• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 4 janvier 2019

Que demeure en vous ce que vous avez entendu depuis le commencement (1 Jn 2, 22-28)

Posté par diaconos le 4 janvier 2019

Envoyé sur mon blog par le Père Marie Landry Bivina

abvn

abvn

Frères Bien-aimés, le menteur n’est-il pas celui qui refuse que Jésus soit le Christ ? Celui-là est l’anti-Christ : il refuse à la fois le Père et le Fils ;
quiconque refuse le Fils n’a pas non plus le Père ; celui qui reconnaît le Fils a aussi le Père. Quant à vous, que demeure en vous ce que vous avez entendu  depuis le commencement. Si ce que vous avez entendu depuis le commencement demeure en vous, vous aussi, vous demeurerez dans le Fils et dans le Père.
Et telle est la promesse que lui-même nous a faite : la vie éternelle.

Je vous ai écrit cela à propos de ceux qui vous égarent. Quant à vous, l’onction que vous avez reçue de lui demeure en vous, et vous n’avez pas besoin d’enseignement. Cette onction vous enseigne toutes choses, elle qui est vérité et non pas mensonge ; et, selon ce qu’elle vous a enseigné, vous demeurez en lui. Et maintenant, petits enfants, demeurez en lui ; ainsi, quand il se manifestera, nous aurons de l’assurance, et non pas la honte d’être loin de lui à son avènement.

PSAUME 97 (1, 2-3ab, 3cd-4)         R/ La terre tout entière a vu le salut de notre Dieu. (Ps. 97, 3)

Chantez au Seigneur un chant nouveau, car il a fait des merveilles ; par son bras très saint, par sa main puissante, il s’est assuré la victoire. (Refrain)

Le Seigneur a fait connaître sa victoire et révélé sa justice aux nations ; il s’est rappelé sa fidélité, son amour, en faveur de la maison d’Israël. (Refrain)

La terre tout entière a vu la victoire de notre Dieu. Acclamez le Seigneur, terre entière, sonnez, chantez, jouez !

Alléluia, Alléluia : À bien des reprises, Dieu, dans le passé, a parlé à nos pères par les prophètes ; à la fin, en ces jours où nous sommes, il nous a parlé par son Fils. Alléluia. ( He 1, 1-2)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean -  Voici le témoignage de Jean le Baptiste, quand les Juifs lui envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des  lévites pour lui demander :  » Qui es-tu ? » Il ne refusa pas de répondre, il déclara ouvertement :  » Je ne suis pas le Christ. » Ils lui demandèrent : « Alors qu’en est-il ? Es-tu le prophète Élie ?  » Il répondit :  » Je ne le suis pas. » – « Es-tu le Prophète annoncé ? » Il répondit : « Non. »

Alors ils lui dirent : « Qui es-tu ? » Il faut que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu sur toi-même ? »  Il répondit : « Je suis la voix de celui qui crie dans le désert : Redressez le chemin du Seigneur, comme a dit le prophète Isaïe.  » Or, ils avaient été envoyés de la part des pharisiens. Ils lui posèrent encore cette question : « Pourquoi donc baptises-tu, si tu n’es ni le Christ, ni Élie, ni le Prophète ? » Jean leur répondit : « Moi, je baptise dans l’eau. Mais au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas ; c’est lui qui vient derrière moi, et je ne suis pas digne de délier la courroie de sa sandale.  » Cela s’est passé à Béthanie, de l’autre côté du Jourdain, à l’endroit où Jean baptisait.

ENSEIGNEMENT

Aujourd’hui, l’Évangile nous propose de contempler le personnage de Jean Baptiste. « Qui es-tu? « , lui demandent les prêtres et les lévites. La réponse de Jean exprima clairement sa conscience de remplir une mission : préparer la venue du Messie. Jean répondit aux émissaires : « Je suis la voix de celui qui crie dans le désert : Rectifiez le chemin du Seigneur » (Jn 1,23).

Être la voix du Christ, son haut-parleur, celui qui annonça le Sauveur du monde et qui prépara sa venue : voilà la mission de Jean et, comme lui, celle de toutes les personnes qui savent et se sentent dépositaires du trésor de la foi. Toute mission divine a pour fondement une vocation, elle aussi divine, qui garantit sa réalisation.

Je suis sûr d’une chose, disait Saint Paul aux Chrétiens Philippiens : « Celui qui a commencé la bonne œuvre auprès de vous la continuera jusqu’au Jour de Jésus-Christ »» (Ph 1,6). Nous sommes tous appelés par le Christ à la sainteté et nous devons être sa voix à travers le monde. Un monde qui vit, souvent, en tournant le dos à Dieu et qui n’aime pas le Seigneur. Il faut que nous le rendions présent et que nous l’annoncions en témoignant avec notre vie et notre parole. Ne pas le faire serait trahir notre plus profonde vocation et notre mission. La vocation chrétienne, de par sa nature, est aussi une mission d’apostolat», commente le Concile Vatican II.

La grandeur de notre vocation et de la mission que Dieu nous a confiée ne vient pas de nos propres mérites, mais de Celui que nous servons. Jean Baptiste l’exprima ainsi : « Je ne suis même pas digne de détacher la courroie de sa sandale » (Jn 1,27). Comme Dieu a confiance dans les personnes ! Remercions de tout cœur d’avoir été appelés à participer à la vie divine et à la mission d’être, pour notre monde, en plus de la voix du Christ, ses mains, son cœur et son regard, et renouvelons, maintenant, notre désir sincère de lui être fidèles.

Contact → Père Marie Landry Bivina

Résultat de recherche d'images pour "bouquet de fleurs"Merci au Père Marie Landry Bivina pour son envoi

_____________________________________________________________________________________________________-

Préparer le chemin du Seigneur et aplanir sa route est une opération importante car elle nous concerne directement.

Bon départ en ce bébut d'année 2019 et surtout soyez persvérant

Bon départ en ce début d’année 2019 et surtout soyez persévérant

« Préparez le chemin du Seigneur  » : ce cri a retenti trois fois dans l’histoire du Salut.  La première fois, c’était avec Isaïe pour la libération du peuple d’Israël qui a été déporté à Babylone, la deuxième fois, avec Jean- Baptiste qui annonçait la venue du Seigneur dans l’histoire de l’homme,  la troisième fois, c’est aujourd’hui, c’est à nous que l’Église adresse cette invitation.

« Préparez le chemin du Seigneur » pour qu’il vienne dans nos cœurs et dans le cœur des hommes. Aujourd’hui encore, bien des obstacles s’opposent dans notre vie à l’accueil de l’Évangile : les rugosités de notre caractère, les déviations de notre foi, les fossés d’incompréhension entre nous, nos préjugés, notre indifférence aux autres, notre manque de générosité, la faiblesse de notre charité, notre façon de vivre trop axée sur les biens matériels et l’argent.

 » Préparez le chemin du Seigneur » : cette parole est pour nous une exhortation à un véritable renouvellement de vie. Laissons-nous toucher par cet appel de Jean pour nous remettre en question, redresser nos mauvais penchants et pour changer de cap. Que de trous, de ravins, d’abîmes à combler en nous ! Il est urgent de nous demander :  » Voulons-nous vraiment que le Christ vienne en nous ? Le désirons-nous de tout notre cœur ? »

Débarrassons-le de tout ce qui l’encombre, plus nous le viderons et plus le Seigneur pourra le combler. Invitons- le, à venir chez nous, redisons-lui ce cri :  » Viens, Seigneur Jésus, viens, ne tarde plus… » Le Seigneur nous redit ces paroles : Voici que je me tiens à ta porte et je frappe. Si tu entends ma voix et ouvres ta porte, j’entrerai chez toi pour souper comme avec un ami, moi près de toi et toi près de moi.  » (Ap 3, 20) Lui ouvrirons-nous alors la porte ?

Recevez, chers visiteurs de mon blog, mes salutations amicales et fraternelles  – Michel Houyoux, diacre permanent
Écrivez un message sur mon blog. Merci

Compléments

◊  Jésus, lumière de Dieu pour les hommes : cliquez ici pour lire l’article →  Chandeleur : fête du Christ, lumière pour le monde

Publié dans Accueil sur mon blog, Religion, Temps de Noël | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS