Renonce au mal que tu veux faire à ton peuple

Posté par diaconos le 14 mars 2018

Extrait du livre de l’Exode au chapitre trente-deux

Cherchez le Royaume de Dieu et sa justice et tout le reste vous sera donné par surcroît

Cherchez le Royaume de Dieu et sa justice et tout le reste vous sera donné par surcroît

En ces jours-là, le Seigneur parla à Moïse : « Va, descends, car ton peuple s’est corrompu, lui que tu as fait monter du pays d’Égypte. Ils n’auront pas mis longtemps à s’écarter du chemin que je leur avais ordonné de suivre ! Ils se sont fait un veau en métal fondu et se sont  prosternés devant lui.

Ils lui ont offert des sacrifices en proclamant : “Israël, voici tes dieux, qui t’ont fait monter du pays d’Égypte.” Le Seigneur dit encore à Moïse : « Je vois que ce peuple est un peuple à la nuque raide. Maintenant, laisse-moi faire ; ma colère va s’enflammer contre eux et je vais les exterminer !

Mais, de toi, je ferai une grande nation. » Moïse apaisa le visage du Seigneur son Dieu en disant : « Pourquoi, Seigneur, ta colère s’enflammerait-elle contre ton peuple, que tu as fait sortir du pays d’Égypte par ta grande force et ta main puissante ? Pourquoi donner aux Égyptiens l’occasion de dire : “C’est par méchanceté qu’il les a fait sortir ; il voulait les tuer dans les montagnes et les exterminer à la surface de la terre ?”

Reviens de l’ardeur de ta colère, renonce au mal que tu veux faire à ton peuple. Souviens-toi de tes serviteurs, Abraham, Isaac et Israël, à qui tu as juré par toi-même : “Je multiplierai votre descendance comme les étoiles du ciel ; je donnerai, comme je l’ai dit, tout ce pays à vos descendants, et il sera pour toujours leur héritage.” Le Seigneur renonça au mal qu’il avait voulu faire à son peuple. (Ex 32, 7-14)

lwf0003web.gif

Dans l’extrait d’évangile choisi pour la messe de ce jeudi (quatrième semaine du Carême), Jésus reprocha à ses contemporains de ne pas avoir vraiment écouté Moïse. : « Si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi, car c’est à mon sujet qu’il a écrit. Mais si vous ne croyez pas ses écrits, comment croirez-vous mes paroles ?  » (Jn 5, 46-47)

L’extrait précédent nous décrit des attitudes de Moïse : en descendant du Sinaï où il s’entretint avec Yahvé, Moïse trouva le peuple devant une statue en métal recouverte d’or , un veau ! Les Israélites lui offrirent des sacrifices  en proclamant : « Israël, voici tes dieux ! » Yahvé fit connaître à Moïse le pé­ché de son peuple ; puis il lui offrit de faire de lui le père d’une nou­velle na­tion élue qui rem­pla­cera celle sur la­quelle plana le ju­ge­ment d’ex­ter­mi­na­tion.

Moïse se tut ; il fut abattu par cette nou­velle in­at­ten­due. Yahvé reprit : « Maintenant, laisse-moi faire ; ma colère va s’enflammer contre eux » Seule l »adoration du vrai Dieu ne rabaisse pas.  La fi­dé­lité de Moïse à son of­fice de mé­dia­teur et son at­ta­che­ment à son peuple furent mis à une forte épreuve. Que préféra-t-il ? Sau­ver l’exis­tence de ce peuple re­belle et obs­ti­né­ment ido­lâtre, ou voir sur­gir un nou­veau peuple au­quel son nom res­tera pour toujours at­ta­ché ?

La demande de Yahvé  rendit la pa­role à Moise en ré­veillant en lui le sen­ti­ment de sa puis­sance, même dans cette si­tua­tion qui pa­rut sans solution. Il ne ré­pondit pas à l’offre que Yahvé lui fit et s »appliqua à plai­der en fa­veur d’Israël. Sa première intervention fut tirée de ce que Yahvé fit pour son peuple en le fai­sant sor­tir d’Égypte.

Moïse s’efforça d’apaiser Yahvé ; il ne se désolidarisa pas de son peuple fautif : il pria pour son peuple idolâtre. Il rappela au Seigneur  les  pro­messes faites aux pa­triarches en fa­veur de leur pos­té­rité. Car si un nou­veau peuple issu d’eux pouvait être ap­pelé main­te­nant à l’exis­tence, ce peuple ne s’ap­pel­le­rait plus la pos­té­rité d’A­bra­ham, mais celle de Moïse.

Yahvé accepta l’argumentation de Moïse et re­nonça le dé­truire : « Et il parla de les exterminer; Mais Moïse, son élu, se tint à la brèche devant lui, Pour détourner sa fureur et l’empêcher de les détruire. » (Ps 106, 23) 

Compléments

◊L’incrédulité des juifs à l’égard de Moïse →   Si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi (Jn 5, 46)

◊La chute d(Israël dans l’idolâtrie → Jéroboam fit fabriquer deux veaux en or

Liens externes

◊ La miséricorde divine → De toi, je ferai une grande nation

◊ Si vous croyiez Moïse, vous croiriez aussi en moi →Des fondements qui s’effritent

Si vous croyiez Moïse, alors vous me croiriez aussi !

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS