Gardez-vous de mépriser un seul de ces petits

Posté par diaconos le 13 août 2019

Mardi 12 août 2019

Gardez-vous de mépriser un seul de ces petits

Gardez-vous de mépriser un seul de ces petits.png 200De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

    À ce moment-là, les disciples s’approchèrent de Jésus et lui dirent :  » Qui donc est le plus grand dans le royaume des Cieux ? »

Alors Jésus  appela un petit enfant ; il le plaça au milieu d’eux, et il déclara : « Amen, je vous le dis : si vous ne changez pas pour devenir comme les  enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux.

Mais celui qui se fera petit comme cet enfant, celui-là est le plus grand dans le royaume des Cieux. Et celui qui accueille un enfant comme celui-ci en mon nom, il m’accueille, moi.

Gardez-vous de mépriser un seul de ces petits, car, je vous le dis, leurs anges dans les cieux voient sans cesse la face de mon Père qui est aux cieux.

Quel est votre avis ? Si un homme possède cent brebis et que l’une d’entre elles s’égare, ne va-t-il pas laisser les 99 autres dans la montagne  pour partir à la recherche de la brebis égarée ?     Et, s’il arrive à la retrouver, amen, je vous le dis : il se réjouit pour elle plus que pour les 99
qui ne se sont pas égarées. Ainsi, votre Père qui est aux cieux ne veut pas qu’un seul de ces petits soit perdu. (Mt 18, 1-5.10.12-14)

Homélie

Le point de départ de Jésus n’est pas précisé (Mc 9, 30a). La dernière mention géographique le situait dans l’extrême nord de la Palestine : la région de Césarée-de-Philippe (Mc 8, 27). C’est donc dans le sens nord-sud que Jésus traversa la Galilée avec ses disciples. Ce fut le commencement de la marche de Jésus vers Jérusalem ; cette dernière marche le conduisit vers son destin sanglant (sa passion et sa crucifixion).

Marchant vers Capharnaüm, les apôtres de Jésus discutèrent pour savoir qui serait le plus grand dans le Royaume des cieux. Étant  arrivés à Capharnaüm, et, une fois à la maison, Jésus leur demanda : « De quoi discutiez-vous en chemin? » Ils se turent.

Marcher à la suite de Jésus et être fidèle à son abaissement, c’est : « Par la charité, faites-vous serviteurs les uns des autres »  (1P4, 10-11). Jésus insista souvent sur cette humilité qui caractérise le vrai serviteur de Dieu : «  Devenez comme un petit enfant pour entrer dans le Royaume »» (Mt 18, 3-Mt 19, 14 ; Mc 10, 15 ; Lc 18, 17) -

S’étant assis, Jésus appela les Douze et leur dit : « Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous ». Jésus ajouta : Il faut accueillir le petit et le simple, car le Seigneur a voulu s’identifier à eux. Nous devons accueillir Jésus dans nos vies car c’est ainsi que nous ouvrons les portes à Dieu lui-même. C’est comme un programme de vie pour la route.

Prenant alors un enfant, il le plaça au milieu d’eux, l’embrassa, et leur dit : »Celui qui accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c’est moi qu’il accueille. Et celui qui m’accueille ne m’accueille pas moi, mais Celui qui m’a envoyé ». (Mc 9,30-37)

Aimer Dieu suppose d’aimer son prochain. Des normes sont indispensables si nous voulons vivre en harmonie avec les autres. Il nous faut apprendre à reconnaître ce qui est bien et d’agir pour le bien de tous les membres de la communauté (ma famille, ma classe, mon équipe sportive, mon unité scoute,…) ; mais nous devons aussi rejeter ce qui est mal, ce qui peut nuire à la communauté, ce qui la met en péril.

Accueillir au nom de Jésus un enfant , symbole ici des pauvres et de tous les exclusc’est accueillir le Christ

Nous devons apprendre à nommer ce qui est mal. Si nous voyions  un membre de notre la communauté qui s’égare, ce serait un acte d’amour fraternel que de l’aider  à voir le mal qu’il a commis. Jésus nous donne une méthode pour cette correction fraternelle : « Si ton frère a commis un péché, va lui parler seul à seul et montre-lui sa faute. S’il t’écoute, tu auras gagné ton frère » (Mt 18, 15)

Ce que Jésus nous dit, ici,  peut être appliqué à tous nos milieux de vie : famille, équipe, groupe d’amis, associations, collègues…: d’abord parler à l’autre seul à seul. C’est là une manière d’agir qui demande beaucoup de temps et de patience : »Soyez patients envers tous. » (1 Th 5, 14) Jésus agissait avec patience et délicatesse, parce que son Père agit aussi ainsi.

Dieu qui est miséricordieux, sans se lasser, offre son pardon à toute personne qui regrette sincèrement ses fautes et qui fait des efforts pour s’en sortir. Il accueille toujours toute personne qui  revient vers lui. Ayons les mêmes dispositions envers les autres et pardonnons comme Dieu nous pardonne. En agissant ainsi, nous serons  des témoins du règne d’amour de Dieu.

La grandeur de toute personne se mesure à la qualité du service qu’elle rend aux plus petits, aux plus défavorisés : nous serons jugés sur ce critère (Mt 25, 31).  Agir ainsi n’est pas une servitude puisque c’est Jésus qu’on sert en les servant.  Amen

Michel Houyoux, diacre permanent

Compléments

◊ Catéchèse : cliquez ici pour lire l’article →  Nous devons pardonner comme Dieu nous pardonne. (Mt 18,15-20)

◊ Enseignement : cliquez ici pour lire l’article → LA FAMILLE DOIT ÊTRE UN LIEU DE PARDON

Liens externes

◊ Bible : cliquez ici pour lire l’article →  Gardez vous de mépriser un seul de ces petits 

◊ Taizé  : cliquez ici pour lire l’article → Que signifie « accueillir le règne de Dieu comme un enfant ? »

♥  Mépriser ceux que Dieu chérit

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS