• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 1 février 2018

Fête de la présentation de Jésus au temple ; fête de la Chandeleur

Posté par diaconos le 1 février 2018

Fête de la Chandeleur

Jésus s'approche de nous pour illuminer nos rencontres

Emportons un cierge chez nous. Emportons surtout le Christ vivant dans notre coeur.

La présentation de Jésus au temple, la Rencontre du Christ et de son peuple dans la personne du vieillard Siméon, la purification rituelle de Marie, la Chandeleur ou fête de la lumière, tels sont les thèmes multiples de la célébration qui, quarante jours après Noël, clôture les solennités de la manifestation de Dieu aux hommes en son verbe fait chair.

Siméon avait salué l’enfant Jésus comme étant la lumière du monde (Lc 2, 22-29). En souvenir de cette parole, l’Église célèbre, le deux février de chaque année,  une liturgie en deux temps.

Liturgie pour ce jour

♦ Lecture extraite du livre du prophète Malachie au chapitre trois

Soudain viendra dans son Temple le Seigneur que vous cherchez (Ml 3, 1-4)

Ainsi parle le Seigneur Dieu : Voici que j’envoie mon messager pour qu’il prépare le chemin devant moi ; et soudain viendra dans son Temple le Seigneur que vous cherchez. Le messager de l’Alliance que vous désirez, le voici qui vient dit le Seigneur de l’univers. Qui pourra soutenir le jour de sa venue ? Qui pourra rester debout lorsqu’il se montrera ? Car il est pareil au feu du fondeur, pareil à la lessive des blanchisseurs.

Il s’installera pour fondre et purifier : il purifiera les fils de Lévi, il les affinera comme l’or et l’argent ; ainsi pourront-ils, aux yeux du Seigneur, présenter l’offrande en toute justice. Alors, l’offrande de Juda et de Jérusalem sera bien accueillie du Seigneur, comme il en fut aux jours anciens, dans les années d’autrefois. (Ml 3, 1-4)

lwf0003web.gif

Le Seigneur Dieu ré­pondit à ces plaintes qu’il ne tar­dera pas à faire le­ver ce jour qu’ils ré­clamèrent, mais qu’il sera un jour de ju­ge­ment non moins que de sa­lut. Ce jour sera pré­cédé de la ve­nue d’un en­voyé spé­cial, des­tiné à en pré­pa­rer l’ap­pa­ri­tion.

Une voix crie : « Par le désert frayez le chemin de l’Éternel ; aplanissez dans la steppe une route pour notre Dieu ! » ! (Is 40, 3) Ce mes­sa­ger ne put être l’en­semble des pro­phètes, puisque le mot j’envoie, an­nonce un fait nou­veau : « Voici, je vous envoie Élie, le prophète, avant que vienne le jour de l’Éternel, grand et redoutable. » (Ml 4, 5) Le Nou­veau Tes­ta­ment voit la réa­li­sa­tion de cette pro­phé­tie dans l’en­voi de Jean-Bap­tiste ; Jean-Baptiste est celui-ci de qui il est écrit : « Voici, j’envoie mon messager devant ta face qui préparera ton chemin devant toi. » (Mt 11, 10)

Et soudain viendra dans son Temple le Seigneur que vous cherchez. Ce fut Dieu lui-même qui vint. Il fallut l’avènement de Jésus-Christ pour comprendre cette prophétie. Devant le Seigneur, aucune imperfection ne pourra tenir, il faudra le reconnaître comme Dieu, et se confier à lui. Il s’installera pour purifie. Ce qui veut signifier que son travail ne sera pas de courte du­rée ; il sera là, tel que le fon­deur, al­lu­mant et en­tre­te­nant le feu sous le creu­set, jus­qu’à ce que les sco­ries soient com­plè­te­ment dé­ta­chées du mé­tal.

Dieu commença la purification des fils de Lévi. La venue de Jésus inaugura une profonde réforme de la fonction sacerdotale remplie jusque là par la famille de Lévi. Le peuple aussi ne pré­sen­ta plus aux sa­cri­fi­ca­teurs que des vic­times conve­nables, comme dans les plus beaux jours de la pra­tique du culte lé­vi­tique. Sous ces formes, le pro­phète dé­crit l’a­do­ra­tion en es­prit et en vé­rité qui ca­rac­té­ri­sera le règne de Dieu ac­com­pli.

Jésus fonda le culte nouveau où l’offrande ne sera plus des animaux : par l’eucharistie , sacrifice spirituel, les chrétiens s’offrent eux-mêmes en union avec jésus- Christ. À cette époque,  l’offrande de Juda et de Jérusalem fut bien accueillie par Dieu. Notre vie devrait être un culte agréable à Dieu. Offrons lui nos travaux, nos paroles, nos actions envers les plus démunis, les laissés pour compte, les marginaux.

♦ Page d’Évangile choisie pour ce jour

Jésus est présenté au Temple

 Symbole : la cire blanche des cierges de la chandeleur signifie et représente la chair virginale de Jésus et la flamme symbolise le Christ, qui est venu éclairer nos ténèbres. Que veut nous dire l’Église en célébrant la présentation de Jésus au temple ?    Quand fut accompli le temps prescrit par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus l’amenèrent à Jérusalem.

 Selon la tradition juive, chaque mère devenait impure après son accouchement (impure d’un point de vue cultuel) et elle était exclue du culte jusqu’au jour de sa purification, quarante jours après la naissance d’un fils, 80 après celle d’une fille. Le temps de purification s’achève avec l’offrande d’un agneau âgé d’un an ou de deux colombes pour les plus pauvres

Selon la tradition juive, chaque mère devenait impure après son accouchement (impure d’un point de vue cultuel) et elle était exclue du culte jusqu’au jour de sa purification, quarante jours après la naissance d’un fils, 80 après celle d’une fille. Le temps de purification s’achève avec l’offrande d’un agneau âgé d’un an ou de deux colombes pour les plus pauvres.pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi : Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur. Ils venaient aussi offrir le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur : un couple de tourterelles ou deux petites colombes. Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Siméon.

C’était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d’Israël, et l’Esprit Saint était sur lui. Il avait reçu de l’Esprit Saint l’annonce qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Christ, le Messie du Seigneur. Sous l’action de l’Esprit, Siméon vint au Temple. Au moment où les parents présentaient l’enfant Jésus pour se conformer au rite de la Loi qui le concernait, Siméon reçut l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant : « Maintenant, ô Maître souverain, tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix, selon ta parole.

Car mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face des peuples : lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël. » Le père et la mère de l’enfant s’étonnaient de ce qui était dit de lui. Siméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Voici que cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction et toi, ton âme sera traversée d’un glaive : ainsi seront dévoilées les pensées qui viennent du cœur d’un grand nombre. »

Il y avait aussi une femme prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser. Elle était très avancée en âge ; après sept ans de mariage, demeurée veuve, elle était arrivée à l’âge de 84 ans. Elle ne s’éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière. Survenant à cette heure même, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem. Lorsqu’ils eurent achevé tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth. L’enfant, lui, grandissait et se fortifiait, rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui.

Compléments

♥ Fête de la Chandeleur ( 2 février) →  Chandeleur : fête du Christ, lumière pour le monde

Homélie pour la présentation de Jésus au temple → La présentation de Jésus au temple

Fêtez la Chandeleur en famille → À la Chandeleur, faisons sauter les crêpes !

Liens externes

 Du site « Croire-La Croix » → Chandeleur – Définition et origine

♥  Du site « Idées-Caté » → Présentation de Jésus au Temple

Présentation de Jésus au Temple

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Publié dans fêtes religieuses, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS