• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 16 novembre 2018

Vision de l’enfer donnée à soeur Faustine le 20 octobre 1936

Posté par diaconos le 16 novembre 2018

Envoi sur ma page Facebook par Ramanamihanta Ratsimba Yvette

Chers enfants, plusieurs personnes ne veulent pas croire qu’il y a un Enfer, qu’il y a un Ciel et qu’il y a un Purgatoire. Ils ne veulent pas comprendre, ils ne veulent pas apprendre. Et lorsqu’ils refusent d’accepter l’existence de ces trois endroits, ils renient ces trois vérités.

Oui, chers enfants, il y un Ciel, mais aussi un Purgatoire et il y a un Enfer. Plusieurs de Mes enfants ne veulent rien savoir au sujet de l’Enfer parce qu’ils ne veulent pas croire qu’après une vie de beaucoup de péchés, ils aboutiraient en Enfer. Oui, plusieurs nient l’existence de l’Enfer, l’Enfer a été créé pour les pécheurs impénitents, ces pécheurs qui ne veulent pas se repentir de leurs péchés. Et s’ils meurent en état de péché mortel, ils aboutiront en Enfer.

Aujourd’hui j’ai été dans les gouffres de l’enfer, introduite par un ange. C’est un lieu de grands supplices, et son étendue est terriblement grande.

L’enseignement de l’Église affirme l’existence de l’enfer et son éternité. La profondeur du mal dans le monde laisse parfois entrevoir cet abîme où fait plonger le refus de Dieu. Jésus lui-même nous met en garde à de nombreuses reprises dans les Évangiles.

L’enseignement de l’Église affirme l’existence de l’enfer et son éternité. La profondeur du mal dans le monde laisse parfois entrevoir cet abîme où fait plonger le refus de Dieu. Jésus lui-même nous met en garde à de nombreuses reprises dans les Évangiles.

Genres de supplices que j’ai vus…

Le premier supplice qui fait l’enfer c’est la perte de Dieu ;  le deuxième ce sont les perpétuels remords ; • le troisième est que le sort des damnés ne changera jamais ; • le quatrième supplice, c’est le feu qui va pénétrer l’âme sans la détruire, c’est un terrible supplice, car c’est un feu purement spirituel, allumé par la colère de Dieu ; le cinquième supplice,  ce sont les ténèbres continuelles, une terrible odeur étouffante et malgré les ténèbres, les démons et les âmes damnées se voient mutuellement et voient tout le mal des autres et le leur ; le sixième supplice, c’est la continuelle compagnie de Satan ; le septième supplice est le désespoir terrible, la haine de Dieu, les malédictions, les blasphèmes.

Ce sont des supplices que tous les damnés souffrent ensemble, mais ce n’est pas la fin des supplices. Il y a des supplices qui sont destinés aux âmes en particulier, ce sont les souffrances des sens.

Chaque âme est tourmentée d’une façon terrible et indescriptible par ce en quoi ont consisté ses péchés. Il y a de terribles cachots, des gouffres de tortures où chaque supplice diffère de l’autre ; je serais morte à la vue de ces terribles souffrances, si la toute-puissance de Dieu ne m’avait soutenue.

Que chaque pécheur sache qu’il sera torturé durant toute l’éternité par les sens qu’il a employés pour pécher.

J’écris cela sur l’ordre de Dieu pour qu’aucune âme ne puisse s’excuser disant qu’il n’y a pas d’enfer, ou que personne n’y a été et ne sait comment c’est. Moi, Sœur Faustine, par ordre de Dieu, j’ai été dans les gouffres de l’enfer, pour en parler aux âmes et témoigner que l’enfer existe.

Je ne peux en parler maintenant [en 1936], j’ai l’ordre de Dieu de le laisser par écrit. Les démons ressentaient une grande haine envers moi, mais l’ordre de Dieu les obligeait à m’obéir. Ce que j’ai écrit est un faible reflet des choses que j’ai vues. J’ai remarqué une chose : qu’il y a là-bas beaucoup d’âmes qui doutaient que l’enfer existe.

Quand je suis revenue à moi, je ne pouvais pas apaiser ma terreur de ce que les âmes y souffrent si terriblement, c’est pourquoi je prie encore plus ardemment pour la conversion des pécheurs, sans cesse j’appelle la miséricorde divine sur eux. Ô mon Jésus, je préfère agoniser jusqu’à la fin du monde dans les plus grands supplices que de T’offenser par le moindre péché. 

Sœur Faustine

Que dit le catéchisme de l’église catholique sur l’existence ou non de l’enfer ?

Nous ne pouvons pas être unis à Dieu à moins de choisir librement de l’aimer. Mais nous ne pouvons pas aimer Dieu si nous péchons gravement contre Lui, contre notre prochain ou contre nous-mêmes : «  Celui qui n’aime pas demeure dans la mort. Quiconque hait son frère est un homicide ; or vous savez qu’aucun homicide n’a la vie éternelle demeurant en lui «  (1 Jn 3, 15). Notre Seigneur nous avertit que nous serons séparés de Lui si nous omettons de rencontrer les besoins graves des pauvres et des petits qui sont ses frères (Mt 25, 31-46). Mourir en péché mortel sans s’en être repenti et sans accueillir l’amour miséricordieux de Dieu, signifie demeurer séparé de Lui pour toujours par notre propre choix libre. Et c’est cet état d’auto-exclusion défénitive de la communion avec Dieu et avec les bienheureux qu’on désigne par le mot  « enfer ».

Jésus parle souvent de la géhenne du feu qui ne s’éteint pas (Mt 5, 22,29 ; 13, 42.50 ; Mc 9,43-48), réservé à ceux qui refuse jusqu’à la fin de leur vie de croire et de se convertir , et où peuvent être perdus à la fois l’âme et le corps (Mt 10, 28). Jésus annonce en termes graves qu’il enverra ses anges, qui ramasseront tous les fauteurs d’iniquité, et les jetteront dans la fournaise ardente (Mt 13, 41-42), et qu’il prononcera la condamnation :  » Allez loin de moi, maudits dans le feu éternel !  » (Mt 25, 41).

L’enseignement de l’Église affirme l’existence de l’enfer et son éternité. Les âmes de ceux qui meurent en état de péché mortel descendent immédiatelment après la mort dans les enfers,  où elles souffrent les peines de l’enfer, «  le feu éternel  » (cf DS 76 ; 409 ; 411 ; 801 ; 858 ; 1002 ; 1351 ; 1575 ; SPF 12). La peine principale de l’enfer consiste en la séparation éternelle d’avec Dieu en qui seul l’homme peut avoir la vie et le bonheur pour lesquels il a été crée et  auxquels il aspire

Les affirmations de la  Sainte Écriture et les enseignements de l’Église au sujet de l’enfer sont un appel à la responsabilité avec laquelle l’homme doit user de sa liberté en vue de son destin éternel. Elles constituent  en même temps un appel pressant à la conversion : « Entrez par la porte étroite. Car large et spacieux  est le chemin qui conduit à la perdition, et il en est beaucoup qui le prennent  ; mais étroite est la porte et resserré le chemin qui mène à la Vie, et il en est peu qui le trouvent  » ( Mt 7, 13-14)

Ignorants du jour et de l’heure, il faut que, suivant l’avertissement du Seigneur, nous restions constamment vigilants pour mériter, quand s’achèvera le cours unique de notre vie terrestre, d’être admis avec lui aux noces et comptés parmi les bénis de Dieu, au lieu d’être, comme de mauvais et paresseux serviteurs, Écartés par l’ordre de Dieu vers le feu éternel, vers ces ténèbres du dehors où seront les pleurs et les grincements de dents (LG 48).

Articles 1033 à 1036

croix diaconaleMichel Houyoux, diacre permanent

 Complément

◊ À méditer : cliquez ici pour entrer → Le conte des baguettes

Liens externes

◊ SŒUR MARIE FAUSTINE KOWALSKA (1905-1938) →   BIOGRAPHIE DE SAINTE FAUSTINE

◊ Sainte Thérèse d’Avila : cliquez ici pour lire → Vision de l’enfer et fondation de San Jose : ch. 32 à 36

  Catéchisme de l’Église catholique en ligne → CATÉCHISME DE L’ÉGLISE CATHOLIQUE – vatican.va

Sainte Thérèse d’Avila, VISION DE L’ENFER

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, comportements, Enseignement, Religion | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS