• Accueil
  • > Archives pour février 2020

Wenn ihr den Hungrigen gebt, was ihr wollt, wird euer Licht in der Finsternis aufsteigen

Posté par diaconos le 29 février 2020

Brich mit den Hungrigen Dein Brot

Brich mit den Hungrigen Dein Brot

Aus dem Buch des Propheten Jesaja

So spricht der Herr : Wenn ihr das Joch, die anklagende Geste, das böse Wort von eurem Haus wegnehmt, wenn ihr den Hungrigen gebt, was ihr begehrt, und wenn ihr die Wünsche der Armen erfüllt, wird euer Licht in der Finsternis aufsteigen und eure Dunkelheit wird das Licht des Mittags sein. Der Herr wird immer Ihr Führer sein. Mitten in der Wüste wird er Ihre Wünsche erfüllen und Ihnen Kraft geben. Sie werden wie ein gut bewässerter Garten sein, wie eine Quelle, an der es nie an Wasser mangelt.

Sie werden die alten Ruinen wieder aufbauen, Sie werden die uralten Fundamente wiederherstellen. Man wird Sie nennen : « Derjenige, der die Brüche repariert », « Derjenige, der die Wege wiederherstellt ». Wenn Sie sich am Sabbattag der Reise enthalten, an meinem heiligen Tag Ihre Geschäfte machen, wenn Sie den Sabbat « Wonne » nennen und den heiligen Tag des Herrn für « herrlich » erklären, wenn Sie ihn verherrlichen und Schritte, Geschäfte und Gespräche vermeiden, dann werden Sie Ihre Wonne im Herrn finden; ich werde Sie auf den Höhen des Landes reiten lassen, ich werde Ihnen das Erbe Ihres Vaters Jakob geben. Ja, der Mund des Herrn hat gesprochen. (Jes 58, 9b-14)

Die Einhaltung des Sabbats in der Zeit des Propheten Jesaja

Zu den Geboten der zweiten Tafel fügte Jesaja die Gebote der ersten Tafel, die durch den Sabbat repräsentiert wird, hinzu. Dieser Tag wurde seinerzeit sehr schlecht beobachtet. Die Heiligung des Tages Gottes war ein leicht kontrollierbares Zeichen der Treue Israels zu Gott. Bei der Einhaltung des Bundes sicherte sich der Mann die Segnungen des Bundes : « Selig ist der Mann, der dies tut, und der Menschensohn, der darin bleibt und den Sabbat hält, damit er ihn nicht entweiht, und über seine Hand wacht, damit er kein Übel tut » (Jes 56,2). Er legte auch großen Wert auf die Einhaltung des Sabbats und sah in der Verachtung dieses Tages einen der Hauptgründe für die Zerstörung Jerusalems durch die Chaldäer.

Am Sabbattag war es verboten, das Lager zu verlassen : « Bedenkt, dass der Herr euch den Sabbat gegeben hat; deshalb gibt er euch am sechsten Tag für zwei Tage Nahrung. Jeder soll an seinem Platz bleiben, und niemand soll am siebten Tag den Ort verlassen, an dem er sich befindet.  » (Ex 16, 29)

Der Sabbat wurde mit einem geweihten Boden verglichen, auf dem der gotteslästerliche Mensch seine gewöhnlichen Beschäftigungen ausübte, dargestellt durch den Fuß, das Emblem der Aktivität. Der Sabbat sollte ein Tag der Ruhe und Freude für alle sein; er war für alle gemacht: « Und er sprach zu ihnen: ‘Der Sabbat ist für den Menschen gemacht, nicht der Mensch für den Sabbat’ »  (Mk 2, 27).

Der Herr war ihre Stärke und die Quelle ihrer Freude und ließ sie im Triumph durch das Land ziehen. Sogar die höchsten und unzugänglichsten Orte wurden für sie zu einem leichten Durchgang : « Der Herr, der Herr [ist] meine Stärke, und er wird meine Füße wie Hirschfüße machen und mich dazu bringen, auf meinen Höhen zu gehen. An den Meistersänger von Neguinoth… «  (Habakkuk 3, 9)

Diakon Michel Houyoux

Links zu anderen christlichen Seiten

◊  Der Predigtpreis : klicken Se hier, um den Artikel zu lesen →  Predigt zu Jesaja 58,1-9a

◊ Vom glaubwürgigen Fasten :  klicken Se hier, um den Artikel zu lesen →  Fasten, Beten, Unterstützung und das tun des Gerechten gehören untrennbar zusammen…

Sabbat oder Sonntag ? Klare biblische Fakten

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Carême, Catéchèse, Page jeunesse, Religion | Pas de Commentaire »

Si tu donnes à celui qui a faim ce que toi, tu désires, ta lumière se lèvera dans les ténèbres

Posté par diaconos le 29 février 2020

 Isaïe nous invite à partage son pain avec celui qui a faim

Du livre du prophète Isaïe

Ainsi parle le Seigneur : Si tu fais disparaître de chez toi le joug, le geste accusateur, la parole malfaisante, si tu donnes à celui qui a faim ce que toi, tu désires, et si tu combles les désirs du  malheureux, ta lumière se lèvera dans les ténèbres et ton obscurité sera lumière de midi. Le Seigneur sera toujours ton guide. En plein désert, il comblera tes désirs et te rendra vigueur. Tu seras comme un jardin bien irrigué, comme une source où les eaux ne manquent jamais.

Tu rebâtiras les ruines anciennes, tu restaureras les fondations séculaires. On t’appellera : « Celui qui répare les brèches », « Celui qui remet en service les chemins ». Si tu t’abstiens de voyager le jour du sabbat, de traiter tes affaires pendant mon jour saint, si tu nommes « délices » le sabbat et déclares « glorieux » le jour saint du Seigneur, si tu le glorifies, en évitant démarches, affaires et pourparlers, alors tu trouveras tes délices dans le Seigneur ; je te ferai chevaucher sur les hauteurs du pays, je te donnerai pour vivre l’héritage de Jacob ton père. Oui, la bouche du Seigneur a parlé. (Is 58, 9b-14)

L’observation du Sabbat au temps du prophète Isaïe

Aux com­man­de­ments de la se­conde table, Isaïe ajouta ceux de la pre­mière, re­pré­sen­tés par le sabbat. Ce jour fut fort mal ob­servé de son temps. La sanc­ti­fi­ca­tion du jour de Dieu fut une marque, ai­sée à contrô­ler, de la fi­dé­lité d’Israël en­vers Dieu. En l’ob­ser­vant, l’­homme s’as­su­ra les bé­né­dic­tions de l’al­liance : « Heureux l’homme qui fait cela, Et le fils de l’homme qui y demeure ferme, Gardant le sabbat, pour ne point le profaner, Et veillant sur sa main, pour ne commettre aucun mal (Is 56, 2) et il attacha aussi un grand prix à l’ob­ser­va­tion du sab­bat et il vit dans le mé­pris de ce jour l’une des rai­sons prin­ci­pales de la ruine de Jé­ru­sa­lem par les Chal­déens.

Pas plus qu’eux Isaïe ne donna ici des pres­crip­tions nou­velles pour la cé­lé­bra­tion du sab­bat ; il ré­clama sim­ple­ment qu’il fut ob­servé dans un es­prit conforme à son but. le jour du Sabbat, il fut défendu de sortir du campement : « Considérez que l’Éternel vous a donné le sabbat; c’est pourquoi il vous donne au sixième jour de la nourriture pour deux jours. Que chacun reste à sa place, et que personne ne sorte du lieu où il est au septième jour. » (Ex 16, 29)

Le sab­bat fut com­paré à un ter­rain consa­cré que l’­homme pro­fane fit ses oc­cu­pa­tions or­di­naires, re­pré­sen­tées par le pied, em­blème de l’ac­ti­vité. Le sab­bat dut être un jour de re­pos et de joie pour tous ; il fut fait pour tous : « Puis il leur dit: Le sabbat a été fait pour l’homme, et non l’homme pour le sabbat, » (Mc 2, 27).

L’Éter­nel fut leur force, aussi bien que la source de leur joie, et les fit pas­ser comme en triomphe à tra­vers le pays. Les lieux les plus éle­vés et les plus in­ac­ces­sibles mêmes de­vinrent pour eux un pas­sage fa­cile : « L’Éternel, le Seigneur [est] ma force, et il rendra mes pieds semblables à ceux des biches, et me fera marcher sur mes lieux élevés. Au maître chantre sur Néguinoth.. » ( Habakuk 3,19)

Diacre Michel Houyoux

Complément

◊ Diacre Michel Houyoux  : cliquez ici pour lire l’article → Si tu donnes à celui qui a faim ce que toi, tu désires, ta lumière se lèvera dans les ténèbres

Liens avec d’autres sites chrétiens

◊ Overblog : cliquez ici pour lire l’article →   Si tu fais disparaître de chez toi le joug…

◊  Le blog de Henri : cliquez ici pour lire l’article →  Partage ton pain avec celui qui a faim

Partage ton pain avec celui qui a faim

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Carême, Histoire, Religion | Pas de Commentaire »

Is this the fast I like ?

Posté par diaconos le 28 février 2020

 Is this the fast I like ? dans Carême

From the book of the prophet Isaiah

Thus says the Lord God : Cry out! Do not hold back! Let your voice be raised like the trumpet ! Denounce to my people their rebellion, and to the house of Jacob their sins. They come to consult me day after day, they want to know my ways. As a nation that would practice righteousness and not abandon the right of its God, they ask me for righteous ordinances, they would like God to be near : « When we fast, why do you not see him ?

« When we do penance, why don’t you know it?  « Yes, but on the day you fast, you know how to do your business, and you treat those who labor for you harshly. Your fasting comes in arguments and quarrels, in wild punches. It is not by fasting as you do today that you will make your voice heard up there.

Is this the kind of fasting I like, a day when man humbles himself? Is it bowing your head like a reed, lying on sackcloth and ashes ? Do you call this a fast, a day pleasing to the Lord? Isn’t the fast that pleases me this : to loosen the unjust chains, to loosen the yoke, to set the oppressed free, to break all yokes ?

Is it not to share your bread with the hungry, to welcome the homeless poor into your home, to cover the one you see without clothing, not to hide from your fellow man ? Then your light will come forth like the dawn, and your strength will soon return. Your righteousness will go before you, and the glory of the Lord will close the way. Then if you call, the Lord will answer; if you cry out, he will say : « Here I am.   » (Is 58, 1-9a).

Fake and real worship

Could the brilliant pictures of the future be realized ? « Yes,  replied Isaiah, «  everything could and did become new, provided that Israel itself was morally renewed. The need for this renewal is the subject of two discourses in chapters 58 and 59. The first rejects the accusation of indifference and injustice, the second that of impotence, which the people dared to raise against God, showing that if God was slow to save, the blame had to be laid entirely on Israel’s grave infidelities.

Exiled Israel complained about the delays in their deliverance and asked God to account for their ways towards them. Forgetting that they themselves had not fulfilled their obligations, they demanded just judgments from God, namely, the punishment of their oppressors and the fulfillment of the promises they had made to them. It was to this claim that the prophet responded by denouncing the sin of the people and showing the emptiness of his own righteousness.

The law prescribed fasting only for the Day of Atonement : « On the tenth day of this seventh month shall be the Day of Atonement: you shall have an holy convocation, and you shall humble your souls, and offer sacrifices made by fire unto the LORD. « (Lev 23, 27). But it did not forbid the celebration of others, and it was not uncommon to do so : « All the children of Israel and all the people went up and came to Bethel, and there they wept and sat before the Lord, and fasted that day until evening, and brought up burnt offerings and peace offerings before the Lord » (Jg 20:26). It was through these voluntary fasts that ideas of his own righteousness were most easily connected : « I fast twice a week, and I give the tithe of all my income » (Lk 18, 12).

God responded to Israel’s complaint by declaring that her fasts could not be pleasing to her, because they were celebrated in a profane spirit, absolutely opposed to the purpose of this institution. The purpose of the fast was to crucify the flesh in order to leave the spirit all the more free to seek God. Their deeds proved that nothing of the sort was done : « When you fast, do not look sad, as the hypocrites do when they make their faces undone, that they may show men that they are fasting. Verily I say to you that they receive their reward. But when thou fastest, anoint thy head, and wash thy face, 18 that thou mayest not shew men that thou fastest, but thy Father which is in the secret place: and thy Father which seeth in secret shall reward thee. (Mt 6, 16-18).

The prophet did not condemn fasting ; but he willed it to be accompanied by acts of renunciation which gave this observance the character of a true sacrifice. The unjust chains, the knots of the yoke, were the unjust sentences with which the judges imprisoned the poor and set their oppressors free. Isaiah probably also thought of debtors pursued or even sold (contrary to the spirit of the law) by ruthless creditors, of mistreated slaves…

 The prophets often emphasized mankind’s duty to them : « The word came to Jeremiah from the Lord, after king Zedekiah had made a covenant with all the people of Jerusalem to proclaim liberty, that every man should send his slave and his maid-servant, the Hebrew and the Hebrew’s wife, free, and that no man should hold his brother, the Jew, in bondage any longer. All the rulers and all the people who had entered into the agreement undertook to send every man his servant and his maid-servant away free, that they might not keep them any more in bondage ; and they obeyed and sent them away. But then they changed their minds, and took back the servants and handmaids whom they had set free, and forced them to become servants and handmaids again » (Jer 34, 8, 11).

The poor were God’s protectors, according to the Old Testament, which frequently recommends benevolence: « The word came to Jeremiah from the Lord, after king Zedekiah had made a covenant with all the people of Jerusalem, to proclaim liberty, that every man should send his slave and his maid-servant, the Hebrew and the Hebrew’s wife, free, and that no man should hold his brother, the Jew, in bondage any longer. « (Jer 34  8-9)

Only strangers (barbarians in the ancient sense of the word) could do this.  The city of Jerusalem (Zion) was originally the mountain that carried the citadel of David; then the citadel itself; and finally the city that settled around it and its inhabitants. The whole country was devastated; Jerusalem stood alone, like a guardian’s hut in a vineyard or a field.

Deacon Michel Houyoux

Links to other Christian sites

◊ By President Henry B. Eyring : click here to read the paper  →  Is Not This the Fast That I Have Chosen ?

♥  A Fast before the Feast

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Carême, Catéchèse, Religion | Pas de Commentaire »

Est-ce là le jeûne qui me plaît ?

Posté par diaconos le 28 février 2020

Afficher l’image source

Du livre du prophète Isaïe

Ainsi parle le Seigneur Dieu : Crie à pleine gorge ! Ne te retiens pas ! Que s’élève ta voix comme le cor ! Dénonce à mon peuple sa révolte, à la maison de Jacob ses péchés. Ils viennent me consulter jour après jour, ils veulent connaître mes chemins. Comme une nation qui pratiquerait la justice et n’abandonnerait pas le droit de son Dieu, ils me demandent des ordonnances justes, ils voudraient que Dieu soit proche : « Quand nous jeûnons, pourquoi ne le vois-tu pas ?

« Quand nous faisons pénitence, pourquoi ne le sais-tu pas ?  » Oui, mais le jour où vous jeûnez, vous savez bien faire vos affaires, et vous traitez durement ceux qui      peinent pour vous. Votre jeûne se passe en disputes et querelles, en coups de poing sauvages. Ce n’est pas en jeûnant comme vous le faites aujourd’hui que vous ferez entendre là-haut votre voix.

Est-ce là le jeûne qui me plaît, un jour où l’homme se rabaisse ? S’agit-il de courber la tête comme un roseau, de coucher sur le sac et la cendre ? Appelles-tu cela un jeûne, un jour agréable au Seigneur ? Le jeûne qui me plaît, n’est-ce pas ceci : faire tomber les chaînes injustes, délier les attaches du joug, rendre la liberté aux opprimés, briser tous les jougs ?

N’est-ce pas partager ton pain avec celui qui a faim, accueillir chez toi les pauvres sans abri, couvrir celui que tu verras sans vêtement, ne pas te dérober à ton semblable ? Alors ta lumière jaillira comme l’aurore, et tes forces reviendront vite. Devant toi marchera ta justice, et la gloire du Seigneur fermera la marche. Alors, si tu appelles, le Seigneur répondra ; si tu cries, il dira :  » Me voici.  » (Is 58, 1-9a)

Le faux et le vrai culte

Les brillants ta­bleaux de l’a­ve­nir purent-t-ils être réa­li­sés ? Oui, ré­pondit Isaïe ; tout put et devint nou­veau, à la condi­tion qu’Israël lui-même fut mo­ra­le­ment renouvelé. La né­ces­sité de ce re­nou­vel­le­ment est le su­jet de deux dis­cours  aux cha­pitres 58 et 59. Le pre­mier re­pousse l’ac­cu­sa­tion d’in­dif­fé­rence et d’in­jus­tice, le se­cond celle d’im­puis­sance, que le peuple osa éle­ver contre Dieu, en mon­trant que si ce­lui-ci tarda à sau­ver, la faute dut en être re­je­tée tout en­tière sur les graves infidélités d’Israël.

Israël exilé se plaignit des dé­lais que su­bit sa dé­li­vrance et de­manda à Dieu compte de ses voies en­vers lui. Ou­bliant qu’il neut pas lui-même rem­pli ses obli­ga­tions, il ré­clama de Dieu des jugements justes, à sa­voir le châ­ti­ment de ses op­pres­seurs et l’ac­com­plis­se­ment des pro­messes qu’il lui fit. Ce fut à cette pré­ten­tion que le pro­phète répondit en dé­non­çant le pé­ché du peuple et en fai­sant voir le néant de sa propre jus­tice.

La loi ne pres­cri­vait de jeûne que pour le jour des Ex­pia­tions :  » Le dixième jour de ce septième mois, ce sera le jour des expiations : vous aurez une sainte convocation, vous humilierez vos âmes, et vous offrirez à l’Éternel des sacrifices consumés par le feu. » (Lv 23, 27). Mais elle n’in­ter­di­sit  pas d’en cé­lé­brer d’autres, et il ne fut  pas rare qu’on le fit : « Tous les fils d’Israël et tout le peuple montèrent et vinrent à Béthel ; là ils pleurèrent assis devant le Seigneur, et ils jeûnèrent ce jour-là jusqu’au soir, et ils firent monter des holocaustes et des sacrifices de paix devant le Seigneur » (Jg 20, 26)  Ce fut par ces jeûnes vo­lon­taires que purent le plus ai­sé­ment se rat­ta­cher des idées de sa propre jus­tice  :  » Je jeûne deux fois la semaine, je donne la dîme de tous mes  revenus  » (Lc 18, 12).

Dieu ré­pondit à la plainte d’Israël en dé­cla­rant que ses jeûnes ne purent lui être agréables, parce qu’ils furent cé­lé­brés dans un es­prit pro­fane, ab­so­lu­ment op­posé au but de cette ins­ti­tu­tion. Le but du jeûne fut de cru­ci­fier la chair pour lais­ser l’es­prit d’au­tant plus libre de cher­cher Dieu. Leurs actes prouvèrent que rien de pa­reil ne se fit : «  Lorsque vous jeûnez, ne prenez pas un air triste, comme les hypocrites, qui se rendent le visage tout défait, pour montrer aux hommes qu’ils jeûnent. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense. 17Mais quand tu jeûnes, parfume ta tête et lave ton visage, 18afin de ne pas montrer aux hommes que tu jeûnes, mais à ton Père qui est là dans le lieu secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. (Mt 6, 16-18).

Le pro­phète ne condamna pas le jeûne ; mais il le voulut ac­com­pa­gné d’actes de re­non­ce­ment qui donnèrent à cette ob­ser­vance le ca­rac­tère d’un sa­cri­fice vé­ri­table. Par les chaînes injustes, les nœuds du joug, furent les sen­tences iniques par les­quelles les juges jetèrent en pri­son les pauvres et laissèrent libres leurs op­pres­seurs. Isaïe pensa aussi sans doute à des dé­bi­teurs pour­sui­vis ou même ven­dus (contrai­re­ment à l’es­prit de la loi) par d’im­pi­toyables créan­ciers, à des es­claves mal­trai­tés…

Les pro­phètes in­sistèrent sou­vent sur le de­voir de l’­hu­ma­nité en­vers ces der­niers : «  La parole fut adressée à Jérémie de la part de l’Éternel, après que le roi Sédécias eut fait un pacte avec tout le peuple de Jérusalem, pour publier la liberté, 9afin que chacun renvoyât libres son esclave et sa servante, l’Hébreu et la femme de l’Hébreu, et que personne ne tînt plus dans la servitude le Juif, son frère. 10Tous les chefs et tout le peuple, qui étaient entrés dans le pacte, s’engagèrent à renvoyer libres chacun son esclave et sa servante, afin de ne plus les tenir dans la servitude; ils obéirent, et les renvoyèrent. 11Mais ensuite ils changèrent d’avis; ils reprirent les esclaves et les servantes qu’ils avaient affranchis, et les forcèrent à redevenir esclaves et servantes » (Jr 34, 8, 11)

Les pauvres furent les pro­té­gés de Dieu, d’a­près l’An­cien Tes­ta­ment, qui re­com­mande fré­quem­ment la bien­fai­sance : « La parole fut adressée à Jérémie de la part de l’Eternel, après que le roi Sédécias eut fait un pacte avec tout le peuple de Jérusalem, pour publier la liberté, afin que chacun renvoyât libres son esclave et sa servante, l’Hébreu et la femme de l’Hébreu, et que personne ne tînt plus dans la servitude le Juif, son frère. » (Jr 34, 8-9)

Il n’y eut que des étrangers (des barbares dans le sens antique du mot) qui purent agir ainsi.  La ville de Jé­ru­sa­lem (Sion) dé­signe pri­mi­ti­ve­ment la mon­tagne qui por­ta la ci­ta­delle de Da­vid ; puis la ci­ta­delle elle-même ; en­fin la ville qui s’é­ta­blit à l’en­tour et ses ha­bi­tants. Tout le pays fut ra­vagé ; Jé­ru­sa­lem de­meura seule de­bout, sem­blable à une hutte de gar­dien dans une vigne ou dans un champ.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec  d’autres sites chrétiens

◊ Franciscains du Canada : cliquez ici pour lire l’article → Est-ce là le jeûne qui me plaît ? – Franciscains du Canada

◊ Religieuses Trinitaires de Paris : cliquez ici pour lire l’article → Est-ce là le jeûne qui me plaît ?

Quel est le jeûne qui plaît à Dieu?

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Ancien testament, Carême, Catéchèse, comportements, Religion | Pas de Commentaire »

12345...14
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS