• Accueil
  • > Archives pour novembre 2018

La Prière à Saint Michel du pape Léon XIII

Posté par diaconos le 30 novembre 2018

Envoyé sur ma page Facebook par Jean-Pierre Aussant

La Prière à Saint Michel du pape Léon XIII – une prophétie au sujet de la future Apostasie à Rome

 Saint Michel est un des sept archanges majeurs (avec Gabriel et Raphaël notamment) des religions abrahamiques (judaïsme, christianisme, et islam).

Saint Michel est un des sept archanges majeurs (avec Gabriel et Raphaël notamment) des religions abrahamiques (judaïsme, christianisme, et islam).

La version de la Prière à saint Michel Archange du pape Léon XIII est prophétique. Composée il y a plus de cent ans, puis supprimée, la version originale de la Prière à saint Michel du pape Léon XIII est une prière très intéressante et controversée concernant la situation actuelle dans laquelle se trouve la véritable Église catholique. Le 25 septembre 1888, des suites de sa messe matinale, le pape Léon XIII devint traumatisé à tel point qu’il s’évanouit. Les personnes présentes le croyaient mort.

Après avoir repris connaissance, le pape fit la description d’une effrayante conversation, dont il fut témoin, provenant du tabernacle. La conversation se composait de deux voix – des voix que le pape Léon XIII identifia clairement comme étant celles de Jésus-Christ et du Diable. Le Diable se vantait de pouvoir détruire l’Église, s’il lui était accordé 75 ans (ou cent ans selon certains témoignages) pour mener son plan. Le Diable demanda aussi la permission pour « une plus grande influence sur ceux qui se donnent à mon service. » Aux exigences du Diable, il est rapporté que Notre-Seigneur ait répondu : « Il te sera donné le temps et la puissance. »

Profondément choqué par ce qu’il avait entendu, le pape Léon XIII composa la Prière à saint Michel (qui est aussi une prophétie), et ordonna qu’elle soit récitée après toutes les Messes Basses pour protéger l’Église des attaques de l’Enfer. Ce qui suit est la prière (notez particulièrement les parties en gras), suivie de certains de nos commentaires.

La prière a été tirée de la version en anglais du Raccolta (Benzinger Bros, 1930, pp. 314-315). The Raccolta est une collection imprimatur de prières officielles et indulgenciées de l’Église catholique.

La prière

« Très glorieux Prince de l’armée céleste, saint Michel Archange, défendez-nous dans le combat et la lutte qui est la nôtre contre les Principautés et les Puissances, contre les souverains de ce monde de ténèbres, contre les esprits de malice répandus dans les airs. Venez en aide aux hommes, que Dieu a créés incorruptibles, et faits à Son image et ressemblance, et rachetés à si haut prix de la tyrannie du Diable.

Combattez aujourd’hui, avec l’armée des Anges bienheureux, le combat du Seigneur, comme vous avez combattu jadis contre le chef de l’orgueil Lucifer et ses anges rebelles ; et ils n’eurent pas le dessus, et on ne trouva plus leur place dans le ciel, mais il fut jeté, ce grand dragon, l’antique serpent, celui qu’on appelle le Diable et Satan, celui qui égare le monde entier ; et il fut jeté sur la terre, et ses anges furent jetés avec lui.

Voilà que cet antique ennemi et homicide s’est dressé avec véhémence. Déguisé en ange de lumière, avec toute la horde des mauvais esprits, il parcourt et envahit la terre profondément, afin d’y effacer le nom de Dieu et de Son Christ, et de voler, tuer et perdre de la mort éternelle les âmes destinées à la couronne de la gloire éternelle. Le poison de sa malice, comme un fleuve répugnant, le dragon malfaisant le fait couler dans des hommes à l’esprit dépravé et au cœur corrompu ; esprit de mensonge, d’impiété et de blasphème ; et souffle mortel de la luxure et de tous les vices et iniquités.

L’Église, l’épouse de l’Agneau immaculé, des ennemis très rusés l’ont saturée d’amertume et abreuvée d’absinthe, et ont posé leurs mains impies sur ses possessions les plus sacrées. Dans le Lieu saint même, là où a été établi le Siège du bienheureux Pierre et la Chaire de la Vérité pour la lumière du monde, ils ont élevé le trône de leur abominable impiété, dans le dessein inique que le pasteur ayant été frappé, le troupeau puisse être dispersé. Soyez donc là, Chef invincible, auprès du peuple de Dieu, contre les assauts des forces spirituelles du mal, et donnez-lui la victoire. C’est vous que la sainte Église vénère comme son gardien et son patron. Vous qu’elle se fait gloire d’avoir comme défenseur contre les puissances criminelles de la terre et de l’enfer. C’est à vous que le Seigneur a confié les âmes des rachetés pour les introduire dans la céleste félicité. Conjurez le Dieu de paix d’écraser Satan sous nos pieds, afin qu’il ne puisse plus retenir les hommes dans ses chaînes, ni nuire à l’Église. Présentez au Très-Haut nos prières, afin que, bien vite, nous préviennent les miséricordes du Seigneur, et que vous saisissiez le dragon, l’antique serpent, qui est le Diable et Satan, et que vous le jetiez enchaîné dans l’abîme, en sorte qu’il ne puisse plus jamais séduire les nations. Amen.

Voici la Croix du Seigneur, fuyez, Puissances ennemies ! Il a vaincu, le Lion de la tribu de Juda, le Rejeton de David ! Que votre miséricorde, Seigneur, s’exerce sur nous ! Dans la mesure de notre espérance en vous. Seigneur, exaucez ma prière ! Et que mon cri parvienne jusqu’à vous.

♦ Source de l’image → Prière de protection à l’Archange saint Michel

Prions

Dieu et Père de Notre-Seigneur Jésus-Christ, nous invoquons votre saint Nom, et nous lançons un appel suppliant à votre bonté : afin que par l’intercession de Marie Immaculée, Mère de Dieu et toujours Vierge, et du glorieux saint Michel Archange, vous daigniez nous accorder votre secours contre Satan et tous les autres esprits impurs qui rôdent dans le Monde pour nuire au genre humain et perdre les âmes. Par le même Christ Notre Seigneur. Amen. »

Comme on peut s’en rendre compte après avoir lu la prière, le pape Léon XIII semblait avoir envisagé et prédit la Grande Apostasie ; et il semblait annoncer qu’elle serait conduite depuis Rome – Rome qui seule est « le Lieu saint même, là où a été établi le Siège du bienheureux Pierre et la Chaire de la Vérité pour la lumière du monde. » Le pape Léon envisagea que cet endroit (la cité du Vatican à Rome) – où fut instituée la Chaire de Pierre par le premier pape, saint Pierre en personne, deviendrait le trône de l’abominable impiété de Satan, dans le « dessein inique que le pasteur (le vrai pape) ayant été frappé, le troupeau (les fidèles catholiques) puisse être dispersé. » Ce sont les propos du pape Léon XIII.

Le pape Léon XIII n’a pas prédit la défection de l’Église catholique (ce qui est impossible, puisque les portes de l’Enfer ne prévaudront jamais contre l’Église [Mat. 16]), ni la défection de la Chaire de Pierre (ce qui est également impossible), mais plutôt la mise en œuvre d’une religion catholique de contrefaçon, apostate, venant de Rome, dans laquelle « le pasteur » (le vrai pape) est remplacé par un antipape usurpateur (comme ça s’est passé à des moments dans l’histoire de l’Église), dans le dessein inique que « le troupeau puisse être dispersé. »

La prière du pape Léon prédisait également que les apostats impurs de Satan poseraient leurs mains impies sur « les possessions les plus sacrées » de l’Église. Qu’est-ce que l’Église possède de plus sacré ? Les possessions les plus sacrées de l’Église sont ces choses que lui confia le Christ, à savoir le dépôt de la foi (avec tous ses dogmes) et les sept sacrements institués par Notre-Seigneur Jésus-Christ Lui-même. Par conséquent, la prière du pape Léon XIII prédit la tentative de destruction du dépôt de la foi avec Vatican II et les nouveaux rites sacramentels de l’Église Vatican II.

Les deux seront traités en détails dans ce livre. Nous verrons que la prédiction du pape Léon XIII fut accomplie à la lettre lorsqu’à partir d’avril 1969 Paul VI posa ses mains impies sur les sept rites sacramentels de l’Église, donnant ainsi naissance à une Nouvelle Messe invalide, un nouveau rite d’Ordination invalide, et des rites de Confirmation et d’Extrême-onction gravement douteux.

En 1934, cette remarquable prière du pape Léon (donnée ci-dessus) fut changée sans explication. La phrase clé faisant référence à l’apostasie dans Rome (le Lieu saint même, là où a été établi le Siège du bienheureux Pierre et la Chaire de la Vérité pour la lumière du monde) fut retirée. Vers la même époque, le recours à la version originale de la Prière à saint Michel du pape Léon XIII, après chaque messe basse, fut remplacé par une prière plus courte : la prière abrégée à saint Michel, maintenant célèbre. Cette prière se présente comme suit :

« Saint Michel Archange, défendez-nous dans le combat ; soyez notre protecteur contre la méchanceté et les embûches du démon. Que Dieu lui commande, nous l’en supplions. Et vous, prince de la milice céleste, par les pouvoirs divins qui vous sont conférés, précipitez au fond des enfers Satan et tous les esprits mauvais qui parcourent le monde pour la perte des âmes. Amen. »

Il n’y a rien de mal avec cette prière ; elle est même très bonne et efficace. Mais ce n’est pas la version plus longue de la Prière à Saint Michel que composa le pape Léon XIII. La version plus courte a été , aux yeux de beaucoup, promue comme substitut, pour que les fidèles ne soient pas au courant de l’incroyable contenu de la version la plus longue, tel que décrit ci-dessus. Si la version la plus longue de la Prière à saint Michel avait été récitée à la fin de chaque messe basse et non pas supprimée en 1934, combien de millions de personnes supplémentaires auraient été incitées à résister en voyant la tentative d’imposer cette nouvelle religion post-Vatican II dont il sera question dans ce livre ? Combien encore se seraient rendus compte du démantèlement systématique de la foi catholique traditionnelle après Vatican II ?

La version plus longue de la Prière à saint Michel du pape Léon XIII s’imbrique aussi parfaitement dans la prédiction de Notre-Dame faite à La Salette en 1846 : « Rome perdra la foi et deviendra le siège de l’Antéchrist… l’Église sera éclipsée. » Les paroles du pape Léon XIII suggèrent que l’Antéchrist en personne, ou du moins ses serviteurs, établiront leur siège à Rome : « Dans le Lieu Saint même, là où a été établi le Siège du bienheureux Pierre… ils ont élevé le trône de leur abominable impiété… »

https://www.vaticancatholique.com/priere-a-saint-michel-d

Contact → Jean Pierre Aussant

Merci à Jean Pierre Aussant pour son envoi

Résultat de recherche d'images pour "Bouquet de fleurs"Avec mes salutations amicales et fraternelles

croix diaconaleMichel Houyoux. diacre permanent

Publié dans Accueil sur mon blog, Religion | Pas de Commentaire »

Témoignage de Émilie Leprêtre : j’ai prié et…

Posté par diaconos le 29 novembre 2018

Extraits du message envoyé sur ma page Facebook par Émilie Leprêtre
—–
 Le Seigneur connaît le chemin des justes, mais le chemin des méchants se perdra.

Le Seigneur connaît le chemin des justes, mais le chemin des méchants se perdra.

Bonjour, je viens vous conter un témoignage intime qui, j’espère, viendra éveiller votre spiritualité à la seule Vérité qui mène au Ciel et à la vie éternelle… Je n’avais foi en rien et je ne me dérangeais pas pour blasphémer et outrager ouvertement le Christ et Sa très Sainte Mère, ou tout autre fausse croyance que sont les autres religions que celle su Sauveur.

-Après bien des recherches, des lectures, des visionnages, j’ai compris que les complots politico-maçonniques des élites n’avaient pour seul but que d’instaurer une laïcité dans l’objectif d’éradiquer le catholicisme, SEULE VOIE DE SALUT. Ce soir-là, j’ai compris qu’il y avait bel et bien un complot contre Dieu, contre le Christ…
——
Ce soir-là, j’ai prié pour la première fois de mon existence et oh ! merveille ! une forte chaleur m’a envahie soudainement et une béatitude inconnue jusqu’alors est venue se coller à mon visage et au plus profond de mon âme, comme une étreinte pleine d’amour et de miséricorde pour tous les blasphèmes et les offenses : le feu de l’Esprit Saint !
——-
Cet Esprit Saint guide les âmes à la vérité et les conduit dans la loi divine. Il nous fait comprendre ce qui est bien et quelle est la volonté de Dieu. Aussi, je viens vous tendre la main afin de vous montrer la voie du salut : la Sainte religion catholique… SURTOUT ! PRIEZ LE CHAPELET TOUS LES JOURS ! En attendant le grand coup qui doit s’abattre sur le monde à la venue du Sauveur par le cœur Immaculé de Marie.

Merci à Emmanuel Le Rien pour son envoi

Résultat de recherche d'images pour "Bouquet de fleurs"Avec mes salutations amicales et fraternelles

croix diaconaleMichel Houyoux. diacre permanent

Compléments

◊ Où est son âme, Padre ? : cliquez ici pour lire → Témoignage de Padre Pio concernant le sacrement de la réconciliation

◊ Le pardon est un acte de liberté, un acte créateur: clique ici →  Jésus rend libre

◊ Réconciliation : clique ici → Croire – Questions de vie, questions de foi

Liens externes

◊ Question de foi : cliquez ici pour lire →  Jésus est-il réellement le seul chemin vers le ciel ?

◊ L’Évangile.net : cliquez ici pour lire l’article → Questions sur la foi chrétienne

Le premier acte de pardon de l’histoire

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, Catéchèse, conversion, Enseignement, Histoire, Méditation, Page jeunesse, Religion | Pas de Commentaire »

Témoignage de Padre Pio concernant le sacrement de la réconciliation

Posté par diaconos le 28 novembre 2018

Envoyé sur ma page Facebook par Emmanuel Le Rien

Témoignage de Padre Pio concernant le sacrement de la réconciliation

Padre Pio est le nom d'un capucin et prêtre italien né Francesco Forgione, le 25 mai 1887 à Pietrelcina (province de Bénévent, en Campanie, Italie), mort le 23 septembre 1968 à San Giovanni Rotondo (province de Foggia dans les Pouilles en Italie). Il avait pris le nom de Pie (en italien Pio), en hommage au pape Pie V, quand il rejoignit l'ordre des frères mineurs capucins. Il fut connu pour être le premier prêtre et l'un des rares hommes à qui la tradition attribue des stigmates, bien que l'origine miraculeuse de ces plaies soit sujette à polémique. Il a été canonisé par l'Église catholique le 16 juin 2002 sous le nom de saint Pie de Pietrelcina.

Padre Pio ( Francesco Forgione) naquit le 25 mai 1887 à Pietrelcina (province de Bénévent, en Campanie, Italie). Il mourut le 23 septembre 1968 à San Giovanni Rotondo (province de Foggia dans les Pouilles en Italie). Il fut connu pour être le premier prêtre et l’un des rares hommes à qui la tradition attribua des stigmates, bien que l’origine miraculeuse de ces plaies soit sujette à polémique. Il a été canonisé par l’Église catholique le 16 juin 2002.

Padre Pio parla à une femme devenue récemment veuve. Son mari l’avait laissée, elle, et deux de leurs enfants, pour vivre avec une autre femme depuis plus de trois ans. Mais soudain, le cancer lui prit la vie. Il consentit à recevoir les derniers sacrements avant sa mort, après de nombreux et pressants appels.

La femme demanda : « Où est son âme, Padre ? » Je n’ai pas dormi, par inquiétude. Padre Pio lui dit : « L’âme de votre mari est condamnée pour toujours, » La femme demanda : « Condamnée? » Padre Pio hocha la tête avec tristesse et dit : « Lors de la réception des derniers sacrements, il cachait beaucoup de péchés. Il ne montrait ni repentance, ni bonne résolution. Il était également un pécheur contre la miséricorde de Dieu, parce qu’il disait qu’il avait toujours voulu avoir sa part des bonnes choses dans la vie et ensuite avoir le temps de se convertir à Dieu. »

———————–

Deux francs-maçons, farouchement opposés à Dieu et à l’Église catholique, avaient décidé d’avouer des péchés qu’ils avaient inventés à Padre Pio. Leur but était de profaner le sacrement de Pénitence. Ces hommes allèrent le voir séparément. Alors qu’ils commençaient à confesser leurs péchés montés de toutes pièces, Padre Pio les arrêtant,  leur dit qu’il savait ce qu’ils faisaient, et commença à réciter à chacun d’entre eux leurs péchés — mentionnant l’heure, le lieu, et comment ils les avaient commis.

Les deux hommes devinrent tellement confus que quelques jours plus tard, ils se repentirent de leur vie de péchés et se convertirent.

————————-
Vision de Jésus donné à Padre Pio

Padre Pio reçut de nombreuses visions étonnantes et fascinantes durant sa vie. Le sept avril 1913, Padre Pio écrivit à son confesseur, le Père Agostino, et lui dit  : « Vendredi matin j’étais encore au lit quand Jésus m’est apparu. Il était accablé et défiguré. Il me montra une multitude de prêtres réguliers et séculiers, ainsi que plusieurs dignitaires ecclésiastiques; les uns célébraient la Messe, les autres s’y préparaient, d’autres encore quittaient leurs ornements liturgiques. La vue de Jésus en peine me chagrina beaucoup et je lui en demandai la raison.

Aucune réponse. Son regard se dirigea vers ces prêtres. peu de temps après , comme horrifié et fatigué de les regarder, il tourna son regard vers moi, et je vis deux larmes sillonner ses joues. Il s’éloigna de cette multitude de prêtres avec une expression de dégoût, en criant : “Bouchers !”

Me regardant, il me dit : “Mon enfant, ne crois pas que mon agonie ait duré trois heures ; mais, à cause d’âmes que j’ai comblées de bienfaits, je serai en agonie jusqu’à la fin du monde. Pendant ce temps, mon enfant, il ne faut pas s’endormir. Mon âme cherche quelques gouttes de compassion. Hélas ! On me laisse seul sous le poids de l’indifférence. L’ingratitude et le sommeil de mes ministres accablent mon agonie. Ils répondent mal à mon amour ! Ce qui me chagrine le plus, c’est qu’à leur indifférence s’ajoute le mépris et l’incrédulité. Que de fois je les aurais foudroyés si les anges et les personnes qui m’aiment ne m’en empêchaient…

Écris à ton père spirituel et raconte-lui ce que tu viens d’apprendre de moi ce matin. Dis-lui de montrer ta lettre au père provincial…”

——————————–

Alors qu’il priait à l’Église, Padre Pio entendit Jésus lui dire : « Avec quelle ingratitude Mon amour pour l’homme est-il racheté ! Je devrais en être moins offensé si Je les avais aimés moins. Mon Père ne veut plus avoir à les supporter plus longtemps. Moi-même, Je souhaiterais arrêter de les aimer, mais, hélas ! Mon cœur est fait pour aimer !

Les hommes faibles et lâches ne font aucun effort pour résister à la tentation et en plus ils prennent du plaisir à leur méchanceté. Les âmes pour lesquelles J’ai une prédilection toute particulière M’abandonnent dès qu’elles sont mises à l’épreuve, les faibles laissent place au découragement et au désespoir, alors que les forts se relâchent progressivement. Ils me laissent seul nuit et jour dans les Églises. Ils ne s’intéressent plus au Sacrement de l’autel.

Presque personne ne parle de ce Sacrement d’Amour, et même ceux qui le font, en parlent, hélas, avec une grande indifférence et une grande froideur. Mon cœur est oublié; plus personne ne s’occupe de mon amour et Je suis triste en permanence. Pour beaucoup de gens, Ma demeure est devenue un lieu de distraction… Je les observe, Mon fils… il y en a beaucoup qui se conduisent en hypocrites et me trahissent par des communions sacrilèges, piétinant la lumière et la force que Je leur donne en permanence.

Contact → Emmanuel Le Rien

Merci à Emmanuel Le Rien pour son envoi

Résultat de recherche d'images pour "Bouquet de fleurs"Avec mes salutations amicales et fraternelles

croix diaconaleMichel Houyoux. diacre permanent

Liens externes

◊ Aleleia : cliquez ici pour lire → La prière irrésistible de Padre Pio

◊ Étoile Notre Dame cliquez ici pour lire → Le Démon dans la vie de Padre Pio

Faits étonnants et témoignage exceptionnel du Père Jean Derobert

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, comportements, Enseignement, Page jeunesse, Religion | Pas de Commentaire »

Redressez-vous et relevez la tête (Lc 21,28)

Posté par diaconos le 27 novembre 2018

Redressez-vous et relevez la tête (Lc 21,28) dans Liturgie arton4550-5fd11Jésus parlait à ses es disciples de sa venue : « Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles. Sur terre, les nations seront affolées par le fracas de la mer et de la tempête. Les hommes mourront de peur dans la crainte des malheurs arrivant sur le monde, car les puissances des cieux seront ébranlées. Alors, on verra le Fils de l’homme venir dans la nuée, avec grande puissance et grande gloire. Quand ces événements commenceront, redressez-vous et relevez la tête, car votre rédemption approche.Tenez-vous sur vos gardes, de crainte que votre cœur ne s’alourdisse dans la débauche, l’ivrognerie et les soucis de la vie, et que ce jour-là ne tombe sur vous à l’improviste. Comme un filet, il s’abattra sur tous les hommes de la terre. Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous serez jugés dignes d’échapper à tout ce qui doit arriver, et de paraître debout devant le Fils de l’homme. »

« Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Restez éveillés et priez en tout temps » (Luc 21, 36)

 L’Évangile de dimanche nous parle de temps durs, de nations affolées et désemparées, du fracas de la mer et des flots. Et c’est vrai que ce n’est pas tous les jours facile de faire face aux mauvaises nouvelles qui déferlent dans nos journaux. Le mois de novembre avec ses jours qui s’assombrissent et ses nuits qui s’allongent souvent nous laisse un goût amer et une certaine démotivation.
Le Christ lui, nous annonce avec espoir son arrivée. Cet Évangile contient en lui une puissance dans son encouragement à rester debout, à se mettre en prière afin de permettre à Sa lumière de remplir nos craintes.

Cette semaine, allumons la première bougie de l’Avent. Sur la couronne certes, mais surtout aussi dans nos cœurs ! Soyons remplis et brillons par l’Esprit de Dieu d’une lueur d’espoir et portons dans nos prières, en tout temps, les personnes qui nous entourent. Soyez bénis en ce début d’un temps à part !

Homélie : Redressez-vous et relevez la tête

Aujourd’hui, ce texte de l’évangile nous invite à nous redresser et à entrer dans le combat pour préparer la venue du Seigneur. Cet aujourd’hui ne reçoit sa signification profonde qu’en fonction du futur, de l’avenir, de l’attente de la venue de Jésus Christ, le  Fils de Dieu : n’est-ce pas là l’essentiel ?

Ce combat que nous avons à mener c’est celui de la justice et de l’amour : « Que le Seigneur vous donne, entre vous et à l’égard de tous les hommes, un amour de plus en plus intense et débordant, comme celui que nous avons pour vous. Et qu’ainsi il vous établisse fermement dans une sainteté sans reproche devant Dieu notre Père, pour le jour où notre Seigneur Jésus viendra avec tous les saints » (extrait de la première lettre de l’apôtre Paul aux Thessaloniciens)

Dans ce combat, Jésus est un éclaireur et il nous invite à agir. Regardez en haut, levez vos têtes. Ne restez pas sous le joug de l’affliction car votre délivrance est proche (Lc 21,28 )

Progressez dans un amour mutuel,  progressez dans un amour communautaire qui se prolongera en amour universel  qui soit au même niveau que celui que l’apôtre Paul a porté à tous (deuxième lecture) : telle est l’attitude que nous devrions avoir si nous voulons efficacement préparer la venue du Seigneur.

La vigilance et la prière sont les deux grands moyens d’échapper aux dangers de la dernière épreuve et de subsister en présence de Jésus  : « Restez éveillés et priez en tout temps » (Lc 21,36) Cet appel nous fait  penser au reproche qu’il fit à ses apôtres au Jardin des oliviers, la veille de sa passion : « Vous n’avez pas pu veiller une heure avec moi. »

« Rester éveillés » nous fait entrer  dans le mystère du Fils de Dieu qui vient vers nous et nous attachera à sa personne. L’espérance chrétienne s’appuie sur une relation avec une personne, celle de Jésus et met, comme Lui, une confiance totale en Dieu.

Toute personne qui ne connaît pas Dieu, tout en pouvant avoir de multiples espérances, est dans le fond sans espérance, sans la grande espérance qui soutient toute l’existence ( Ep 2, 12). Notre espérance, qui résiste malgré toutes les désillusions, c’est  seulement Dieu qui nous a aimés et qui nous aime toujours  jusqu’à ce que tout soit accompli : « Et baissant la tête, il rendit l’esprit. » (Jn 19, 30b).

Quiconque  est touché par l’Amour commence à comprendre ce qui sera précisément la vie dans toute sa plénitude : la vie dans le sens véritable est une relation. Et la vie dans sa totalité est relation avec Dieu qui est la source de la vie. Si nous sommes en relation avec Dieu qui ne meurt pas, qui est Lui-même la Vie et l’Amour, alors nous vivons pleinement.

En résumé, le message profond des textes retenus  pour cette messe du premier dimanche de l’Avent est un appel pressant à demeurer en relation avec Dieu qui ne meurt pas, qui est Lui-Même la Vie et l’Amour. C’est cela « rester éveillés et prier en tout temps ». Ainsi nous sommes pour toujours dans la « Vie ». Chaque Eucharistie nous y plonge totalement en nous associant par les signes du Pain et du Vin à  Jésus-Christ, le Fils bien-Aimé du Père, vivant éternellement avec le Père et l’Esprit Saint.

Amen.

croix-diaconale4 Homélie dans Prières

 Michel Houyoux, diacre permanent

Lien externe

Tous les jours, nous devons être dans l’attente du Christ

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Homélies | Pas de Commentaire »

12345...10
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS