• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 31 octobre 2018

L’enfant préféré

Posté par diaconos le 31 octobre 2018

Un jour, un calife fit venir un homme très simple, dont on lui avait dit qu’il était un sage. Pour éprouver sa sagesse, le calife lui posa cette question : « On me dit que tu as de nombreux enfants ; veux-tu me dire lequel est ton préféré ? » Et l’homme de répondre :  « Celui de mes enfants que je préfère, c’est le plus petit, jusqu’à ce qu’il grandisse, celui qui est loin, jusqu’à ce qu’il revienne, celui qui est malade, jusqu’à ce qu’il guérisse, celui qui est prisonnier, jusqu’à ce qu’il soit libéré, celui qui est éprouvé, jusqu’à ce qu’il soit consolé

Conte arabe

Chaque enfant est une promesse et un miracle de bonheur et d’amour

Non, les enfants sont un don, ils sont un cadeau : compris ? Les enfants sont un don. Chacun est unique et irremplaçable et, en même temps, nécessairement lié à ses racines. En effet, être fils ou fille selon le dessein de Dieu signifie porter en soi la mémoire et l’espérance d’un amour qui s’est réalisé précisément en donnant la vie à un autre être humain, original et nouveau.

Non, les enfants sont un don, ils sont un cadeau : compris ? Les enfants sont un don. Chacun est unique et irremplaçable et, en même temps, nécessairement lié à ses racines. En effet, être fils ou fille selon le dessein de Dieu signifie porter en soi la mémoire et l’espérance d’un amour qui s’est réalisé précisément en donnant la vie à un autre être humain, original et nouveau.

Peu importe le lieu où il vint au monde, peu importe s’il a les yeux bridés ou la peau mate, chaque enfant est un peu le nôtre. Placé sous notre responsabilité parce qu’il est à la fois une partie du monde, une partie de nous-mêmes, le fruit de notre histoire et le creuset de nos espoirs.

Pour chaque enfant, des espoirs de géants pour des épaules apparemment bien fragiles. Fragiles ? Pourtant les enfants ont mille pouvoirs que nous avons oubliés : eux seuls sont capables de toucher les étoiles, de retrouver le petit poucet et de tutoyer Dieu. Et pour eux, une vie est pleine de « je », pleine de vies.

À bien y regarder, il y a même dans l’éclat de leur rire comme un fragment d’éternité, une brèche ouverte dans la réalité, un trou blanc où le temps s’arrête, où l’énergie envahit l’espace. Chaque enfant est une merveille, et quand il grandira pourra-t-il faire du mal à un  autre,  qui est comme lui aussi une merveille ?

Après avoir développé une réflexion autour des figures de la mère et du père lors de ses précédentes catéchèses, le pape François a choisi lors de l’audience du mercredi  11 février 2015 de parler des enfants. Il  releva le lien étroit entre l’espérance d’un peuple et l’harmonie entre les générations.

Aimés avant de venir au monde

Le pape François affirma que les enfants sont la joie de la famille comme de la société. Ils ne sont pas un problème de biologie reproductive, un des innombrables moyens de se réaliser, ou encore moins une propriété des parents. Non ! Les enfants sont un don. Pour les parents, chaque enfant est unique, différent. Et le pape de raconter aux fidèles une anecdote personnelle: « Ma mère avait cinq enfants, et lorsqu’on lui demandait lequel était son préféré, elle répondait : ‘j’ai cinq enfants, comme les cinq doigts de la main. Si on frappe celui-ci, cela me fait mal, si on frappe celui-là, cela me fait mal. Ils sont tous mes enfants, mais ils sont chacun différents, comme les doigts d’une main »

L’enfant est aimé non pour sa beauté ou pour ses qualités. Il est aimé pour lui-même, pour ce qu’il est, avant même de venir au monde, Ainsi, observa le pape François, l’expérience d’être fils, d’avoir été aimé en premier avant même de venir au monde, sans aucun mérite, permet de découvrir la dimension gratuite de l’amour de Dieu, qui est le fondement de la dignité personnelle.

Une société qui ne s’entoure pas d’enfants est déprimée

«Aujourd’hui, il est plus difficile pour les enfants d’envisager l’avenir, reconnait le souverain pontife. Il est juste qu’ils désirent, sans arrogance ni présomption, un monde meilleur ; mais ils doivent, selon le quatrième commandement, honorer leur père et leur mère, afin de garantir l’avenir de la société, car il y a un lien entre l’espérance d’un peuple et l’harmonie entre les générations».

Une société qui n’honore pas ses parents est une société sans honneur, a lancé le pape. Pareillement, une société qui n’aime pas s’entourer d’enfants, qui les considère comme un souci et un risque, et les familles nombreuses comme un poids est une société déprimée.

Que croyons-nous au sujet de l’origine de la vie ? C’est une question que, comme chrétiens, nous abordons avec humilité. Au sujet de l’embryon, comme pour tout ce qui touche la foi, nous nous reconnaissons dépositaires d’une espérance et jamais de certitude, disait Didier Sicard (médecin et professeur de médecine français)

Les découvertes récentes concernant le génome humain corroborent de bien des manières cet inédit de Dieu que constitue chaque homme en venant à la vie. L’homme est créé à neuf par Dieu, à la fois solidaire de toute l’espèce humaine dans son patrimoine génétique, et unique dans le dessein de Dieu. C’est là, par sa place unique dans le projet de Dieu, que commence la véritable histoire de l’enfant à naître. Chaque être humain est un don de Dieu, appelé à devenir ce qu’il est dans la communauté des hommes.

Compléments

◊ Catéchèse : cliquez ici →   Ce n’est pas un fardeau, c’est mon frère !

◊ Toute vie est un bien précieux : cliquez ici → Accueillir l’enfant à naître, pour accueillir la vie

Liens externes

◊ Pape François : cliquez ici → Les enfants sont la joie de la famille et de la société

◊ Message de Top Chrétien : cliquez ici → Aimez vous les uns les autres

L’enfant préféré : sujet tabou ?

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, Enseignement, Histoire, Méditation, Religion | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS