• Accueil
  • > Archives pour le Dimanche 22 mars 2020

Fourth Sunday of Lent in Year A

Posté par diaconos le 22 mars 2020

Father Marie Landry Bivina

 He went away and washed ; and when he came back, he saw

L’image contient peut-être : une personne ou plus

Jesus saw a man passing by who was blind from birth. His disciples asked him ,:  « Rabbi, why was this man born blind ? Was he the one who sinned, or were his parents ? ». Jesus answered : « Neither he nor his parents. But God’s action was to be manifested in him. We must carry out the action of him who sent me, while it is still day ; already night is approaching, and no one will be able to act. As long as I am in the world, I am the light of the world ».

Having said this, he spat on the ground and, with the spittle, he made mud and applied it to the eyes of the blind man, and said to him : « Go and wash in the pool of Siloam » (the name means « Sent »). So the blind man went there, and washed; and when he came back, he saw.

Then his neighbors and those who were accustomed to meet him – for he was a beggar – said :  « Is not this the man who stood there begging ? ». Some said, « It is he ». The others said : « Not at all, it is someone who looks like him ». But he would say, « It is me ». And they’d ask him :  « Then how did your eyes open ? » He replied :  « The man they call Jesus made mud and rubbed my eyes with it and said, ‘Go and wash in the pool of Siloam. So I went and washed, and then I saw ».  And they said to him :  ‘And where is he ?’. He answered :  « I don’t know ».

They brought to the Pharisees this man who had been blind. Now it was on a Sabbath day that Jesus had made mud and opened his eyes. The Pharisees in turn asked him :  « How is it that you can see? He answered them,  » He put mud on my eyes, I washed myself, and now I see ».  Some of the Pharisees said :  « This one is not from God, since he does not observe the Sabbath rest ».

Others replied : « How could a sinful man do such signs ? ». So then they were divided. Then they again addressed the blind man : « And what sayest thou of him, since he hath opened thy eyes ? ». He said : « He is a prophet ».

The Jews did not want to believe that this man, who now saw, had been blind. Therefore they summoned his parents and asked them : « Is this man really your son, and you say that he was born blind ? How is it that he can see now ? ».  The parents replied: « We know that this is our son, and that he was born blind. But how he can see now, we do not know ; and who opened his eyes, we also do not know. Ask him, he is old enough to explain himself ».

His parents spoke this way because they were afraid of the Jews. In fact, the Jews had already agreed to exclude from the synagogue all those who would declare that Jesus is the Messiah. That is why the parents had said :  « He is old enough, ask him ! ».

  For the second time the Pharisees summoned the man who had been blind, and they said to him : « Give glory to God ! We know that this man is a sinner ». He answered :  « Is he a sinner? I know not  ; but one thing I know : I was blind, and now I see ». Then they said to him, « How did he open your eyes? ». He said to them : « I have already told you, and you have not listened. Why do you want to hear me again  ?

Could it be that you also want to become his disciples ? ». They began to revile him : « You are his disciple; we are Moses’ disciples. Moses, we know that God has spoken to him ; as for this one, we do not know where he is from ». The man replied : « This is the amazing thing ! You do not know where he is from, yet he opened my eyes. As everyone knows, God does not hear sinners, but if anyone honours Him and does His will, He does.

Never before has anyone ever heard of a man opening his eyes to someone who was blind from birth. If that man did not come from God, he could do nothing ». They replied :  « You have been entirely immersed in sin since birth, and you are lecturing us ? ». And they threw him out.

Jesus learned that they had cast him out. Then he came to him and said, : « Do you believe in the Son of Man ? » He answered : « And who is he, Lord, that I should believe in him ? » Jesus said to him : « You see him, and he speaks to you ». He said : « I believe, Lord ! » And he bowed down before him. Then Jesus said : « I have come into this world for a questioning : that those who do not see may see, and those who see may become blind ».

Some Pharisees who were with him heard these words and said to him : « Are we blind also ? Jesus answered them :  « If you were blind, you would have no sin ; but as long as you say,  ‘We see,’ your sin remains. »  (Jn 9, 1-41)

Homily

 Today, the fourth Sunday of Lent – called Sunday of Joy – the liturgy invites us to experience a profound joy, a great joy because Easter is approaching. Jesus is the cause of great joy for the blind man who was born blind and to whom he gives sight, both bodily and spiritual. The blind man believed and received the light of Christ. On the other hand, the Pharisees, who believed in light and wisdom, remained blind because of their hardened hearts and their sins. Indeed, « The Jews did not want to believe that this man, who now saw, had been blind. Therefore they called his parents together » (Jn 9, 18).

How necessary is the light of Christ to see reality in its true dimension ! Without the light of faith we would be practically blind. We have received the light of Jesus Christ and this light must illuminate our whole life. Moreover, this light must shine through the holiness of our life so that it may attract those who do not yet know it. All this presupposes a conversion and a growing charity. Especially in this time of Lent, and in this last stage. St. Leo the Great said : « My beloved, all times are suitable for the realization of this good of charity, but Lent invites us to do so in a special way ».

Only one thing can separate us from the light and the joy that Christ gives us and that is sin, that is to say, the desire to live far from the light of the Lord. Unfortunately, many of us – even sometimes ourselves – sink into the dark path of sin and we lose light and peace. St. Augustine, starting from his own experience, said that there is nothing more unhappy than the happiness of those who sin.

Easter is near and the Lord wants to share with us all the joy of the resurrection. Let us prepare to receive and celebrate it. « Go and wash » (Jn 9, 7), Jesus tells us. Let us go and wash in the purifying waters of the Sacrament of Penance! There we will find light and joy and we will prepare ourselves in the best way to receive the Passover.

Lord Jesus, you who are the light of the world, please open my eyes! Don’t allow selfishness to blind me ! Do not leave me in the darkness of sin! Open my eyes, lead me from blindness to light, from the barren life of the world to the fruitful life of faith! Blessed Virgin Mary, Virgin of Light, help me to recognize the passage of your son, help me to open my eyes before his light !

Thank the Lord for a change, a conversion or a miracle that has taken place near me during the past year.

Deacon Michel Houyoux

Links to other Catholic Web Sites

Father Hanly : click here to read the paper →   Homily for 4th Sunday of Lent, Year A
◊ By  Fr. Gerald Musa  :  » NOW I CAN SEE « : click here to read the paper → Fourth SUNDAY OF LENT, Year A

Fourth Sunday in Lent (Year A)

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Carême, Catéchèse, La messe du dimanche, Religion | Pas de Commentaire »

Quatrième dimanche du Carême de l’année A

Posté par diaconos le 22 mars 2020

Auteur Père Marie-Landry Bivina

 Il s’en alla et se lava ; quand il revint, il voyait

L’image contient peut-être : une personne ou plus

:Jésus vit sur son passage un homme qui était aveugle de naissance. Ses disciples l’interrogèrent : «Rabbi, pourquoi cet homme est-il né aveugle? Est-ce lui qui a péché, ou bien ses parents ?». Jésus répondit : «Ni lui, ni ses parents. Mais l’action de Dieu devait se manifester en lui. Il nous faut réaliser l’action de celui qui m’a envoyé, pendant qu’il fait encore jour ; déjà la nuit approche, et personne ne pourra plus agir. Tant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde». Cela dit, il cracha sur le sol et, avec la salive, il fit de la boue qu’il appliqua sur les yeux de l’aveugle, et il lui dit : «Va te laver à la piscine de Siloé» (ce nom signifie: Envoyé). L’aveugle y alla donc, et il se lava ; quand il revint, il voyait.

Ses voisins, et ceux qui étaient habitués à le rencontrer -car il était mendiant- dirent alors : «N’est-ce pas celui qui se tenait là pour mendier ?». Les uns disaient : «C’est lui». Les autres disaient : «Pas du tout, c’est quelqu’un qui lui ressemble». Mais lui affirmait : «C’est bien moi». Et on lui demandait : «Alors, comment tes yeux se sont-il ouverts ?». Il répondit : «L’homme qu’on appelle Jésus a fait de la boue, il m’en a frotté les yeux et il m’a dit : ‘Va te laver à la piscine de Siloé’. J’y suis donc allé et je me suis lavé ; alors, j’ai vu». Ils lui dirent : «Et lui, où est-il ?». Il répondit : «Je ne sais pas».

On amène aux pharisiens cet homme qui avait été aveugle. Or, c’était un jour de sabbat que Jésus avait fait de la boue et lui avait ouvert les yeux. A leur tour, les pharisiens lui demandèrent : «Comment se fait-il que tu voies ?». Il leur répondit : «Il m’a mis de la boue sur les yeux, je me suis lavé, et maintenant je vois». Certains pharisiens disaient : «Celui-là ne vient pas de Dieu, puisqu’il n’observe pas le repos du sabbat». D’autres répliquaient : «Comment un homme pécheur pourrait-il accomplir des signes pareils ?». Ainsi donc ils étaient divisés. Alors ils s’adressent de nouveau à l’aveugle : «Et toi, que dis-tu de lui, puisqu’il t’a ouvert les yeux ?». Il dit : «C’est un prophète».

Les Juifs ne voulaient pas croire que cet homme, qui maintenant voyait, avait été aveugle. C’est pourquoi ils convoquèrent ses parents et leur demandèrent : «Cet homme est bien votre fils, et vous dites qu’il est né aveugle ? Comment se fait-il qu’il voie maintenant ?». Les parents répondirent : «Nous savons que c’est bien notre fils, et qu’il est né aveugle. Mais comment peut-il voir à présent, nous ne le savons pas; et qui lui a ouvert les yeux, nous ne le savons pas non plus. Interrogez-le, il est assez grand pour s’expliquer». Ses parents parlaient ainsi parce qu’ils avaient peur des Juifs. En effet, les Juifs s’étaient déjà mis d’accord pour exclure de la synagogue tous ceux qui déclareraient que Jésus est le Messie. Voilà pourquoi les parents avaient dit : «Il est assez grand, interrogez-le !».

Pour la seconde fois, les pharisiens convoquèrent l’homme qui avait été aveugle, et ils lui dirent : «Rends gloire à Dieu ! Nous savons, nous, que cet homme est un pécheur». Il répondit : «Est-ce un pécheur? Je n’en sais rien ; mais il y a une chose que je sais : j’étais aveugle, et maintenant je vois». Ils lui dirent alors : «Comment a-t-il fait pour t’ouvrir les yeux ?». Il leur répondit : «Je vous l’ai déjà dit, et vous n’avez pas écouté. Pourquoi voulez-vous m’entendre encore une fois ? Serait-ce que vous aussi vous voulez devenir ses disciples ?». Ils se mirent à l’injurier : «C’est toi qui es son disciple ; nous, c’est de Moïse que nous sommes les disciples. Moïse, nous savons que Dieu lui a parlé ; quant à celui-là, nous ne savons pas d’où il est». L’homme leur répondit : «Voilà bien ce qui est étonnant ! Vous ne savez pas d’où il est, et pourtant il m’a ouvert les yeux. Comme chacun sait, Dieu n’exauce pas les pécheurs, mais si quelqu’un l’honore et fait sa volonté, il l’exauce. Jamais encore on n’avait entendu dire qu’un homme ait ouvert les yeux à un aveugle de naissance. Si cet homme-là ne venait pas de Dieu, il ne pourrait rien faire». Ils répliquèrent : «Tu es tout entier plongé dans le péché depuis ta naissance, et tu nous fais la leçon ?». Et ils le jetèrent dehors.

Jésus apprit qu’ils l’avaient expulsé. Alors il vint le trouver et lui dit : «Crois-tu au Fils de l’homme ?». Il répondit : «Et qui est-il, Seigneur, pour que je croie en lui ?». Jésus lui dit : «Tu le vois, et c’est lui qui te parle». Il dit : «Je crois, Seigneur !», et il se prosterna devant lui. Jésus dit alors : «Je suis venu en ce monde pour une remise en question : pour que ceux qui ne voient pas puissent voir, et que ceux qui voient deviennent aveugles». Des pharisiens qui se trouvaient avec lui entendirent ces paroles et lui dirent : «Serions-nous des aveugles, nous aussi ?». Jésus leur répondit : «Si vous étiez des aveugles, vous n’auriez pas de péché ; mais du moment que vous dites : ‘Nous voyons !’ votre péché demeure». (Jn 9,1-41)

Homélie

Aujourd’hui quatrième dimanche de carême -appelé dimanche de joie- la liturgie nous invite à expérimenter une joie profonde, une grande allégresse car la Pâque approche.

Jésus est cause d’une grande joie pour cet aveugle de naissance à qui il donne la vue corporelle et spirituelle. L’aveugle a cru et il a reçu la lumière du Christ. Par contre, les pharisiens, qui se croyaient dans la lumière et dans la sagesse, sont restés aveugles à cause de l’endurcissement de leurs cœurs et de leurs péchés. En effet, «Les Juifs ne voulaient pas croire que cet homme, qui maintenant voyait, avait été aveugle. C’est pourquoi ils convoquèrent ses parents» (Jn 9, 18)

Comme elle est nécessaire la lumière du Christ pour voir la réalité dans sa vraie dimension ! Sans la lumière de la foi nous serions pratiquement aveugles. Nous avons reçu la lumière de Jésus-Christ et il faut que cette lumière éclaire toute notre vie. De plus, cette lumière doit briller par la sainteté de notre vie afin qu’elle attire ceux qui ne la connaissent pas encore. Tout ceci suppose une conversion et une charité croissante. Surtout en ce temps de Carême, et en cette dernière étape. Saint Léon le Grand disait: «Mes bien-aimés, tous les temps conviennent pour réaliser ce bien de la charité, mais le carême nous y invite plus spécialement».

Une seule chose peut nous séparer de la lumière et de la joie que nous donne le Christ et cette chose c’est le péché, c’est-à-dire vouloir vivre loin de la lumière du Seigneur. Malheureusement, beaucoup -même parfois nous-mêmes- nous nous enfonçons dans le chemin ténébreux du péché et nous perdons la lumière et la paix. Saint Augustin en partant de sa propre expérience affirmait qu’il n’y a rien de plus malheureux que le bonheur de ceux qui pèchent.

La Pâque est proche et le Seigneur veut nous faire part de toute la joie de la résurrection. Préparons-nous à la recevoir et la célébrer. «Va te laver» (Jn 9, 7), nous dit Jésus. Allons nous laver dans les eaux purificatrices du sacrement de la pénitence! Là nous trouverons la lumière et la joie et nous nous préparerons de la meilleure manière à recevoir la Pâque.

Seigneur Jésus, toi qui es la lumière du monde, je t’en prie, ouvre mes yeux ! Ne permets pas que l’égoïsme m’aveugle ! Ne me laisse pas dans l’obscurité du péché ! Ouvre mes yeux, fais-mois passer de la cécité à la lumière, de la vie stérile du monde à la vie féconde de la foi ! Sainte Vierge Marie, Vierge de lumière, aide-moi à reconnaître le passage de ton fils, aide-moi à ouvrir les yeux devant sa lumière !

Remercions le Seigneur pour un changement, une conversion ou un miracle qui a eu lieu près de moi au cours de la dernière année.

ContactPère Marie Landry Bivina

Complément

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → 4ème Dimanche de Carême, de Lætare — Année A

Liens avec d’autres sites chrétiens

◊ Abbé Jean Compazieu : cliquez ici pour lire l’article →   4ème dimanche du Carême (A)

◊  Mouvement des Cursillos francophones du Canada : cliquez ici pour lire l’article →  Quatrième dimanche du Carême, Année A

Celui qui croit en Jésus a en lui la Vie

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Accueil sur mon blog, Religion | 1 Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS