• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 15 mars 2020

Third Sunday of Lent in Year A

Posté par diaconos le 15 mars 2020

L’image contient peut-être : 1 personne, assis

Author Father Marie Landry Bivina

Jesus thus arrives at a city of Samaria, called Sykar, near the land that Jacob had given to his son Joseph, and where Jacob’s well is located. Jesus, tired from the road, sat there by the well. It was about noon. A woman from Samaria came to draw water. Jesus said to her, « Give me a drink ». (For his disciples had gone into the city to buy food).

The Samaritan woman said to him :  « How! You who are a Jew, you ask me, a Samaritan woman, for a drink ? ». (Indeed, Jews do not want anything in common with Samaritans). Jesus replied :  « If you knew the gift of God, if you knew him who says to you, ‘Give me a drink’, you would have asked him, and he would have given you living water.

She said to him :  « Lord, you have nothing to draw from, and the well is deep; with what would you take the living water ? Would you be greater than our father Jacob, who gave us this well, and drank from it himself, with his sons and his beasts ? ». Jesus answered and said to him : « Every man that drinks of this water shall thirst again ; but he that drinks of the water that I will give him shall never thirst again; and the water that I will give him shall become in him a spring spring springing up to everlasting life ».

The woman said to him :  « Lord, give me this water, so that I may not thirst any more, and so that I may not have to come here to draw it ». Jesus said to her :  « Go, call your husband, and come back ». The woman replied, « I have no husband ». Jesus said,  : « You are right to say that you have no husband, for you have had five, and the one you have now is not your husband: now you are telling the truth ».

The woman said to him :  « Lord, I see that you are a prophet. Then explain to me : our fathers worshipped God on the mountain that is there, and you Jews say that the place to worship him is in Jerusalem. Jesus said to her, : « Woman, believe me : the hour is coming when you will no longer go either to this mountain or to Jerusalem to worship the Father. You worship what you do not know; we worship him whom we know, for salvation comes from the Jews.

But the hour cometh – and it is now – when the true worshippers shall worship the Father in spirit and truth: such are the worshippers whom the Father seeketh. God is spirit, and those who worship him must worship him in spirit and truth. The woman said to him : « I know that the Messiah, the one called Christ, is coming. When he comes, he will make all things known to us ».

Jesus said to her   « I who speak to you am ». Then his disciples came ; they were surprised to see him talking with a woman. Yet none of them said to him :  « What do you ask ? » or, « Why do you speak with her ? ». The woman, leaving her jug there, returned to the city and said to the people, :  « Come and see a man who has told me all that I have done. Is he not the Messiah ? ».

They went out of the city and walked towards Jesus, while the disciples called to him : « Rabbi, come and eat. But he answered, « I  have food for you : it is food you do not know ». The disciples wondered : « Has anyone brought him food?  » Jesus said to them, : « My food is to do the will of the one who sent me and to do his work.

Do you not say, ‘Four more months and it will be harvest ? And I say to you, ‘Look up and see the fields turning golden for the harvest. From now on, the reaper receives his wages: he reaps fruit for eternal life, so that the sower rejoices with the reaper. The proverb is true: ‘One sows, another reaps’. I have sent you to reap where you have not laboured, others have laboured, and you reap from their labours ».

Many of the Samaritans of that city believed in Jesus, because of the words of the woman who had given this testimony : « He told me everything I have done ».  When they came to him, they invited him to stay with them. He stayed there for two days. Many more believed because of his own words, and said to the woman :  « It is no longer because of what you have told us that we believe now; we have heard it for ourselves, and we know that he is truly the Savior of the world. »  (Jn 4, 5-42)

 Prayer

I believe in you, God, I believe you’re here with me. I place myself in your presence, you who created everything, who created me, who fills everything. Increase my faith in you. I hope in you, my God. I hope in your word, in your promises. I hope in eternal life, the life that is the purpose of my life on earth. Increase my hope, allow me to live with my eyes fixed on you. I love you, O my God, but strengthen my love so weak and fickle. Place in me your love which penetrates all and consumes all.+

Homily

Today, as he did in Samaria, Jesus comes to our lives, in the middle of our Lenten journey, asking us as he did to the Samaritan woman : « Give me a drink » (Jn 4, 7). « His material thirst – John Paul II tells us – is a sign of a much deeper reality: it manifests an ardent desire that both the Samaritan woman and all the other Samaritans open themselves to the faith.

The Preface of today’s celebration tells us that this dialogue ends in a redemptive barter in which the Lord  » by asking the Samaritan woman for water, the Lord poured into her the grace of faith, and if he wanted to thirst for the faith of this woman, it was to reawaken in her the fire of divine love ».

This redemptive desire of Jesus who thirsts is, today, thirst for our faith, for our response of faith before so many Lenten invitations to conversion, to change, to reconciliation with God and with our brothers and sisters, to prepare ourselves as best we can to receive a new life of resurrected people in this Easter season that is drawing near.

« I who speak to you am I » (Jn 4, 26) : this direct and manifest confession of Jesus regarding his mission, which he had not done with anyone else before, also shows us the love of God who makes himself the seeker of the sinner and the promise of redemption that will abundantly satisfy the human desire for true Life.

Thus, further on in this same Gospel, Jesus will proclaim : « If any of you thirsty, let him come to me, and let him who believes in me drink », as the Scripture says : « Out of his womb shall flow a river of living water » (Jn 7:37b-38). For this reason, your commitment today is to come out of yourself and say to men: « Come and see a man who has said to me… ». (Jn 4, 29).

Let us pray

Lord, open my heart, open my eyes! Awaken in me this thirst for immense happiness, peace and joy that you have put in me to be able to satisfy it. Let me see, let me desire this water. Help me to go beyond my little passing desires, to seek this eternal happiness that you want to give me. Give me some of this water, may it gush forth in me for eternal life !

Addendum

◊ Deacon Michel Houyoux :  click here to read the paperThird Sunday of Lent in year A

 Links to other Christian Websites

◊ By David Smith :  click here to read the paper →   The Third Sunday in Lent (Year A),

◊ Father René :  click here to read the paper → Homily for the Third Sunday in Lent, March 15,

Third Sunday of Lent in Year A

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Religion | Pas de Commentaire »

Troisième dimanche du Carême dans l’année A

Posté par diaconos le 15 mars 2020

Auteur Père Marie Landry Bivina
L’image contient peut-être : 1 personne, assis

Jésus arrive ainsi à une ville de Samarie, appelée Sykar, près du terrain que Jacob avait donné à son fils Joseph, et où se trouve le puits de Jacob. Jésus, fatigué par la route, s’était assis là, au bord du puits. Il était environ midi. Arrive une femme de Samarie, qui venait puiser de l’eau. Jésus lui dit : «Donne-moi à boire». (En effet, ses disciples étaient partis à la ville pour acheter de quoi manger).

La Samaritaine lui dit : «Comment! Toi qui es Juif, tu me demandes à boire, à moi, une Samaritaine ?». (En effet, les Juifs ne veulent rien avoir en commun avec les Samaritains). Jésus lui répondit : «Si tu savais le don de Dieu, si tu connaissais celui qui te dit : ‘Donne-moi à boire’, c’est toi qui lui aurais demandé, et il t’aurait donné de l’eau vive».

Elle lui dit : «Seigneur, tu n’as rien pour puiser, et le puits est profond; avec quoi prendrais-tu l’eau vive ? Serais-tu plus grand que notre père Jacob qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, avec ses fils et ses bêtes ?». Jésus lui répondit : «Tout homme qui boit de cette eau aura encore soif ; mais celui qui boira de l’eau que moi je lui donnerai n’aura plus jamais soif ; et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui source jaillissante pour la vie éternelle».

La femme lui dit : «Seigneur, donne-la-moi, cette eau: que je n’aie plus soif, et que je n’aie plus à venir ici pour puiser». Jésus lui dit : «Va, appelle ton mari, et reviens». La femme répliqua : «Je n’ai pas de mari». Jésus reprit : «Tu as raison de dire que tu n’as pas de mari, car tu en as eu cinq, et celui que tu as maintenant n’est pas ton mari : là, tu dis vrai».

La femme lui dit : «Seigneur, je le vois, tu es un prophète. Alors, explique-moi: nos pères ont adoré Dieu sur la montagne qui est là, et vous, les Juifs, vous dites que le lieu où il faut l’adorer est à Jérusalem». Jésus lui dit : «Femme, crois-moi : l’heure vient où vous n’irez plus ni sur cette montagne ni à Jérusalem pour adorer le Père. Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous adorons, nous, celui que nous connaissons, car le salut vient des Juifs.

Mais l’heure vient -et c’est maintenant- où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et vérité : tels sont les adorateurs que recherche le Père. Dieu est esprit, et ceux qui l’adorent, c’est en esprit et vérité qu’ils doivent l’adorer». La femme lui dit : «Je sais qu’il vient, le Messie, celui qu’on appelle Christ. Quand il viendra, c’est lui qui nous fera connaître toutes choses».

Jésus lui dit : «Moi qui te parle, je le suis». Là-dessus, ses disciples arrivèrent ; ils étaient surpris de le voir parler avec une femme. Pourtant, aucun ne lui dit : «Que demandes-tu ?» ou : «Pourquoi parles-tu avec elle ?». La femme, laissant là sa cruche, revint à la ville et dit aux gens : «Venez voir un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait. Ne serait-il pas le Messie ?».

Ils sortirent de la ville, et ils se dirigeaient vers Jésus.Pendant ce temps, les disciples l’appelaient : «Rabbi, viens manger». Mais il répondit : «Pour moi, j’ai de quoi manger : c’est une nourriture que vous ne connaissez pas». Les disciples se demandaient : «Quelqu’un lui aurait-il apporté à manger ?». Jésus leur dit : «Ma nourriture, c’est de faire la volonté de celui qui m’a envoyé et d’accomplir son œuvre.

Ne dites-vous pas : ‘Encore quatre mois et ce sera la moisson ?’. Et moi je vous dis: Levez les yeux et regardez les champs qui se dorent pour la moisson. Dès maintenant, le moissonneur reçoit son salaire : il récolte du fruit pour la vie éternelle, si bien que le semeur se réjouit avec le moissonneur. Il est bien vrai, le proverbe : ‘L’un sème, l’autre moissonne’. Je vous ai envoyés moissonner là où vous n’avez pas pris de peine, d’autres ont pris de la peine, et vous, vous profitez de leurs travaux».

Beaucoup de Samaritains de cette ville crurent en Jésus, à cause des paroles de la femme qui avait rendu ce témoignage : «Il m’a dit tout ce que j’ai fait». Lorsqu’ils arrivèrent auprès de lui, ils l’invitèrent à demeurer chez eux. Il y resta deux jours. Ils furent encore beaucoup plus nombreux à croire à cause de ses propres paroles, et ils disaient à la femme : «Ce n’est plus à cause de ce que tu nous as dit que nous croyons maintenant; nous l’avons entendu par nous-mêmes, et nous savons que c’est vraiment lui le Sauveur du monde». (Jn 4,5-42)

 Prière

Je crois en toi, mon Dieu, je crois que tu es présent ici, avec moi. Je me mets en ta présence, toi qui as tout créé, qui m’as créé, qui remplis tout. Augmente ma foi en toi. J’espère en toi, mon Dieu. J’espère en ta parole, en tes promesses. J’espère en la vie éternelle, cette vie qui est le but de ma vie sur terre. Augmente mon espérance, donne-moi de vivre les yeux fixés sur toi. Je t’aime, ô mon Dieu, mais affermis mon amour si faible et inconstant. Mets en moi ton amour qui pénètre tout et consume tout.

Homélie

Aujourd’hui comme il le fit en Samarie, Jésus s’approche de notre vie, au milieu de notre chemin du Carême, nous demandant comme à la Samaritaine : «Donne-moi à boire» (Jn 4, 7). «Sa soif matérielle -nous dit Jean-Paul II- est signe d’une réalité beaucoup plus profonde: elle manifeste un désir ardent qu’autant la femme Samaritaine comme tous les autres Samaritains s’ouvrent à la foi».

La Préface de la célébration d’aujourd’hui nous raconte que ce dialogue termine en un troc rédempteur para lequel le Seigneur «(…) en demandant de l’eau à la Samaritaine, avait versé en elle la grâce de la foi, et s’ il a voulu avoir soif de la foi de cette femme, ce fut pour réveiller en elle le feu de l’amour divin».

Ce désir rédempteur de Jésus qui a soif est, aujourd’hui soif de notre foi, de notre réponse de foi devant tant d’invitations du Carême à la conversion, au changement, à la réconciliation avec Dieu et avec nos frères, à nous préparer du mieux que nous pouvions pour recevoir une vie nouvelle de ressuscités en ce temps de Pâques qui approche.

«Moi qui te parle, je le suis» (Jn 4, 26) : cette confession directe et manifeste de Jésus relativement à sa mission, ce qu’il n’avait pas fait avec personne d’autre auparavant, nous démontre également l’amour de Dieu qui se fait recherche du pécheur et promesse de rédemption qui assouvira abondamment le désir humain de la Vie véritable.

C’est ainsi que, plus loin dans ce même Évangile, Jésus proclamera : «Si l’un de vous a soif, qu’il vienne à moi, et que boit celui qui croit en moi», comme dit l’Écriture: «De son sein jaillira un fleuve d’eau vive» (Jn 7,37b-38). Pour cette raison, ton engagement consiste aujourd’hui à sortir de toi-même et à dire aux hommes : «Venez voir un homme qui m’a dit…» (Jn 4,29).

Prions

Seigneur, ouvre mon cœur, ouvre mes yeux ! Réveille en moi cette soif de bonheur immense, de paix, de joie que tu as mise en moi pour pouvoir la combler. Fais que je voie, que je désire cette eau. Aide-moi à dépasser mes petits désirs passagers, à chercher ce bonheur éternel que tu veux me donner. Donne-moi de cette eau, qu’elle jaillisse en moi pour la vie éternelle !

Résolution

Demander au Seigneur plusieurs fois dans mon cœur aujourd’hui : « Seigneur, donne-moi le bonheur, le vrai bonheur ! »

Contact Père Marie Landry Bivina

Complément

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Troisième dimanche de Carême de l’année A

Liens avec d’autres sites chrétiens

◊ Abbé Jean Compazieu : cliquez ici pour lire l’article →  Troisième dimanche du Carême de l’année A

◊ Cursillos : cliquez ici pour lire l’article → Troisième dimanche du Carême, Année A 

Jésus déradicalise la Samaritaine (Jean 4, 3-26)

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, La messe du dimanche, Religion | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS