• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 30 mai 2019

TROUVER LA BONNE DIRECTION POUR ALLER AU CIEL

Posté par diaconos le 30 mai 2019

Envoyé par le Père  Joël Pralong

L’image contient peut-être : texte

 L’Ascension est à la fois l’expérience d’un vide, d’un manque, d’un profond moment de solitude, mais aussi d’une présence, d’une autre forme de présence…

À l’intérieur, il y a en nous comme un vide… en forme de Dieu ! « Notre cœur est en forme de Dieu » (Saint Augustin).

Il faut juste le remplir de Dieu comme on remplit une bonbone d’oxygène, pour un plus de vie, une vie de qualité. Dieu, un plus de vie ? Mais oui, la vie totale !

L’expérience d’un deuil brutal est tout à »fait significative… On demandait à un papa qui avait perdu brutalement son fils : « Mais comment fais-tu pour tenir debout ?  » Sa réponse : « Ce n’est pas moi, c’est lui qui me tient debout. »

Sainte Monique, parlant de sa mort prochaine à son fils Augustin, disait :  » Je ne serai plus où j’étais, mais je serai partout là où tu seras. » La douleur est intense, mais au plus profond de soi, il y a comme une force, une vie, une présence qui parle plus fort que tous les poisons du cœur.

Au moment de l’Ascension, c’est ce message que Jésus veut faire passer à ses disciples. Il les avait déjà préparés à son départ :  » Je pars, vous allez être tristes, troublés, effrayés, mais je reviendrai vers vous et je vous prendrai avec moi. «  Oui, Jésus nous saisit de l’intérieur, il nous met en lui, il fait de nos cœurs sa demeure.

Aujourd’hui :  » Vous allez recevoir une force venue d’en haut, celle de l’Esprit-Saint qui fera de vous mes témoins. » Jésus est la Tête de ce grand Corps qui est l’Église et dont nous sommes les membres. L’Ascension, c’est comme un accouchement : la Tête a passé la porte étroite, elle est entrée dans la vie.

Si la Tête est entrée dans la vie, c’est sûr qu’elle va entraîner tout le reste du Corps avec elle, et nous aussi ! Jésus s’en va, certes, mais pour être plus profondément présent à nos cœurs, par l’Esprit-Saint. Une présence comme un moteur en nous, une force, une source d’inspiration.

L’Ascension, c’est comme un lever de soleil au petit matin. Au début, il fait noir, et puis, apparaît ce point lumineux, qui grossit, grossit. Et voilà le soleil arraché à l’horizon, qui s’élance vers le ciel. Et plus il monte vers le ciel, plus il remplit toutes choses de sa lumière.  Jésus, nous dit saint Paul, est monté au-dessus de tous les cieux afin de remplir tout l’univers. (Ep 4,10)

La vie chrétienne est marquée par cette contradiction : à la fois un vide et une plénitude, une absence et une présence, souffrance et joie, peur et confiance, mort et vie… Contradiction dépassée par la victoire du Ressuscité. Après le départ de Jésus, nous dit l’évangile, les disciples retournèrent à Jérusalem en grande joie !

Un manque, certes, une absence, mais habitée par la joie. Mais très concrètement, pour entrer dans cette joie divine, il nous faut passer par bien des épreuves, éprouver le vertige du gouffre, de la nuit, de la solitude, parfois même du désespoir… Nous traversons tous dans la vie ces moments de solitude angoissante.

Qu’on le veuille ou non, de la naissance à la mort, nous en sommes tous marqués… Solitude étouffante comme dans un sas, qui nous rétrécit, ou bien nous pousse à chercher une ouverture, vers le haut, vers la lumière, vers Dieu ! Comme la fleur tend vers le soleil. Ceci est inscrit dans notre nature.

Oui, je suis terriblement seul quand je me sens incompris, rejeté, abandonné. Oui, je suis cruellement seul lorsqu’un être cher m’est arraché, ou bien lorsque la rupture, la séparation, la trahison de l’amour, finissent par me broyer toute espérance. Oui je suis seul dans ces moments rongés de culpabilité, sans savoir comment m’en sortir, à qui me confier.

Oui je suis seul dans ces instants où, jeté aux frontières de la mort dans un lit d’hôpital, plus personne ne parvient à me rejoindre, pas même cette main amie jointe à la mienne…, si ce n’est une voix discrète et chaude venue de cet au-delà du coeur : « N’aie pas peur, viens vers le Père ! « 

Oui, je suis seul cloué au lit, limité par mon handicap, ma maladie ou par les difficultés de l’âge. Oui, je suis horriblement seul quand je me dis que ma vie n’a aucun sens et que je ne sais pas pour-quoi ou pour qui je vis… Alors que, il me semble, j’ai tout ce qu’il me faut sauf… l’essentiel ?

Alors, que fait-on de toutes ces solitudes ? Un cri de désespoir jeté dans le néant ? Ou bien un cri vers Dieu ? Qui veut venir habiter nos solitudes, là où personne d’autre que lui ne peut y entrer. La réponse ne peut venir que d’un autre, que de lui, Dieu, à travers sa Parole, qui résonne dans les évangiles.

Cette Parole a du sens, elle fonde notre espérance, elle me fonde moi comme humain, je peux me bâtir dessus. Et plus encore : cette Parole me donne mon identité profonde, éternelle : Je suis fils, enfant de Dieu, et rien, nul ni personne ne pourra m’arracher de la main du Père, et pas même la mort.

 » Tu nous as fait pour toi Seigneur et notre cœur est sans repos tant qu’il ne demeure en Toi… » (Saint Augustin) C’est cette Parole, promesse de Dieu qui vient du Ciel, devenue quelqu’un, présence, Esprit-Saint, qui nous habite après l’Ascension, et qui vient habiller notre cœur d’espérance et de joie.

Contact → Père Joël Pralong

Compléments

◊ Ascension du Seigneur, cliquez ici pour lire l’article → C’est vous qui en êtes les témoins.

◊  Joie de la victoire de Jésus sur la mort :  cliquez ici pour lire l’article → Solennité de l’Ascension du Seigneur

◊ Ascension du Seigneur :  cliquez ici pour lire l’article → Intronisation du Christ et envoi en mission (Ac 1,1 -11)

◊ Solennité   :  cliquez ici pour lire l’article → Ascension du Seigneur (Lc 24. 46-53)

Liens externes

◊  Vatican  :  cliquez ici pour lire l’article →  L’Ascension du Seigneur

◊ Lectures du jour :   Ascension du Seigneur

Homélie de Monseigneur Sosthène Bayemi

Image de prévisualisation YouTube

 

 

Publié dans Accueil sur mon blog, Catéchèse, fêtes religieuses, homélies particulières, Page jeunesse, Religion, Rencontrer Dieu, Temps pascal | Pas de Commentaire »

C’est vous qui en êtes les témoins.

Posté par diaconos le 30 mai 2019

C’est vous qui en êtes les témoins.

C’est vous qui en êtes les témoins.

C’est vous qui en êtes les témoins.

L’Évangéliste Luc est le seul à nous avoir donné une description de l’Ascension.  Les trois autres évangélistes ne séparent pas le moment de la résurrection de celui de l’entrée définitive de Jésus dans la gloire du Père.

 En peu de mots l’évangéliste nous rapporte ce fait : « Jésus ayant amené ses disciples vers Béthanie, il leva les mains pour les bénir et il se sépara d’eux et fut emporté au ciel.

 De quel ciel s’agit-il ? En même temps, d’autres questions surgissent : Ceux qui sont morts, où sont-ils ? Que sont-ils devenus ? Y a-t-il une vie après la mort ? Les évangiles nous parlent de la Vie éternelle. Qu’est-ce que cela signifie pour nous aujourd’hui ?

 Le récit de l’Ascension nous apporte un éclairage nouveau par rapport à toutes ces interrogations. Il ne faut pas le recevoir comme un reportage sur la manière dont les choses se sont passées. Le plus important c’est le message que nous transmet l’évangéliste Luc : le Christ est passé de ce monde à son Père. Il est glorifié. « Il est assis à la droite de Dieu. »

La Résurrection, L’Ascension et la Pentecôte sont les trois forces d’un même et unique mystère : c’est dès sa résurrection que Jésus entre dans la gloire du Père et s’assied à sa droite selon notre Credo.

 En ce jour de l’Ascension, le ciel s’est ouvert pour le retour de Jésus vers son Père. Voilà une image très belle. Mais ce qu’il faut y voir c’est surtout une bonne nouvelle porteuse d’espérance pour le monde. Jusqu’à présent, on croyait que la vie des hommes s’arrêtait avec la mort ; or voilà que par sa résurrection et son ascension, Jésus fait une brèche ; il nous a ouvert un passage. Il est entré le premier dans le monde de Dieu pour nous entraîner à sa suite. Il l’avait annoncé aux siens : « Je pars vous préparer une place… je veux que là où je suis, vous soyez vous aussi. »

 La bénédiction que Jésus donna à ses disciples avant de les quitter est son ultime geste ; un geste que chaque célébrant refait à la fin de la messe, levant la main pour nous bénir au nom de la Sainte Trinité, Père, Fils et Esprit Saint.

 « Jésus s’étant séparé de ses disciples, ils retournèrent à Jérusalem, remplis de joie et ils étaient sans cesse dans le Temple à bénir Dieu. » Tout un symbole, un culte nouveau.

 Cette certitude de notre foi que le Christ est près de Dieu nous remplit-elle de joie ? Joie de la victoire du Christ sur la mort et le péché ; en son nom, le pardon des péchés est une réalité. Joie d’être appelés les témoins de cette victoire que Jésus veut faire partager à chaque personne. Joie de savoir qu’il nous donne chaque jour l’Esprit de force qu’il nous a promis.

 Nous sommes tous rappelés à nos responsabilités. Comme les apôtres, nous sommes envoyés dans le monde pour témoigner de l’espérance qui nous anime.

Amen.

Michel Huyoux, diacre permanent

Complément

◊ Jeudi 30 mai 2019 : cliquez ici pour lire l’article → Solennité de l’Ascension du Seigneur

Liens externes

◊ Catéchèse : cliquez ici pour lire l’article → L’Ascension – idees-cate.com

L’Ascension… une expérience de détachement

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Enseignement, fêtes religieuses, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS