• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 15 mai 2020

Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres

Posté par diaconos le 15 mai 2020

Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres  dans comportements Vendredi-15-mai-20202

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, car le  serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître.

Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure. Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera. Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres. »  (Jn 15, 12-17)

Aimez vous les uns les autres

Ce fut l’amour de Jé­sus vi­vant dans le cœur de ses dis­ciples qui fut la source de leur amour mu­tuel. Jésus in­sista sur ce commandement, dont l’ob­ser­va­tion est l’âme de la vie chré­tienne : « Je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres. Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres. » (Jn 13, 34)

La me­sure de l’a­mour qu’ils durent avoir les uns pour les autres est dans ce mot : comme je vous ai aimés. Et Jé­sus eut dit com­ment il les ai­ma. Donner sa vie pour ses amis, c’est la plus grande preuve d’a­mour qu’on puisse leur don­ner. Aussi, contem­pler Jé­sus mou­rant sur la croix sera tou­jours le meilleur moyen de se pé­né­trer de la gran­deur de son amour.

Cette pa­role de Jésus resta pro­fon­dé­ment gra­vée dans le cœur de l’apôtre Jean ; il la ré­pé­ta, plus tard, en pre­nant à la lettre le de­voir qui en ré­sulta pour les dis­ciples de Jé­sus, ce­lui de don­ner aussi leur vie pour leurs frères : « Nous avons connu l’amour, en ce qu’il a donné sa vie pour nous; nous aussi, nous devons donner notre vie pour les frères. » (1, Jn 3, 16)

D’a­près l’a­pôtre Paul, Jé­sus mon­tra un amour plus grand en­core, quand il vou­lut mou­rir, non seule­ment pour ses amis, mais  pour des pé­cheurs :  « Or, la preuve que Dieu nous aime, c’est que le Christ est mort pour nous, alors que nous étions encore pécheurs. » (Rm 5, 8)

De Wette ré­futa cette ob­jec­tion, en di­sant :  » Jé­sus ne fit pas cette dif­fé­rence, parce qu’il eut en vue l’a­mour fra­ter­nel qu’il voulut ins­pi­rer à ses dis­ciples, et qu’il fut aussi  l’ami des pé­cheurs : « Le Fils de l’homme est venu ; il mange et il boit, et vous dites : “Voilà un glouton et un ivrogne, un ami des publicains et des pécheurs.” (Lc 7, 34), et qu’en les ai­mant jus­qu’à la mort il vou­lut pré­ci­sé­ment faire d’eux ses amis.

Jé­sus vint de dire qu’il donne sa vie pour ses amis. Puis, se tour­nant avec amour vers ses dis­ciples, il ajouta : « Vous êtes mes amis !  » C’é­tait leur dire en même temps : Vous le prou­ve­rez, de votre côté, par l’obéissance de l’a­mour. Jé­sus leur fit ap­pré­cier hau­te­ment ce beau titre d’ami qu’il  leur don­na. Et, pour cela, il leur en ex­pliqua le sens pro­fond : « Je ne vous appelle plus serviteurs,  parce que le ser­vi­teur reste étran­ger aux pen­sées et aux pro­jets de son maître, mais je vous ai prouvé que vous êtes mes amis, parce que je vous ai fait connaître tous les des­seins de mi­sé­ri­corde et d’a­mour que mon Père m’a chargé d’ac­com­plir pour le sa­lut du monde. »

Ce fut là ce que Jé­sus ex­prima par ces termes fa­mi­liers : toutes les choses que j’ai entendues de mon Père. Bien que Jé­sus éleva ses dis­ciples jus­qu’à ce rapport in­time d’a­mour avec lui, ils ne durent pas ou­blier que toute l’i­ni­tia­tive est ve­nue de Jésus. Ce fut Jésus qui les a choisis pour leur apos­to­lat : « Jésus leur répondit: N’est-ce pas moi qui vous ai choisis, vous les douze? Et l’un de vous est un démon !  »(Jn 6, 70)

Ce fut lui en­core qui les eut établis dans leur apos­to­lat, et qui les qua­li­fia, par ses dons, pour cette grande et sainte vo­ca­tion. Tout cela, ajouta Jé­sus, je le fis, afin que vous alliez li­bre­ment, joyeu­se­ment, à votre œuvre et que vous puis­siez porter du fruit, un fruit qui sera per­ma­nent pour la vie éter­nelle..

Ces choses, ces pa­roles et ces ins­truc­tions de Jésus dans les­quelles tout fut amour de sa part, il les  pro­di­gua aux siens, afin qu’à leur tour ils s’aiment les uns les autres. Il leur en fit une douce obli­ga­tion, sur la­quelle il in­sista : « Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés.’ »(Jn 15, 12)

Diacre Michel Houyoux

Liens sur Internet avec d’autres sites chrétiens

◊ RegnumChristi : cliquez ici pour lire l’article → Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres

◊ Spiritualité catholique  : : cliquez ici pour lire l’article → Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres

« Aimez vous les uns les autres » / Abbé Michel-Marie Zanotti-Sorkine

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans comportements, Religion, Temps pascal | 1 Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS