Le bol de soupe

Posté par diaconos le 28 octobre 2018

C’est avec une effusion de tendresse que la vielle dame partagea sa soupe avec un africain

C’est avec une effusion de tendresse que la vielle dame partagea sa soupe avec un africain. Cela nous invite à montrer de la bonté dans tous nos gestes. Soyons à l’écoute des autres.

Cette histoire vécue se passa en Suisse dans un restaurant self-service. Une dame âgée prit un bol de soupe. Au moment de s’installer à l’une des nombreuses tables, elle s’avisa qu »elle a oublié de prendre une cuillère. Déposant son plateau, elle s’en va en chercher une. Lorsqu’elle revint, surprise ! Un noir s’est installé devant le bol, et il trempe sa cuillère dans la soupe.  « Plutôt gonflé ce noir ! » pensa la dame. « Mais il a l’air si gentil, ne le brusquons pas. »

« Vous permettez ? Le noir ne répondit que par un large sourire. Madame commença à manger. Mais le noir retira un peu le bol qu’il plaça au milieu de la table, et y retrempa sa cuillère ! Il le fit avec une douceur telle, dans le geste et le regard, que la dame laissa faire, désarmée.

Une silencieuse complicité se fut même établie. La soupe finie, le noir se leva, fit signe à la dame de ne pas bouger. Il revint bientôt avec une grande portion de frites qu’il posa au milieu de la table, et il invita sa nouvelle compagne à se servir. Comme la soupe, les frites furent partagées. Le noir se leva encore, toujours avec le sourire. Avec un grand merci, il s’en alla.

La dame songea à partir. Elle chercha son sac à main, qu’elle avait laissé accroché au dossier de la chaise. Plus de sac ! Mais lors, ce noir… Elle s’apprêta à demander que l’on poursuive ce pickpocket en fuite. À cet instant, elle vit un peu plus loin, près d’une fenêtre toute semblable, son sac à main. Et sur la table, un bol de soupe  qui avait cessé de fumer, sur un plateau où manquait une cuillère ! Ce n’était le noir qui avait bu sa soupe, mais elle en se trompant de table avait consommé celle du noir… Et en quittant le restaurant, il lui avait dit merci.

« Un simple geste d’humain, quand se desserrent ainsi nos poings,
Quand s’écartent nos phalanges, sans méfiance, une arme d’échange,
Des champs de bataille en jardin. »

Auteur : Jean-Jacques Goldman – Nos mains

lwf0003web.gif

Il y a un trésor que nous pouvons emporter avec nous, que personne ne peut nous voler, c’est le trésor du cœur, a dit le pape François dans la chapelle de la résidence Saine-Marthe Vatican) au cours de sa messe quotidienne. Parlant des richesses matérielles, il ne résista  pas à une de ses saillies provocatrices qu’il affectionne et qui font mouche : « Pour ma part, je n’ai jamais vu un camion de déménagement derrière un cortège funèbre ! » Plaidant en faveur du dépouillement et de la pauvreté dans l’Église.

Le partage crée la richesse et l’accaparement des ressources de la vie sans partage engendre l’appauvrissement et l’exclusion, La richesse n’est pas dans la possession et la consommation des choses mais dans le cœur, dans les relations humaines, la solidarité, le respect de l’autre, la fraternité, l’inclusion.  (Pape François, le 25 juillet 2013 en rencontrant une famille des plus pauvres au cœur de Varginha, favela parmi les plus mal famées de Rio de Janeiro)

Retrouvons le sens évangélique de la charité : aimer , être à l’écoute de l’autre, rendre service, partager, être attentif aux plus pauvres

Mettons de la bonté dans tous nos gestes. Soyons à l’écoute des malheureux pour les rendre plus heureux. Qui dans ton entourage, attend de toi un geste de charité  ? Le Christ attend que nous ayons un visage souriant et non pas une tronche lugubre et déprimée ! Nous sommes tous appelés à la conversion, tous invités : c’est un rendez-vous d’amour. La première démarche, c’est de nous mettre à l’écoute attentive de la  Bonne Nouvelle : c’est la rencontre avec Jésus que nous croyons connaître  et qui ne cesse de nous étonner, de nous secouer, voire de nous choquer à chaque nouveau contact. C’est dans cet esprit que nous pouvons  entreprendre et vivre ce temps de l’Avent qui commencera bientôt et qui nous préparera à la fête de Noël.

L’Avent est un temps fort qui nous provoque à réorienter notre vie, à sortir de la routine, à redécouvrir combien Dieu nous aime tous et à venir en aide, par notre pratique de l’aumône et du partage, aux personnes qui sont moins favorisées.

Compléments

◊ Un geste de partage : cliquez ici →  Donne à celui qui a faim

  Aime ton prochain et porte lui assistance : cliquez ici → Ce n’est pas un fardeau, c’est mon frère !

Liens externes

◊ Nouvelle année liturgique . cliquez ici → Temps de l’Avent (du premier dimanche de l’Avent à la …

◊ Abbaye saint Benoît ; cliquez ici → DE LA CHARITÉ CHRÉTIENNE

Début de l’année liturgique

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS