• Accueil
  • > Archives pour juillet 2019

Venderà tutto ciò che possiede e acquista questo campo

Posté par diaconos le 31 juillet 2019

 Mercoledi  30 liuglio 2019

Un tesoro nascosto in un campo.png 150Dal vangelo secondo Matteo   Il regno dei cieli

Il regno dei cieli è simile a un tesoro nascosto nel campo, che un uomo, dopo averlo trovato, nasconde; e, per la gioia che ne ha, va e vende tutto quello che ha, e compra quel campo. 45 «Il regno dei cieli è anche simile a un mercante che va in cerca di belle perle; 46 e, trovata una perla di gran valore, se n’è andato, ha venduto tutto quello che aveva, e l’ha comperata. ( Mt 13, 44-46 )

Omelia   Un tesoro nascosto in un campo

Le parabole del tesoro nascosto in un campo e la bella perla ci dicono qualcosa sull’accesso alla vocazione cristiana. La chiamata alla vocazione può manifestarsi in vari modi e in particolare sotto forma di convocazione nel luogo in cui viviamo. La vocazione richiede, qualunque sia il modo della sua manifestazione, lo stesso salto per rispondere; la vocazione è rispondere alla chiamata ricevuta, partendo da se stessi in modo radicale.

« Il tesoro nascosto in un campo » fu scoperto per caso da una persona. Questo ha prodotto gioia in lei. Da questa scoperta, questa persona si sentiva chiamata.  Sentiva di voler proporre, di rispondere, di mobilitarsi da ciò che era. Poi ha deciso di vivere di questa buona notizia. La sua vecchia maniera è stata radicalmente alterata.

Nella parabola della perla pregiata, il commerciante che cercava perle pregiate, ha ricevuto nel cuore della sua attività, la sua rete di relazioni abituali, una chiamata a fare di più sotto forma di convocazione. In questa parabola, è stata una perla molto bella che gli ha chiesto un nuovo atteggiamento: mobilitare tutti i suoi averi per la transazione, per vivere da lì.

La chiamata è quindi arrivata dal quadro abituale, dalla rete di relazioni: si richiede un servizio, si propone una responsabilità. Questa convocazione è una chiamata per la persona a prendere le solite cose in modo diverso. Essa esce da se stessa all’interno del proprio quadro di riferimento. Anche in questo caso, la sua vecchia maniera è del tutto inappropriata.

« Vendere tutto ciò che possiede », alla fine, è necessario lo stesso atteggiamento interiore: concentrarsi sulla scoperta. Questo porta a vivere in questo modo uno prima e uno dopo. Il vecchio deve essere ribilitato, mobilitato in modo diverso. Deve essere scommessa, offerta, rischiosa, data….. Questa mobilitazione ci dà l’opportunità di costruirci in un modo nuovo, ma richiede prima di tutto che si prenda una decisione, un vero e propro abbandono del vecchio per entrare nel nuovo.

Ci sono molte strade aperte ai cristiani. Così, nel cuore della partecipazione alla Comunità di vita cristiana, c’è un passaggio che attende ogni persona, quello che consiste nel passare dalla vita battesimale alla decisione di seguire Cristo. Le forme in cui si manifesterà la chiamata a questo passaggio saranno diverse, ma ci chiameranno a vivere la nostra vita in modo diverso, ricevendola dalla circolazione della parola all’interno della comunità locale, condividendo radicalmente la nostra vita nel suo futuro, ricevendo, in cambio, la parola di accompagnamento dal mio cerchia di persone.

Informazioni complementari

Così sarà alla fine del mondo: gli angeli verranno a separare i malvagi dai giusti e li getteranno nella fornace: ci saranno pianti e cigolii di denti. Avete capito tutto questo? – Sì, » risposero. Gesù ha aggiunto: « Così ogni scriba che diventa discepolo del Regno dei Cieli è come un padrone di casa che attinge dal suo tesoro nuovo e vecchio. « (Mt 49 -52)

Secondo il dizionario « Le Robert », la parola « tesoro » si riferisce ad una collezione di oggetti preziosi raccolti per essere conservati generalmente nascondendoli. Ai tempi di Gesù, non c’erano banche che garantissero i suoi risparmi. Quindi abbiamo seppellito questi soldi in un angolo del suo campo. A volte il proprietario del campo moriva senza poter rivelare dove aveva nascosto i suoi risparmi.

Quando si lavora, più tardi, un contadino potrebbe incontrarlo per caso. Da qui l’idea di Gesù di partire da questo fatto per spiegare come può apparire il Regno dei Cieli. Gesù aggiunse che quest’uomo lo seppellì di nuovo e vendette i suoi beni per comprare questo campo.

Se vi imbattete in un’opportunita’ come questa, cosa fareste? Quale sarebbe il tuo atteggiamento in una situazione del genere ? Suppongo che siamo tutti in grado di fare sacrifici per acquistare qualcosa che ci sta a cuore (un telefono cellulare, un televisore LCD a 999 €, un tomtom Go 930, una fotocamera digitale da 10 mega….., per citare solo alcuni esempi).

Molte persone fanno sacrifici non più per acquistare beni materiali, ma per esempio per migliorare la propria situazione (per seguire una sessione di formazione, per iscriversi e seguire corsi per ottenere un’altra qualifica….. Per Gesù, il Regno dei Cieli è una cosa così preziosa, che vale la pena sacrificare tutto per scoprirlo e vivere di esso e, secondo lui, il sacrificio non è una cosa triste.

Nel secondo confronto « Il Regno dei cieli è come un commerciante che cerca le perle fini (Mt 13,45-46), Gesù ci dà la stessa lezione. Ma qui aggiunge una sfumatura importante: il gioielliere cerca le perle pregiate e non le trova. Siamo tutti in cerca di felicità. Ma, e questo è un grande peccato, molte persone cercano solo la felicità effimera, senza alcun valore reale, false perle…. Gesù sa qual è la nostra vera felicità: non c’è gioia duratura e vera al di fuori dell’unione con Dio.

Nel terzo confronto, Gesù, parlandoci delle reti, vuole farci capire che l’Église è fatta per la missione, anche se molti di quelli che vengono non persevereranno! In questa terza parte, c’è anche un avvertimento molto severo: la bontà di Dio non è complicità con il male. I nostri comportamenti non sono neutrali, preparano la nostra eternità, avverte Gesù.  Tutti noi, ci stiamo muovendo verso un giudizio ! (Mt 13, 50)

La Chiesa ha sempre parlato di un inferno eterno. Adottò anche la parola « purgatorio » intorno al XII secolo, per designare il luogo dove i peccatori che morirono in stato di grazia espiare i loro peccati fino a quando le loro anime non furono purificate e poterono accedere alla vita eterna (dizionario « Le Robert »). La perdita e la salvezza sono un’opzione per tutti !

Attraverso questi confronti, Gesù vuole farci capire che è urgente convertirsi. Signore Gesù, sii la luce che ci guida. Aiutaci a seguirti fedelmente, tu che dici: « Io sono la via, la verità e la vita » (Gv 14,1-6). 

Michel Houyoux, diacono permanente

♥  Pagina dedicata ai giovani : clicca qui per vedere la pagina →  La Bibbia vista nelle immagini dei bambini

Collegamenti esterni

◊ Oremus  : clicca qui per vedere la pagina →  Oremus: Vende tutti i suoi averi e compra quel campo

Commento del Vangelo del giorno

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans DESSINS ET BIBLE, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

La Bibbia vista nelle immagini dei bambini

Posté par diaconos le 31 juillet 2019

La Bibbia vista nelle immagini dei bambini

Vuoi mostrare il tuo disegno nella sezione « Pagina dei giovani » e includere la tua foto, la tua età e la tua comunità? Tutto quello che dovete fare è inviarmelo via e-mail come « documento allegato » al seguente indirizzo: » michel.houyoux@outlook.fr  » Se non uscite, chiedete aiuto a un membro della vostra famiglia. Puoi citare il tuo nome, la tua età, la tua località (paese ?) e anche un piccolo commento relativo al tema proposto. Con un po’ di immaginazione, si possono fare bei disegni. Per vedere i disegni di dimensioni maggiori, fare doppio clic su di essi.

Per vedere altri disegni biblici, clicca sul titolo « Disegno e Bibbia » nella colonna di destra di questa pagina. Grazie e buona scoperta.

Michel Houyoux, diacono permanente

Mon carême à moi... (Christelle, 8ans, j'habite à Hannêche en BelgiqueLa foule populaire des faubourgs de Jérusalem acclame Jésus comme son roi. le bon pasteur connaît ses brebis, et ses brebis le connaissent.

Jésus et ses disciples arrivèrent à Bethphagé (Mt 21, 1-2)

Dessins de Christelle, 9 ans le 10 octobre prochain.Le trésor caché dans un champ, Évangile de Matthieu, au chapitre 13

Publié dans Accueil sur mon blog, articles en Italien, Bible, Catéchèse, Page jeunesse, Religion, TEMPO ORDINARIO, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Il va vendre tout ce qu’il possède, et il achète ce champ

Posté par diaconos le 31 juillet 2019

Mercredi 31 juillet 2019

Il va vendre tout ce qu’il possède, et il achète ce champ

Un trésor caché dans un champ.jpg 150De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait aux foules :  » Le royaume des Cieux est comparable à un trésor caché dans un champ ; l’homme qui l’a découvert le cache de nouveau. Dans sa joie, il va vendre tout ce qu’il possède, et il achète ce champ. Ou encore : Le royaume des Cieux est comparable à un négociant qui recherche des perles fines. Ayant trouvé une perle de grande valeur, il va vendre tout ce qu’il possède, et il achète la perle. «   (Mt 13, 44-46)

Homélie  Un trésor caché dans un champ

Les paraboles du trésor caché dans un champ et de la perle fine nous disent quelque chose de l’accès à la vocation chrétienne. L’appel à la vocation peut se manifester de diverses manières et notamment sous la forme d’une convocation là où nous vivons. La vocation demande, quelle que soit le mode de sa manifestation, un même saut pour répondre.La vocation, c’est répondre à l’appel reçu, à partir de soi radicalement.
x
« Le trésor caché dans un champ » fut découvert par hasard par unea personne. Cela produisit en elle de la joie. De cette découverte, cette personne se senti appelée.  Elle éprouva qu’elle avait le goût de se proposer, de répondre, de se mobiliser à partir de ce qu’elle était. Elle décida alors de vivre à partir de cette bonne nouvelle. Sa manière ancienne en fut radicalement déplacée.
x
Dans la parabole de la perle fine, le négociant qui recherchait des perles fines, reçut au cœur même de son activité, de son réseau de relations habituelles, un appel à en faire plus sous la forme d’une convocation. Dans  cette parabole, ce fut une très belle perle qui lui demanda une nouvelle attitude : mobiliser tous ses biens pour la transaction, vivre à partir de là.
x
L’appel émana ainsi du cadre habituel, du réseau de relations : un service est demandé, une responsabilité est proposée. Cette convocation est pour la personne  un appel à prendre les choses habituelles autrement. Elle sort d’elle-même au sein même de son cadre. Sa manière ancienne en est là aussi totalement déplacée.
x
 » Vendre tout ce qu’il possède «   au bout du compte, une même attitude intérieure est requise : miser sur la découverte. Cela amène à vivre ainsi un avant et un après. L’ancien doit être remobilisé, mobilisé autrement. Il doit être misé, offert, risqué,  donné … Cette mobilisation donne de nous construire de manière nouvelle, mais elle demande d’abord qu’une décision soit posée, un réel abandon de l’ancien pour entrer dans la nouveauté.
x
Bien des chemins s’ouvrent aux chrétiens. Ainsi au cœur de la participation à la Communauté de Vie Chrétienne, il est un passage qui attend chaque personne, celui qui consiste à passer d’une vie de baptisé à la décision de suivre le Christ. Les formes par les quelles se manifestera l’appel à ce passage seront diverses mais elles appelleront à vivre notre vie autrement, en la recevant de la circulation de la parole au sein de la Communauté locale, en partageant radicalement notre vie en son devenir, en recevant, en retour, la parole d’accompagnement de mon entourage.

Compléments

◊ Catéchèse : cliquez ici pour lire l »article → Le Royaume des cieux est comparable à un trésor caché dans un champ.  (Mt 13, 44-52)

◊ Le coin des jeunes talents  : cliquez ici pour lire l »article → La Bible vue en images par les enfants

Liens externes

◊ Zenit  : cliquez ici pour lire l »article → La perle cachée dans notre quotidien

◊ Mouvement des Cursillos (Canada)   : cliquez ici pour lire l »article →  Savoir tirer de son trésor du neuf et de l’ancien

Dominicains de Belgique : Le champ et les perles fines

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

De même que l’on enlève l’ivraie pour la jeter au feu, ainsi en sera-t-il à la fin du monde

Posté par diaconos le 30 juillet 2019

Mardi 29 juillet 2019

De même que l’on enlève l’ivraie pour la jeter au feu, ainsi en sera-t-il à la fin du monde 

arabole de l'ivraie ; laissez l'un et l'autre pousser en ensemble.png  140.png    160Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, laissant les foules, Jésus vint à la maison. Ses disciples s’approchèrent et lui dirent :  » Explique-nous clairement la parabole de l’ivraie dans le champ.  » Il leur répondit :  » Celui qui sème le bon grain, c’est le Fils de l’homme ; le champ, c’est le monde ; le bon grain, ce sont les fils du Royaume ; l’ivraie, ce sont les fils du Mauvais.

L’ennemi qui l’a semée, c’est le diable ; la moisson, c’est la fin du monde ; les moissonneurs, ce sont les anges. De même que l’on enlève l’ivraie pour la jeter au feu, ainsi en sera-t-il à la fin du monde. Le Fils de l’homme enverra ses anges, et ils enlèveront de son Royaume toutes les causes de chute et ceux qui font le mal ; ils les jetteront dans la fournaise : là, il y aura des pleurs et des grincements de dents.

Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père. Celui qui a des oreilles, qu’il entende !  » (Mt 13, 36-43)

Homélie

Les disciples demandèrent à Jésus : «  Explique nous clairement la parabole de l’ivraie dans le champ. »  (Mt 13,36b) Cette question demeure aussi la nôtre. La question du Mal est la plus grande de toutes pour toute personne qui réfléchit. Pourquoi y a-t-il du Mal dans le monde ? Pourquoi certaines personnes  choisissent de faire le mal ? Répondent au bien par le mal ?

Le mal étant ici défini surtout par la jalousie et la division, les auteurs de scandales, par  les personnes qui font tomber les autres… Cet Évangile peut nous choquer : il y a un ennemi et il est actif ; il y a une fournaise et on y pleure. Cette ivraie peut effectivement faire que le bon grain pousse mal ou même ne pousse pas du tout. Jésus n’impose pas une réponse, il proposa  trois paraboles…

Le bien et le mal seront mélangés jusqu’à la fin du monde. Dans chaque personne, dans les institutions et même dans l’Église, on trouvera toujours à la fois le bien et le mal. Dans notre coeur et dans  chaque personne que je rencontre ou avec qui  je vis, il y a les deux : du bon et du moins bon.

Dieu  Le semeur et l’ennemi qui plante la mauvaise herberespecte toujours les personnes. Il sait que la tentation est souvent plus forte que leurs bonnes intentions et que les gens  ont besoin de temps pour trouver et choisir le bien.

  »Le Royaume des cieux est comparable à un homme qui a semé du bon grain dans son champ.  Or, pendant que les gens dormaient, son ennemi survint ; il sema de l’ivraie au milieu du blé et s’en alla. »  (Mt 13,24-25).

Dans ces versets, le champ représente  le monde et il y a deux semeurs : l’un sema en plein jour et l’autre sema pendant la nuit. Sur les pas du semeur (Jésus), son ennemi (le démon) se glissa de nuit pour répandre l’ivraie.  La mauvaise herbe (l’ivraie), c’est l’oubli de Dieu, de l’Amour, au fil des jours.

Le démon ne se montre pas, il agit par le désespoir, par le doute du soir. C’est comme ça qu’il procède.   Jésus nous suggère que le mal, en nous et dans les autres n’est pas notre vrai visage, qu’il se glisse, à notre insu, pendant des moments d’inconscience ou d’inattention.

C’est la manière ordinaire du démon de mêler le mensonge avec la vérité, afin que sous le masque de la vraisemblance, l’erreur passe pour la vérité même, et qu’elle trompe ceux et celles qui sont faciles à séduire.

C’est pour ce motif que  Jésus ne marqua pas dans cette semence de l’ennemi, d’autre mauvais grain que l’ivraie qui est fort semblable au froment. Jésus nous apprend comment le démon s’y prend pour surprendre les âmes. Oui, l’ivraie fait partie du champ de blé et du champ de nos cœurs. Il faut apprendre à vivre avec elle, en nous et autour de nous, et ne pas perdre cœur. Car la graine minuscule deviendra arbre (deuxième parabole), et la pincée de levure gonflera la pâte du monde (troisième parabole).

  »Quand la tige poussa et produisit l’épi, alors l’ivraie apparut aussi.  Les serviteurs du maître vinrent lui dire : ‘Seigneur, n’est-ce pas du bon grain que tu as semé dans ton champ ? D’où vient donc qu’il y a de l’ivraie ?’   Il leur dit : ‘C’est un ennemi qui a fait cela.’ Les serviteurs lui disent :’Alors, veux-tu que nous allions l’enlever ?’  

Il répondit : ‘Non, de peur qu’en enlevant l’ivraie, vous n’arrachiez le blé en même temps.  » (Mt 13, 26-29) Dans ces versets, les paroles de Jésus nous invitent  à la patience, et à l’espérance. Nous voulons  toujours récolter. Tout, tout de suite  ! Et avant de le faire, nous voulons enlever les mauvaises herbes.

Mais Jésus dit : « Attendez. Ne coupez pas tout de suite les mauvaises herbes ; on ne sait pas : on peut très bien confondre le bon grain avec les mauvaises herbes. »  Laissez-les pousser ensemble jusqu’à la moisson » Jésus mit en garde ses auditeurs contre la précipitation des gens qui voudraient s’y attaquer. Il accepte dans son Église le mélange des bons et des mauvais.

Jésus alla jusqu’à provoquer le scandale en donnant ses préférences aux pécheurs. Il est, lui, pour la méthode des petits pas. Il est patient et prudent. Il aime le cœur de chaque personne où le bon grain et l’ivraie se livrent à une lutte sans merci. Au cœur du monde en proie à ses luttes et à ses déchirements, le Fils de Dieu a été enfoui, broyé comme le grain.

Dieu sait le contraste entre la petitesse de ce grain enfoui et l’ampleur de la moisson finale. Il a hâte de voir le Royaume parvenu à sa pleine maturité. Mais sa délicatesse à l’égard du monde fragilisé par le péché le rend radicalement patient : « Tandis que toi, Seigneur, qui disposes de la force, tu juges avec indulgence,tu nous gouvernes avec beaucoup de ménagement  » (Sg 12, 18)

Mais au temps de la moisson, Jésus dira aux moissonneurs :  » Enlevez d’abord l’ivraie, liez-la en botte pour la brûler ; quant au blé, rentrez-le dans mon grenier « » (Mt 13, 30b) Nous voilà bien avertis : nous ne verrons qu’à la fin, à la moisson (au jour du jugement), les fruits réels de ce que nous aurons essayé de faire dans le champ du Père. Oui il y a un juge et il y aura un jugement ; il y a une échéance et il y aura une récompense. De cela Jésus ne doute pas.

En résumé  Dans la parabole de l’ivraie, Jésus nous invite à un optimisme réaliste envers nous-mêmes et les autres. Avec patience, il nous transforme, avec lui l’ivraie peur devenir du bon grain.

Amen

Diacre Michel Houyoux

Liens externes

◊ Oraweb.net : cliquez ici pour lire l’article →  Explication de la parabole de l’ivraie

◊ La Parole Vivante   : cliquez ici pour lire l’article →  Que veut nous dire Jésus, avec la parabole du blé et de l’ivraie dans le champ ?

Parabole de l’ivraie ; laissez l’un et l’autre pousser en ensemble

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Religion, Temps ordinaire | 1 Commentaire »

12345...11
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS