• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 20 mars 2020

It is I, the Lord your God, hear my voice.

Posté par diaconos le 20 mars 2020

C’est moi, le Seigneur ton Dieu, écoute ma voix. dans Carême eaux-de-mriba

If my people listened to me…

From Psalm 80

02 Shout for joy to God, our strength, acclaim the God of Jacob.

03 Play, music, beat the tambourine, the harp and the melodious zither.

04 Sound the horn for the new month, when our feast day comes.

05 This is a rule for Israel, an ordinance of the God of Jacob;

06 He made it a statute for Joseph, when he went out into the land of Egypt. I hear words that were unknown to me: +

07 « I have taken away the weight from his shoulders, and his hands have laid the burden.

08 « When you cried out in oppression, I saved you; + I answered, hidden in the storm, I tested you by the waters of Meribah.

09 « Hear, I beseech you, O my people; will you hear me, O Israel?

10 You shall have no other gods with you, neither shall you serve any foreign god.

11 « I, the Lord your God, have brought you up out of the land of Egypt. Open your mouth, and I will fill it.

12 « But my people did not listen to my voice, neither did Israel desire me.

13 I gave him up to his hardened heart: let him go and follow his ways.

14 « Oh that my people would listen to me, O Israel, if they would go in my ways!

15 Immediately I would humble his enemies; I would turn my hand against his oppressors.

16 « My adversaries would stoop down before him, and this would be their fate for ever.

17 I will feed him with the flower of the wheat. I will satisfy you with the honey of the rock. »

Tent Festival

Originally, the Feast of the Tents was a Canaanite agricultural festival that was celebrated at the end of the year, during the grape harvest. When the Israelites moved from nomadism to sedentary life, they adopted and adapted this festival to their religious mentality. They historicized it by linking it to a stay in the desert. The festival of the Tents took place at the full moon of the mos of Tischri (September-October).

All the people were summoned to the sound of musical instruments (schophar, tambourines, harps and cithars). The Law of Moses and the Covenant in Sinai were evoked. Hence the allusions to the events of the exodus and the infidelities experienced in the desert which gave rhythm to the chanting of the psalm.   The schophar, in the shape of a ram’s horn, whose sound reminded us of the sound that had resounded in Sinai at the time of the giving of the law.

When he went out into the land of Egypt, it was not the actual going out of Egypt, but the judgment on that land by the death of the firstborn. It was then that the Lord instituted, by an ordinance (verse 5), the Passover festival as a memorial of the judgment of Egypt.  All the people still sojourning in Egypt were considered as the people of Joseph, who saved them, as well as of Jacob.

And I heard words that were unknown to me : These are the divine communications (ordinance, testimony). I answered, « I answered, hidden in the storm, » referring to the cloud that protected the people as they passed over the Red Sea, from which lightning and thunderbolts came up and made a mess of the Egyptian army : « The angel of God, who walked before the camp of Israel, left this position and went behind them, and the pillar of cloud before them did likewise. « (Ex 14, 19).

Let there be no other God among you: this was the first commandment, which contained all the law in itself : « I am the LORD your God, who brought you out of the land of Egypt, out of the house of bondage. 3 Thou shalt have no other gods before me » (Ex 20, 2-3). The one who had already accomplished such great things for Israel was willing to give him everything he needed for body and soul, on the only condition that he expected everything from him and from no one else. Here the revelation of divine grace inspired and dominated the law itself.

Israel’s punishment was to be able to do his own will : « He will use every form of evil to deceive those who are lost, because they have remained closed to the love of truth that would have saved them. 11 For this reason God sends them a power of error so that they may believe a lie.  « (2 Thess 2, 10-11).

Deacon Michel Houyoux

Links to other Christian websites

◊  You can learn to hear God ! : click here to read the paper →   Four Ways to Know If You’re Hearing God’s Voice

◊  God.net : click here to read the paper →    Hearing and Recognizing God‘s Voice

How to Hear God’s Voice

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Ancien testament, Carême, Enseignement, Page jeunesse | Pas de Commentaire »

C’est moi, le Seigneur ton Dieu, écoute ma voix.

Posté par diaconos le 20 mars 2020

C’est moi, le Seigneur ton Dieu, écoute ma voix. dans Carême eaux-de-mriba

Si mon peuple m’écoutait…

Du psaume 80

02 Criez de joie pour Dieu, notre force, acclamez le Dieu de Jacob.

03 Jouez, musiques, frappez le tambourin, la harpe et la cithare mélodieuse.

04 Sonnez du cor pour le mois nouveau, quand revient le jour de notre fête.

05 C’est là, pour Israël, une règle, une ordonnance du Dieu de Jacob ;

06 Il en fit, pour Joseph, une loi quand il marcha contre la terre d’Égypte. J’entends des mots qui m’étaient inconnus : +

07 « J’ai ôté le poids qui chargeait ses épaules ; ses mains ont déposé le fardeau.

08 « Quand tu criais sous l’oppression, je t’ai sauvé ; + je répondais, caché dans l’orage, je t’éprouvais près des eaux de Mériba.

09 « Écoute, je t’adjure, ô mon peuple ; vas-tu m’écouter, Israël ?

10 Tu n’auras pas chez toi d’autres dieux, tu ne serviras aucun dieu étranger.

11 « C’est moi, le Seigneur ton Dieu, + qui t’ai fait monter de la terre d’Égypte ! Ouvre ta bouche, moi, je l’emplirai.

12 « Mais mon peuple n’a pas écouté ma voix, Israël n’a pas voulu de moi.

13 Je l’ai livré à son coeur endurci : qu’il aille et suive ses vues !

14 « Ah ! Si mon peuple m’écoutait, Israël, s’il allait sur mes chemins !

15 Aussitôt j’humilierais ses ennemis, contre ses oppresseurs je tournerais ma main.

16 « Mes adversaires s’abaisseraient devant lui ; tel serait leur sort à jamais !

17 Je le nourrirais de la fleur du froment, je te rassasierais avec le miel du rocher ! »

Fête des Tentes

À  l’origine, la fête des Tentes était une fête agricole cananéenne qui se célébra à la fin de l’année, lors des vendanges. Lorsque les Israélites passèrent du nomadisme au sédentarisme, ils adoptèrent et adaptèrent cette fête à leur mentalité religieuse. Ils l’historicisèrent en la rattachant au séjour dans le désert. La fête des Tentes avait lieu à la pleine lune du mos de Tischri (septembre-octobre).

Tout le peuple était convoqué au son des instruments de musique (schophar, tambourins, harpes et cithares). On y évoqua la loi de Moïse et l’Alliance dans le Sinaï. D’où les allusions aux évènements de l’exode et aux infidélités vécues dans le désert qui rythmèrent le chant du psaume.   Le schophar, en forme de corne de bé­lier, dont le son rap­pe­la ce­lui qui avait re­tenti en Si­naï, lors du don de la loi.

Quand il marcha contre la terre d’Égypte, iIl ne s’a­git pas ici de la sor­tie même d’Égypte, mais du ju­ge­ment exercé sur ce pays par la mort des pre­miers-nés. Ce fut alors que l’Éter­nel ins­ti­tua, par une ordonnance (ver­set 5), la fête de Pâque comme un mé­mo­rial du ju­ge­ment de l’Égypte.  Le peuple en­tier, sé­jour­nant en­core en Égypte, fut en­vi­sagé comme peuple de Jo­seph, qui le sauva, aussi bien que de Ja­cob.

J’entendis des mots qui m’étaient inconnus  : Il s’a­git ici des com­mu­ni­ca­tions di­vines (or­don­nance, té­moi­gnage). « Je répondais, caché dans l’orage » : c’est une al­lu­sion à la nuée qui pro­té­gea le peuple, lors du pas­sage de la mer Rouge, et d’où jaillirent les éclairs et la foudre qui mirent le désordre dans l’ar­mée égyp­tienne :   » L’ange de Dieu, qui marchait devant le camp d’Israël, quitta cette position et marcha derrière eux, et la colonne de nuée qui les précédait fit de même. » ( Ex 14, 19).

Qu’il n’y ait au milieu de toi aucun autre Dieu : ce fut le pre­mier com­man­de­ment, qui ren­ferma en lui-même toute la loi ;  » Je suis l’Éternel, ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison de servitude. 3Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face » ( Ex 20, 2-3). Ce­lui qui eut déjà ac­com­pli de si grandes choses pour Israël fut dis­posé à lui don­ner tout ce dont il eut be­soin pour le corps et pour l’âme, à la seule condi­tion qu’il at­tendit tout de lui et de nul autre. La ré­vé­la­tion de la grâce di­vine ins­pira et do­mina ici la loi elle-même.

 Le châ­ti­ment d’Israël fut de pou­voir faire sa vo­lonté propre :  » Il usera de toutes les formes du mal pour tromper ceux qui se perdent, parce qu’ils sont restés fermés à l’amour de la vérité qui les aurait sauvés. 11 Voilà pourquoi Dieu leur envoie une puissance d’égarement pour qu’ils croient au mensonge.  » ( 2 Th 2, 10-11). 

Diacre Michel Houyoux

Compléments

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Quel est le premier de tous les commandements ?

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article →  Nous ne dirons plus à l’ouvrage de nos mains : “Tu es notre Dieu » (Os 14, 2-10)

Liens avec d’autres sites chrétiens

◊ Monique Maury : cliquez ici pour lire l’article →   heureux_ceux_qui_écoute – Dieu ma Joie

◊  Dany Vaubien : cliquez ici pour lire l’article → Écouter et entendre Dieu me parler.

La vocation de Samuel

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Carême, Catéchèse, Religion | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS