …

Prédication →  Se préparer à la surprise !

Publié dans Ancien testament, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS