• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 19 février 2018

À cette génération il ne sera donné que le signe de Jonas le prophète » (Lc 11, 29-32)

Posté par diaconos le 19 février 2018

Une rencontre d'éveil à la foi pour les petits, proposée par Linda pour KT42.

Une rencontre d’éveil à la foi pour les petits, proposée par Linda pour KT42.

Extrait de l’évangile de Luc au chapitre onze

En ce temps-là, comme les foules s’amassaient, Jésus se mit à dire : « Cette génération est une génération mauvaise : elle cherche un signe, mais en fait de signe il ne lui sera donné que le signe de Jonas. Car Jonas a été un signe pour les habitants de Ninive ; il en sera de même avec le Fils de l’homme pour cette génération. Lors du Jugement, la reine de Saba se dressera en même temps que les hommes de cette génération, et elle les condamnera.

En effet, elle est venue des extrémités de la terre pour écouter la sagesse de Salomon, et il y a ici bien plus que Salomon. Lors du Jugement, les habitants de Ninive se lèveront
en même temps que cette génération, et ils la condamneront ; en effet, ils se sont convertis en réponse à la proclamation faite par Jonas, et il y a ici bien plus que Jonas. »

Source de l’image → Caté : la miséricorde avec Jonas – KT42

lwf0003web.gif

Yahvé exigea de Jonas re­pen­tant une sou­mis­sion aveugle. Il lui  ordonna de se rendre en son nom à Ninive, la plus grande ca­pi­tale du monde à cette époque. Il fallait trois journées de marche pour en faire le tour. Cette ville en com­pre­nait trois com­plè­te­ment dis­tinctes. La plus ré­cente des trois se trouvait près du vil­lage ac­tuel de Khorsabad, où l’on retrouva le pa­lais du roi Sar­gon, le des­truc­teur de Sa­ma­rie.

La deuxième, plus an­cienne se trouvait à en­vi­ron douze ki­lo­mètres au sud-ouest de la pré­cé­dente, sur la rive gauche du Tigre, en face de la ville ac­tuelle de Mos­soul, elle por­tait le nom de Ni­nive. Près de ses ruines se trouvent au­jourd’­hui les deux vil­lages turcs de Koyoundjik et de Nabî-Junus.

Plus au sud-est se trouve les ruines de la troisième ville, Calach (au­jourd’­hui Nimroud), ren­fer­mant les restes de quatre pa­lais ma­gni­fiques. Cette ville était si­tuée dans l’angle formé par le Tigre et son af­fluent, le Zab. Les vastes es­paces vides que ces villes lais­saient entre elles, étaient cou­verts, sur­tout du côté de l’est, où elles n’é­taient pas pro­té­gées par le Tigre, de nom­breuses for­te­resses.

Le reste du sol pou­vait être li­vré à la culture, ce qui per­met­tait à la ca­pi­tale de sou­te­nir un très long siège. On n’a pu s’as­su­rer en­core de l’exis­tence d’une mu­raille com­mune en­fer­mant l’en­semble des trois villes. La mu­raille qui en­tou­rait la ville de Ni­nive était haute de trente mètres et flan­quée de mille cinq cents tours de soixante mètres de hauteur cha­cune ; elle était as­sez large pour que trois cha­riots purent y pas­ser de front.

Le mot génération fut toujours employé par Jésus de manière dépréciative. La génération dont parla Jésus fut une allusion à celle des quarante premières années, qui réclama des signes de Dieu : « Ne fermez pas votre cœur comme au désert, comme au jour de tentation et de défi, où vos pères m’ont tenté et provoqué, et pourtant ils avaient vu mon exploit. Quarante ans leur génération m’a déçu, et j’ai dit : Ce peuple a le cœur égaré, il n’a pas connu mes chemins. Dans ma colère, j’en ai fait le serment : Jamais ils n’entreront dans mon repos. » (Ps 94, 9-11)

Jésus répondit à la requête qui lui fut adressée  d’un signe venant du ciel. Il la repoussa, parce que ceux qui la présentèrent furent des hypocrites, qui ne voulurent que lui tendre un piège. Il  attendit pour cela que la foule se fût assemblée autour de lui, afin de rendre publique la répréhension sévère qu’il adressa à toute la génération de son époque.

Dans son évangile Matthieu cite en premier lieu l’exemple des Ninivites, auquel la mention du signe de Jonas amenait, et en second lieu, l’exemple de la reine du Midi : « La reine du midi se lèvera au jour du jugement avec cette génération, et la condamnera ; car elle vint des extrémités de la terre pour entendre la sagesse de Salomon ; et voici, il y a ici plus que Salomon. (Mt 12, 42)

Jonas devint un signe pour les habitants de Ninive. Il les invita à changer de vie, se convertir. Jésus devint aussi un signe pour sa génération, pour celles qui suivirent et bien sûr pour la nôtre. Il nous invite à changer de vie, et c’est ce que l’Église nous rappelle en ce temps de Carême. Ne fermons pas notre cœur comme au désert, où le peuple juif a déçu Yahvé.

Le signe de Jonas, que Jésus donna à sa génération, c’est sa propre mission, infiniment supérieure à celle du prophète, et la repentance des habitants de Ninive opposée à l’endurcissement de son peuple : « Les hommes de Ninive se lèveront, au jour du jugement, avec cette génération et la condamneront, parce qu’ils se repentirent à la prédication de Jonas; et voici, il y a ici plus que Jonas. » (Mt 12, 41)

Compléments

◊ Enseignement biblique →  Les gens de Ninive se détournèrent de leur conduite mauvaise

◊ Rencontre avec le roi Salomon → La reine de Saba vit toute la sagesse de Salomon (1 R10, 1-10)

Liens externes

◊ Jardinier de Dieu →  Comment comprendre ce signe de Jonas

◊ Encore quarante jours et Ninive sera détruite → →  Comment éviter le pire ?

 L’histoire de Jonas (le film) une leçon de courage et de miséricorde .

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Carême, Catéchèse, évangiles, Religion | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS