• Accueil
  • > Archives pour le Lundi 5 novembre 2018

Dieu n’a pas calculé, il a tout donné.

Posté par diaconos le 5 novembre 2018

 32ième dimanche du Temps ordinaire B 1R. 17,10-16 ; Ps 145 ;He 9, 24-28 : Mc 12, 38-44

Homélie

Le 11 novembre 2018, nous célébrons le centenaire de l’armistice de 1918 et nous célébrons la mémoire de toutes les personnes qui ont donné leur vie pour défendre notre patrie afin qu’elle demeure une terre de liberté et de fraternité. Ces valeurs ne prennent toute leur dimension que dans un contexte de paix et d’harmonie entre tous les hommes.

Si la mémoire collective tend à oublier ces années noires, toutes les traces n’en n’ont pas pour autant disparu. Aimés de Dieu, accueillis comme ses enfants, nous devons d’abord être des frères. Cette fraternité, qui a sa source en Dieu, devrait se refléter dans nos gestes d’entraide, dans nos actes de solidarité et dans nos efforts de partage.

Frères et sœurs, lorsque le sens de la fraternité disparaît, la liberté devint menacée. Ne calculons pas, soyons généreux et entraidons-nous les uns et les autres.

Dieu n’a pas calculé, il a tout donné.

Le Christ, si miséricordieux pour la femme adultère ou la prostituée, a des paroles très dures pour ces scribes, ces théologiens de l’époque, spécialistes de l’hypocrisie religieuse ! Cette page de l’évangile de Marc met en lumière le personnage effacé de l’humble veuve : elle sort de l’ombre car elle a donné malgré sa pauvreté. Pour elle, le paraître ne compte pas, mais seul l’être et le faire ont leur importance.

N’est-ce pas la première question que nous devrions nous poser ? Qu’est-ce qui est le premier pour nous : le souci de l’être ou le souci de paraître ?

Ce que Jésus reprocha aux scribes de son temps, ce fut leur vanité, leur cupidité et leur hypocrisie. Ils demandèrent des honoraires exorbitants aux personnes qui venaient les consulte.

Toute personne qui prétend proclamer les exigences de la Parole de Dieu doit être très exigente pour lui-même. «Dieu entend le cri des pauvres et des malheureux, il fait justice aux opprimés, il soutient la veuve et l’orphelin» (psaume 145) Si nous prétendons être du côté de Dieu, par la prière, nous devons être spécialement intègres et justes.

Dans notre société d’abondance, quelle est notre attitude envers certains métiers réservés aux pauvres ? N’ y a-t-il pas des gens que je méprise à cause de leur race, de leur milieu social, de leur profession, de leur pauvreté ?

Nos gaspillages crient vers Dieu, à la face des pauvres : Jésus osait dire que certains de son temps avaient du superflu… et aujourd’hui, que dirait-il ?

La veuve de l’Évangile a tout donné, sans calcul, tout ce qu’elle avait pour vivre, deux lepta, la plus petite pièce en circulation. Jésus a été bouleversé et a fait l’éloge de cette veuve aux deux piécettes.

«Heureusement que pour les pauvres, il y a les pauvres» constatait l’Abbé Pierre dont l’action fantastique fut d’avoir utilisé pour reloger des pauvres, des pauvres plus paumés qu’eux !

Que pense Jésus de notre générosité ? Est-ce que nous donnons facilement ?

Cette femme de l’Évangile avait des raisons valables de garder son argent et de laisser les autres donner… Cette femme est l’image de Dieu qui donne tout, tout ce qu’il faut pour vivre ! L’amour ne calcule pas! Dieu est Amour : il n’as pas calculé… il a tout donné.

Oui, frères et sœurs, en cette femme qui a tout donné, Jésus s’est reconnu.

croix diaconaleMichel Houyoux, Diacre permanent.

Publié dans Homélies | Pas de Commentaire »

Nazaria Ignacia March Mesa (10 janvier 1889 – 6 juillet 1943)

Posté par diaconos le 5 novembre 2018

Nazaria Ignazia March Mesa (10 janvier 1889 - 6 juillet 1943), est une religieuse catholique d'origine espagnole, active en Bolivie et fondatrice des sœurs missionnaires croisées de l'Église. Elle est vénérée comme sainte par l'Eglise catholique.

Nazaria Ignazia March Mesa (10 janvier 1889 – 6 juillet 1943), est une religieuse catholique d’origine espagnole, active en Bolivie et fondatrice des sœurs missionnaires croisées de l’Église. Elle est vénérée comme sainte par l’Église catholique.

Nazaria March Mesa naquit dans une famille modeste et nombreuse  à Madrid le 10 janvier 1889. À neuf ans, lors de sa première communion, elle aurait entendue une voix intérieure qui lui aurait dit : « Suis-moi ». Dès lors, Nazaria pensa à la vie religieuse. Elle dut remettre ses projets à plus tard, car la famille était en situation financière difficile, qui les poussèrent à émigrer au Mexique, dans l’espoir de trouver du travail et une vie meilleure. Sur le navire, au cours de la traversée, Nazaria fit la connaissance des petites sœurs des personnes âgées abandonnées, qui provoqua en elle une grande admiration.

En 1908, Ignacia March Mesa,  repartit pour l’Espagne, afin de faire son noviciat chez les petites sœurs des vieillards abandonnés. En 1911, elle prononça ses premiers vœux.

La même année, Maria Ignazia March, en religion sœur Nazaria de Santa Teresa de Jesús, fut envoyée avec neuf autres compagnes pour la Bolivie, dans le but de fonder une maison à Oruro.

Pendant douze ans elle se consacra à la formation des jeunes recrues, aux soins des malades, à l’assistance des mourants et à la quête d’argent, par des dizaines de courses qu’elle fit à travers de nombreuses villes, pour mener à bien les œuvres des religieuses pour les plus nécessiteux.

En 1920, lors d’une retraite sur les Exercices spirituels de saint Ignace de Loyola, sœur Nazaria ressent le besoin urgent de participer à l’extension du Règne du Christ, en fondant une nouvelle congrégation religieuse qui serait destinée à être comme une croisade d’amour pour l’Église.

En 1925, elle se lança dans l’inconnu : avec dix jeunes boliviennes et sans le moindre argent, sœur Nazaria débuta son ministère missionnaire auprès des ouvriers et des miniers. Moins de deux ans plus tard, la congrégation des Missionnaires croisées de l’Église fut reconnue.

Sa congrégation se dévoua aux jeunes filles pauvres, aux prisonniers, aux ouvriers et prépara les missions pastorales menées par les prêtres. Sous l’inspiration de sœur Nazaria fut créée le premier syndicat d’ouvrières d’Amérique latine. La fondatrice enseigna à ses religieuses à promouvoir le respect de la femme dans la société.

 En 1942, sœur Nazaria rejoignit Buenos Aires depuis l’Espagne. Mais sa santé se dégrada rapidement et c’est en Argentine qu’elle mourut le 6 juillet 1943. Nazaria Ignacia a été béatifiée en 1992 par le pape Jean-Paul II.

La cause pour la béatification et la canonisation de Nazaria Ignazia March Mesa débuta le 6 septembre 1966 à Buenos Aires. L’enquête diocésaine se clôtura le 3 décembre 1973, puis envoyée à Rome afin d’y être étudiée par la Congrégation pour les causes des saints. L’enquête canonique arriva à son terme lorsque, le premier septembre 1988, le pape Jean-Paul II lui attribua le titre de vénérable, après avoir reconnu qu’elle avait pratiqué les vertus chrétiennes à un degré héroïque.

Après la reconnaissance d’un miracle obtenu par l’intercession de sœur Nazaria, par une commission médicale puis théologique, le pape signa le décret permettant sa béatification. Le 27 septembre 1992 elle fut proclamée bienheureuse, au cours d’une cérémonie solennelle célébrée par  le pape Jean-Paul II sur la place saint Pierre, face au Vatican. .

Le 26 janvier 2018, suite à la reconnaissance d’un second miracle, le pape François signa le décret de canonisation. Nazaria Ignazia March Mesa fut proclamée sainte lors d’une cérémonie qui a été célébrée le 14 octobre 2018 à Rome, durant le synode pour les jeunes, par le pape François.

Compléments

◊ Nombreuses œuvres charitables auprès des pauvres : cliquez ici → Vicenzo Romano (1751-1831)

◊ Dimanche prochain : cliquez ici → Trente-deuxième dimanche du temps ordinaire, année B

◊ Homélie du 32ème dimanche de l’année B : cliquez ici → Dieu n’a pas calculé, il a tout donné.

◊ A.D.A.L. : cliquez ici → 32ème dimanche oedinaire, année B

Liens externes

◊ Une guérison subite et inexplicable : cliquez ici → Un miracle attribué à la prière de la bienheureuse espagnole Nazaria ignatia

Vida de Santa Mazaria Ignacia : Haga clic aquí →  La increíble historia de la Madre Nazaria Ignacia

Messe de canonisation de sept personnes

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Catéchèse, fêtes religieuses, Religion | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS