• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 7 avril 2018

Voici que la vierge concevra » (Is 7, 10-14; 8, 10)

Posté par diaconos le 7 avril 2018

Extrait du livre du livre du prophète Isaïe au chapitre sept

Fragments du Rouleau du Temple, IIme siècle av. J.-C. (Photos : Musée d'Israël, Jerusalem). Une vingtaine de rouleaux d'Isaïe a été retrouvée D'abord des textes bibliques, avec tous les livres de l'Ancien Testament (sauf celui d'Esther), notamment une quarantaine d'exemplaires de psautiers (mais aucun complet).

Fragments du Rouleau du Temple, IIme siècle av. J.-C. (Photos : Musée d’Israël, Jerusalem). Une vingtaine de rouleaux d’Isaïe a été retrouvée. D’abord des textes bibliques, avec tous les livres de l’Ancien Testament (sauf celui d’Esther), notamment une quarantaine d’exemplaires de psautiers (mais aucun complet).

En ces jours-là, le Seigneur parla ainsi au roi Acaz : «Demande pour toi un signe de la part du Seigneur ton Dieu, au fond du séjour des morts ou sur les sommets, là-haut.» Acaz répondit : « Non, je n’en demanderai pas, je ne mettrai pas le Seigneur à l’épreuve. » Isaïe dit alors : « Écoutez, maison de David ! Il ne vous suffit donc pas de fatiguer les hommes : il faut encore que vous fatiguiez mon Dieu !

C’est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe : « Voici que la vierge est enceinte, elle enfantera un fils, qu’elle appellera Emmanuel, car Dieu est avec nous.»

Source de l’image → Révélations des manuscrits de la mer morte

lwf0003web.gif

Acaz, au centre de ses soucis de roi, d’homme politique, était attaqué de tous  côtés par des ennemis. Ce fut dans cette situation que le Seigneur intervint. Dieu intervient dans l’histoire des hommes. Jésus reprocha aux Juifs ce son époque de ne pas savoir reconnaître les signes que Dieu leur faisait. Dans notre vie également Dieu nous fait des signes. Nous devons être capable de les interpréter.

Ce fut par le prophète Isaïe, porte-parole du Seigneur, que cette demande fut faite au roi Acaz, roi de Judas au huitième siècle av.J.C. Dieu offrit de produire au roi Acaz un  fait sensible qui serait pour lui et son peuple le gage de l’accomplissement de la promesse. Il y eut des cas où Dieu punit ceux qui lui demandèrent un signe : « Zacharie dit à l’ange :À quoi reconnaîtrai-je cela ? Car je suis vieux, et ma femme est avancée en âge. L’ange lui répondit : Je suis Gabriel, je me tiens devant Dieu; j’ai été envoyé pour te parler, et pour t’annoncer cette bonne nouvelle. Et voici, tu seras muet, et tu ne pourras parler jusqu’au jour où ces choses arriveront, parce que tu n’as pas cru à mes paroles, qui s’accompliront en leur temps. » (Lc 1,18-20)

Le choix du signe lui fut laissé, afin qu’il n’eut aucun prétexte pour ne pas le trouver suffisant. Le premier livre de Samuel, au chapitre vingt-huit, donne l’exemple d’un signe venant du Schéol, le séjour des morts : « En ce temps-là, les Philistins rassemblèrent leurs troupes et formèrent une armée, pour faire la guerre à Israël. Akisch dit à David : Tu sais que tu viendras avec moi à l’armée, toi et tes gens. » (1S, 28)

Acaz  feignit de croire le Seigneur, par craindre de l’offenser en lui demandant témérairement de montrer ce qu’il put faire. Cette réponse sembla indiquer chez lui la connaissance de la loi : « Vous ne mettrez pas Yahvé votre Dieu à l’épreuve, comme vous l’avez mis à l’épreuve à Massa. » (Dt 6,16) En réalité, superstitieux comme tant d’incrédules, il eut peur d’entrer en contact trop intime avec le Seigneur ; d’ailleurs, s’il acceptait le secours du Seigneur il s’engagerait à renoncer à celui de l’homme. Or, son parti fut déjà pris de recourir à l’assistance du roi d’Assyrie.

Acaz fut le représentant de la maison de David, qu’il rendit solidaire de son iniquité. Son refus fut une offense à Dieu, car ce fut lui, non le prophète, qui offrit le signe. La patience de Dieu est plus difficile à lasser que celle de l’homme ; mais elle cesse au moment où l’endurcissement de l’homme commence, et elle cède alors le pas à la justice. Le prophète Isaïe fut le seul représentant de Dieu, en présence de la royauté déchue.

Les ennemis d’Acaz furent éliminés par les Assyriens qui furent les exécuteurs du jugement du Seigneur sur son incrédulité.  Qui est la jeune mère ? Qui est Emmanuel ?  Ce fut elle qui, éclairée par la promesse de Dieu, donna à son fils le nom Emmanuel. Isaïe et ses fils furent appelés des signes en Israël.

Compléments

◊ Archive Voici que la vierge est enceinte (Is 7, 10-16)

◊ Catéchèse → Méditons le récit de l’Annonciation. (Lc 1, 26-38)

◊ Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils → Je te salue, pleine de grâce ; le Seigneur est avec toi (Lc 1, 28)

Liens externes

◊ La pensée du jour proposée par Éric Célérier  → Dieu avec nous, Emmanuel

Site Biblique sur le Net : évangile de Matthieu (étude d’un extrait)  Emmanuel, Dieu avec nous

Le mystère de l’annonciation

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS