• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 9 avril 2018

Les hommes que vous aviez mis en prison, voilà qu’ils se tiennent dans le Temple et enseignent le peuple !

Posté par diaconos le 9 avril 2018

Extrait du livre des Actes des Apôtres au chapitre cinq

le souverain sacrificateur et tous ceux qui étaient avec lui, savoir le parti des sadducéens, se levèrent, remplis de jalousie, 18mirent les mains sur les apôtres, et les jetèrent dans la prison publique.

le souverain sacrificateur et tous ceux qui étaient avec lui, savoir le parti des sadducéens, se levèrent, remplis de jalousie, 18mirent les mains sur les apôtres, et les jetèrent dans la prison publique.

En ces jours-là, intervint le grand prêtre, ainsi que tout son entourage, c’est-à-dire le groupe des sadducéens, qui étaient remplis d’une ardeur jalouse pour la Loi. Ils mirent la main sur les Apôtres et les placèrent publiquement sous bonne garde. Mais, pendant la nuit, l’ange du Seigneur ouvrit les portes de la prison et les fit sortir.

Il leur dit : « Partez, tenez-vous dans le Temple et là, dites au peuple toutes ces paroles de vie. » Ils l’écoutèrent ; dès l’aurore, ils entrèrent dans le Temple, et là, ils enseignaient.

En arrivant, les gardes ne les trouvèrent pas à la prison. Ils revinrent donc annoncer : « Nous avons trouvé le cachot parfaitement verrouillé, et les gardes en faction devant les portes ; mais, quand nous avons ouvert, nous n’avons trouvé personne à l’intérieur. » Ayant entendu ce rapport, le commandant du Temple et les grands prêtres, tout perplexes, se demandaient ce qu’il adviendrait de cette affaire.

Là-dessus, quelqu’un vient leur annoncer : « Les hommes que vous aviez mis en prison, voilà qu’ils se tiennent dans le Temple et enseignent le peuple ! » Alors, le commandant partit avec son escorte pour les ramener, mais sans violence, parce qu’ils avaient peur d’être lapidés par le peuple. (Ac 5, 17-26)

Source de l »image → KT42 – portail pour le caté – Des idées pour le caté, catéchèse des enfnants

lwf0003web.gif

Il se faisait par les mains des apôtres beaucoup de miracles et de prodiges parmi le peuple. Ces miracles et ces prodiges furent les guérisons nombreuses. Et les gens accoururent même des villes voisines de Jérusalem, apportant des malades et des gens tourmentés par des esprits impurs ; et tous furent guéris. Les  succès de l’Église à ses débuts, excitèrent l’envie des adversaires et leur haine persécutrice.

Le grand-prêtre  et les sadducéens, membres du sanhédrin se levèrent. Ces sadducéens  avec leurs vues matérialistes et leur tendance conservatrice, haïrent, plus encore que les pharisiens, des novateurs qui rendirent témoignage à la résurrection de Jésus. Ils se rendirent à l’endroit où les apôtres prêchaient  et les  firent arrêter.

Ils les firent arrêter parce qu’ils voulurent empêcher la naissance de cette nouvelle communauté, ces gens qui remettaient en cause la religion officielle. Les apôtres furent des novateurs car ils enseignaient un dogme nouveau : Jésus est le fils de Dieu. Leur manière de vivre bouleversa le système de la propriété privée car ils mirent tout en commun.

Mais au cours de la nuit, un ange vint les libérer et leur demanda d’aller annoncer hardiment au peuple, sur l’esplanade du Temple, toutes les paroles de la vie éternelle.  Aujourd’hui on dirait : « Allez annoncer ces paroles de la vie éternelle dans vos assemblées, partout où il y a des rassemblements » Nous devons communiquer ces paroles de vie sur Dieu, sur la résurrection, sur la justice, sur l’amour aussi par des actions.

Dès l’aube, les apôtres se rendirent sur l’esplanade du Temple et se mirent à enseigner. Dans la matinée, le grand prêtre, accompagné de son entourage arriva et  convoquèrent le Conseil suprême, et ils envoyèrent chercher les Apôtres dans leur cachot. On prépara une assemblé solennelle du sanhédrin, composée de septante et un membres, sous la présidence du grand-prêtre, afin de juger les apôtres.

N’ayant trouvé personne dans le cachot, ils apprirent dès leur retour que les apôtres prêchaient à nouveau sur l’esplanade,  ce qui les embarrassa fortement. Dès lors le commandant du temple, s’en étant allé avec les huissiers, les arrêtèrent, sans violence ; car l’auditoire populaire qui s’était formé autour des prédicateurs, aurait pu susciter une émeute dans laquelle le commandant du Temple et ses huissiers auraient couru le danger d’être lapidés.

COMPLÉMENTS

◊ Mode de vie des communautés chrétiennes dans l’Église à ses débuts  → Ils avaient mis tout en commun (Ac 4, 32)

◊ Une certitude → Ce Jésus, Dieu l’a ressuscité ; nous tous, nous en sommes témoins.

Lien externe

Le commencement du mal

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

Ce Jésus, Dieu l’a ressuscité ; nous tous, nous en sommes témoins (Ac 2, 14.22b- 33)

Posté par diaconos le 9 avril 2018

Extrait du livre des Actes des Apôtres au chapitre deux

Alors Pierre, debout avec les onze autres Apôtres, éleva la voix et leur fit cette déclaration : « Vous, Juifs, et vous tous qui résidez à Jérusalem, sachez bien ceci, prêtez l’oreille à mes paroles. 15 Non, ces gens-là ne sont pas ivres comme vous le supposez, car c’est seulement la troisième heure du jour. 16 Mais ce qui arrive a été annoncé par le prophète Joël :
Alors Pierre, debout avec les onze autres Apôtres, éleva la voix et leur fit cette déclaration : « Vous, Juifs, et vous tous qui résidez à Jérusalem, sachez bien ceci, prêtez l’oreille à mes paroles. Non, ces gens-là ne sont pas ivres comme vous le supposez, car c’est seulement la troisième heure du jour. 16 Mais ce qui arrive a été annoncé par le prophète Joël : Les évènements relatés au, livre des actes des apôtres ouvre le chemin au programme que l’Église doit réaliser : annoncer l’Évangile à tous les peuples de la terre.

Le jour de la Pentecôte, Pierre, debout avec les onze autres Apôtres, éleva la voix et leur fit cette déclaration : « Vous, Juifs, et vous tous qui résidez à Jérusalem, sachez bien ceci, prêtez l’oreille à  mes paroles. Il s’agit de Jésus le Nazaréen, homme que Dieu a accrédité auprès de vous en accomplissant par lui des miracles, des prodiges et des signes au milieu de vous, comme vous le savez vous-mêmes.

Cet homme, livré selon le dessein bien arrêté et la prescience de Dieu, vous l’avez supprimé en le clouant sur le bois par la main des impies. Mais Dieu l’a ressuscité en le délivrant des douleurs de la mort, car il n’était pas possible qu’elle le retienne en son pouvoir. En effet, c’est de lui que parle David dans le psaume : Je voyais le Seigneur devant moi sans relâche : il est à ma droite, je suis inébranlable.

C’est pourquoi mon cœur est en fête, et ma langue exulte de joie ; ma chair elle-même reposera dans l’espérance : tu ne peux m’abandonner au séjour des morts ni laisser ton fidèle voir la corruption. Tu m’as appris des chemins de vie, tu me rempliras d’allégresse par ta présence. Frères, il est permis de vous dire avec assurance, au sujet du patriarche David, qu’il est mort, qu’il a été enseveli, et que son tombeau est encore aujourd’hui chez nous.

Comme il était prophète, il savait que Dieu lui avait juré de faire asseoir sur son trône un homme issu de lui. Il a vu d’avance la résurrection du Christ, dont il a parlé ainsi : Il n’a pas été abandonné à la mort, et sa chair n’a pas vu la corruption. Ce Jésus, Dieu l’a ressuscité ; nous tous, nous en sommes témoins. Élevé par la droite de Dieu, il a reçu du Père l’Esprit Saint qui était promis, et il l’a répandu sur nous, ainsi que vous le voyez et l’entendez. »

lwf0003web.gif

Pierre se présenta, dans l’attitude de l’orateur, entouré des onze ; il prononça des paroles influencées par l’Esprit Saint. Il réclama l’attention de son auditoire. Dans ce premier discours, il expliqua d’abord le miracle de la Pentecôte par la grande prophétie de Joël.

Il annonça aux Juifs que Jésus de Nazareth, crucifié par eux, mais ressuscité et élevé à la droite de Dieu, d’où il répandit sur ses disciples le Saint-Esprit, est bien le Messie. Pierre, après avoir expliqué le miracle de la Pentecôte en vint immédiatement à parler de Jésus, dont il rappela la mort et prouver la résurrection, dont il affirma que Jésus ressuscité a répandu sur son Église l’Esprit de Dieu, pour conclure que c’est lui le Seigneur et le Christ.

Il donna à Jésus le nom de Nazaréen, par lequel le peuple juif le désignait, mais il ajouta les titres glorieux dont Dieu le revêtit  auprès de son peuple. Dieu l’avait accrédité par des œuvres de puissance divine dont Pierre accumula les termes, et qui furent comme autant de lettres de créance : « Dieu joignait son témoignage par des signes, des prodiges, toutes sortes de miracles, et le partage des dons de l’Esprit Saint, selon sa volonté. » (He 2, 4)

Afin de faire sentir à ses auditeurs leur responsabilité en présence de ce message divin, Pierre leur déclara qu’il  eut lieu auprès d’eux. Jésus fut livré par Judas, puis cloué sur une croix. Pour Pierre, cette mise à mort, ce fut le peuple qui la réclama et cria : « Que son sang soit sur nous et sur nos enfants ? »  Cette solidarité de tout le peuple avec le sanhédrin qui condamna le Sauveur fut profondément sentie par les auditeurs de Pierre. Si la mort de Jésus sembla être la négation de sa messianité, sa résurrection en fut l’affirmation. Pierre employa tout le reste de son discours à le prouver.

Le psaume de David disait à son sujet :  » Ma chair elle-même repose en confiance :  tu ne peux m’abandonner à la mort ni laisser ton ami voir la corruption. » (Ps 16, 9-10) Dans un joyeux élan de foi, le psalmiste prit possession de ce qui ne devra être révélé que bien des siècles plus tard ; il ne douta pas que le Seigneur qui se donna à lui, ne le sauve de la mort. C’est donc comme prophète que David a parlé et que Pierre lui attribua la vue de deux faits importants dans l’avenir.

David sut par la promesse infaillible de Dieu qu’un de ses descendants serait assis sur son trône, régnant sur un royaume qui serait la réalisation spirituelle et éternelle du sien. Prévoyant, il parla  en prophète de la résurrection du Christ, par qui seulement furent accomplies les espérances exprimées dans le Psaume 16. C’est en tant que témoin de la résurrection de Jésus que Pierre fit ce discours

Compléments

◊   Témoignage → Ce Jésus, Dieu l’a ressuscité ; nous tous, nous en sommes témoins.

◊ La résurrection du Christ est à l’œuvre au présent → Jésus, le ressuscité, n’est pas chez les morts

 Une certitude → Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants (Lc 20, 27-40)

Publié dans Actes des apôtres, Nouveau Testament, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS