• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 23 janvier 2019

Les animaux dans la Bible

Posté par diaconos le 23 janvier 2019

l’homme est le plus évolué des êtres vivants ! Or, avec humour, Dieu nous invite à nous laisser instruire par les bêtes. Qui est le plus savant ? Le professeur ou l’élève ? Soyons humbles et acceptons, comme Dieu nous le recommande, d’aller à l’école de ces animaux mentionnés dans la Bible.

L’homme est le plus évolué des êtres vivants ! Or, avec humour, Dieu nous invite à nous laisser instruire par les bêtes. Qui est le plus savant ? Le professeur ou l’élève ? Soyons humbles et acceptons, comme Dieu nous le recommande, d’aller à l’école de ces animaux mentionnés dans la Bible.

Des animaux qui nous enseignent

Dans le livre de Job, nous lisons cette invitation assez curieuse : « Interroge les bêtes, elles t’instruiront ;  les oiseaux du ciel, ils te l’apprendront ; … et les poissons de la mer te le raconteront… » (Job 12:7/9).

L’homme aurait-il quelque chose à apprendre de la part des bêtes ? Selon de nombreux scientifiques rejetant le créationnisme, l’homme est le plus évolué des êtres vivants ! Or, avec humour, Dieu nous invite à nous laisser instruire par les bêtes. Qui est le plus savant ? Le professeur ou l’élève ? Soyons humbles et acceptons, comme Dieu nous le recommande, d’aller à l’école de ces animaux mentionnés dans la Bible.

La bionique est une science assez récente puisqu’elle a été institutionnalisée en 1960. Or, cette science a pour objet d’étudier la nature (plantes, animaux…) pour en retirer diverses applications technologiques. Par exemple, le velcro fut inventé par George de Mestral. En revenant d’une promenade à la campagne, il remarqua qu’il était difficile d’enlever les fleurs de grande bardane accrochées à son pantalon et à la fourrure de son chien.

Il les examina et découvrit la possibilité de faire adhérer deux matériaux de façon simple et réversible, le velcro était né. De même, bien avant l’invention du sonar par Paul Langevin et Constantin Chilowski, la chauve-souris et les cétacés se déplacent et capturent leurs proies grâce à ce principe de géo localisation. Cependant, si observer les animaux, étudier leurs comportements, est utile à la recherche scientifique, cela est aussi utile pour apprendre de profondes leçons spirituelles. C’est ce que nous indique ce texte du livre de Job.

Reprenant les paroles de Job, Jésus nous dit : « Regardez les oiseaux du ciel » (Mt 5, 26). Pourquoi nous demanderait-il de le faire si ce n’est parce qu’ils ont des choses précieuses à nous apprendre. Nous ne pourrons pas entrer dans une étude approfondie de chacun de ces animaux mentionnés dans la Bible, mais nous allons essayer d’aller à l’essentiel. Bienvenue dans ce bestiaire biblique.

Des histoires touchantes de loyauté, on en trouve des milliers sur le Web.

Le chien est le meilleur ami de l’homme : on peut toujours compter sur eux. Vous pourriez tout perdre… votre chien sera toujours à vos côtés. Cela nous rappelle que la fidélité et la loyauté sont essentielles à la construction d’une réelle amitié. Nous voulons être cet ami. Et c’est ce que nous recherchons chez l’autre aussi. La confiance mutuelle est essentielle à une belle relation. Nos chiens nous le rappellent au quotidien.

Si pour le paon, ce qui importe c’est de paraître, d’attirer le regard des autres sur soi. Il nous fait penser à ces croyants qui font des œuvres pour être vus (Mt 6, 12). Ils se placent sur le terrain de la vanité ! Est-il sain de chercher d’une manière ou d’une autre à se mettre en évidence, à « en mettre plein la vue » ? L’Écriture ne dit-elle pas : « Qu’un autre te loue et non ta bouche, un étranger, et non tes lèvres » ( Pr 27, 2).

Certains se mettre en avant. Ils se pavanent comme des paons, mais voici ce que dit l’Écriture : « Car qui est-ce qui te distingue ? Qu’as-tu que tu n’aies reçu ? Et si tu l’as reçu, pourquoi te glorifies-tu, comme si tu ne l’avais pas reçu ?«  (1 Co 4, 7)

« Le lézard saisit avec les mains, et se trouve dans le palais des rois » (Pr 30, 28) : nous connaissons tous cette expression française : « Y’a pas de lézard », qui signifie : « Il n’y a pas de problème ». On peut se poser la question : en quoi le lézard est-il un problème ? Il semblerait que le problème vient de ce qu’il se glisse partout, non seulement dans les palais des rois mais aussi dans les fosses d’orchestres ; or, là, il peut émettre des sifflements qui nuisent à la qualité musicale de l’ensemble. Ce qui évidemment pose un problème.

Ainsi on le trouve partout ! Aucun espace ne lui est interdit, il se glisse dans les moindres interstices des murs, et pénètre ainsi en tous lieux. Ceci nous enseigne que le croyant est invité à aller en tous lieux annoncer le message de l’évangile (Mc 16, 15) . Même emprisonné, comme le furent Pierre ou Paul, le croyant jouit d’une liberté qui ne peut lui être ravie. Entre les murs de leur prison le message de l’évangile a retenti.

« Il a précipité dans la mer le cheval et son cavalier » (Ex 15 1). Mentionné dans de nombreux passages de la Bible, le cheval n’y figure que sous l’angle belliqueux, il ne sert qu’à faire la guerre ! Pas un seul texte ne nous parle de chevaux de trait ou de chevaux de loisir. Le cheval est seulement mentionné comme un instrument de guerre. Le cheval représentait alors, ce qu’un char représente aujourd’hui dans l’armée. Dans tous les textes, le cheval symbolise la puissance guerrière.

La première mention des chevaux se trouve dans Genèse 47, 17 lorsque Joseph acheta tous les chevaux d’Égypte pour le Pharaon, lui assurant ainsi une puissance militaire colossale. Le cheval, puissant et fougueux, représente la force naturelle, la confiance que l’on peut mettre en soi-même, en ses propres forces. De nombreux textes bibliques nous rappellent que notre confiance doit trouver son fondement, non en nos capacités humaines, aussi nobles soient-elles, mais en Dieu : « Le cheval est impuissant pour assurer le salut, et toute sa vigueur ne donne pas la délivrance » (Ps 33, 17)

Par contre le cheval blanc symbolise le pouvoir de victoire, sur le mal et sur le péché, reposant sur Christ, sur son sacrifice, sur sa Parole : « Il était vêtu d’un vêtement teint de sang. Son nom est la Parole de Dieu » ( Ap 19, 11.16).

Liens externes

◊ Le 23 janvier, l’Église fait mémoire de → Saint ILDEFONSE (ou ALPHONSE) de TOLÈDE, évêque et confesseur

◊ La Croix : cliquez ici pour lire → De l’agneau à la colombe, la Bible et les animaux

◊ Importance des animaux dans la Bible : cliquez ici pour lire → Le bestiaire de la Bible

Les animaux et l’Évangile

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Enseignement, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS