Le service : Jésus serviteur

Posté par diaconos le 31 août 2018

Toute la vie de Jésus est tournée vers Dieu. Il veut faire sa volonté! "Père... J'ai achevé l'œuvre que tu m'as donnée... Je leur ai fait connaître Ton Nom!" Jean 17 Toute la vie de Jésus est tournée vers les autres. Il accompagne, guérit, purifie, relève, pardonne, écoute, instruit, encourage, donne son temps,... Il engage toute sa vie pour les hommes. Parce que Jésus est Le Serviteur de Dieu, il devient Serviteur des hommes.

Toute la vie de Jésus est tournée vers Dieu. Il veut faire sa volonté ! « Père… J’ai achevé l’œuvre que tu m’as donnée… Je leur ai fait connaître Ton Nom ! » (Jean 17) Toute la vie de Jésus est tournée vers les autres. Il accompagne, guérit, purifie, relève, pardonne, écoute, instruit, encourage, donne son temps,… Il engage toute sa vie pour les hommes. Parce que Jésus est Le Serviteur de Dieu, il devient Serviteur des hommes.

À  l’origine du titre, il y a une série de chants dits « Chants de Yahvé ». En particulier le quatrième (Is 52,13-53,12). La communauté primitive a vu dans ce texte une annonce et une interprétation de la passion et de la mort de Jésus.

Source de l’image → Christianisme – Niooz.fr

Ici aussi, Jésus n’a jamais déclaré être serviteur. Des indices littéraires donnent à penser qu’il a compris sa vocation et sa mission à la lumière de ces textes ( Mc 9,12 -10, 4-14, 8-14,24- ; Lc 23,4). Le désaccord des exégètes sur l’authenticité de ces textes ne permet pas aux théologiens d’acquérir une certitude suffisante pour en faire un élément fondamental d’une construction théologique sur la conscience historique de Jésus.

Nous devons pour aborder cette question prendre en considération partit des titres que Jésus employa pour se désigner et  mettre en lumière la conscience de soi émanant de sa personnalité et de son autorité. Cette voie d’investigation a au moins l’avantage  d’avoir pour elle une garantie historique.

Jésus commenta lui-même ses paraboles. Le seul témoignage qu’il port a sur lui-même, ce fut ce qu’il a dit, accompli, relié à la façon dont il l’eut dit et accompli avec autorité et liberté. Finalement, la conscience que Jésus avait sur lui-même est à rechercher dans sa personnalité libre.

Compléments

◊ Enjeux dans l’histoire des juifs → Le procès de Jésus 

◊ Hypothèses de recherche →  Témoignage de Jésus sur lui-même

◊ Témoignage de foi → Dieu l’a fait Seigneur et Christ

◊ En chemin vers le messie → On dit Jésus Messie mais…

Liens externes

◊ Catéchèse → Jésus serviteur – Les titres donnés à Jésus

◊ Du site « Idées-Caté » → Pour être grand, devenir serviteur – Idées-Caté

◊ Bible Info → Jésus, le parfait serviteur de Dieu

Jésus, le Messie, le serviteur

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Enseignement, Messages, Page jeunesse, Religion, Rencontrer Dieu | Pas de Commentaire »

Jésus d’après le jugement de ses contemporains

Posté par diaconos le 29 août 2018

Résultat de recherche d'images pour "Jésus Messie"Pour ses contemporains, Jésus est un homme charismatique et non un Rabbi. L’opinion commune c’était que Jésus de Nazareth est un prophète puissant.en action et en paroles devant Dieu et devant tout le peuple.  Ses contemporains étaient divisés sur son identité : il ne s’inscrivait pas dans la lignée classique des prophètes.

Jésus accepta d’être jugé « Prophète » : il prétendit être possesseur de l’Esprit et revendiqua la puissance prophétique. Il est prophète parce que dans une fidélité absolue à sa mission et une liberté sans compromission, il annonça l’existence radicale de Dieu, avec pleine lucidité sur les enjeux sociaux et individuels.

Le but premier de sa mission fut de révéler Dieu Père et un style de vie pour tous : accueillir le Règne de Dieu. Sa parole et son action ont revêtu une forme messianique. Quant à  l’espérance populaire,, elle était liée à des visées nationalistes.

Jésus refusa le rôle de messie. Les tentations exprimèrent l’ambivalence de la situation religieuse et politique de Jésus : il n’était pas l’Envoyé attendu pour arracher Israël à son esclavage politique. D’après le témoignage rendu par ses contemporains, Jésus paraît avoir laissé ses auditeurs sur leur faim : ils n’arrivèrent pas à une certitude à son sujet.

Sa parole et son action invitent à accueillir dans le présent le Règne de Dieu. Quant aux efforts d’identification de l’origine de son attitude, ils conduisent rien qu’à des hypothèses. Les chefs religieux pressèrent Jésus à dire lui-même ce qu’il juge être à l’origine de son attitude.

Ils lui posèrent la question : « Jusqu’à quand vas-tu nous tenir en suspens ?  Si tu es le Messie, dis le nous ouvertement » (Jn 10, 24) Le jugement des contemporains fut attesté de façon certaine. ; il n’entrait pas dans la confession de foi d’après la Résurrection car pour eux, il n’y  avait aucune raison d’unifier l’histoire d’avant Pâques et celle d’après Pâques.

Pour les évangélistes, jésus représente le Christ pascal, le Ressuscité. Alors, qu’est-il vraiment pour ses contemporains ? Jésus ne s’est pas déclaré lui-même « Messie » : la communauté primitive fut inquiète du silence de Jésus sur ce sujet. Le procédé littéraire de Marc répondit à cette inquiétude.  Pierre proclama sa foi à Césarée de Philippe. Quand Jésus demanda à ses disciples : « Qui dites-vous que je suis ? », Pierre répondit :  « Tu es le Messie » (Mc 8, 29).

Compléments

◊ → Le procès de Jésus 

◊ Hypothèses de recherche →  Témoignage de Jésus sur lui-même

◊ Témoignage de foi → Dieu l’a fait Seigneur et Christ

◊ En chemin vers le messie → On dit Jésus Messie mais…

Liens externes

◊ Qui est Jésus ? → Que signifient les autres titres de Jésus : Messie, Seigneur, Fils de ‘Homme

Jésus est-il bien le messie ?

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Catéchèse, Dieu, Enseignement, Histoire, Religion, Rencontrer Dieu | Pas de Commentaire »

Le procès de Jésus

Posté par diaconos le 28 août 2018

Le procès de Jésus devant le Sanhédrin est l'une des scènes principales de la Passion du Christ. Dans le Nouveau Testament, elle se situe juste après l'arrestation de Jésus au jardin des Oliviers, à Jérusalem, et précède de peu sa comparution devant Ponce Pilate, préfet de la province romaine de Judée, et la crucifixion. C'est pendant ce procès qu'a lieu le reniement de Pierre

Le procès de Jésus devant le Sanhédrin est l’une des scènes principales de la Passion du Christ. Dans le Nouveau Testament, elle se situe juste après l’arrestation de Jésus au jardin des Oliviers, à Jérusalem, et précède de peu sa comparution devant Ponce Pilate, préfet de la province romaine de Judée, et la crucifixion. C’est pendant ce procès qu’a lieu le reniement de Pierre

C’est l’attitude de Jésus et non son message pris dans son contenu qui engendra une opposition définitive entre lui et les chefs du peuple. Les raisons du conflit, du procès et de la mort de Jésus sont omises par la plupart des théologiens.

Source de l’image

  Des archéologues retrouvent le site du procès de Jésus

Les raisons du conflit entre Jésus et ses contemporains furent la contestation de l’autorité de la Loi, la déception provoquée par le refus des représentations messianiques, le déplacement du centre de gravité de la religion et l’intrusion dans l’organisation sociale.

L’autorité de la Loi était indiscutée : l’autorité de Moïse en, garantissait la ,validité et sa structure était intangible. Jésus déplaça le centre de gravité de la vie juive : ce n’est plus la Loi ! Il réduisit du même coup à néant l’institution organisée pot sa défense et sa permanence : le chemin vers Dieu est autre que celui  tracé par les chefs du peuple.

Dieu doit être honoré en esprit et en vérité et non au Temple, ni au mont Garysim. Jésus introduisit un principe qui rendit vaine la manière dont le judaïsme avait organisé les rapports avec Dieu. D’où la question : Jésus est-il un homme de Dieu ou un blasphémateur ?

Les sources du conflit furent son attitude, sa manière d’être, sa manière de dire des choses. Dès lors, Jésus fut considéré comme une personne dangereuse car il contesta l’autorité de la Loi. Jésus assuma jusqu’au bout les choix qu’il fit librement avec une confiance absolue en Dieu.

Il déplaça le centre de gravité de la religion  en en ouvrant un accès aux païens. Lais, il déçut le peuple et ses aspirations politiques. Lorsqu’il  chassa les vendeurs du Temple, par exemple, il fut tout de suite reconnu comme dangereux.

Quels furent les enjeux dans l’histoire des juifs ? Du point de vue de la religion : Jésus fut reconnu « faux prophète donc il blasphéma ! Du point de vue politique, la sécurité de l’état es menacée : donc il est agitateur. Jésus homme d’autorité fut réduit à rien.

Jésus entra librement dans sa passion. Quand nous partageons le pain, le côté cultuel, nous avons notre part à apporter en tant qu’Église par ce que nous sommes fondamentalement bon, bien que pêcheur. Mais, c’cst dans l’offrande du Christ. Autrement dit : l’Église dans le Christ, c’est le Christ qui sauve.

La dernière Cène est un élément central. On ne peut séparer vie, mort et résurrection de Jésus. Il est intéressant que nous relisions le chemin de Jésus pour la catéchèse, pour la forme et pour le fond. Dans la catéchèse, il serait intéressant que  nous mettions l’accent sur sa personnalité « homme libre », à partir de textes de nos évangiles.

Compléments

◊ Hypothèses de recherche →  Témoignage de Jésus sur lui-même

◊ Témoignage de foi → Dieu l’a fait Seigneur et Christ

◊ En chemin vers le messie → On dit Jésus Messie mais…

Liens externes

◊ Question fondamentale →  Comment s’est déroulé le procès de Jésus avant sa crucifixion …

Le procès de Jésus devant le Sanhédrin, Jean 18, 13-27

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Enseignement, Histoire, Méditation, Religion | Pas de Commentaire »

Témoignage de Jésus sur lui-même

Posté par diaconos le 27 août 2018

Quel témoignage Jésus a-t-il porté historiquement sur lui-même ?

Cette expression est souvent associée à la précarité l'homme, sa fragilité, sa petitesse devant Dieu. Mais elle est aussi mise en lien avec le projet de Dieu: ce petit homme, ce "terreux", Dieu en fait le maître de la création et le comble de ses dons. Le psalmiste peut alors s'écrier, ébahi: "Qu'est-ce que l'homme pour que tu te souviennes de lui, le fils d'homme pour que tu en aies souci ?" (Psaume 8, 5).

Cette expression est souvent associée à la précarité l’homme, sa fragilité, sa petitesse devant Dieu. Mais elle est aussi mise en lien avec le projet de Dieu: ce petit homme, ce « terreux », Dieu en fait le maître de la création et le comble de ses dons. Le psalmiste peut alors s’écrier, ébahi: « Qu’est-ce que l’homme pour que tu te souviennes de lui, le fils d’homme pour que tu en aies souci ? » (Psaume 8, 5).

Pour aborder cette question, les exégètes considérèrent les textes dans une démarche traitant les textes dits historiques à la manière des historiens, d’où l’élimination des textes relatifs à la foi pascale. Dès lors, ils présentèrent des traits psychologiques divers de Jésus conduisant à l’élaboration d’une biographie du Christ. Cette manière d’aborder la question de la conscience de Jésus sur lui-même conduisit à des résultats décevants.

Pour obtenir un meilleur résultat, il fallait reconnaître que les évangiles étaient des confessions de foi et les traiter comme telles, mais ils oublièrent qu’ils ne sont pas privé de valeur historique.

Hypothèses de recherche

  • Devaient-ils revenir à l’aspect dogmatique issu des confessions de foi et de faire équivaloir ce qui était dit du Christ ainsi que du contenu de la conscience que Jésus eut de lui-même ?
  • Devaient-ils, malgré les obstacles, rassembler des indices nous conduisant au témoignage que Jésus porta sur lui-même ? Ce qui signifie découvrir dans les documents évangéliques le témoignage que porta Jésus sur lui-même.

La première hypothèse élimine la tension entre Christ ressuscité et Christ avant l’évènement pascal. Cette tension apparaît dans sa parole, dans ses actes et dans sa personnalité.

La deuxième hypothèse présente deux voies à suivre. La première , c’est de faire l’inventaire des titres ou  qualités très utilisés par Jésus pour se désigner. La seconde, c’est de mettre en lumière la conscience de soi émanant de son autorité et de sa liberté.

La première voie eut les faveurs des exégètes et des théologiens : parmi les titres et qualités que Jésus se serait appliqué à lui-même, on releva quatre titres évangéliques fondamentaux : Messie, Fils de Dieu, Fils de l’homme et serviteur. Chacun de ces titres peut donner naissance à une Christologie originale.

Le Christ s’est-il identifié à l’une de ces figures ? Pour répondre à cette question, il convient  d’étudier chacun de ces titres.

  1.  Messie : Jésus ne s’est pas déclaré lui-même « Messie ». La communauté primitive s’inquiéta  du silence de Jésus à ce sujet. Le procédé littéraire de Marc répond à cette inquiétude. Jésus n’ignorait pas sa dignité messianique ; elle avait été confessée par Pierre à Césarée et il le fit aussi devant le Sanhédrin . Jésus avait imposé à ses disciples le silence sur cette question car il n’était pas le messie tel que le peuple l’envisageait.
  2. Fils de Dieu : Ce titre soulève des difficultés semblables. Jésus ne se désigna jamais « Fils de Dieu »
  3. Fils de l’homme : ce titre dérive de l’Ancien Testament ; il fut peu usité par la communauté primitive.  Les théologiens de l’Église à ses débuts, en ignorèrent la portée : Fils de l’homme est ici un titre de majesté et de gloire.
  4. Jésus serviteur : à l’origine de ce titre une série de chants dits  » Chants du serviteur de Yahvé » et en particulier le quatrième (Is 52, 13-53, 12). La communauté primitive a vu dans ce texte une annonce et une interprétation de la passion et de la mort de Jésus. Ici aussi, Jésus n’a jamais déclaré « être ce serviteur ».

Des indices littéraires permettent de dire que Jésus a compris sa mission à la lumière de ces textes (Mc 9,12 ; 10, 15 ; 14, 8 ; 14 24 ; Lc 23, 34…) Finalement, pour aborder la la question de la conscience que Jésus avait de lui-même, nous devons prendre en considération la deuxième  voie. Cette voie a au moins l’avantage d’avoir une garantie historique :

  1. Jésus commente lui^-même ses paraboles
  2. La conscience de Jésus sur lui-même est à rechercher dans sa personnalité libre.

Compléments

◊ Témoignage de foi → Dieu l’a fait Seigneur et Christ

◊ En chemin vers le messie → On dit Jésus Messie mais…

Liens externes

◊ Commission théologique,internationale → La conscience que Jésus avait de lui-même et de sa mission

Preuves de l’existence historique de Jésus

 Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Catéchèse, Enseignement, Foi, Histoire, Page jeunesse, Religion | Pas de Commentaire »

12
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS