13ème dimanche du Temps Ordinaire — Année C

Posté par diaconos le 30 juin 2019

 Jésus, le visage déterminé, prit la route de Jérusalem

C’est si beau, cette invitation à suivre Jésus doux et humble de cœur, de devenir comme de eptits enfants pout entrer dans le Royaume. Ainsi la Vraie Vie nous est donnée.

C’est si beau, cette invitation à suivre Jésus doux et humble de cœur, de devenir comme de petits enfants pourpouvoir entrer dans le Royaume. Ainsi la Vraie Vie nous est donnée.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Comme s’accomplissait le temps où il allait être enlevé au ciel, Jésus, le visage déterminé, prit la route de Jérusalem. Il envoya, en avant de lui, des messagers ; ceux-ci se mirent en route et entrèrent dans un village de Samaritains pour préparer sa venue. Mais on refusa de le  recevoir, parce qu’il se dirigeait vers Jérusalem. Voyant cela, les disciples Jacques et Jean dirent  :  » Seigneur, veux-tu que nous ordonnions
qu’un feu tombe du ciel et les détruise ? « 

Mais Jésus, se retournant, les réprimanda. Puis ils partirent pour un autre village. En cours de route, un homme dit à Jésus :  » Je te suivrai partout où tu iras. » Jésus lui déclara :  » Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer la tête. « 

Il dit à un autre  :  » Suis-moi.  » L’homme répondit :  » Seigneur, permets-moi d’aller d’abord enterrer mon père.  Mais Jésus répliqua : « Laisse les morts enterrer leurs morts. Toi, pars, et annonce le règne de Dieu.  » Un autre encore lui dit :  » Je te suivrai, Seigneur ; mais laisse-moi d’abord faire mes adieux aux gens de ma maison. « 

Jésus lui répondit : « Quiconque met la main à la charrue, puis regarde en arrière, n’est pas fait pour le royaume de Dieu.  » (Lc 9, 51-62)

Homélie   Suivre le Christ  ?

 Dans la page d’Évangile, choisie pour cette célébration, Jésus rencontre un homme qui en veut, un homme prêt à le suivre jusqu’au bout du monde : Je te suivrai partout où tu iras» L’homme qui disait cela ne savait sans doute pas qula route de Jésus passait par le Golgotha.

 Jésus refroidit ses élans Il ne cherche pas à recruter à tout prix. Il souligne, au contraire, qu’il faudra accepter l’inconfort, la pauvreté, l’insécurité…pour le suivre…: « Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer sa tête »

 Cela souligna la conscience que Jésus avait en montant vers Jérusalem. Il alla vers un destin tragique. Qui veut suivre Jésus doit s’attendre aussi à être rejeté. Jésus dit à un autre homme : « Suis-moi ! » L’homme répondit : «Permets-moi d’abord d’aller enterrer mon père

 Jésus répliqua : «laisse les morts enterrer les morts. Toi, va annoncer le règne de Dieu.» Jésus prétendit que celui qui n’a pas découvert le Règne de Dieu, est un mort. Il s’agit de toutes les personnes qui n’ont pas rencontré Jésus, et dont il ose dire qu’ils sont morts !

 Pour Jésus, toute personne qui n’a pas le souci des choses de Dieu, ne vit pas au sens fort : il est déjà mort ! Parole dure à entendre, parole qui révèle la seule vraie vie, celle de Dieu, celle de son Règne.

 C’est louable de penser à ses défunts mais il est urgent de proclamer la Bonne Nouvelle de l’Évangile à tous les vivants. Il y a urgence de catéchèse dans un monde matérialisé, il y a urgence de solidarité, il y a urgence d’amour, il y a urgence d’apostolat.

 Suivre le Christ, c’est aller à contre courant des modes. Suivre le Christ, c’est bouger soi-même avant de vouloir que les autres ne bougent ! Un autre encore lui dit : « Je te suivrai Seigneur, mais laisse- moi d’abord faire mes adieux au gens de ma maison.»

 Jésus lui répondit : «Celui qui met la main à la charrue et regarde en arrière n’est pas fait pour le Royaume de Dieu.» Le service du Royaume de Dieu, exige tout de suite. Dieu conteste nos priorités.

 Laisse-moi d’abord enterrer mon père, laisse-moi faire mes adieux à mes parents : ce sont des demande très légitimes. Ces gens sont très sérieux, ils sont raisonnables. Ils ont prévu leur emploi du temps : d’abord leurs affaires personnelles, ensuite, les affaires de Dieu.

 Et nous, n’agissons-nous pas, trop souvent envers Dieu, comme ces gens cités dans l’Évangile  ? Chaque Dimanche, d’abord me reposer, d’abord faire mon entraînement, d’abord me consacrer à ma famille, à mes copains et copines et après s’il reste du temps, participer à la messe du dimanche.

 Au début de l’été, remettons en cause notre emploi du temps ! Quelle est notre échelle des valeurs ? Le bronzage d’abord ? La santé ? ou bien l’essentiel d’abord. Dans sa lettre aux Galates, Paul rappela cet essentiel : « Si le Christ nous a libérés, c’est pour que nous soyons vraiment libres. Alors, tenez bon, et ne reprenez pas les chaînes de votre ancien esclavage.

Vous avez été appelés à la liberté. Que cette liberté ne soit pas un prétexte pour satisfaire votre égoïsme : au contraire, mettez-vous, par amour, au service les uns des autres. » Ga 5, 1)

Chaque dimanche, le Christ rejoint les communautés réunies en son nom. Il vient nourrir notre foi, notre espérance et notre amour. Lui seul a les paroles de la vie éternelle. Prions-le afin qu’il nous donne force et courage pour la mission d’il nous confie. Qu’il fasse de nous des témoins fidèles et passionnés de l’amour qui est en lui. Amen

Michel Houyoux, diacre permanent

Compléments

◊   Comportement des amis de Jésus : cliquez ici pour lire l’article  →   Suivre le Christ

◊  Liturgie  : cliquez ici pour lire l’article  → Treizième dimanche du temps ordinaire de l’année C

Liens externes

◊ Pour préparer une ADAP  13ème DIMANCHE DU TEMPS ORDINAIRE – C

◊  Homélie : cliquez ici pour lire l’article  →   Vous avez été appelés à la liberté

Suivre le Christ dans la confiance

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Religion | 1 Commentaire »

Fête de Saint Pierre et Saint Paul — Solennité

Posté par diaconos le 29 juin 2019

Samedi  29 juin 2019
Saint Pierre était un Galiléen, pécheur, des bords du Lac de Tibériade. Paul était un juif lettré, citoyen romain de la ville de Tarse. Ils verront tous les deux leur vie bouleversée par Jésus et seront les premiers propagateurs de la foi naissante.

Saint Pierre était un Galiléen, pécheur, des bords du Lac de Tibériade. Paul était un juif lettré, citoyen romain de la ville de Tarse. Ils verront tous les deux leur vie bouleversée par Jésus et seront les premiers propagateurs de la foi naissante.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Jésus se manifesta à ses disciples au bord du lac.  Après le repas, il dit à Simon-Pierre :  » Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment, plus que ceux-ci ?  » Il lui répond :  » Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime.  » Jésus lui dit :  » Sois le berger de mes agneaux. » Il lui dit une deuxième fois :  » Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment ?  » Il lui répond :  » Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit :  » Sois le pasteur de mes brebis.  » Il lui dit, pour la troisième fois :  » Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? « 

Pierre fut peiné parce que, la troisième fois, Jésus lui demandait :  » M’aimes-tu ?  » Il lui répond :  » Seigneur, toi, tu sais tout : tu sais bien que je t’aime.  » Jésus lui dit :  » Sois le berger de mes brebis. Amen, amen, je te le dis : quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture toi-même pour aller là où tu voulais ; quand tu seras vieux, tu étendras les mains,  et c’est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t’emmener là où tu ne voudrais pas aller.  » Jésus disait cela pour signifier par quel genre de mort Pierre rendrait gloire à Dieu. Sur ces mots, il lui dit :  » Suis-moi. (Jn 21, 15-19)

Source de l’image → Saint Pierre et Saint (dayma.ca)

Solennité des saints Pierre et Paul

La fête de saint Pierre et saint Paul est une solennité. Dans l’Église catholique il y a d’autres célébrations portant le titre de solennité. C’est le cas de saint Joseph (19 mars), nativité de saint Jean-Baptiste (24 juin). Pourquoi dès lors, ces deux saints majeurs sont-ils fêtés le même jour ?

Simon, que le Christ appela Pierre, fut un pêcheur galiléen, qui vécut à Capharnaüm, au bord du Lac de Tibériade. Saul, avant d’être connu sous le nom de Paul, fut un juif pharisien, lettré, citoyen romain de la ville de Tarse, en Asie mineure.

 Le bouleversement produit par le Christ dans leur vie illustre dans les deux cas leur changement de nom. Jésus leur dit :  « Venez à ma suite, et je vous ferai pêcheurs d’hommes. » et aussitôt abandonnant leurs filets de pêche, ils le suivirent. Pierre laissa  tout pour suivre Jésus. Quant à Paul, il fut aveuglé sur la route de Damas et tomba sur le sol en entendant une voix qui disait : « Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ? »  Pierre est la pierre sur laquelle le Christ bâtit son Église ; Paul fut le prédicateur qui voyagea sur tout le bassin méditerranéen pour apporter l’Évangile aux païens. Tous deux mourront en martyrs, Pierre fut crucifié la tête en bas, et Paul, décapité. Selon la tradition, Pierre a été inhumé au Vatican, près de la voie Triomphale, en 64 et Paul fut enseveli sur la voie d’Ostie, en 67.

Deux destins pour une finalité commune soulignée par saint Augustin dans un sermon prononcé lors de la célébration de cette fête : «  En un seul jour, nous fêtons la passion des deux apôtres, mais ces deux ne font qu’un. Pierre a précédé, Paul a suivi. Aimons donc leur foi, leur existence, leurs travaux, leurs souffrances ! Aimons les objets de leur confession et de leur prédication ! «  C’est donc bien en raison de l’importance et de la complémentarité de leur mission que ces deux piliers de l’Église sont célébrés ensemble.

Le 29 juin est aussi le jour de l’année liturgique où les archevêques métropolitains nouvellement créés reçoivent des mains du pape François, à la basilique Saint-Pierre de Rome, le pallium (pallium signifie en latin « manteau « ) Symbole de la fonction particulière de l’évêque de Rome, il signifie chez les archevêques métropolitains leur lien personnel avec lui.

Chez les orthodoxes et les chrétiens orientaux, la fête de saint Pierre et saint Paul marque la fin du jeûne des apôtres. Les chrétiens assistent alors à une veillée nocturne ou aux vêpres, ainsi qu’à la Divine Liturgie. Le mouvement œcuménique moderne s’est aussi emparé de cette fête, à l’occasion de laquelle le pape et le patriarche de Constantinople officient pour l’intercommunion et le rapprochement de leurs Églises.

Compléments

◊  Célébration liturgique : cliquez ici pour télécharger ou  pour lire → A.D.A.L. pour la solennité des saints Pierre et Paul (29 juin)

◊ Homélie : cliquez ici pour télécharger ou  pour lire →  Solennité des saints apôtres Pierre et Paul

Liens externes

◊Croire.com   : cliquez ici pour lire l’article  → Saints Pierre et Paul

La vie de saint Pierre, Premier pape et image de la papauté

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Religion | Pas de Commentaire »

Rallegratevi con me, perché ho trovato la mia pecora, quella che si era perduta.

Posté par diaconos le 28 juin 2019

Venerdì 28 giugno 2019

Dal Vangelo secondo Luca

Il buon Pastore

Il buon Pastore

In quel tempo, Gesù disse ai farisei e agli scribi questa parabola : « Chi di voi, se ha cento pecore e ne perde una, non lascia le novantanove nel deserto e va in cerca di quella perduta, finché non la trova ? Quando l’ha trovata, pieno di gioia se la carica sulle spalle, va a casa, chiama gli amici e i vicini e dice loro : “Rallegratevi con me, perché ho trovato la mia pecora, quella che si era perduta”. Io vi dico: così vi sarà gioia nel cielo per un solo peccatore che si converte, più che per novantanove giusti i quali non hanno bisogno di conversione » (Lc 15, 3-7).

 PREGHIERA

Ti prego o Mio Signore, di assistermi con la sapienza del tuo Santo Spirito, per capire le scritture e la forza per testimoniare la tua parola, perché in questi tempi difficili, nessuno possa restare privo della tua luce. L’idea del buon pastore, che cerca le sue pecore ovunque disperse e le raduna in un unico gregge, è sicuramente una cosa che ci può dare un quadro molto reale della situazione che stiamo vivendo. Vediamo tutti i giorni intorno a noi persone in cerca di pace, esteriore ed interiore che si avvicinano a questo piccolo gregge di credenti che cammina compatto dietro ad un unico Pastore.

Forse non saremo il gregge perfetto per un pastore, chi se la squaglia, chi si ferma, chi si distra  ma il nostro è un pastore attento, sempre pronto ad intervenire quando ne abbiamo bisogno.  É un po’ pazzo d’ amore il nostro pastore, corre dietro a quella che si è smarrita , cura quella ferita, sembra quasi che non possa fare a meno di nessuna delle sue pecore e pensando a quello che ha detto al Padre non perderò nessuna di quelle che mi hai affidato”- Capiamo che la sua parola è ancora una volta verità.

Diceva San Giuseppe Maria che un uomo «vale quanto vale il suo cuore». Meditiamo dal Vangelo di Luca se il prezzo –che viene indicato sull’etichetta del nostro cuore- equivale al valore del riscatto che il Sacro Cuore di Gesù ha pagato per ciascuno di noi. Amen

Omelia

 Oggi, celebriamo la solennità del Sacro Cuore di Gesù. Da tempo immemoriale l’uomo colloca “fisicamente” nel cuore ciò che c’è di meglio o di peggio nell’essere umano. Cristo ci mostra il Suo, con le cicatrici del nostro peccato, quale simbolo del Suo amore verso gli uomini, ed è da questo cuore che dà vita e rinnova la storia passata, presente e futura, da dove contempliamo e possiamo comprendere la gioia di Colui che trova quello che aveva perso.

« Rallegratevi con me, perché ho trovato la mia pecora, quella che si era perduta » (Lc 15,6). Quando ascoltiamo queste parole, ci afferriamo alla tendenza di metterci nel gruppo dei novanta nove giusti ed osserviamo da lontano come Gesù offre la salvezza a tanti conoscenti nostri che sono assai peggiori di noi. Ebbene no ! L’allegria di Gesù ha un nome e un volto. Il mio,il tuo, quello dell’altro tutti siamo la pecora smarrita per i nostri peccati ; così che, non continuiamo a gettare altra legna al fuoco della nostra superbia, considerandoci completamente convertiti !

Nei tempi in cui viviamo, in cui il concetto di peccato viene relativizzato o negato, tempi in cui il sacramento della penitenza viene considerato da alcuni come un qualcosa di duro, triste e arcaico, Jesus, nella Sua parabola, ci parla di gioia, e non lo fa solamente qui, ma è una corrente che attraversa tutto il Vangelo. Zaccheo invita Gesù a pranzo per celebrare il perdono che ha ricevuto ( Lc 19,1-9) ; il padre del figlio prodigo perdona e fa festa per il suo ritorno (Lc 15,11-32) e il Buon Pastore si rallegra all’incontrare chi si era allontanato dal Suo cammino. Amen

Collegamenti esterni

◊    Padre Lino PedronRallegratevi con me, perché ho trovato la mia pecra, quella che si era perduta

Il buon pastore

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans articles en Italien, Enseignement, homélies particulières, Page jeunesse, Religion, Rencontrer Dieu, TEMPO ORDINARIO, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

La maison construite sur le roc et la maison construite sur le sable

Posté par diaconos le 27 juin 2019

Jeudi 27 juin 2019

La maison construite sur le roc et la maison construite sur le sable

maison.jpg 160Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : ce n’est pas en me disant : “Seigneur, Seigneur !” qu’on entrera dans le royaume des Cieux, mais c’est en faisant la volonté de mon Père qui est aux cieux. Ce jour-là, beaucoup me diront : “Seigneur, Seigneur, n’est- ce pas en ton nom que nous avons prophétisé, en ton nom que nous avons expulsé les démons, en ton nom que nous avons fait beaucoup de miracles ?”

Alors je leur déclarerai : “Je ne vous ai jamais connus. Écartez- vous de moi, vous qui commettez le mal !” Ainsi, celui qui entend les paroles que je dis là et les met en pratique est comparable à un homme prévoyant qui a construit sa maison sur le roc. La pluie est tombée, les  torrents ont dévalé, les vents ont soufflé et se sont abattus sur cette maison ; la maison ne s’est pas écroulée, car elle était fondée sur le roc.

Et celui qui entend de moi ces paroles sans les mettre en pratique est comparable à un homme insensé qui a construit sa maison sur le sable.
La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé, ils sont venus battre cette maison ; la maison s’est écroulée, et son écroulement a été complet. « 

Lorsque Jésus eut terminé ce discours, les foules restèrent frappées de son enseignement, car il les enseignait en homme qui a autorité, et non pas comme leurs scribes. (Mt 7, 21-29)

Homélie  Seigneur, Seigneur !

Pour Jean Chrysostome (349 ?-407 ), le roc est le symbole des vertus qui dirigent l’homme juste. Sa vie, son âme sont sa maison. Et elles ne cèdent à aucune épreuve néfaste de la vie : les maux, les calomnies, les pertes rencontrées sur terre. Ces épreuves sont dans la parabole : la pluie, les torrents, les vents. Il donne l’exemple des apôtres qui résistèrent tels des rochers au milieu d’une mer déchainée, et furent fermes et victorieux du mal, et des persécuteurs. Il rappela aussi qu’il ne faut pas seulement pratiquer des discours soi-disant saints, mais il faut les mettre en pratique afin de suivre les préceptes prônés par Jésus. Dans le milieu protestant évangélique, le roc est Jésus Christ lui-même, la mise en pratique de son enseignement (que l’on peut trouver, entre autres dans le sermon sur la montagne est le fondement d’une vie correcte et juste aux yeux de Dieu.

Un jour, devant la foule venue l’écouter, Jésus parla de deux bâtisseurs de maison : l’un d’eux fut prudent alors que l’autre se montra insensé. Tous les deux s’affairèrent à construire leur propre maison. La vie que nous menons pourrait se comparer à la construction d’une maison. Nous avons tous une maison, une vie, à bâtir : la manière dont nous travaillerons pour la construire déterminera sa destinée, non seulement pour la durée de notre vie mais aussi pour l’éternité.

 Dans cette parabole, l’activité de ces deux hommes semble identique. D’ailleurs on ne perçoit pas de grandes différences entre les deux maisons. Il est probable qu’on ait utilisé les mêmes matériaux de construction. Chacun des bâtisseurs s’applique du mieux qu’il peut à rendre sa maison aussi attrayante que l’autre. Mais il y a une différence fondamentale qui les distingue, une différence qui ne se voit pas de l’extérieur : les maisons ne reposent pas sur le même type de fondation.

Cette péricope de l’Évangile de Matthieu nous engage à une réelle démarche de conversion pour être reconnue par celui à qui elle s’adresse. Quand bien même nous pourrions produire des miracles au nom de Jésus, notre salut éternel ne serait pas garanti. Cela s’applique également pour nos liturgies que pour nos prières personnelles.

« Celui qui entend les paroles que je dis là et les met en pratique … » est toute personne qui ouvre son cœur pour entrer dans l’intelligence du plan de Dieu. Cette intelligence lui est donnée par l’Esprit Saint à la mesure du désir qui s’exprime dans la prière : Veni Sancte Spiritus.

Le défi d’harmoniser sa vie avec le plan de Dieu se pose au moment des grands choix de vie : sont-ils fondés en Dieu et sa promesse ? Les expériences de vie de saints disciples du Christ ont-elles une signification pour moi ?

Bien construire ma vie implique la lecture, méditation et partage de la Parole de Dieu. Cela me poussera à vivre en communauté croyante et ecclésiale, non seulement dans un consensus de l’aujourd’hui, mais dans une communion sacrée qui traverse l’histoire, le passé, le présent, en vue du futur.

Quel témoignage de foi je donne ? Celui d’un feu de paille, avec son crépitement bruyant et sa fumée répulsive pour les plus petits dans la foi, ou celui d’un cœur ardent et d’une vie engagée qui se consume silencieusement au service, par amour de Dieu et du prochain ?

Jésus, tu as donné ta vie pour tous. Je veux à mon tour donner ma vie au service de ma famille et des autres. Aide-moi dans ce cheminement.
Diacre Michel Houyoux

Complément

◊ Donne un fondement solide à ta foi : clique ici pour lire l’article →  Bâtir une maison sur le sable, est-ce une bonne idée ?

Liens externes

◊ Éveille ù la foi  : cliquez ici pour lire l’article → La maison bâtie sur le roc

Catéchèse avec KT42  : cliquez ici pour lire l’article → BD, diaporamas, vidéos, visuels : la parabole de la maison …

La maison bâtie sur le Roc (Christ) 【HD】

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, Enseignement, homélies particulières, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

12345...11
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS