• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 3 avril 2018

En nul autre que lui, il n’y a de salut (Ac 4, 1-12)

Posté par diaconos le 3 avril 2018

Extrait du livre des Actes des Apôtres au chapitre quatre

Comme Pierre et Jean parlaient encore au peuple, les prêtres survinrent, avec le commandant du Temple et les sadducéens ; 02 ils étaient excédés de les voir enseigner le peuple et annoncer, en la personne de Jésus, la résurrection d’entre les morts. 03 Ils les firent arrêter et placer sous bonne garde jusqu’au lendemain, puisque c’était déjà le soir.

Comme Pierre et Jean parlaient encore au peuple, les prêtres survinrent, avec le commandant du Temple et les sadducéens ; ils étaient excédés de les voir enseigner le peuple et annoncer, en la personne de Jésus, la résurrection d’entre les morts. Ils les firent arrêter et placer sous bonne garde jusqu’au lendemain, puisque c’était déjà le soir. (Ac 4, 1-3)

En ces jours-là, après la guérison de l’infirme, comme Pierre et Jean parlaient encore au peuple, les prêtres survinrent, avec le commandant du Temple et les sadducéens ; ils étaient excédés de les voir enseigner le peuple et annoncer, en la personne de Jésus, la résurrection d’entre les morts. Ils les firent arrêter et placer sous bonne garde jusqu’au lendemain, puisque c’était déjà le soir.

Or, beaucoup de ceux qui avaient entendu la Parole devinrent croyants ; à ne compter que les hommes, il y en avait environ cinq mille. Le lendemain se réunirent à Jérusalem les chefs du peuple, les anciens et les scribes. Il y avait là Hanne le grand prêtre, Caïphe, Jean, Alexandre, et tous ceux qui appartenaient aux familles de grands prêtres.

Ils firent amener Pierre et Jean au milieu d’eux et les questionnèrent : « Par quelle puissance, par le nom de qui, avez-vous fait cette guérison ? » Alors Pierre, rempli de l’Esprit Saint, leur déclara : « Chefs du peuple et anciens, nous sommes interrogés aujourd’hui pour avoir fait du bien à un infirme, et l’on nous demande comment cet homme a été sauvé.

Sachez-le donc, vous tous, ainsi que tout le peuple d’Israël : c’est par le nom de Jésus le Nazaréen, lui que vous avez crucifié mais que Dieu a ressuscité d’entre les morts, c’est par lui que cet homme se trouve là, devant vous, bien portant.

Ce Jésus est la pierre méprisée de vous, les bâtisseurs, mais devenue la pierre d’angle. En nul autre que lui, il n’y a de salut, car, sous le ciel, aucun autre nom n’est donné aux hommes, qui puisse nous sauver. » Constatant l’assurance de Pierre et de Jean, et se rendant compte que c’était des hommes sans culture et de simples particuliers, ils étaient surpris ; d’autre part, ils reconnaissaient en eux ceux qui étaient avec Jésus.

Mais comme ils voyaient, debout avec eux, l’homme qui avait été guéri, ils ne trouvaient rien à redire. Après leur avoir ordonné de quitter la salle du Conseil suprême, ils se mirent à discuter entre eux. Ils disaient : « Qu’allons-nous faire de ces gens-là ? Il est notoire, en effet, qu’ils ont opéré un miracle ; cela fut manifeste pour tous les habitants de Jérusalem, et nous ne pouvons pas le nier.

Source de l’image →  Kt42 : la Bible illustrée gratuite (Acts of the Apostles) 

lwf0003web.gif

Pierre et Jean montèrent au temple de Jérusalem vers  la neuvième  heure pour assister à la prière. Il y avait, là sur le parvis,  un homme boiteux de naissance, qu’on portait et qu’on plaçait tous les jours à la porte du temple appelée la Belle, pour qu’il demandât l’aumône à ceux qui entraient dans le temple. (Ac 3, 1)

Après la guérison de l’impotent et le discours prolongé de Pierre sur la résurrection de Jésus, beaucoup de gens se convertirent, le nombre des croyants s’éleva alors à près de cinq mille. Le succès de son discours et le nombre croissant des chrétiens attirèrent l’attention et provoquèrent l’opposition des adversaires.

 À  leur tête furent les sacrificateurs : nom donné dans l’Antiquité au prêtre ou à la prêtresse qui offrait les sacrifices. Avec eux se trouvèrent les sadducéens qui avaient entendu le discours de Pierre :  » Mais, voyant venir à son baptême beaucoup de pharisiens et de sadducéens, il leur dit: Races de vipères, qui vous a appris à fuir la colère à venir? » (Mt 3, 7)

Les adversaires avertirent le commandant du temple, chef de la garde du temple, qui fut lui même sacrificateur, qu’un grand rassemblement de peuple se trouvait au portique de Salomon. Deux choses les irritèrent particulièrement : ce fut d’abord que les disciples enseignèrent le peuple et obtinrent sur lui une influence qui menaça celle de ses chefs ; ensuite qu’ils annoncèrent la résurrection du Christ. Ceci contraria surtout les sadducéens, qui niaient la vie à venir.

Mais les apôtres prêchaient la doctrine de la résurrection en général : « Or, si l’on prêche que Christ est ressuscité des morts, comment quelques-uns parmi vous disent-ils qu’il n’y a point de résurrection des morts? (1 Co ,12)  Les Saducéens disaient que l’âme périssait au moment de la mort, qu’il n’y avait pas de châtiment ou récompenses après la vie , ni qu’il existât d’ange et d’esprit, tandis que les pharisiens affirmaient les deux choses. (Ac 23, 8)

Après la guérison de l’impotent  et le discours, la nuit étant proche, on ne put assembler le sanhédrin et faire comparaître les apôtres devant lui. Le commandant du temple ordonna leur arrestation et les mettre  en prison jusqu’au lendemain. Le lendemain, les membres du Sanhédrin se réunirent avec Anne le souverain sacrificateur, Caïphe, Jean, Alexandre, et tous ceux qui étaient de la race des souverains sacrificateurs.

Ils firent comparaître Pierre et Jean au milieu d’eux, ils leur demandèrent : « Par quel pouvoir, ou au nom de qui, avez-vous fait cela, vous ? » (Ac 4, 7) Ils savaient bien que ce nom était celui de Jésus ; mais ils voulurent pas leur arracher cet aveu,  afin de les accuser comme des blasphémateurs qui substituèrent le nom de Jésus au nom de Jéhovah,agissant au nom d’un homme qui fut crucifié pour avoir aspiré à la royauté.

 Pierre ayant été rempli d’Esprit saint leur dit : « Chefs du peuple et anciens, puisque nous sommes aujourd’hui recherchés pour avoir fait du bien à un homme malade, afin de savoir par quel moyen il a été sauvé ;qu’il soit notoire à vous tous, et à tout le peuple d’Israël, que c’est par le nom de Jésus-Christ le Nazaréen, que vous avez crucifié, que Dieu a ressuscité des morts ; c’est par lui que cet homme se présente devant vous bien portant. » (Ac 4,10)

Jésus est la principale pierre d’angle : « Approchez-vous de lui, pierre vivante, rejetée par les hommes, mais choisie et précieuse devant Dieu; 5et vous-mêmes, comme des pierres vivantes, édifiez-vous pour former une maison spirituelle, un saint sacerdoce, afin d’offrir des victimes spirituelles, agréables à Dieu par Jésus-Christ.  » (1 P 2, 4-5)

Le salut n’est en aucun autre. Les membres du sanhédrin furent étonnés que des hommes sans instruction, n’ayant pas fait des études rabbiniques pussent parler devant le conseil suprême de la nation avec une telle hardiesse. Et voyant là debout avec eux l’homme qui avait été guéri, ils n’eurent rien à répliquer. Mais les membres du Sanhédrin défendirent avec menaces aux apôtres de parler ou d’enseigner au nom de Jésus.

Compléments

◊  Catéchèse → Jésus est la pierre d’angle (Ac 4, 11)

◊  la Foi est un don qui nous vient de Dieu → Pour toi, qui est Jésus

◊ Extrait de l’évangile de Jean pour la messe de ce jour → Les enfants, auriez-vous quelque chose à manger ?

Liens externes

 Du site « Croire.com » → Les Actes des apôtres, une formation en douze étapes avec le Père Guillet s.j.

Le portique de Salomon

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Actes des apôtres, Catéchèse, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS