• Accueil
  • > Carême
  • > Celui qui perdra sa vie à cause de moi la sauvera

Celui qui perdra sa vie à cause de moi la sauvera

Posté par diaconos le 27 février 2020

Celui qui voudra sauver sa vie la perdra; et celui qui perdra sa vie pour l'amour de moi la retrouvera.

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, le troisième jour, il ressuscite. » Il leur disait à tous : « Celui qui veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix chaque jour et qu’il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie à cause de moi la sauvera. Quel avantage un homme aura-t-il à gagner le monde entier, s’il se perd ou se ruine lui-même ? » (Lc 9, 22-25)

Celui qui perdra sa vie à cause de moi la sauvera

Dans les trois sy­nop­tiques, cette pre­mière an­nonce des souf­frances de Christ suit im­mé­dia­te­ment la grande confes­sion de Pierre : Tu es le Christ. Dans tous les trois aussi, Jé­sus dé­fend à ses dis­ciples de le faire connaître. Mais c’est Luc qui fait res­sor­tir avec le plus de clarté et de force le sens de ce rap­pro­che­ment. Grec : mais lui, les réprimandant, leur ordonna de ne dire cela à personne ; c’est-à-dire qu’il leur fit cette dé­fense sur le ton sé­vère d’une ré­pri­mande.

Le même mot se re­trouve dans Marc : « Jésus leur recommanda sévèrement de n’en parler à personne » Mc 8, 30)  La rai­son de cette in­ter­dic­tion fut sans doute que Jé­sus ne vou­lut pas en­tre­te­nir les es­pé­rances char­nelles que nour­rirent ses adhé­rents. Ceux-ci at­ten­dirent un Mes­sie glo­rieux, tan­dis que lui al­la souffrir. Il ne vou­lut pas non plus pro­vo­quer avant le temps la haine de ses adversaires.

Après le mi­racle de la mul­ti­pli­ca­tion des pains, Jé­sus dut se sous­traire à l’en­thou­siasme de la foule, qui vou­lait le pro­cla­mer roi. La sé­vé­rité de sa dé­fense nous est ex­pli­quée par ce contraste tragique : la royauté par la croix !  : « Ces gens, ayant vu le miracle que Jésus avait fait, disaient: Celui-ci est vraiment le prophète qui doit venir dans le monde.Et Jésus, sachant qu’ils allaient venir l’enlever pour le faire roi, se retira de nouveau sur la montagne, lui seul. »  (Jn 6.14-15)

Les deux pre­miers évan­gé­listes rap­portèrent l’op­po­si­tion faite par Pierre aux souf­frances de son Maître et la sé­vère ré­pré­hen­sion que ce­lui-ci lui adressa. Luc omit ce trait, qui fut tout au désavantage de Pierre ; mais il passa sous si­lence les belles pa­roles de Jé­sus : « Tu es bien heu­reux, …tu es la pierre sur la­quelle je bâ­ti­rai mon Église », qui furent à la louange de l’a­pôtre. Certains cri­tiques en conclurent que Luc, dis­ciple de Paul, eut des pré­ven­tions contre Pierre.

 Jésus fit ici la première annonce de sa Passion. En prophétisant ainsi sur ces événements futurs, il voulut faire comprendre à ses disciples que sa Passion et sa mort ne seront pas un accident de parcours ou un simple hasard de la vie mais qu’ils font partie de sa mission, de sa volonté de nous aimer jusqu’au bout et de donner sa vie pour nous sauver. Sa Passion, sa mort ne furent pas une absurdité mais devinrent une expression de son amour pour nous et de son salut.

La souffrance n’est jamais quelque chose de bon ou de désirable. Jésus ne veut pas que nous souffrions. Il n’en est pas la cause. La souffrance fait partie de notre existence et reste un mystère pour nous.

Lorsque Jésus nous invite à renoncer à nous-mêmes, à prendre notre croix et à le suivre, il nous invite à donner aussi un sens à nos souffrances et à nos épreuves afin de pouvoir mieux les vivre et les assumer. Quel sens donner à nos souffrances ? Premièrement nous sommes appelés à reconnaître avec foi que Jésus est là présent avec nous. Il est là même si nous avons du mal à y croire. Il est là pour porter la croix avec nous.

Nous pouvons retrouver un deuxième sens à nos souffrances dans ces paroles  :  » Celui qui perd sa vie à cause de moi« la sauvera » (Mc 8, 35) . Quand nous souffrons nous avons parfois l’impression que nous sommes en train de perdre notre vie avec cette expérience qui est finalement absurde et inutile. Jésus nous fait comprendre que si la souffrance nous fait perdre souvent les belles choses de ce monde, elle ne peut pas nous enlever la plus belle de nos facultés qui est celle d’aimer.

Jésus sur la croix  sut transformer sa souffrance en occasion pour aimer toute l’humanité en la transformant en prière offerte pour le pardon des péchés et le salut des âmes. Il nous invite par son ◊

Diacre Michel Houyoux

 Complément

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire → Choisis le chemin de la vie ! (Dt 30, 15-20)

Liens avec d’autres sites chrétiens

◊ Regnum Christi  : cliquez ici pour lire →  Celui qui perdra sa vie à cause de moi la sauvera

◊ Leçon de vie : cliquez ici pour lire → Histoires édifiantes: Celui qui voudra sauver sa vie la perdra

Si quelqu’un veut marcher derrière moi, qu’il renonce à lui-même

Image de prévisualisation YouTube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS