• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 23 mai 2020

Le Père lui-même vous aime, parce que vous m’avez aimé et vous avez cru

Posté par diaconos le 23 mai 2020

Jean 3-16 Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Amen, amen, je vous le dis : ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera. Jusqu’à présent vous n’avez rien demandé en mon nom ; demandez, et vous recevrez : ainsi votre joie sera parfaite. En disant cela, je vous ai parlé en images. L’heure vient où je vous parlerai sans images, et vous annoncerai ouvertement ce qui concerne le Père. Ce jour-là, vous demanderez en mon nom ; or, je ne vous dis pas que   moi, je prierai le Père pour vous, car le Père lui-même vous aime, parce que vous m’avez aimé et vous avez cru que c’est de Dieu que je suis sorti. Je suis sorti du Père, et je suis venu dans le monde ; maintenant, je quitte le monde, et je pars vers le Père. »  (Jn 16, 23b-28)

L’intercession de Jésus

« En ce temps-là »  si­gni­fie : de­puis le jour où ils reçurent la lu­mière et la vie de l’Es­prit. Alors ils n’eurent plus be­soin de l’interroger sur tous les sujets  comme ils le firent jus­qu’ici,  parce que leur connais­sance de la vé­rité fut suf­fi­sante pour leur per­mettre de sai­sir le sa­lut et de l’an­non­cer à d’autres.

Le dis­cours de Pierre (Actes 2, 14 et sui­vants) est un vi­vant té­moi­gnage de cette di­vine as­su­rance que Jé­sus leur pro­mit (Meyer)

Autre grâce im­mense qui fut le fruit de l’Es­prit dans la vie des dis­ciples : leurs prières furent tou­jours exau­cées, parce que s’ils demandèrent quelque chose au Père, il le leur donna au nom de Jésus.

Jusqu’à présent les dis­ciples prièrent, sans doute ; mais ils ne demandèrent pas au nom de Jésus, parce qu’ils n’eurent pas en­core re­connu en lui l’u­nique mé­dia­teur entre Dieu et les hommes. Mais quand il eut achevé son œuvre, quand il fut glo­ri­fié et quand il vécut dans leur cœur par le Saint-Es­prit, alors ils prièrent  en son nom : « Tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Quand vous me demanderez quelque chose en mon nom, moi, je le ferai. »

Jé­sus leur ré­itéra ici la pro­messe qu’ils recevront toutes les grâces de­man­dées et que leur joie sera accomplie  :  » Et maintenant je vais à toi, et je dis ces choses dans le monde, afin qu’ils aient en eux ma joie parfaite. » (Jn 17, 13)  Ces choses furent celles que Jé­sus leu eut dites re­la­ti­ve­ment à son dé­part et à l’en­voi du Saint-Es­prit, par le­quel ils le re­ver­ront.

Ce furent aussi les pré­dictions des souf­frances qu’ils au­ront à en­du­rer dans cette crise pro­chaine.  Il en parla  en langage figuré : en em­ployant les termes de « mai­son du Père », — « che­min », — « re­ve­nir », — « re­voir », — « faire sa de­meure », au sens spi­ri­tuel.

Il ne put s’ex­pri­mer au­tre­ment alors car, d’une part, les dis­ciples furent in­ca­pables de com­prendre les choses de l’Es­prit avant de l’a­voir reçu ; et, d’autre part, s’il leur eut dit clai­re­ment tout ce qui al­la lui ar­ri­ver, ils en furent ac­ca­blés. Il  épar­gna leur fai­blesse ; et c’est ainsi qu’en tout temps il conduisit les âmes par de­grés, se­lon leurs be­soins, avec la sa­gesse et la ten­dresse d’un père.

L’heure où il en fut ainsi fut celle de l’ef­fu­sion du Saint-Es­prit sur les dis­ciples. À sa vive lu­mière, ils connurent le Père tel qu’il se ré­véla en son Fils et découvrirent tout le mys­tère de la ré­demp­tion ac­com­plie par sa mi­sé­ri­corde in­fi­nie. Nou­velle as­su­rance don­née aux dis­ciples que leurs prières se­ront exau­cées : éclai­rés par l’Es­prit, ils demanderont au nom de Jésus à un Père qui les aime comme ses en­fants. Il vous aime, donc il vous exauce. ( Bengel)

L’in­ter­ces­sion de Jé­sus a pré­ci­sé­ment pour but d’in­tro­duire les âmes dans ce rap­port in­time avec Dieu qu’il vint de dé­crire ; quand ce rap­port fut éta­bli, et dans là me­sure où il fut main­tenu par le Saint Es­prit la prière des en­fants de Dieu monta im­mé­dia­te­ment au cœur de leur Père cé­leste : « Avançons-nous donc avec assurance vers le Trône de la grâce, pour obtenir miséricorde et recevoir, en temps voulu, la grâce de son secours. » (He 4, 16)

             Il ne dit pas qu’il priera, car tant qu’ils sont dans l’é­tat nor­mal de fi­dé­lité, ils n’en au­ront pas be­soin ; il prie alors par eux, non pour eux.( Godet)

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites Web chrétiens

◊ Regnum Christi : cliquez ici pour lire l’article → « Le Père lui-même vous aime, parce que vous m’avez aimé

◊ Pasteur L. Guyot  : cliquez ici pour lire l’article → Le Père vous aime

Abbé Pierre Desroches : « La miséricorde, quelque chose de divin »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Messages, Religion, Rencontrer Dieu, Temps pascal | 1 Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS