• Accueil
  • > Archives pour novembre 2019

Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent

Posté par diaconos le 30 novembre 2019

Aussitôt, laissant leur barque et leur père, ils le suivirent.

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, comme Jésus marchait le long de la mer de Galilée, il vit deux frères, Simon, appelé Pierre, et son frère André, qui jetaient leurs filets dans la mer ; car c’étaient des pêcheurs. Jésus leur dit : «Venez à ma suite, et je vous ferai pêcheurs d’hommes » Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent.

De là, il avança et il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient dans la barque avec leur père, en train de  réparer leurs filets. Il les appela. Aussitôt, laissant leur barque et leur père, ils le suivirent.

De là, il avança et il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et son frère Jean, qui étaient dans la barque avec leur père, en train de réparer leurs filets. Il les appela.     Aussitôt, laissant leur barque et leur père, ils le suivirent. (Mt 4, 18-22)

lwf0003web.gif

Catéchèse

Jésus passe près de gens qui sont présentés dans leur situation sociale et familiale« Passant au bord du lac de Galilée, il vit Simon et son frère André en train de jeter leurs filets » : 100bweb.gifc’étaient des pêcheurs. Un peu plus loin, il aperçoit Jacques et sont frère Jean qui étaient dans leur barque et préparaient leurs filets. Jésus les appela à le suivre. Rompant leurs liens familiaux et sociaux, ceux-ci quittèrent tout pour suivre Jésus.

Le Christ passe aussi dans ta vie pour t’appeler à le suivre. Es-tu attentif pour reconnaître sa voix dans les évènements, les rencontres, le cheminement intérieur de ton existence ?

Es-tu disposé à te compromettre à sa suite même s’il faut rompre pour cela avec la mentalité de ton milieu, avec un attachement trop exclusif à ta famille ?

Notes

(1) La Bible appelait cette région «Province des païens» : «Dans l’avenir le Seigneur couvrira de gloire la route de la mer, au delà du Jourdain, la province des païens.» (Is 8, 23b)

Les invasions assyriennes et chaldéennes avaient entraîné un mélange de populations et de nombreux païens vivaient en cette province. Dans l’ensemble les habitants de Galilée, à cause de leur fort accent étranger, étaient mal considérés par les autres juifs : S’adressant à Pierre qui était assis dehors dans la cour, une servante de Caïphe lui dit :  » Toi aussi, tu étais avec Jésus, le Galiléen.  » (Mt 26, 69)

En choisissant de prêcher dans la province des païens, Jésus accomplit  un acte missionnaire : il cherche le contact.

 (2)  Tu ne peux te convertir, te tourner vers Dieu que si tu as commencé à croire que tu es aimé, 101bweb.gifc’est-à-dire à faire confiance. Que si tu entends cette bonne nouvelle de la venue de Dieu, de son royaume d’amour parmi nous. Il s’agit bien de toi. Le Christ est là, devant toi pour réaliser ce que ton coeur attend profondément.

◊  ◊ ◊

  »Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle. « , c’est le règne de Dieu qui est tout proche.

Règne de Dieu : mot qui signifie le plan d’amour de Dieu pour faire réussir nos vies. Pas demain. Tout de suite !

Convertis-toi, dit Jésus ! Changez de direction. Tourne-toi vers Dieu et crois à cette Bonne Nouvelle. Crois, non avec ta tête, mais en t’y attachant de tout ton coeur.

lwf0003web.gif

 

Liens externes

◊ Regnum Christi : cliquez ici pour, lire l’article →  Venez à ma suite

◊ Aussitôt, laissant là leurs filets…(Mc 1, 14-20), cliquez ici → L’appel des disciples

◊ Tourne-toi vers Dieu et crois à cette Bonne Nouvelle, clique ici→ Marc 1:14-20

◊  Idées Caté : cliquez ici pour lire l’article →  Appel des disciples – plein d’idées pour le caté

L’appel des apôtres : un appel sans sécurité financière / Pierre Desroches

Image de prévisualisation YouTube

lwf0003web.gif

Aimes-tu dessiner ?

  • Clique sur le dessin de ton choix pour le voir plus grand, l’imprimer et le colorier.

  • Souhaites-tu montrer ton dessin dans la rubrique “Page jeunesse”, et y faire figurer ta photo, signaler ton âge et ta localité ? Il te suffit de me les faire parvenir par mail en “document attaché” à l’adresse : “michel.houyoux@outlook.fr” . Fais-toi aider par un membre de ta famille si tu n’en sors pas. Tu peux y mentionner ton prénom, ton âge, ta localité (pays ?) et aussi un petit commentaire en rapport avec le thème proposé. Avec un peu d’imagination, tu peux réaliser de jolis dessins. Pour voir les dessins en plus grand, clique deux fois dessus.

  • Aimerais-tu colorier d’autres dessins bibliques ? Dans la colonne de droite, sous le titre “Catégories”, clique sur le titre “Dessins et Bible” et choisis ceux que tu aimes colorier.

Catéchèse : Michel Houyoux, diacre permanent

Publié dans Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Dieu est amour et miséricorde

Posté par diaconos le 30 novembre 2019

misericorde1

«Je vous le déclare : Celui qui se sera prononcé pour moi devant les hommes, le Fils de l’homme se prononcera aussi pour lui devant les anges de Dieu. Mais celui qui m’aura renié en face des hommes sera renié en face des anges de Dieu. Et celui qui dira une parole contre le Fils de l’homme, cela lui sera pardonné ; mais si quelqu’un blasphème contre l’Esprit Saint, cela ne lui sera pas pardonné.

« Quand on vous traduira devant les synagogues, les puissances et les autorités, ne vous tourmentez pas pour savoir comment vous défendre ou comment parler. Car l’Esprit Saint vous enseignera à cette heure même ce qu’il faudra dire ». Celui qui se sera prononcé pour moi, le Fils de l’homme se prononcera aussi pour lui.  (Lc 12,8-12)

Prière
Jésus, je t’ouvre mon cœur, fais de moi ce qu’il te plaira, quoi que tu fasses je désire te remercier, je suis prêt à tout car ton bâton me guide et me conduit.

Demande
Jésus, donne-moi un cœur docile à l’écoute de ta volonté ainsi qu’un cœur humble et généreux pour répondre à ton appel.

Homélie

Aujourd’hui, le Seigneur Jésus ravive notre foi et notre espérance en Lui. Il nous prévient que nous paraîtrons devant le corps céleste pour être évalué. Et celui qui a prononcé en faveur de Jésus en se donnant pour sa mission, «le Fils de l’homme se prononcera aussi pour lui» (Lc 12,8). Cette confession publique se fait en paroles, en actes et par la vie.

Cette interpellation à la confession est encore nécessaire et urgente pour notre temps où certaines gens ne veulent pas écouter la voix de Dieu ni suivre son chemin de vie. La confession de notre foi aura une forte suite. Pourtant, nous ne confessons pas notre foi par peur du châtiment qui sera plus sévère pour les apostats et la récompense plus abondante pour les fidèles.

Mais, c’est nécessaire et urgent pour la vie et le monde, et Dieu même nous y appelle comme le dit Saint Jean Chrysostome: «Dieu ne se contente donc pas de la foi intérieure, il en demande la confession extérieure et publique, et nous excite ainsi à une plus grande confiance et à un plus grand amour».

Cette confession est soutenue par la force et l’assurance de son Esprit qui est à l’œuvre en nous et qui nous défend. La prononciation de Jésus devant ses anges est vitale car elle nous permettra de Le voir face à face, de vivre avec Lui et être inondé de sa lumière. Alors que le contraire n’est que «souffrir et perdre la vie, être privé de la lumière et dépouillé de tous les biens».

Demandons la grâce d’éviter tout reniement par la crainte du supplice ou par notre ignorance ; par les hérésies, par la foi stérile et par manque de responsabilités; ou parce que nous voulons éviter le martyre. Soyons forts ; l’Esprit Saint est avec nous ! Et «avec l’Esprit Saint il y a toujours Marie  et elle a ainsi rendu possible l’explosion missionnaire advenue à la Pentecôte» (Pape François)

«Ne vous inquiétez pas ! Car l’Esprit Saint vous enseignera à cette heure-là ce qu’il faudra dire.»

Jésus nous invite à nous abandonner comme Marie, à lui faire confiance. Si nous nous laissons faire par Jésus, si nous lui donnons de la place dans notre vie, alors il nous assistera par le don de son Esprit Saint. Jésus et l’Esprit Saint nous sont offerts pour répondre à l’appel de Dieu et être témoins de son amour à la suite des saints.

Le mystère de l’amour infini de Dieu nous est dévoilé dans le saint sacrifice de la messe : «C’est mon corps livré pour vous» afin que nous ayons la même vie que lui ; «C’est mon sang versé pour vous» pour que nous ayons le même amour que lui. Jésus offre ce don à chacun d’entre nous d’une manière unique. Amen

Contact  + Père Marie Landry Bivina

Compléments

Dieu est Amour et Miséricorde

«Quiconque se sera déclaré pour moi devant les hommes, le Fils de l’homme aussi se déclarera pour lui devant les anges de Dieu.»  : apprenons à vivre dans la lumière, la force et la joie qui viennent de Dieu. Laissons nous aimer sans mesure et gratuitement par  Dieu qui est Amour et Miséricorde.

Les anges aussi sont des témoins, comme cela paraît dans l’annonce du Christ sur son retour pour le jugement dernier ( Mt 25, 31). Membres de l’Église par la communion des saints, nos anges, surtout ceux qui sont préposés à notre garde, sont témoins de nos pensées et du dialogue que l’Esprit Saint entretient avec nous. Est-ce que j’hésite encore ? Est-ce que, au contraire, je me laisse guider par leur ministère pour m’unir plus à Dieu ?

Jésus est toujours à l’œuvre et nous en témoignons par nos paroles. C’est dans notre faiblesse que se déploie la puissance de Dieu. L’Esprit Saint agit dans notre faiblesse et dans notre misère, c’est là un grand mystère d’espérance. Les puissances du monde et de l’enfer peuvent se déchaîner, elles sont impuissantes face au souffle d’amour du cœur de Dieu.

Soyons ferme dans la foi, les yeux fixés sur Jésus : son pouvoir agira en nous. Demandons à Dieu l’ardeur qui habitait son cœur quand Thérèse se mit en route avec la puissance de l’Esprit Saint bravant tous les obstacles.

«Celui qui dira une parole contre le Fils de l’homme, cela lui sera pardonné»  ; mais si quelqu’un blasphème contre l’Esprit Saint, cela ne lui sera pas pardonné. »  Lc 12, 10) Le blasphème contre l’Esprit Saint peut être le refus d’entendre la Parole que Jésus nous donne pour comprendre la vérité de notre vie.

Jésus nous met en garde contre l’ingratitude que nous pouvons avoir envers le Don gratuit de Dieu. Il le fait pour nous libérer. La puissance d’amour qui habitait le cœur de sainte Thérèse était nourrie par sa vie de foi. Dieu brûle d’un désir extrême de s’unir à nous mais il faut que nous prenions soin de nous unir à Dieu.

Pour rendre témoignage à son Amour, Dieu nous donne son Esprit Saint comme Esprit Consolateur et Maître de la Vérité tout entière. Accueillons le  et laissons nous aimer par l’Esprit-Saint. N’ayons pas peur d’annoncer Jésus dans notre vie, même si ce n’est pas toujours facile dans notre milieu de vie, dans notre travail, et dans nos familles.

«Quand on vous traduira devant les synagogues, les puissances et les autorités, ne vous tourmentez pas pour savoir comment vous défendre ou comment parler. Car l’Esprit Saint vous enseignera à cette heure même ce qu’il faudra dire.» (Lc 12, 11)  Thérèse fut combattue par sa famille, par les gouvernants de ce temps, cependant elle tint bon.

Ne nous laissons pas arrêter par nos fragilités ; mais, utilisons les comme un tremplin pour atteindre le cœur de Dieu plein de tendresse. Cette Bonne Nouvelle de la gloire de Dieu dans notre vie est un grand bonheur que nous ne pouvons pas garder juste pour nous. Il nous faut sans cesse revenir à la source et prendre du temps pour contempler les merveilles que Dieu fait dans nos vies.

Thérèse d’Avila, inlassablement, voyagea avec des moyens de transport qui furent éprouvants, qui la fit beaucoup souffrir. Ainsi elle traversa son pays avec de jeunes religieuses pour fonder ses monastères. Quand elle trouvait un abri dans l’auberge du pays, elle y passait la nuit dans les veilles.

Sa vie fut un pèlerinage. Chaque fois  qu’elle acquit une maison dans un endroit propice, aussitôt elle y exposa le Saint Sacrement. Les sœurs purent alors adorer leur Seigneur. La puissance de Dieu agissait en elles comme elle agit toujours dans l’Église malgré et au travers de notre grande faiblesse.

À plusieurs reprises, Jésus affirma que l’Esprit Saint nous transformera en son image et nous rendra capables de porter l’œuvre du Père pour la mener à son achèvement. «Il vous conduira dans la vérité tout entière» (Jn 16, 13). Par le fait même d’y croire et de s’exercer à lui faire confiance, l’Esprit Saint devient acteur dans notre témoignage, lui donne sa vraie saveur, sa couleur, son relief et contraste.

Michel Houyoux, diacre permanent

◊ Une grande religieuse catholique espagnole au 16ème siècle→ Sainte Thérèse d’Avila (15 mars 1515-4 octobre 1582)

Liens externes

◊ Enseignement ; cliquez ici pour lire l’article → Définitions de la  miséricorde selon la Bible

◊ Cliquez ici →   Dieu est amour et miséricorde ! j’en suis témoin

Amour et Miséricorde : le Nom de Dieu au fondement de tout

Image de prévisualisation YouTube


Publié dans Accueil sur mon blog, Catéchèse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Cette génération devra rendre compte du sang de tous les prophètes

Posté par diaconos le 29 novembre 2019

L’image contient peut-être : 1 personne, barbe «Malheureux êtes-vous, parce que vous bâtissez les tombeaux des prophètes, alors que vos pères les ont tués.
x
Ainsi vous témoignez que vous approuvez les actes de vos pères, puisque eux, ils ont tué les prophètes, et vous, vous bâtissez leurs tombeaux.
x
C’est pourquoi la Sagesse de Dieu elle-même a dit : Je leur enverrai des prophètes et des apôtres, ils tueront les uns et en persécuteront d’autres.
x
Ainsi cette génération devra rendre compte du sang de tous les prophètes qui a été versé depuis la création du monde, depuis le sang d’Abel jusqu’au sang de Zacharie, qui a péri entre l’autel et le sanctuaire.
x
Oui, je vous le déclare: cette génération devra en rendre compte. Malheureux êtes-vous, docteurs de la Loi, parce que vous avez enlevé la clé de la connaissance; vous-mêmes n’êtes pas entrés, et ceux qui essayaient d’entrer, vous les en avez empêchés».
x

Après que Jésus fut parti de là, les scribes et les pharisiens se mirent à lui en vouloir terriblement, et ils le harcelaient de questions ; ils étaient à l’affût pour s’emparer d’une de ses paroles. «Malheureux êtes-vous, parce que vous bâtissez les tombeaux des prophètes, alors que vos pères les ont tués» (Lc 11,47-54)

ENSEIGNEMENT

Aujourd’hui, l évangile nous présente le sens, l’acceptation et le comportement envers les prophètes: «Je leur enverrai des prophètes et des apôtres, ils tueront les uns et en persécuteront d’autres» (Lc 11,49). Les prophètes sont des personnes de n’importe quelle condition sociale ou religieuse, qui ont reçu un message céleste et qui se sont imprégnés de ce message et impulsés par l’Esprit ils l’expriment par des signes ou des paroles adaptées à leur époque.

C’est un message transmis par des discours, jamais très flatteurs, ou des actions qui sont presque toujours très difficiles à accepter. L’une de caractéristiques de la prophétie est qu’elle met mal à l’aise. Le don est une incommodité pour celui qui le reçoit, car cela brûle intérieurement et met ses proches mal à l’aise, malaise qui, de nos jours grâce à internet, s’étend à une population beaucoup plus étendue.

Les contemporains du prophète ont tendance à le condamner au silence, le calomnier et le discréditer jusqu’à ce qu’il meure. Une fois mort, lorsqu’il ne dérange plus, c’est alors le moment de lui édifier un grand monument pour sa tombe et d’organiser des cérémonies en son honneur. Nous ne manquons pas de prophètes de nos jours. Mère Térésa, Jean XXII, Monseigneur Romero… nous rappelons-nous de ce pourquoi ils se battaient et ce qu’ils demandaient? Est-ce que nous mettons en pratique ce qu’ils nous ont enseigné? Notre génération devra rendre des comptes sur le trou dans la couche d’ozone, sur le gaspillage d’eau et la sécheresse causée, mais aussi sur l’exclusion à laquelle nous avons réduit nos prophètes.

Il y a encore des personnes qui se réservent le « droit de savoir tout en exclusivité », qui partagent —dans le meilleur des cas— avec les leurs, uniquement avec ceux qui leur permettent de continuer à croire à leurs succès et célébrité. Des personnes qui ferment la porte à tous ceux qui tentent de rentrer dans leur milieu, au cas où leurs connaissances seraient égales ou supérieures à la leur et qu’ils les devancent: «Malheureux êtes-vous, docteurs de la Loi, parce que vous avez enlevé la clé de la connaissance; vous-mêmes n’êtes pas entrés, et ceux qui essayaient d’entrer, vous les en avez empêchés» (Lc 11,52).

De nos jours, comme à l’époque de Jésus, certains analysent les phrases et textes de ceux qui par leurs paroles dérangent dans le seul but de les discréditer: est-ce que nous agissons de la sorte? «Il n’y a rien de plus dangereux que de juger les choses de Dieu avec des discours humains» (Saint Jean Chrysostome)
+ père Marie Landry

Contact  Marie Landry Bivina

Compléments

Scribes, pharisiens, docteurs de la Loi possédaient un pouvoir immense dans la société juive contemporaine de Jésus.  Jésus osa, avec une indépendance absolue, les contrer, s’opposer à eux et leur reprocher leur manière de faire…

“Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! Qui purifiez le dehors de la coupe et du plat et dont le contenu provient de la rapine ou de l’intempérance. Pharisiens aveugles ! Purifie le dedans de la coupe et du plat, afin que son extérieur aussi devienne pur”

Jésus perçut très bien que les personnes qui détinrent un pouvoir devinrent facilement homicides pour le conserver : « Voilà pourquoi la Sagesse de Dieu, elle aussi, a dit : Je leur enverrai des prophètes et des apôtres. Et ils en tueront et persécuteront”

Jésus constata que le pouvoir, sous de multiples formes, fermait aux personnes l’accès du Royaume des Cieux de peur de perdre son autorité sur le royaume de la terre. “Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous fermez aux hommes le Royaume des Cieux ; car vous-mêmes n’entrez pas, et vous ne laissez pas entrer ceux qui le voudraient”

Jésus nous engage à ne rien craindre du pouvoir et à toujours témoigner d’une liberté d’esprit absolue, même au risque de la mort. Nous nous figurons souvent cette recommandation dans l’abstrait, et pourtant, sous des régimes politiques très durs, dits de droite ou de gauche, tant de chrétiens réalisent ce témoignage dans leur sang ou dans la privation de leur liberté.

“Or, Je vous le dis à vous, mes amis : ne craignez pas ceux qui tuent le corps et après cela ne sauraient rien faire de plus. Mais je vous montrerai qui vous devez craindre ;  craignez celui qui, après avoir tué, a la puissance de jeter dans la Géhenne. Oui, vous dis-Je, craignez celui-là” (Lc 12, 4)

S’adressant aux docteurs de la Loi, Jésus les avertit : «Quel malheur pour vous, parce que vous bâtissez les tombeaux des prophètes, alors que vos pères les ont tués. Ainsi vous témoignez que vous approuvez les actes de vos pères, puisque eux-mêmes ont tué les prophètes, et vous, vous bâtissez leurs tombeaux.».

Cet avertissement nous concerne aussi. Par notre baptême, nous sommes tous appelés à connaître cette Loi de Dieu et à la transmettre. Le risque est de se limiter à transmettre des autorisations, des interdits, voire de fulminer des condamnations ou d’attribuer des satisfecit. le docteur de la Loi, ne fut plus fidèle à celle-ci. Au lieu de servir la Loi de Dieu, il s’en servit.

Les prophètes reçurent de Dieu la mission de transmettre sa Parole, d’être les interprètes de ses volontés. Le prophète nous conduit à connaître le cœur de Dieu et le docteur de la Loi devrait nous aider à répondre concrètement, dans nos actes, nos paroles, notre vie, à ce cœur de Dieu : connaître l’Amour de Dieu, pour y répondre dans l’amour.

Sans une morale, sans les œuvres, la foi risque de n’être qu’une illusion, des velléités, sans fondement et sans objet. Nous pourrions toujours être tentés de nous contenter de quelques obligations ou interdits, et de nous justifier nous-mêmes, et ainsi de nous fabriquer une religion à notre mesure.

Laissons la Parole de Dieu faire irruption dans nos vies pour leur donner une lumière nouvelle, une impulsion renouvelée. Acceptons que  cette Parole de Dieu fasse irruption dans notre vie. Puisse-t-elle nous donner une impulsion nouvelle pour affronter nos journées. Il y a un enjeu vital à laisser Dieu toucher notre cœur par sa Parole, à ne pas nous laisser enterrer dans nos habitudes. Amen

Diacre Michel Houyoux

Liens externes

◊  Catholiques.Org : cliquez ici pour lire l’article →  Les prophètes, un don de Dieu

◊ À méditer  : cliquez ici pour lire l’article → Il y a urgence !

Amour / La Foi prise au Mot

 Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, Catéchèse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Erster Adventssonntag des Jahres A

Posté par diaconos le 29 novembre 2019

Am 3. Dezember beginnt in diesem Jahr die Adventszeit. Für viele Menschen ist sie die schönste Zeit des Jahres. Foto: dpa

Aus dem Evangelium von Jesus Christus nach Matthäus

Damals sagte Jesus zu seinen Jüngern : « Wie zu Noahs Zeiten wird auch das Kommen des Menschensohnes kommen. In jenen Tagen, vor der Sintflut, aßen und tranken wir, nahmen wir Frauen und Männer, bis zu dem Tag, an dem Noah in die Arche eintrat ; das Volk vermutete nichts, bis die Sintflut, die sie alle verschlang, kam; so würde es mit der Ankunft des Menschensohnes geschehen. Dann werden zwei Männer auf den Feldern sein: einer wird genommen, der andere links.

Zwei Frauen werden an der Mühle sein, um zu mahlen: eine wird genommen, die andere auf der linken Seite. Seid also vorsichtig, denn ihr wisst nicht, an welchem Tag euer Herr kommen wird. Verstehen Sie das gut: Wenn der Besitzer wüsste, wann der Dieb ankommen würde, hätte er auf ihn aufgepasst, und er hätte die Wand seines Hauses nicht durchbrechen lassen. Bereitet euch darauf vor: Es ist zu einer Zeit, in der ihr nie daran denken werdet, dass der Menschensohn kommen wird.  » (Mt 24,37-44)

Predigt Lasst uns eine Welt des Friedens und der Brüderlichkeit aufbauen!

Der Advent ist der Beginn einer langen Reise, der Beginn eines liturgischen Jahres und die Worte des Psalms unterstreichen dies : « Wir werden zum Haus des Herrn gehen. Nun endet unsere Reise vor euren Toren Jerusalem » (Ps 121,1b-2) Jerusalem stellt hier das Königreich Gottes dar, zu dem wir gehen. In diesem Jahr werden wir jeden Sonntag eine Passage aus dem Matthäusevangelium lesen. Heute treten wir in diese Zeit des Advents ein.

Dieses Wort kommt aus dem lateinischen aventum, was « Advent », « Ankunft » bedeutet. Dies ist das erste Wort des Evangeliums nach Matthäus. Jesus präsentiert sich uns nicht als ein Mann der Vergangenheit, sondern als ein Mann der Zukunft. Er spricht von seinem Kommen, von seinem Kommen als ein Ereignis, das geschehen wird. Alle Völker streben danach, in Frieden zu leben. Doch weltweit werden Kriegsgebiete nacheinander wieder aufgebaut, und der Waffenhandel zahlt mehr als der Landmaschinenhandel.

Der Appetit auf Gewalt und gleichzeitig der Durst nach Frieden bleiben in den Herzen der Menschen und kämpfen für die Weltregierung. Welcher Schiedsrichter könnte unsere zerrissene Menschheit versöhnen ? Nur Gott allein ! « Der Herr wird der Schiedsrichter der Nationen sein und viele Völker richten; sie werden ihre Schwerter in Pflügen und ihre Speere in Schlangen schmieden ; eine Nation wird ihr Schwert nicht mehr gegen die andere erheben und du wirst keinen Krieg mehr lernen » (Jes 2, 4).

Als dieser Text verfasst wurde, sprachen wir nur über Krieg, über Konflikte zwischen Völkern.  Der Herr wird zum Schiedsrichter und damit zum universellen Friedensstifter. Der Hass zwischen den Völkern wird mit falschen Religionen verschwinden; unter demselben König werden alle eine Familie bilden. Die Kunst des Krieges wird daher nicht mehr gelehrt und nutzlos gewordene Waffen werden in Arbeitsmittel umgewandelt. Dieses Bild erinnert an den Abschnitt, in dem Joel, der von einer Phase vor dieser spricht, eine entgegengesetzte Transformation beschreibt.

Heute erleben wir die Erfüllung dieses Versprechens.  Die Suche nach dem Frieden steht auch heute noch im Mittelpunkt unserer Anliegen und derjenigen der Kirche im Besonderen. « Wir, die Älteren, sind eingeladen, wachsam zu bleiben, uns für die Welt und andere zu interessieren; wir, die Jüngsten, sind eingeladen, auf diejenigen zu achten, die ein wenig beiseite geschoben sind, und auf diejenigen zu achten, die ein wenig beiseite geschoben sind.

die in unserer Gesellschaft ein wenig beiseite geschoben werden, diejenigen, die isoliert sind, wie die, die in Armut leben, die krank oder sehr alt sind. Die Suche nach dem Frieden steht auch heute noch im Mittelpunkt unserer Anliegen und derjenigen der Kirche im Besonderen. « Wir sind eingeladen, wachsam zu bleiben, wir Älteren, uns für die Welt, für andere zu interessieren; wir, die Jüngsten, aufmerksam zu sein für diejenigen, die in unserer Gesellschaft ein wenig marginalisiert sind, für diejenigen, die isoliert sind, wie die in Armut lebenden, die krank oder sehr alt sind. « Zieh den Herrn Jesus Christus an!   » (Römer 13, 14)

Die Kleidung Christi berührt uns in unserem täglichen Leben, in unseren Beziehungen zu anderen. Christus zu kleiden bedeutet, Rassismus und Vorurteile in und um uns herum zu bekämpfen, andere anzusprechen und zu versuchen, sie zu verstehen, anstatt sie von Anfang an abzulehnen.  « Zwei Männer auf den Feldern: einer wird entführt, der andere links. Zwei Frauen in der Mühle: eine wird genommen, die andere links » (Mt 24,40-41). Wir teilen jeden Tag die gleichen Aktivitäten, aber unsere Herzen sind nicht erfüllt von dem gleichen Wunsch, dem Herrn zu begegnen.
Gott wird nur diejenigen nehmen, die in dem Wunsch gelebt haben, einander zu begegnen. Dass wir als Volk zu Noahs Zeiten nicht überrascht sein sollten. (Mt 24,37) In unseren gewöhnlichsten Beschäftigungen kommt Jesus! Und er rät uns, wachsam zu sein, vorsichtig zu sein!  « Hüte dich vor dir selbst, du weißt nicht, wann der Herr kommen wird.   » (Mt 24, 41)

Das Kommen, die Gegenwart Jesu ist täglich und sein Kommen ist eine Art Ordnung. Weit davon entfernt, ein Klima der Angst aufrechtzuerhalten, will Jesus, dass wir « stehende » Menschen sind, Beobachter. Schau dann, denn du weißt nicht, wann dein Herr kommen wird !

Sei vorsichtig, es ist bereit, sich ihm zu stellen, es ist das Gegenteil von Nachlässigkeit,,Unachtsamkeit, Süße. Es macht keinen Sinn zu sagen, zu spät oder « Wenn ich es gewusst hätte ! « weil wir sehr gut informiert sind.

Der Tod, den wir am meisten fürchten müssen, ist nicht so sehr der, der uns zum Friedhof führt, sondern der, der uns allmählich von Gott trennt, wie Streitigkeiten, Eifersucht, Ausschweifung, Alkohol… Wir müssen lernen, im Licht des Herrn zu wandeln, seinen Wegen zu folgen. Indem wir uns gegenseitig verletzen, lernen wir, einander zu dienen. Lehre uns, Herr, im Rhythmus der Kleinen, im Rhythmus der Jungen und im Rhythmus der Alten zu wandeln, damit wir alle zusammen in deinem Licht eine Welt des Friedens und der Brüderlichkeit aufbauen können. Amen

Diakon Michel Houyoux

Externe Links

◊  Praedica.de : clicken Si hier, um den artikel zu lesen →Erster Adventssonntag A

◊ Katholisch.de : Klicken Sie hier, um den Artikel zu lesen → Advent : Zeit der Vorbereitung

Lieder zum Advent

Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Homélies, Religion, Temps de l'Avent | Pas de Commentaire »

12345...15
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS