• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 13 novembre 2018

Si un enfant…

Posté par diaconos le 13 novembre 2018

L’enfant apprend qu’il n’est pas toujours facile de vivre avec les autres.  Cela suppose le respect de certaines règles, mais cela apporte aussi beaucoup :  échanges, amitiés, rencontres, solidarité .Respecter son rythme, instaurer des rituels dans le déroulement   de la journée donnent à l’enfant un sentiment de sécurité. L’ensemble  de  ces  règles  permet  à  l’enfant  de  vivre  en  sécurité,   de grandir en développant ses compétences et de s’ouvrir aux autres

L’enfant apprend qu’il n’est pas toujours facile de vivre avec les autres. Cela suppose le respect de certaines règles, mais cela apporte aussi beaucoup : échanges, amitiés, rencontres, solidarité .Respecter son rythme, instaurer des rituels dans le déroulement de la journée donnent à l’enfant un sentiment de sécurité. L’ensemble de ces  règles permet à l’enfant de vivre en sécurité, de grandir en développant ses compétences et de s’ouvrir aux autres.

Quel est l’énorme impact que nous avons auprès de nos enfants ?

L’exemple donné étant véhiculé, bien sûr dans nos propos, mais également par notre comportement (geste, regard, attitude…) Quand un orage éclate, nous voyons les éclairs, puis quelques secondes plus tard, nous entendons le son du tonnerre. Notre corps fait la même chose, il parle plus vite que nos mots et il exprime très souvent notre inconscient. Il est donc très difficile de mentir sans être vite démasqué…

Si un enfant vit dans la critique, il apprendra à condamner. Si un enfant vit dans l’hostilité, il apprendra très vite à se battre. Si un enfant vit dans le ridicule, il apprend à être gêné. Si un enfant vit dans le soupçon, il apprendra à se sentir coupable. Par contre, si un enfant vit dans la tolérance, il apprendra rapidement à être patient. S’il vit dans la reconnaissance, il apprendra à estimer. S’il vit dans la loyauté, il apprend la justice. S’il vit dans la sécurité, il apprend à avoir la foi. S’il vit dans l’approbation, il apprend à s’aimer lui-même et si un enfant vit toujours dans l’amitié, il apprendra rapidement à trouver l’amour dans le monde.

Auteur : Dorothy Law Nolte

Si un enfant vit dans la tolérance, il apprendra rapidement à être patient et confiant en la vie. Toute vie est un bien précieux, car elle porte en elle-même une espérance et un germe d’éternité !  Cette confiance en la vie s’enracine dans la foi au Christ mort et ressuscité, qui offre à tous la promesse d’une vie éternelle et d’un amour plus fort que la mort.

Dieu est Père de toutes les personnes qui sont créées à son image et ressemblance et qui sont appelées à le connaître. Sa responsabilité de Père, Dieu nous l’a partiellement déléguée. Il nous fait confiance. À nous de mériter sa confiance et de lui faire confiance.

L’enfant réjouit et transforme ceux qui l’accueillent, au point même de changer le sens de leur vie ! Ce trésor que l’enfant nous apporte, c’est l’amour, tout simplement. Dans son abandon confiant, l’enfant est tendresse, et attend de ses parents un amour sans mesure tissé de dévouement, de soins, de patience, de douceur.

L’enfant nous fait grandir en amour puisqu’il est lui-même le fruit de notre amour, le reflet vivant du don que les époux se sont fait l’un à l’autre. Dans un monde où la sexualité a tendance à être dissociée de la fécondité, beaucoup perdent de vue cette réalité sociale, humaine, et spirituelle : le mariage, engagement conclu par amour, débouche tout naturellement sur le don de la vie.

Si un enfant vit dans l’approbation, il apprend à s’aimer lui-même : Jésus  nous commande d’aimer notre prochain comme nous-mêmes, ni plus que nous-mêmes, ni moins que nous-mêmes ; et ce que l’on doit déduire est qu’Il nous commande de nous aimer nous-mêmes, puisqu’en fin de compte nous sommes l’œuvre de la main de Dieu et que nous sommes ses créatures et qu’Il nous aime,

Si nous avons comme règle de vie ce double commandement d’aimer Dieu et d’aimer notre prochain, Jésus nous dira: « Tu n’es pas loin du royaume de Dieu » (Mc 12,34). Et si nous vivons cet idéal, nous ferons de notre vie sur terre une répétition générale du ciel !

Pour chaque enfant, des espoirs de géants pour des épaules apparemment bien fragiles. Fragiles ? Pourtant les enfants ont mille pouvoirs que nous avons oubliés : eux seuls sont capables de toucher les étoiles, de retrouver le petit poucet et de tutoyer Dieu. Et pour eux, une vie est pleine de « je », pleine de vies.

Complément

◊ Homélie → Moi, je vous dis de ne pas riposter au Méchant (Mt 5, 38-48)

Liens externes

◊ Site de l’Église catholique : cliquez ici → La bienveillance, ça s’apprend !

Chemins de l’amour du prochain

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Religion | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS