• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 7 mars 2018

Nous ne dirons plus à l’ouvrage de nos mains : “Tu es notre Dieu » (Os 14, 2-10)

Posté par diaconos le 7 mars 2018

Extrait du livre du prophète Osée au chapitre quatorze

La folie de ne pas accepter l'invitation de Dieu (

La folie de ne pas accepter l’invitation de Dieu : « Reviens Israël, au Seigneur ton Dieu, car tu t’est effondré par suite de tes fautes.

Ainsi parle le Seigneur :Reviens, Israël, au Seigneur ton Dieu, car tu t’es effondré par suite de tes fautes. Revenez au Seigneur en lui présentant ces paroles : « Enlève toutes les fautes, et accepte ce qui est bon. Au lieu de taureaux, nous t’offrons en sacrifice les paroles de nos lèvres. Puisque les Assyriens ne peuvent pas nous sauver, nous ne monterons plus sur des chevaux, et nous ne dirons plus à l’ouvrage de nos mains : “Tu es notre Dieu”, car de toi seul l’orphelin reçoit de la tendresse. »

Voici la réponse du Seigneur : Je les guérirai de leur infidélité, je les aimerai d’un amour gratuit, car ma colère s’est détournée d’Israël. Je serai pour Israël comme la rosée, il fleurira comme le lis,il étendra ses racines comme les arbres du Liban. Ses jeunes pousses vont grandir, sa parure sera comme celle de l’olivier, son parfum, comme celui de la forêt du Liban.

Ils reviendront s’asseoir à son ombre, ils feront revivre le froment, ils fleuriront comme la vigne, ils seront renommés comme le vin du Liban. Éphraïm ! Peux-tu me confondre avec les idoles ? C’est moi qui te réponds et qui te regarde. Je suis comme le cyprès toujours vert, c’est moi qui te donne ton fruit. Qui donc est assez sage pour comprendre ces choses, assez pénétrant pour les saisir ? Oui, les chemins du Seigneur sont droits : les justes y avancent, mais les pécheurs y trébuchent.

Source de l’image → KT42 – portail pour le caté

lwf0003web.gif

Dans l’extrait d’évangile choisi pour la messe de ce jour, Jésus précisa quel est le premier commandement : « Écoute Israël, le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur. Tu aimeras le Seigneur notre Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit, et de toute ta force » (Mc 12, 28-30) Cette réponse de J »sus était la prière que tout juif pieux prononçait chaque matin.

Pour une fois, Jésus fut d’accord avec ce que les scribes enseignaient (Dt 6, 4). Durant tout son ministère Jésus affirma qu’il aimait son Père. Chaque instant, chacune de ses pensées, chaque geste qu’il fit, chacune de ses décision fut motivée par son Père des cieux. Le scribe ne demanda qu’un commandement à Jésus. Mais Jésus en donna un deuxième  : « Tu aimeras ton prochain comme toi-même. »

L’alliance avec Yahvé impliqua des attitudes morales, sociales et politiques. Le prophète Osée invita Israël à une conversion radicale. Le pro­phète Osée parla dans un langage calme et mesuré : « Reviens, Israël, au Seigneur ton Dieu ;car tu t’es effondré par suite de tes fautes. »  Il appela Israël à se conver­tir auquel le peuple ré­pondit ; puis à ce peuple re­pen­tant Dieu ré­pondit en pro­met­tant par­don, pros­pé­rité, sain­teté . Dieu dicta les pa­roles qu’Israël devra lui ap­por­ter. En reconnaissance de ce bien­fait, Israël pro­mit d’of­frir en guise d’offrantes, au lieu de taureaux, des prières en ac­tion de grâce.

L’ac­tion de grâce par la­quelle Israël par­donné et pu­ri­fié glo­ri­fia Dieu. Israël re­nonça dé­fi­ni­ti­ve­ment à tous ses an­ciens ap­puis : la protection par les Assyriens, son alliance avec l’Égypte, le secours qu’il demandait aux idoles. Israël reconnut enfin la sain­teté di­vine elle-même. Le prophète Osée décrivit la beauté d’un peuple restauré  sous l’i­mage de celle d’un arbre pros­père : l’ar­ro­se­ment di­vin ; la beauté glo­rieuse ; les so­lides ra­cines ; les re­je­tons nom­breux ; le fruit sa­vou­reux ; le par­fum ex­quis, l’ombre dé­li­cieuse ; la fleur ad­mi­rable ; la ré­pu­ta­tion éten­due.

La rosée, par op­po­si­tion au vent des­sé­chant est le symbole de la bé­né­dic­tion di­vine, source de toute cette pros­pé­rité : « Ephraïm a beau être fertile au milieu de ses frères, Le vent d’orient viendra, le vent de l’Éternel s’élèvera du désert, desséchera ses sources, tarira ses fontaines. On pillera le trésor de tous les objets précieux » (Os 13, 15)  Le lis, qui étendra ses racines profondément dans le sol, est le sym­bole de la pu­reté qui rem­pla­cera la cor­rup­tion. La vie féconde, c’est Dieu !

Dieu suffit à Israël qui n’eut plus rien à demander à ses idoles. Les idoles, qui n’ont ni bouche, ni yeux, ni bras, ne pou­vaient ni lui ré­pondre, ni le suivre du re­gard : « Leurs idoles ne sont qu’or et argent travaillés par des mains humaines, elles ont une bouche et ne parlent pas, elles ont des yeux et elles ne voient pas, des oreilles et n’entendent pas, eles ont un nez et ne sentent rien. Elles ont des mains qui ne savent pas toucher, des pieds qui ne marchent pas, et un gosier qui ne donne aucun son. Que leurs fabricants deviennent comme elles avec tous ceux qui se confient à elles. » (Ps 115, 4-8)

En op­po­si­tion à ces di­vi­ni­tés im­puis­santes et mortes, sem­blables à des arbres des­sé­chés, Dieu se com­para à l’arbre le plus vi­vace, le cy­près, qui ne perd ja­mais sa ver­dure et qui rap­pelle l’arbre de vie. Oui, les chemins du Seigneur sont droits. Ces chemins sont ses com­man­de­ments : « Quelle profondeur ont la richesse, la sagesse et la connaissance de Dieu! Que ses jugements sont insondables, et ses voies impénétrables! » (Rm 11, 33)

Le juste qui s’y conforme mar­chera jus­qu’au terme glo­rieux ; le re­belle, au contraire, se heur­tera à toutes ces ma­ni­fes­ta­tions di­vines et mourra :  » C’est ainsi que saint Paul dit de l’Évan­gile qu’il est à la fois un par­fum vi­vi­fiant pour les sau­vés et un par­fum mor­tel pour ceux qui pé­ris­sent :  » Celui qui est animé par l’Esprit soumet tout à examen, mais lui, personne ne peut l’y soumettre. Car il est écrit : Qui a connu la pensée du Seigneur et qui pourra l’instruire ? Eh bien nous, nous avons la pensée du Christ ! » (1 Co 2, 15-16)

Compléments

◊ L’amour de Dieu et l’amour des autres sont indissociables → Le plus grand commandement

◊ Catéchèse →  Et qui donc est mon prochain ? (Lc 10, 25-37)

◊ Nous sommes appelés à aimer comme Jésus nous aime → Jésus nous redit : « Aimez-vous comme je vous aime ! » (Mt 22, 34-40)

Liens externes

  Catéchèse avec Maria Goretti →  Dieu nous a aimé le premier

◊  Du site Bibliquest → Étude Biblique sur le livre de Osée

Le prophète Osée révèle la maternité de Dieu

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Ancien testament, Carême, Religion | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS