• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 27 janvier 2019

L’amour ne passera jamais(1Co 12,31- 13,13)

Posté par diaconos le 27 janvier 2019

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

CharitéFrères, recherchez avec ardeur les dons les plus grands. Et maintenant, je vais vous indiquer le chemin par excellence. J’aurais beau parler toutes les langues des hommes et des anges,si je n’ai pas la charité, s’il me manque l’amour, je ne suis qu’un cuivre qui résonne, une cymbale retentissante.

J’aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, j’aurais beau avoir toute la foi jusqu’à transporter les montagnes, s’il me manque l’amour, je ne suis rien.

J’aurais beau distribuer toute ma fortune aux affamés, j’aurais beau me faire brûler vif, s’il me manque l’amour, cela ne me sert à rien. L’amour prend patience ; l’amour rend service ; l’amour ne jalouse pas ; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil ; il ne fait rien d’inconvenant ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s’emporte pas ; il n’entretient pas de rancune ; il ne se réjouit pas de ce qui est injuste, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ; il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout. L’amour ne passera jamais. (1 Co 12,31-13,13)

Copyright AELF – Paris – 1980 – Tous droits réservés ».

Les dons les plus brillants n’ont aucune valeur sans l’amour. Le paganisme ne s’est jamais élevé au-dessus de l’amour (erôs) ; Il n’a pas connu la charité (agapè). Pour lui, l’amour n’est qu’une aspiration vers l’amour, née du sentiment que l’on ne possède pas ce qui est souverainement aimable.

La charité chrétienne c’est Dieu lui-même habitant dans le croyant, en sorte que des sources d’eau vive jaillissent de lui en vie éternelle : « Celui qui boira de l’eau que moi je lui donnerai n’aura plus jamais soif ; et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau jaillissant pour la vie éternelle. (Jn 4, 14)

Jean, l’évangéliste, est l’apôtre de la charité ; Paul est le prédicateur de la foi. L’amour de la maman pour son enfant, de l’enfant pour sa maman, ne sont que de faibles images de l’amour céleste, engendré dans le chrétien par le sentiment de sa rédemption. L’expérience qu’en fit l’apôtre PAUL alluma en lui une flamme qui ne s’éteint jamais. Ce que Dieu veut, c’est le cœur.

Quels sont les caractères de l’amour selon Paul ?

Il nous dit ce qu’il fait ou ne fait pas, conformément à sa nature intime. Il nous montre qu’il n’est pas un sentiment vague et contemplatif du cœur, mais un pouvoir énergique qui agit dans la vie et en transforme tous les rapports. Ainsi il use de patience en ne se laissant pas provoquer par le mal. Par sa bonté, celui qui aime répand autour de lui le bien, les bénédictions qu’il puise à la vraie source : l’amour de Dieu pour tous.

L’amour est étranger à l’orgueil, toujours humble, il ne se permet aucun de ces procédés qu’on n’avoue pas. Il n’impute pas le mal pour en tirer vengeance ; il l’oublie. Quiconque  aime vraiment n’a aucune joie secrète et maligne quand il voit un frère tomber dans le péché, il s’en afflige.

L’amour supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout. )l couvre tout, c’est-à-dire les fautes et les péchés des autres autant que cela soit permis. Dans les autres, à l’égard de lui-même, sans pour cela appeler jamais le mal bien, les ténèbres lumière. Croire et espérer beaucoup des hommes, est souvent le plus puissant moyen de les amener au bien, tandis que la défiance, l’esprit de jugement provoquent le mal.

Tout au long de notre vie demeurent ces trois éléments de la vie chrétienne : la foi, qui saisit comme présents les biens qui nous sont révélés et offerts en Jésus-Christ. L’espérance vers la délivrance, vers la perfection est le vif sentiment que ce que nous serons n’a pas encore été manifesté.

La foi rassasie : « Moi, je suis le pain de la vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim ; celui qui croit en moi n’aura jamais soif. » (Jn 6, 35) Et l’espérance donne la faim : « Nous avons été sauvés, mais c’est en espérance ; voir ce qu’on espère, ce n’est plus espérer : ce que l’on voit, comment peut-on l’espérer encore ?

Mais nous, qui espérons ce que nous ne voyons pas, nous l’attendons avec persévérance. » (Rm 8, 24-25) Foi et espérance sont nécessaires à notre avancement dans la vie intérieure. Par la foi, nous nous rattachons au Christ. La charité est au-dessus de la foi et de l’espérance parce qu’elle subsistera quand la foi sera changée en vue et que l’espérance sera accomplie.

Compléments

◊ La charité est la mère des vertus et la mère des grâces → Toutes les œuvres humaines unies à la charité sont agréables à Dieu

◊  Vérifions si notre amour est vrai : cliquez ici pour lire → La charité est le tout de la vie chrétienne. (1 Cor. 12,31-13, 13)

Lien externe cliquez ici pour visionner→ L’amour ne passera pas – YouTube

Publié dans Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS