• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 8 novembre 2019

I figli di questo mondo sono più abili l’uno con l’altro che i figli della luce.

Posté par diaconos le 8 novembre 2019

Les fils de ce monde sont plus habiles entre eux - 8 novembre 2019

La terza scena (l’amministratore e i contadini) rivela la truffa che ha appena sviluppato a questo scopo : « E tu, quanto devi ?

- Cento sacchi di grano. Il manager gli disse : « Ecco la ricevuta, scrivi 80′ ».

Un classico caso di corruzione e di bilancio falso che suggerisce episodi simili che sono comuni nella nostra società, spesso su scala molto più ampia.

Dal Vangelo di Gesù Cristo secondo San Luca

A quel tempo, Gesù disse ai discepoli : « Un uomo ricco aveva un manager che gli fu denunciato per aver sperperato i suoi beni. L’ha convocato e ha detto : « Cosa sto imparando su di te? Dammi i conti del tuo management, perché non puoi più essere il mio manager », si dice il manager : « Cosa farò, visto che il mio padrone mi toglie la gestione ? Lavorare la terra ? Non ne ho la forza. A supplicare ? Mi vergognerei.

So cosa faro’, cosi’ che, una volta licenziato dalla mia direzione, la gente mi accogliera’ nelle loro case ». Poi ha chiamato, uno ad uno ad uno, coloro che erano in debito con il suo padrone. Ha chiesto al primo : « Quanto devi al mio padrone ? ».

Rispose : « Cento barili di petrolio ». Il manager ha detto : « Ecco la ricevuta ; velocemente, siediti e scrivi cinquanta ». Poi chiese ad un altro uomo : « Quanto gli devi ? », rispose : « Cento sacchi di grano ». Il manager ha detto: « Ecco la ricevuta, scrivi 80″. Il maestro ha elogiato questo manager disonesto perché ha agito abilmente; infatti, i figli di questo mondo sono più abili tra di loro che i figli della luce ».  (Lc 16:1-8)

Omelia Non puoi servire Dio o il denaro.

Questo estratto dal Vangelo di Luca potrebbe farci credere che Gesù ha qualcosa contro il denaro e il lavoro. Beh, no, no, no ! Gesù non ha nulla contro i soldi. A Nazareth, Gesù aveva una professione. Gesù sapeva per esperienza come vivere con il sudore sulla fronte. Capire che Gesù non condanna il normale uso del denaro.

D’altro canto, non ha parole abbastanza forti per condannare la schiavitù al denaro. Perché questa schiavitù è schiavitù. La schiavitù del denaro è il vero cancro della nostra società. La nostra società viene distrutta sotto il ritmo infernale imposto dalla corsa alla ricchezza. Oggi, l’accumulo non basta più, dobbiamo moltiplicare le merci.

Sant’Ignazio aveva un’espressione latina per il rapporto che dovremmo avere con le creature: tantum…. quantum…. che potrebbe essere tradotto quanto…. o quanto…. Spiegare che nella vita cristiana tutto ciò che non è Dio, tutto ciò che non è il Creatore, è una creatura e deve essere usato nella misura in cui ci conduce a Dio.

Egli usa le creature quanto vogliamo, e anche il più possibile, purché le usiamo per andare a Dio, purché ci conducano a Dio. Il tempo che Dio ci dà deve essere utilizzato per avvicinarci a Lui. Le cose materiali, come le automobili, i vestiti, i computer….. non devono distrarci dal nostro viaggio verso Dio. Fare amicizia con soldi disonesti, in modo che, alla fine della giornata, questi amici vi accoglieranno nelle case eterne: lo stesso vale per le amicizie.

Sono pronto a mettere Dio al primo posto nella mia vita ? Tutto il resto mi porta a lui ? Sono pronto ad abbandonare quegli amici che, attraverso le loro conversazioni, attraverso la loro compagnia, mi portano via da Dio ? Mio marito e mia moglie mi aiutano a raggiungere Dio ? Cosa sto facendo per aiutare mia moglie, mio marito, mio marito, ad avvicinarsi a Dio ?

Chi è affidabile è affidabile anche nelle cose più grandi : questa frase, espressione proverbiale di una verità dell’esperienza, serve come introduzione al versetto seguente, dove vediamo che le cose più piccole sono i beni della terra, e che i grandi sono i beni spirituali dell’anima. Non puoi servire Dio e il denaro: Gesù dichiara che ciò è moralmente impossibile e che, in questo modo, coloro che vogliono servire il denaro sono esclusi dal servizio di Dio. (Lc 16, 13)

I farisei, amici del denaro, erano determinati a non abbandonarlo, ma per Gesù questo servizio li escludeva da quelli di Dio, il loro orgoglio era irritato e si vendicarono ridendo di lui. La povertà di Gesù e dei suoi discepoli era senza dubbio il soggetto della loro derisione. Questo ci mostra come l’incredulità e la frivolezza si possono combinare con la serietà che questi uomini hanno colpito.

Noi non prendiamo in giro Dio, perché quello che un uomo semina, lo raccoglierà anche lui. La vera risposta al loro malvagio sarcasmo sarà la parabola dei ricchi cattivi, una delle più severe che Gesù ha parlato. La povertà di Gesù e dei suoi discepoli è stata senza dubbio oggetto della loro derisione. Questo tratto ci mostra quanta incredulità e frivolezza si possono combinare con la gravità di questi uomini colpiti. Amen

Il diacono Michel Houyoux

Link esterni

◊  Qumrân.net : clicca qui per leggere l’articlolo →  TESTO Figli di questo mondo – Figli della luce

◊  Monastero di Bose : clicca qui per leggere l’articlolo →   Condividere la ricchezza ingiusta

“Del Signore è la terra e quanto contiene, l’universo e i suoi abitanti” (Sal 24,1).

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans articles en Italien, Enseignement, homélies particulières, Religion, TEMPO ORDINARIO | Pas de Commentaire »

Les fils de ce monde sont plus habiles entre eux que les fils de la lumière

Posté par diaconos le 8 novembre 2019

Les fils de ce monde sont plus habiles entre eux - 8 novembre 2019

 La troisième scène (l’administrateur et les paysans) révèle l’escroquerie qu’il vient d’élaborer à cet effet : «Et toi, combien dois-tu ? – Cent sacs de blé.’ Le gérant lui dit : ‘Voici ton reçu, écris quatre-vingts’». Un cas classique de corruption et de faux bilan qui fait penser à des épisodes analogues fréquents dans notre société, souvent à une échelle bien plus grande.

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,  Jésus disait aux disciples : «Un homme riche avait un gérant qui lui fut dénoncé comme dilapidant ses biens. Il le convoqua et lui dit : “Qu’est-ce que j’apprends à ton sujet ? Rends-moi les comptes de ta gestion, car tu ne peux plus être mon gérant” Le gérant se dit en lui-même : “Que vais-je faire, puisque mon maître me retire la gestion ? Travailler la terre ? Je n’en ai pas la force. Mendier ? J’aurais honte.

Je sais ce que je vais faire, pour qu’une fois renvoyé de ma gérance, des gens m’accueillent chez eux.” Il fit alors venir, un par un, ceux qui avaient des dettes envers son maître. Il demanda au  premier : “Combien dois-tu à mon maître ?” Il répondit : “Cent barils d’huile.” Le gérant lui dit : “Voici ton reçu ; vite, assieds-toi et écris cinquante.” Puis il demanda à un autre : “Et toi, combien dois-tu ?” Il répondit : “Cent sacs de blé.” Le gérant lui dit : “Voici ton reçu, écris 80.” Le maître fit l’éloge de ce gérant malhonnête car il avait agi avec habileté ; en effet, les fils de ce monde sont plus habiles entre eux que les fils de la lumière.»  (Lc 16, 1-8)

Homélie  Vous ne pouvez pas servir Dieu ou l’argent.

Cet extrait de l’évangile de Luc pourrait nous faire croire que Jésus a quelque chose contre l’argent et le travail. Eh bien, non ! Jésus n’a rien contre l’argent. À Nazareth, Jésus avait une profession. Jésus sut par expérience comment vivre de la sueur sur son front. Comprenez que Jésus ne condamne pas l’utilisation normale de l’argent.

D’un autre côté, il n’a pas de mots assez forts pour condamner l’esclavage à l’argent. Parce que cet esclavage est de l’esclavage. L’esclavage de l’argent est le vrai cancer de notre société. Notre société est détruite sous le rythme infernal imposé par la course à la richesse. Aujourd’hui, l’accumulation ne suffit plus, il faut multiplier les biens.

Saint Ignace avait une expression latine pour la relation que nous devrions avoir avec les créatures : tantum… quantum… qui pourrait se traduire autant… ou autant que… Explique que dans la vie chrétienne tout ce qui n’est pas Dieu, tout ce qui n’est pas le Créateur, est une créature et doit être utilisé dans la mesure où il nous conduit vers Dieu.

Il utilise les créatures autant que nous le voulons, et même autant que possible, tant que nous les utilisons pour aller à Dieu, tant qu’elles nous conduisent à Dieu. Le temps que Dieu nous donne doit être utilisé pour nous rapprocher de Lui. Les choses matérielles, comme les voitures, les vêtements, les ordinateurs… ne doivent pas nous distraire de notre voyage vers Dieu. Faites-vous des amis avec de l’argent malhonnête, afin qu’à la fin de la journée, ces amis vous accueillent dans des demeures éternelles : il en va de même pour les amitiés.

Suis-je prêt à mettre Dieu en premier dans ma vie ? Est-ce que tout le reste m’amène à lui ? Suis-je prêt à abandonner ces amis qui, par leurs conversations, par leur compagnie, m’éloignent de Dieu ? Est-ce que mon mari et ma femme m’aident à atteindre Dieu ? Qu’est-ce que je fais pour aider ma femme, mon mari, à me rapprocher de Dieu ?

Celui qui est digne de confiance est digne de confiance même dans la plus grande des choses : cette phrase, expression proverbiale d’une vérité d’expérience, sert d’introduction au verset suivant, où nous voyons que les plus petites choses sont les biens de la terre, et que les grandes sont les biens spirituels de l’âme. Vous ne pouvez pas servir Dieu et l’argent : Jésus déclare que c’est moralement impossible, et que de cette façon, ceux qui veulent servir l’argent sont exclus du service de Dieu. (Lc 16,13)

Les pharisiens, amis de l’argent, furent déterminés à ne pas l’abandonner mais pour Jésus ce service les exclua de ceux de Dieu, leur orgueil fut irrité et ils se vengèrent en riant de lui. La pauvreté de Jésus et de ses disciples fut sans aucun doute le sujet de leurs moqueries. Cela nous montre combien l’incrédulité et la frivolité peuvent être combinées avec le caractère sérieux que ces hommes ont frappé.

On ne se moque pas de Dieu, car ce qu’un homme sème, il le moissonnera aussi. La vraie réponse à leur sarcasme maléfique sera la parabole des riches méchants, l’une des plus sévères que Jésus  prononça. La pauvreté de Jésus et de ses disciples fut sans aucun doute le sujet de leur dérision. Ce trait nous montre combien l’incrédulité et la frivolité peuvent être combinées avec le sérieux de ces hommes affectés. Amen

Diacre Michel Houyoux

 Liens externes

◊  Regnum Christi : cliquez ici pour lire l’article → Les fils de ce monde sont plus habiles entre eux que les fils de la lumière

◊ pasteur Louis Pernot  : cliquez ici pour lire l’article → La parabole de l’intendant malhonnêtelumière

L’argent trompeur : une invitation à la dépossession

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans comportements, Méditation, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS