• Accueil
  • > Archives pour octobre 2019

Il ne convient pas qu’un prophète périsse en dehors de Jérusalem

Posté par diaconos le 31 octobre 2019

Il ne convient pas qu’un prophète périsse en dehors de Jérusalem.png 330De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce jour-là, quelques pharisiens s’approchèrent de Jésus pour lui dire : «Pars, va-t’en d’ici : Hérode veut te tuer.» Il leur  répliqua : «Allez dire à ce renard : voici que j’expulse les démons et je fais des guérisons aujourd’hui et demain, et, le troisième jour, j’arrive au terme.

Mais il me faut continuer ma route aujourd’hui, demain et le jour suivant, car il ne convient pas qu’un prophète périsse en dehors de Jérusalem. Jérusalem, Jérusalem, toi qui tues les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants comme la poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous n’avez pas voulu !

Voici que votre temple est abandonné à vous-mêmes. Je vous le déclare : vous ne me verrez plus jusqu’à ce que vienne le jour où vous direz : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !»  (Lc 13, 31-35)

Homélie

Le ministère de Jésus débuta à Nazareth où Il fut élevé. Notre témoignage commence à la maison, dans notre entourage. Nous aurions peut-être plus de courage pour aller évangéliser les païens que pour prendre ainsi position devant les personnes qui  nous connaissent.

Dans la synagogue,Jésus lut le passage d’Ésaïe qui le recommanda comme le Messager de la grâce. Il proclama aux captifs l’ouverture de la prison  Si l’on venait annoncer à des prisonniers l’amnistie et la mise en liberté, imaginerions-nous que certains puissent préférer la captivité ; que quelques-uns osent compter plutôt sur leur innocence pour être libérés par voie légale ; que plusieurs disent au contraire: ce n’est pas pour moi, je suis trop coupable ; que d’autres enfin refusent de croire au message de grâce ?

 Ce sont là Attitudes insensées, courantes pourtant parmi les personnes qui rejettent le salut. Auxquels de ces prisonniers ressembleriez-vous ?

«L’Esprit du Seigneur est sur moi, Parce qu’il m’a oint pour annoncer une bonne nouvelle aux pauvres; Il m’a envoyé pour guérir ceux qui ont le cœur brisé, Pour proclamer aux captifs la délivrance, Et aux aveugles le recouvrement de la vue, Pour renvoyer libres les opprimés,» (Lc 4, 18). Et les gens se demandèrent : «N’est-ce pas là le fils de Joseph ?» (Lc 4, 22)

Jésus accomplissait des miracles en abondance. Mais les gens furent toujours aveugles et ne se rendirent pas compte qui fut celui qui leur parla ; Hérode, qui voulut le tuer, comme un simple homme, un fauteur de troubles. Les pharisiens  lui conseillèrent de fuir comme un simple homme. Que répondit Jésus ? Il répondit qu’il était un prophète et que les plans des hommes ne furent rien en comparaison de la mission de tout prophète.

En s’adressant aux foules, à son peuple choisi, Jésus alla plus loin. Ce ne fut pas suffisant d’être un prophète pour eux. Il parla en tant que Dieu, créateur aimant ignoré, délaissé par ses créatures. C’est le cœur infiniment miséricordieux du Père qui parla en Jésus aux foules. Et ces foules ne le reconnurent pas. Même quand elles l’acclamèrent le jour des Rameaux, en disant : « Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur.

Les foules  le suivirent comme un prophète, le tuèrent comme de nombreux prophètes le furent avant lui, mais ne crurent pas en lui comme Dieu.

À quel point en suis-je de ma foi ?  Ai-je l’habitude de prier ? Vais-je régulièrement assister à  la messe le dimanche ?  Jésus est certes un prophète qui dérange et attire à la fois. Parfois je le suis, parfois je le nie. Mais toujours depuis ma perspective, mon initiative. C’est moi qui dirige ma vie et le Christ est l’une des inspirations dont je me sers.

Je me laisse toucher par ces mots du Christ : «Combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants comme la poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous n’avez pas voulu» (Mt 23, 37) Dieu est le seul critère, le point de départ de ma vie, le sens de mes décisions. Amen

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites

◊  Pastorale des jeunes : cliquez ici pour lire l’article →  Thématiques  :  Grandir dans la foi.

◊   La Parole de Dieu de ce jour : cliquez ici pour lire l’article → .. Jean-Yves Fortin, diacre – Blogue – Parole de Dieu

Voici que j’expulse les démons et je fais des guérisons

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

XXXI Sunday of Ordinary Time – Year C

Posté par diaconos le 31 octobre 2019

The Son of Man came to seek and save what was lost

https://www.leboncombat.fr/wp-content/uploads/2017/02/zacchaeus2-920x500.jpg

From the Gospel of Jesus Christ according to Saint Luke

At that time, when Jesus entered the city of Jericho, he was passing through it. Now there was a man named Zacchaeus; he was the head of the tax collectors, and he was a rich man. He was looking to see who Jesus was, but he couldn’t because of the crowd, because he was small.

So he ran forward and climbed on a sycamore tree to see Jesus passing by. When Jesus arrived at this place, he looked up and said to him: « Zacchaeus, come down quickly: today I must go and stay in your house. » Quickly, he went down and received Jesus with joy.

Seeing this, they all recanted : « He went to stay with a man who is a sinner. » Zacchaeus, standing up, addressed the Lord : « Behold, Lord, I give half of my goods to the poor, and if I have wronged anyone, I will give him four times more. »

Then Jesus said about him : « Today salvation has come for this house, for he too is a son of Abraham. For the Son of Man came to seek and save that which was lost. »  (Lk 19, 1-10)

Homily Zacchaeus ardent desire to see Jesus

2151102.gifDrawing 1: Zacchaeus seeks to see Jesus

Having heard of Jesus, and knowing how often he showed mercy for all the people of his despised profession, Zacchaeus, a chief of the Roman tax collectors, ardently wished to have the happiness of seeing him with his own eyes, and to at least retain the features of his physiognomy.

When Zacchaeus heard that Jesus had arrived in the city of Jericho (the famous city of the Old Testament), he sought to see him. Being prevented by his small size, he decided to climb on a sycamore tree (a large tree with low first branches).

He climbed very easily into that tree to climb up and see Jesus pass by. His efforts were rewarded (verses 1 to 4).

Jesus came to the tree, looked up at Zacchaeus and expressed his desire to come and stay with him (verse 5).

Jesus had read in Zacchaeus’ heart his ardent desire for salvation; he called him by name to respond to his nascent faith.

Drawing 2  « Zacchaeus, come down quickly, » said Jesus, today I must go and stay in your house. » Le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. (Lc 19,10) dans Catéchèse zachee5

Zacchaeus was surprised to see, for the first time, someone good who cared for him, someone who loved him and offered to meet him, until he came to stay with him. Zacchaeus therefore quickly descended from the tree and hastened to receive Jesus with joy at home (verse 6).  The Son of Man came to seek and save what was lost. (Lk 19, 10)

Judge his joy! He was not a lost man : he was worth something in front of Jesus. Zacchaeus was therefore all turned upside down.

Conversion is this turning of the hearts and lives of people who encounter Jesus Christ.

The arrival of Jesus at Zacchaeus’ home caused the assistants to whisper.. Zacchaeus came before Jesus and declared his determination to give half of his possessions to the poor and to restore the fourfold to those he had harmed .

Zacchaeus wants to love and share like Jesus

Jesus in turn declared that salvation entered the house of Zacchaeus that very day, for Zacchaeus was also a son of Abraham.  He is the son of Abraham said Jesus, that is, of the race of those who hear God’s calls in their lives and respond to them with faith.

« For the Son of Man has come to seek and save what is lost » → The purpose of his coming is revealed to us in this double action, which Jesus accomplished with tender charity through his life and death: to seek and save what is lost. Amen

Deacon Michel Houyoux

External links

◊ Bible.org : click here to read the article  →     Lesson 87 : Why Jesus Came (Luke 19:1-10)

◊ Got Questions.org. : click here to read the article  →   Who was Zacchaeus in the Bible ?

31st Sunday of ordinary time, year C

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, La messe du dimanche, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

On viendra de l’orient et de l’occident, prendre place au festin dans le royaume de Dieu

Posté par diaconos le 30 octobre 2019

Résultat de recherche d'images pour "On viendra de l’orient et de l’occident, prendre place au festin dans le royaume de Dieu"

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, tandis qu’il faisait route vers Jérusalem, Jésus traversait villes et villages en enseignant.  Quelqu’un lui demanda :
«Seigneur, n’y a-t-il que peu de gens qui soient sauvés ?» Jésus leur dit : «Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite, car, je vous le déclare, beaucoup chercheront à entrer et n’y parviendront pas.

Lorsque le maître de maison se sera levé pour fermer la porte, si vous, du dehors, vous vous mettez à frapper à la porte, en disant : “Seigneur, ouvre-nous”, il vous répondra : “Je ne sais pas d’où vous êtes.” Alors vous vous mettrez à dire : “Nous avons mangé et bu en ta présence, et tu as enseigné sur nos places.”

Il vous répondra : “Je ne sais pas d’où vous êtes. Éloignez-vous de moi, vous tous qui commettez l’injustice.” Là, il y aura des pleurs et des grincements de dents, quand vous verrez Abraham, Isaac et Jacob, et tous les prophètes dans le royaume de Dieu, et que vous-mêmes, vous serez jetés dehors.

Alors on viendra de l’orient et de l’occident, du nord et du midi, prendre place au festin dans le royaume de Dieu. Oui, il y a des derniers qui seront premiers, et des premiers qui seront derniers.» (Lc 13, 22-30)

Homélie  Seigneur, n’y a-t-il que peu de gens qui soient sauvés ?

Seigneur, n’y aura-t-il que peu de gens à être sauvés ? » Qui ? Combien ? Serai-je du lot ? Et mes proches ?…

Cette question redoutable, posée à Jésus dans l’Évangile (Lc 13,22-30), nous est parfois adressée à nous aussi, et peut nous mettre dans l’embarras. Comment parler du « salut » ? Comment concilier l’amour de Dieu pour tous les hommes sans exception, et son respect de leur liberté ? La curiosité sur le nombre des élus trahit une recherche de sécurité qui pourrait être très malsaine : si tout le monde va au ciel, alors il ne faut pas s’en tracasser… , si très peu y vont, pourquoi faire tant d’efforts risqués ?

Jésus renvoie chaque personne à la décision qu’elle doit prendre : Dieu sauve les hommes gratuitement ! Mais, il ne les sauve pas malgré eux, sans leur accord en quelque sorte, il leur laisse la liberté de s’opposer à son don bienveillant. C’est à nous de choisir : Dieu nous laisse ce choix : accepter ou refuser tout l’amour qu’il propose.

L’entrée dans le Royaume des cieux n’est pas automatique. Tous, nous sommes rachetés par la passion, par la mort et par la résurrection de Jésus. Jésus nous donne la possibilité de la vie éternelle avec Dieu, en présence de Dieu. Il veut nous rendre responsable de notre destin. Le salut, que Dieu nous offre, doit être accepté et choisi. Et pour nous le faire comprendre, Jésus utilise une image familière dans toute la Bible : le Royaume de Dieu est comme une salle de festin. Mais il ajoute aussitôt : « Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite car, je vous le déclare, beaucoup chercheront à entrer et ne le pourront pas »

Il est urgent de nous poser quelques questions

  • Pour gagner le ciel quel est donc mon combat à moi ?
  • Sur quels points précis ai-je à lutter dans la situation qui est la mienne, avec le tempérament particulier que j’ai, en surmontant les conditionnements et les contraintes qui pèsent sur ma vie ?

L’invitation à entrer est urgente : le temps presse, demain, il sera trop tard. OUI, demain il sera trop tard… c’est dès aujourd’hui qu’il faut entrer dans le Royaume ! Oui, un jour, pour toi, pour moi aussi, il sera trop tard. Combien de temps nous reste-t-il ? Il faudrait que nous vivions chaque jour comme si c’était le dernier. On n’entre pas au ciel comme ça, sans s’en rendre compte pour ainsi dire. Il faut le vouloir. Il faut se battre pour. Il faut opter pour Jésus. Ce n’est pas l’appartenance à un groupe, à une race, à une famille, ni la pratique de quelques rites ici et là ou encore participer à la messe de temps en temps, qui peuvent nous donner une illusoire assurance… C’est l’engagement de toute notre personne, de tous nos instants à la suite de Jésus.

Et surtout, ne jugeons pas les autres ! Nous savons deux choses :

  • 1° Dieu a tout fait pour le salut de tous.
  • En ce qui nous concerne, il reste le sérieux de notre liberté qui peut refuser le don de Dieu et cette liberté est un combat (C’est le sens de « Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite)

La porte est étroite nous dit Jésus: « Ce n’est pas en me disant Seigneur, Seigneur qu’on entrera dans le Royaume des cieux, mais c’est en faisant la volonté de mon Père qui est aux cieux. » (Mt 7, 21) Demandons Lui dans notre prière, lorsque nous participons à l’eucharistie, qui fait mémoire de sa Passion de et de sa Résurrection, de nous aider à lui redire: « OUI! »

Quelle est cette porte étroite que nous avons à franchir pour être sauvé ?

Monseigneur Valéry Vienneau, dans son homélie du 26 août 2007 en l’église Saint Augustin de Lagacéville (Nouveau Brunswick) nous donne quelques bons conseils…

Si nous lisons l’évangile de saint Jean, nous trouvons un éclairage intéressant au chapitre dix-neuf où Jésus déclare « Moi, je suis la porte, si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé. » Passer par la porte étroite, c’est accepter le Christ Jésus et c’est accepter de vivre selon les exigences de l’Évangile. Passer par la porte étroite, c’est accepter Jésus et son message dans le concret de notre vie. C’est à chaque jour que nous choisissons ou refusons d’être sauvé. Jésus ne veut pas bien sûr nous faire peur avec les paroles qu’il prononce dans l’évangile. Mais Jésus vise à nous faire prendre conscience du sérieux du temps qui nous est donné sur cette terre. Car un jour, dit-il, le maître se lèvera et fermera la porte. » Fin de citation

En résumé, c’est dans le tissu de ta vie, de tes pensées, de tes paroles, de tes actions et de tes jugements, que se joue ton salut.

Compléments

◊ Aime ton prochain : cliquez ici pour lire l’article →   Si tu avais prêté attention à mes commandements… (Is 48, 17-19)

◊ Témoignage historique : cliquez ici pour lire l’article → Corps de saints miraculeusement conservés après la mort

 Liens externes

◊  Catéchèse : cliquez ici pour lire l’article  →  Entrer par la porte étroite avec nos fragilités

◊ : « On viendra de l’orient et de… – Les Enfants de Marie

La Vie après la mort

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

XXXI Domenica del Tempo Ordinario – Anno C

Posté par diaconos le 30 octobre 2019

Il Figlio dell’uomo è venuto a cercare e salvare ciò che era perduto

Résultat de recherche d'images pour "Il Figlio dell'uomo è venuto a cercare e salvare ciò che era perduto"

Dal Vangelo di Gesù Cristo secondo San Luca

A quel tempo, quando Gesù entrò nella città di Gerico, la attraversava. Ora c’era un uomo di nome Zaccheo, che era il capo degli esattori delle tasse, ed era un uomo ricco. Cercava di vedere chi era Gesù, ma non poteva a causa della folla, perché era piccolo.

Così corse in avanti e salì su un sicomoro per vedere Gesù che passava. Quando Gesù arrivò in questo luogo, alzò lo sguardo e gli disse : « Zaccheo, scendi subito : oggi devo andare a stare in casa tua ». Velocemente, scese e ricevette Gesù con gioia.

Vedendo questo, tutti hanno ritrattato : « E’ andato a stare con un uomo che è un peccatore ». Zaccheo, in piedi, si è rivolto al Signore : « Ecco, Signore, io do metà dei miei beni ai poveri, e se ho fatto del male a qualcuno, gliene darò quattro volte di più ».

Allora Gesù disse di lui : « Oggi la salvezza è arrivata per questa casa, perché anche lui è figlio di Abramo. Perché il Figlio dell’uomo è venuto a cercare e salvare ciò che era perduto ». (Lc 19:1-10)

Omelia  L’ardente desiderio di Zaccheo di vedere Gesù

2151102.gifAvendo sentito parlare di Gesù, e sapendo quante volte ha mostrato misericordia a tutto il popolo della sua disprezzata professione, Zaccheo, un capo degli esattori romani, desiderava ardentemente avere la felicità di vederlo con i propri occhi, e di mantenere almeno le caratteristiche della sua fisionomia.

Quando Zaccheo seppe che Gesù era arrivato nella città di Gerico (la famosa città dell’Antico Testamento), cercò di vederlo. Impedito dalle sue piccole dimensioni, decise di arrampicarsi su un sicomoro, un grande albero con primi rami bassi. Si arrampicò molto facilmente su quell’albero per salire e vedere Gesù che passava. I suoi sforzi sono stati premiati

Gesù venne all’albero, guardò Zaccheo ed espresse il suo desiderio di venire a stare con lui. Gesù aveva letto nel cuore di Zaccheo il suo ardente desiderio di salvezza ; lo chiamò per nome per rispondere alla sua fede nascente.

Zaccheo fu sorpreso di vedere, per la prima volta, qualcuno di buono che si prendeva cura di lui, qualcuno che lo amava e si offriva di incontrarlo, finché non venne a stare con lui. Zaccheo, quindi, scese rapidamente dall’albero e si affrettò ad accogliere Gesù con gioia in casa (versetto 6).

La conversione è questa svolta del cuore e della vita delle persone che incontrano Gesù Cristo.

Disegno 2 : « Zaccheo, scendi subito », disse Gesù, « oggi devo andare a stare in casa tua. » Le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. (Lc 19,10) dans Catéchèse zachee5

L’arrivo di Gesù a casa di Zaccheo fece sussurrare gli assistenti  Zaccheo venne davanti a Gesù e dichiarò la sua determinazione a dare metà dei suoi beni ai poveri e a restituire il quadruplo a coloro che aveva danneggiato.

La conversione è questa svolta del cuore e della vita delle persone che incontrano Gesù Cristo.

Zaccheo vuole amare e condividere come Gesù

Gesù a sua volta dichiarò che la salvezza entrò nella casa di Zaccheo quel giorno stesso, perché Zaccheo era anche figlio di Abramo.

Egli è il figlio di Abramo disse Gesù, cioè della razza di coloro che ascoltano gli appelli di Dio nella loro vita e rispondono ad essi con fede. « Infatti, il Figlio dell’uomo è venuto a cercare e salvare ciò che è perduto »

Lo scopo della sua venuta ci è rivelato in questa duplice azione, che Gesù ha compiuto con tenera carità attraverso la sua vita e la sua morte: cercare e salvare ciò che è perduto. Amen
Il diacono Michel Houyoux

Collegamenti ad altri siti

◊ Clicca qui per leggere l’articolo →  Zaccheo cercava di vedere chi era Gesù, ma non gli …

◊ Qumrân.net  Clicca qui per leggere l’articolo →  Testi – XXXI Domenica del Tempo Ordinario (Anno C)

Omelia XXXI Domenica del Tempo Ordinario (Anno C)

Clicca qui per vedere il video →  XXXI Domenica del Tempo Ordinario (Anno C)

Publié dans articles en Italien, La messe du dimanche, Religion, TEMPO ORDINARIO, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

12345...15
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS