• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 13 janvier 2018

Voilà l’homme dont le Seigneur avait parlé.(1 S 9, 1-4.10c.17-19 ; 10, 1)

Posté par diaconos le 13 janvier 2018

Lecture du premier livre de Samuel

Des ânesses de son père s"étaient égarées, son fils et !un de ses serviteurs partirent  à leur recherche. Chemin faisant, ils rencontrèrent, par hasard, hors de la ville, le prophète Éli

Les  ânesses de Kish  s’étant égarées, son fils et !un de ses serviteurs partirent à leur recherche. Ayant parcouru la région sans les retrouver, ils revinrent vers la ville, où chemin faisant, ils rencontrèrent hors de la ville, et par hasard, le prophète Samuel.

Il y avait dans la tribu de Benjamin un homme appelé Kish. C’était un homme de valeur. Il avait un fils appelé Saül, qui était jeune et beau. Aucun fils d’Israël n’était plus beau que lui, et il dépassait tout le monde de plus d’une tête. Les ânesses appartenant à Kish, père de Saül, s’étaient égarées. Kish dit à son fils Saül : « Prends donc avec toi l’un des serviteurs, et pars à la recherche des ânesses. » Ils traversèrent la montagne d’Éphraïm, ils traversèrent le pays de Shalisha sans les trouver ; ils traversèrent le pays de Shaalim : elles n’y étaient pas ; ils traversèrent le pays de Benjamin sans les trouver.

Alors ils allèrent à la ville où se trouvait l’homme de Dieu. Quand Samuel aperçut Saül, le Seigneur l’avertit : « Voilà l’homme dont je t’ai parlé ; c’est lui qui exercera le pouvoir sur mon peuple. » Saül aborda Samuel à l’entrée de la ville et lui dit : « Indique-moi, je t’en prie, où est la maison du voyant. »   Samuel répondit à Saül : « C’est moi le voyant. Monte devant moi au lieu sacré.

Vous mangerez aujourd’hui avec moi. Demain matin, je te laisserai partir et je te renseignerai sur tout ce qui te préoccupe. » Le lendemain, Samuel prit la fiole d’huile et la répandit sur la tête de Saül ; puis il l’embrassa et lui dit : « N’est-ce pas le Seigneur qui te donne l’onction comme chef sur son héritage ? »

Source de l’image →  KT42 – portail pour le caté – Des idées pour le caté

lwf0003web.gif

On appelait jeune homme chez les an­ciens un homme jus­qu’à l’âge de qua­rante ans. Saül de­vait avoir à peu près cet âge, puis­qu’il avait déjà un fils en état de por­ter les armes. La mon­tagne d’Éphraïm s’é­ten­dait jusque sur le ter­ri­toire de Ben­ja­min. Sa­muel voulut par­ler à Saül uni­que­ment de la re­cherche des ânesses et don­ner ainsi à Saül la preuve de son information  sur­na­tu­relle.

Pendant que Saül rechercha les ânesses égarées, il rencontra, par hasard, Saül qui le fit roi. L’onc­tion sur la tête de Samuel re­pré­senta la com­mu­ni­ca­tion de l’Es­prit de Dieu. Elle ne fut ap­pli­quée jusque-là qu’à l’of­fice des sa­cri­fi­ca­teurs. Saül compris par ce geste toute l’importance de la charge qui lui fut confiée et d’où vien­dra la force dont il aura be­soin pour la rem­plir. Dans le sa­cer­doce qu’il exerça, Saül re­pré­sen­ta le peuple de­vant le Seigneur, Devenu roi, sa mission fut de re­pré­sen­ter la sou­ve­rai­neté de Dieu de­vant son peuple.

À la demande des Anciens, et du peuple, Israël eut un roi. Ce changement dans la direction d’un peuple fut initié par l’intervention divine : c’est que Dieu est présent là où il s’agit de prendre des responsabilités. Ici, Dieu sembla se plier à la décision des Anciens et du peuple : « Nous voulons un roi ! » Dieu se manifesta envers la liberté qu’il leur avait donnée. Dieu les mis en garde contre toute confiance absolue en ce système : et Saül n’institua pas de dynastie héréditaire.

Le Concile Vatican II parla, en ce sens, de la juste autonomie des réalités terrestres : « Si, par autonomie des réalités terrestres, on veut dire que les choses créées et les sociétés elles-mêmes ont leurs lois et leurs valeurs propres, que l’homme doit peu à peu apprendre à connaître, à utiliser et à organiser, une telle exigence d’autonomie est pleinement légitime : non seulement elle est revendiquée par les hommes de notre temps, mais elle correspond à la volonté du Créateur.

C’est en vertu de la création même que toutes choses sont établies selon leur ordonnance et leurs lois et leurs valeurs propres, que l’homme doit peu à peu apprendre à connaître, à utiliser et à organiser. Une telle exigence d’autonomie est pleinement légitime : non seulement elle est revendiquée par les hommes de notre temps, mais elle correspond à la volonté du Créateur.

C’est en vertu de la création même que toutes choses sont établies selon leur consistance, leur véri té et leur excellence propres, avec leur ordonnance et leurs lois spécifiques. L’homme doit respecter tout cela et reconnaître les méthodes particulières à chacune des sciences et techniques. C’est pourquoi la recherche méthodique, dans tous les domaines du savoir, si elle est menée d’une manière vraiment scientifique et si elle suit les normes de la morale, ne sera jamais réellement opposée à la foi : les réalités profanes et celles de la foi trouvent leur origine dans le même Dieu.. » ( Gaudium et Spes, 36 § 2)

Complément

◊ Évolution d’un peuple de nomades vers la monarchie  → Samuel, juge et prophète

Liens externes

♥ Du site Idées-Caté → Les juges : Samuel

Vidéo                                                                               Le roi David exista-t-il vraiment ?

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Publié dans Histoire, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS