• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 7 mai 2020

Si quelqu’un reçoit celui que j’envoie, il me reçoit moi-même

Posté par diaconos le 7 mai 2020

  Si quelqu’un reçoit celui que j’envoie, il me reçoit moi-même dans Catéchèse x-51-596x381

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Après avoir lavé les pieds de ses disciples, Jésus parla ainsi : « Amen, amen, je vous le dis : un serviteur n’est pas plus grand que son maître, ni un  envoyé plus grand que celui qui l’envoie. Sachant cela, heureux êtes-vous, si vous le faites. Ce n’est pas de vous tous que je parle. Moi, je sais quels  sont ceux que j’ai choisis, mais il faut que s’accomplisse l’Écriture : Celui qui mange le pain avec moi m’a frappé du talon.

Je vous dis ces choses dès maintenant, avant qu’elles n’arrivent ; ainsi, lorsqu’elles arriveront, vous croirez que moi, JE SUIS. Amen, amen, je vous le dis : si quelqu’un reçoit celui que j’envoie, il me reçoit moi-même ; et celui qui me reçoit, reçoit Celui qui m’a envoyé. »  (Jn 13, 16-20)

Humilité et amour

« Vous, serviteurs et apôtres, vous ne de­vez pas vous re­fu­ser à des actes d’­hu­mi­lité et d’a­mour »  Jé­sus ai­mait cette com­pa­rai­son qu’il em­ploya sou­vent ailleurs, dans des ap­pli­ca­tions di­verses : « Rappelez-vous la parole que je vous ai dite : un serviteur n’est pas plus grand que son maître. Si l’on m’a persécuté, on vous persécutera, vous aussi. Si l’on a gardé ma parole, on gardera aussi la vôtre. » (Jn 15, 20) ou encore : « Le disciple n’est pas au-dessus de son maître, ni le serviteur au-dessus de son seigneur. Il suffit que le disciple soit comme son maître, et le serviteur, comme son seigneur. Si les gens ont traité de Béelzéboul le maître de maison, ce sera bien pire pour ceux de sa maison. » (Mt 10, 24-25)

Entre savoir et, faire, il y a un abîme ; le pre­mier à lui seul, rend cou­pable, le der­nier rend heureux, car il donne au dis­ciple un trait pré­cieux de ressemblance avec Jésus : l’­hu­mi­lité et l’a­mour. Jé­sus en ex­hor­tant les dis­ciples à imi­ter son exemple passa sous si­lence le sens par­ti­cu­lier que la résistance de Pierre l’eut amené à don­ner à son ac­tion.

C’est que, lui seul, au moyen de son sang et de son Es­prit, peut nous pu­ri­fier de nos souillures. Nous ne pou­vons avoir à cette œuvre qu’une part très in­di­recte pour d’autres en les ame­nant à Jé­sus. « Je ne dis point cela de vous tous, que vous êtes heu­reux, car il en est un au mi­lieu de vous qui ne le sera ja­mais. »

Jésus savait très bien quels furent ceux qu’il eut choisis ; l es connaissait et les pénétrait jus­qu’au fond. Ce ne fut pas par er­reur qu’il eut choisi Ju­das, mais afin d’ac­com­plir le des­sein de Dieu, pré­dit dans les Écri­tures.  Manger du pain avec quel­qu’un, c’est-à-dire être reçu à sa table, si­gni­fie, se­lon les mœurs orien­tales, être ad­mis dans sa fa­mi­lia­rité et dans sa confiance, comme un hôte dans sa mai­son ; toute per­fi­die de la part de cet hôte en de­vient beau­coup plus cou­pable.

L’ex­pres­sion : lever son talon contre quel­qu’un, comme le che­val qui rue, est l’i­mage de la bru­ta­lité, non de la ruse. Si ce Psaume est de Da­vid, comme l’in­dique sa sus­crip­tion le per­son­nage his­to­rique au­quel se rap­porte cette pa­role est Achi­to­phel, conseiller de Da­vid (2 Samuel 15.12), qui prit parti pour Ab­sa­lom dans la ré­volte de ce fils in­grat contre son père (2 Samuel 17, 14), et qui, voyant sa tra­hi­son dé­cou­verte, s’en alla et s’é­tran­gla (2 Samuel 17, 23).

Étrange res­sem­blance de sa des­ti­née avec celle de Ju­das, au­quel Jé­sus ap­pliqua ces pa­roles ! La plainte de Da­vid, sur ce traître, se lit ainsi dans l’hébreu : «  Même l’­homme avec qui j’é­tais en paix, en qui Je me confiais, qui man­geait mon pain, a levé le ta­lon contre moi  ». Jé­sus évita de dire mon pain, parce que, pauvre, il n’en eut pas à don­ner. Mais il fit mieux pour Ju­das : il lui don­na le pain de vie.

Jé­sus tint à aver­tir ses dis­ciples de la tra­hi­son de Ju­das, crai­gnant que leur foi en lui ne fût ébran­lée s’il ne la leur pré­dit pas.

Diacre Michel Houyoux

Vous pouvez ajouter une note dans la case sous cet article :  « Laisser un commentaire »

Liens avec d’autres sites chrétiens sur Internet

◊ Jardinier de Dieu : cliquez ici pour lire l’article →  Si quelqu’un reçoit celui que j’envoie, il me  il me reçoit moi-même

◊ Regnum Christi :  : cliquez ici pour lire l’article →  Si quelqu’un reçoit celui que j’envoie, il me reçoit moi  il me reçoit moi-même

C’est l’humilité qui fait ta grandeur

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS