Mercredi des cendres

Posté par diaconos le 22 février 2020

Déchirez vos cœurs et non pas vos vêtements

Mercredi des cendres  dans Carême femmeenpriere

Du livre du prophète Joël

Maintenant – oracle du Seigneur – revenez à moi de tout votre cœur, dans le jeûne, les larmes et le deuil ! Déchirez vos cœurs et non pas vos vêtements, et revenez au  Seigneur votre Dieu, car il est tendre et miséricordieux, lent à la colère et plein d’amour, renonçant au châtiment. Qui sait ? Il pourrait revenir, il pourrait renoncer au  châtiment, et laisser derrière lui sa bénédiction : alors, vous pourrez présenter offrandes et libations au Seigneur votre Dieu.

Sonnez du cor dans Sion : prescrivez un jeûne sacré, annoncez une fête solennelle, réunissez le peuple, tenez une assemblée sainte, rassemblez les anciens, réunissez petits enfants et nourrissons ! Que le jeune époux sorte de sa maison, que la jeune mariée quitte sa chambre ! Entre le portail et l’autel, les prêtres, serviteurs du Seigneur, iront pleurer et diront : « Pitié, Seigneur, pour ton peuple, n’expose pas ceux qui t’appartiennent à l’insulte et aux moqueries des païens !

Faudra-t-il qu’on dise : “Où donc est leur Dieu ?”  Et le Seigneur s’est ému en faveur de son pays, il a eu pitié de son peuple. » (Jl 2, 12-18)

Commentaire

Ce message du prophète Joël nous introduit pleinement dans ce temps du Carême qui nous prépare à la fête de Pâques. Chaque année, l’église nous donne le temps sacramentel, quarante jours, pour vivre plus profondément en intimité avec lui dans la prière, l’aumône et le jeûne. Tout cela en vue de reconstruire notre dignité des enfants de Dieu défigurée par le mal.

Le mal de notre temps, c’est la mise en place de la structure de l’égoïsme par des idéologies populistes de plus en plus en vogue. Des faux prophètes se lèvent au jour le jour pour enfermer le monde dans des appareils idéologiques repoussant la logique de la diversité culturelle.

Il s’agit là d’un véritable Virus qui semble détruire dans le fond toute l’aspiration à la fraternité de toute personne : où allons- nous face à la promotion d’une telle mentalité dans notre monde ? Que pouvons-nous faire dans ce contexte ? En changeant de regard sur l’autre, en portant un regard de paix sur l’autre le monde peut changer en commençant par là où nous vivons.

Face à ce mal qui envahit notre société, ne nous cachons pas  comme Adam et Eve, après leur péché (Gn3, 6) ; mais, ouvrons nous à la grâce de Dieu qui seule nous purifie. D’où le sacrement de la confession qu’il faudrait vivre en ce temps de carême. L’aumône nous aidera à collaborer à la providence divine qui nous rend capables de devenir occasion de générosité pour nos frères et sœurs.

Par le jeûne, nous sommes plus disponibles à recevoir le don de Dieu en nous. C’est peut-être cela le vrai carême aujourd’hui. L’u­sage de dé­chi­rer ses vê­te­ments en signe de deuil est fort an­cien :  » Jacob déchira ses vêtements, mit un sac sur ses reins et porta le deuil de son fils pendant de longs jours. » (Gn 37, 34) « Alors Job se leva, déchira son manteau, et se rasa la tête ; puis, se jetant par terre, il se prosterna.  » (Job 1, 20)

Comme il est un signe du dé­chi­re­ment du cœur, il n’a de prix de­vant Dieu qu’au­tant qu’il est ac­com­pa­gné de cet acte in­té­rieur. Cette des­crip­tion du ca­rac­tère de Dieu re­pose sur la ré­vé­la­tion que Dieu en a lui-même don­née à Moïse.

Qui sait s’il… :  il est des choses que Dieu veut d’une, ma­nière ab­so­lue ; c’est par rap­port à celles-là qu’il est dit de lui) qu’il n’est pas homme pour mentir, ni fils de l’homme pour se repentir ; mais il y a des pro­messes et des me­naces qu’il fait condi­tion­nel­le­ment et de l’ac­com­plis­se­ment des­quelles il se dé­siste, si les condi­tions mo­rales qu’elles sup­posent viennent à ne pas se réa­li­ser :  » Quelquefois, au sujet d’un peuple ou d’un royaume, je parle d’arracher, d’abattre et de détruire. Mais si ce peuple abandonne le mal que j’ai condamné, alors je change d’avis au sujet du mal que je voulais lui faire. Quelquefois, à propos d’un autre peuple ou d’un autre royaume, je parle de construire et de planter. Mais si ce peuple ne m’écoute pas et fait ce qui est mal à mes yeux, alors je change d’avis au sujet du bien que j’ai promis de lui faire. » (Jr 7-10)

In­vi­ta­tion aux sa­cri­fi­ca­teurs de convo­quer les dif­fé­rentes classes du peuple. L’em­ploi du cor a un tout autre sens dans ce contexte qu’au verset 1. Les en­fants, ne durent pas man­quer à l’ap­pel, soit parce qu’ils par­ti­cipèrent au pé­ché gé­né­ral du peuple, soit parce que leur pré­sence et leur  in­no­cence dut par­ler au cœur de Dieu. « Le nouveau marié »  qui furent en fête durent s’as­so­cier à la dou­leur pu­blique.

Le dais couvrait le lit nuptial durant la semaine des noces. Ce furent principalement les sa­cri­fi­ca­teurs qui durent don­ner l’exemple et en quelque sorte le ton au peuple en­tier. Quel spec­tacle que ce­lui des re­pré­sen­tants du sa­cer­doce ran­gés entre le por­tique du temple et l’au­tel des ho­lo­caustes, et éten­dant leurs mains vers le ciel avec sup­pli­ca­tion ! Pourquoi les nations diraient-elles :  « Où est leur Dieu ? »  Montre à ces païens, sous nos yeux,  que tu demandes compte du meurtre de tes serviteurs ! (Ps 79, 10)

Le re­tour de la grâce di­vine est un fruit de l’acte d’­hu­mi­lia­tion et de prière qui vient d’être dé­crit. Il a lieu d’a­bord d’une ma­nière prochaine et préa­lable, puis d’une ma­nière finale et par­faite. Ainsi que dans la pre­mière par­tie, le ju­ge­ment était pré­senté d’a­bord comme châ­ti­ment d’a­ver­tis­se­ment (cha­pitre 1), puis comme ju­ge­ment de des­truc­tion com­plète (cha­pitre 2), il en est de même de la bé­né­dic­tion. Et d’a­bord, comme bénédiction prochaine.

La plu­part des in­ter­prètes en­vi­sagent au­jourd’­hui les deux ver­sets 18 et 19 comme une no­tice his­to­rique, par la­quelle Joël fe­rait connaître au lec­teur le ré­sul­tat du jeûne so­len­nel qui fut pu­blié.

Diacre Michel Houyoux

Compléments

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → La liturgie du Mercredi des Cendres

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Mercredi des Cendres, premier jour du Carême

◊  Accueil sur mon blog  : cliquez ici pour lire l’article →  Mercredi des Cendres (Der Aschermittwoch)

lwf0003web.gif

Liens avec d’autres sites chrétiens

◊ Carême   : cliquez ici pour lire l’article →  Mercredi des cendres – Croire

◊ Aide vos enfants à aimer Dieu    : cliquez ici pour lire l’article →  La Bible App pour les Enfants

Prédication du mercredi des Cendres / Père Zanotti-Sorkine

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS