• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 9 mai 2020

He who has seen me has seen the Father

Posté par diaconos le 9 mai 2020

John 14:9 John 10:30

From the Gospel of Jesus Christ according to Saint John

At that time Jesus said to his disciples : « Since you know me, you will also know my Father. From now on you know him, and you have seen him. Philip said to him : « Lord, show us the Father ; that is enough for us.  » Jesus answered him : « I have been with you so long, and you do not know me, Philip. He that has seen me has seen the Father. How can you say, « Show us the Father » 

Don’t you believe then that I am in the Father and that the Father is in me ! The words that I say to you I do not say of myself ; the Father who dwells in me does his own works. Believe me : I am in the Father, and the Father is in me ; if you do not believe me, believe at least because of the works themselves.

Amen, amen, I say unto you : He that believeth on me, the works that I do shall he do. And whatsoever ye shall ask in my name, that will I do, that the Father may be glorified in the Son. When you ask something in my name, I will do it.  » (Jn 14, 7-14)

Unity of Father and Son

Jesus’ words: You have seen him, understood by Philip as if God could exist for him beside or outside Jesus, inspired in him the desire to see an extraordinary theophany or revelation of God, as Moses asked : « Moses said, ‘Let me see your glory’ » (Ex 33:18) ; and he naively expressed this desire to Jesus.

It was with sadness that Jesus reproached his disciple for not having known him, in spite of all the experiences he had had with him for so long. He affectionately called his name Philip to invite him to reflect on his request. He who has seen Jesus has seen the Father, the God who is holiness and love, of whom Jesus was the perfect manifestation on earth.

Philip asked to see, and Jesus urged him to believe. It was only by faith that he was able to penetrate that mystery of the absolute unity of the Father and the Son which would enable him to see the Father in the Son. And these words of Jesus, all together, express the intimate unity of essence and the living and active mutual relationship which there is between the Father and the Son, and Jesus proved this by declaring that it is the Father who speaks and acts in him.

The words and actions of Jesus, these words are spirit and life : « It is the spirit that gives life, the flesh is of no use. The words I have spoken to you are spirit and they are life. « (Jn 6, 63), these actions of divine power and divine love, such is the unquestionable demonstration that the Father was in him, speaking and acting through him.+

    Not one of his words that he draws from himself. Not one of his works that God Himself does through him. Not one of his own wisdom, nothing. By the power of God, everything ! (Godet)

After giving Philip this profound instruction, Jesus turned to all his disciples and exhorted them to believe him when he declared to them that he was in the Father and that the Father was in him, to believe him on the sole authority of his word. He added, no doubt with sorrow, that their faith was still too obscure and weak to be based solely on his word.

They had at least to believe him because of his very works, considered in themselves. By this he meant his miracles : « If I do not do the works of my Father, do not believe me. But if I do them, even though you do not believe me, believe these works, that you may know and acknowledge that the Father is in me and I in the Father.  » (Jn 10, 37-38).

Faith, based on these works, is not yet true faith : « While Jesus was in Jerusalem at the feast of the Passover, many believed in his name and saw the miracles he did » (Jn 2, 23), but it can lead to immediate faith.  Jesus made a promise which, when fulfilled, will give them proof of his divinity and of the full revelation of God in him, a proof that will create an intimate conviction : that whoever believes in him will also do the same works and will do greater works.

He promised with solemn authority : Verily, verily, the communication of the Spirit and of the graces that will result therefrom to the disciples. This promise, at the same time, added to the still distant prospect of the meeting in the Father’s house, that of a future meeting in the Spirit: the disciples will soon see Jesus again who left them to go to the Father.

What is meant by these works similar to Jesus’, and greater still, what will those who believe in him accomplish ? Surely they are not outward works, material miracles, even more amazing than his ; but spiritual miracles , which the apostles will perform, when their word, animated by the Spirit of God, will regenerate souls, found the Church, and bring light and life in the midst of all nations.

These greater works Jesus himself could not do, because the Spirit was not yet : « This he said of the Spirit, which they that believe on him should receive: for the Spirit was not yet, because Jesus was not yet glorified. « (Jn 7, 39). Soon they will be possible and really happen, says Jesus, because I am going to the Father.

When He will have regained His glory and all power will be given to Him in heaven and on earth : « And Jesus came near and spoke to them thus : All power has been given to me in heaven and on earth. « (Mt 28:18), Jesus himself fulfilled the word he spoke in his disciples. He did so by answering all their prayers and pouring out the Holy Spirit of Pentecost upon them.

The disciples remained with Jesus in a more intimate and lively relationship than ever before. They on earth prayed in His name, and He granted them all their requests. Through his mighty work they did his works, and even greater works, that the Father might be glorified in the Son : « If God was glorified in him, God will also glorify him in himself, and he will glorify him soon » (Jn 13, 32).

Deacon Michel Houyoux

Links with other Christian websites

◊ The Bible’s View : click here to read the paper →  He Who Has Seen Me Has Seen the Father -In what Sense ?

◊ Biblical Question : click here to read the paper →    Whoever has seen me has seen the father

I am the Bread of Life – Jesus Christ

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans comportements, Page jeunesse, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

Celui qui m’a vu a vu le Père

Posté par diaconos le 9 mai 2020

celui-qui-croit-en-moi

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Puisque vous me connaissez, vous connaîtrez aussi mon Père. Dès maintenant vous le connaissez, et vous l’avez vu. » Philippe lui dit : « Seigneur, montre-nous le Père ; cela nous suffit. » Jésus lui répond : « Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais      pas, Philippe !

Celui qui m’a vu a vu le Père. Comment peux-tu dire : “Montre-nous le Père” ? Tu ne crois donc pas que je suis dans le Père et que le Père est en moi ! Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; le Père qui demeure en moi fait ses propres œuvres. Croyez-moi : je suis dans le Père, et le Père est en moi ; si vous ne me croyez pas, croyez du moins à cause des œuvres elles-mêmes.

Amen, amen, je vous le dis : celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes, parce que je pars vers le Père, et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Quand vous me demanderez quelque chose en mon nom, moi, je le ferai. » (Jn 14, 7-14)

Unité du Père et du Fils

La pa­role de Jé­sus : Vous l’avez vu, com­prise par Phi­lippe comme si Dieu put exis­ter pour lui à côté ou en de­hors de Jésus, lui ins­pira le dé­sir de voir une théo­pha­nie ou ré­vé­la­tion ex­tra­or­di­naire de Dieu, comme la de­man­da Moïse : « Moïse dit : Fais-moi voir ta gloire » (Ex 33, 18) ; et il ex­prima naï­ve­ment ce désir à Jésus.

Ce fut avec tris­tesse que Jé­sus re­procha à son dis­ciple de ne l’a­voir pas connu, mal­gré toutes les ex­pé­riences que, de­puis si longtemps, il eut pu faire au­près de lui. Il l’ap­pela af­fec­tueu­se­ment par son nom : Philippe, afin de l’in­vi­ter à ré­flé­chir sur la de­mande qu’il lui adressa. Celui qui a vu Jésus a vu le Père, le Dieu qui est sain­teté et amour, et dont Jésus fut sur la terre la par­faite ma­ni­fes­ta­tion

Phi­lippe de­man­da à voir, Jé­sus l’ex­horta à croire. Ce fut uni­que­ment par la foi qu’il put pé­né­trer dans ce mys­tère de l’u­nité ab­so­lue du Père et du Fils qui lui per­met­trait de voir le Père dans le Fils. Ces pa­roles de Jé­sus ex­priment, tout en­semble, l’in­time unité d’es­sence et le rap­port mu­tuel vi­vant, ac­tif, qu’il y a entre le Père et le Fils, Jé­sus le prou­va en dé­cla­rant que c’est le Père qui parle et agit en lui.

Les paroles et les actions de Jésus, ces pa­roles sont es­prit et vie : « C’est l’esprit qui vivifie, la chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et elles sont vie. » (Jn 6, 63), ces actions de puis­sance di­vine et d’a­mour di­vin, telle est la dé­mons­tra­tion ir­ré­cu­sable que le Père était en lui, par­lait et agis­sait par lui.

Pas une de ses pa­roles qu’il tire de lui-même. Pas une de ses œuvres que Dieu lui-même n’o­père par lui. De sa propre sa­gesse, rien. Par la force de Dieu, tout ! (Godet)

Après avoir donné à Phi­lippe cette ins­truc­tion pro­fonde, Jé­sus se tourna vers tous ses dis­ciples et il les ex­horta à le croire quand il leur dé­clara qu’il est dans le Père et que le Père est en lui, à le croire sur la seule au­to­rité de sa pa­role. Il ajouta, sans doute avec tris­tesse que si leur foi fut en­core trop obs­cure et trop faible pour se fon­der uni­que­ment sur sa pa­role.

Ils durent au moins le croire à cause de ses œuvres mêmes, consi­dé­rées en elles-mêmes. Il en­tendit par là ses mi­racles : « Si je ne fais pas les œuvres de mon Père, ne me croyez pas. 38Mais si je les fais, quand même vous ne me croyez point, croyez à ces oeuvres, afin que vous sachiez et reconnaissiez que le Père est en moi et que je suis dans le Père. » (Jn 10, 37-38)

La foi, fon­dée sur ces œuvres, n’est pas en­core la vraie foi: « Pendant que Jésus était à Jérusalem, à la fête de Pâque, plusieurs crurent en son nom, voyant les miracles qu’il faisait » (Jn 2, 23), mais elle peut conduire à la foi im­mé­diate.

Jésus fit une pro­messe qui, en se réa­li­sant, leur don­nera de sa di­vi­nité et de la pleine ré­vé­la­tion de Dieu en lui une preuve propre à créer une in­time conviction : c’est que celui qui croit en lui fera lui aussi les mêmes œuvres et en fera de plus grandes en­core.

Il pro­mit avec une au­to­rité so­len­nelle : En vérité, en vérité, la com­mu­ni­ca­tion de l’Es­prit et des grâces qui en ré­sul­te­ront pour les dis­ciples. Cette pro­messe, en même temps, ajouta à la pers­pec­tive en­core éloi­gnée de la réunion dans la mai­son du Père, celle d’une pro­chaine réunion en es­prit : les dis­ciples re­ver­ront bien­tôt Jésus qui les quit­ta pour s’en al­ler au Père.

Que faut-il en­tendre par ces œuvres sem­blables à celles de Jésus, et plus grandes en­core, qu’ac­com­pli­ront ceux qui au­ront cru en lui ? Ce ne sont sû­re­ment pas des œuvres ex­té­rieures, des mi­racles ma­té­riels, plus éton­nants en­core que les siens ; mais bien des mi­racles spi­ri­tuels, que les apôtres fe­ront, quand leur pa­role, ani­mée de l’Es­prit de Dieu, ré­gé­né­rera les âmes, fon­dera l’Église et por­tera la lu­mière et la vie au mi­lieu de toutes les na­tions.

Ces œuvres plus grandes, Jé­sus lui-même ne pou­vait les faire, parce que  l’Es­prit n’é­tait pas en­core : « Il dit cela de l’Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui; car l’Esprit n’était pas encore, parce que Jésus n’avait pas encore été glorifié. » (Jn 7, 39). Bien­tôt elles se­ront pos­sibles et se pro­dui­ront réel­le­ment, dit Jé­sus, parce que je vais au Père.

Quand il aura re­pris pos­ses­sion de sa gloire et que toute puis­sance lui sera don­née au ciel et sur la terre : « Jésus, s’étant approché, leur parla ainsi: Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre. » (Mt 28, 18) , Jésus accomplit lui-même dans ses dis­ciples la pa­role qu’il pro­nonça. Il le fit en ré­pon­dant à toutes leurs prières  et en ré­pan­dant sur eux le Saint-Es­prit de la Pen­te­côte.

Liens sur Internet avec  d’autres sites chrétiens

◊ Point de vue biblique Que signifie l’expression “Celui qui m’a vu a vu le Père  ?

◊ Ta Parole est notre sauvegarde: cliquez ici pour lire l’article →  « Celui qui m’a vu a vu le Père

Celui qui m’a vu a vu le Père

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS