• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 26 mai 2020

Père, glorifie ton Fils

Posté par diaconos le 26 mai 2020

FR-Evangile-Illustre-2016-05-10

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Jésus leva les yeux au ciel et dit : « Père, l’heure est venue. Glorifie ton Fils afin que le Fils te glorifie. Ainsi, comme tu lui as donné pouvoir sur tout être de chair, il donnera la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés. Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ.

Moi, je t’ai glorifié sur la terre en accomplissant l’œuvre que tu m’avais donnée à faire. Et maintenant, glorifie-moi auprès de toi, Père, de la gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde existe. J’ai manifesté ton nom aux hommes que tu as pris dans le monde pour me les donner. Ils étaient à toi, tu me les as donnés, et ils ont gardé ta parole.

Maintenant, ils ont reconnu que tout ce que tu m’as donné vient de toi, car je leur ai donné les paroles que tu m’avais données : ils les ont reçues, ils ont  vraiment reconnu que je suis sorti de toi, et ils ont cru que tu m’as envoyé. Moi, je prie pour eux ;ce n’est pas pour le monde que je prie, mais pour ceux que tu m’as donnés, car ils sont à toi. Tout ce qui est à moi est à toi, et ce qui est à toi est à moi ; et je suis glorifié en eux.

Désormais, je ne suis plus dans le monde ; eux, ils sont dans le monde, et moi, je viens vers toi. » (Jn 17, 1-11a)

La prière sacerdotale de Jésus-Christ

Jé­sus ayant achevé les dis­cours qui pré­pa­rèrent ses dis­ciples à son dé­part à sa glo­ri­fi­ca­tion, à une com­mu­nion in­vi­sible et spi­ri­tuelle avec lui, il les  ter­mi­na par ce mot triom­phant : « J’ai vaincu le monde ! » (Jn 16, 33). Levant ses yeux au ciel, il s’a­dressa à son Père et il pria  à haute voix, au mi­lieu de ses dis­ciples. Sa prière fut ar­dente, et se­reine, dans la­quelle, comme le dit Lu­ther :  »Jé­sus ré­pand en pré­sence de Dieu et de ses dis­ciples le der­nier fond de son âme  »

Quelle im­pres­sion ne dut-elle pas lais­ser dans le cœur des dis­ciples ! Elle res­ta gra­vée dans l’âme de Jean. Tout, dans cette prière, est en par­faite har­mo­nie avec la si­tua­tion et avec les be­soins de l’âme de Jé­sus et de ses dis­ciples.

Père, dit Jé­sus, il le pro­nonce six fois, avec amour, dans cette prière. Ses dis­ciples ap­prirent de lui à consi­dé­rer Dieu comme un Père, car, quoique Dieu fût son Père dans un sens unique et ex­clu­sif, il les au­to­ri­sa à in­vo­quer Dieu sous ce beau et doux nom : « Voici donc comment vous devez prier: Notre Père qui es aux cieux ! Que ton nom soit sanctifié ; que ton règne vienne; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien ; pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés ; ne nous induis pas en tentation, mais délivre-nous du malin. Car c’est à toi qu’appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen ! « 

L’heure fut venue, l’­heure de la mort, qui fut sui­vie de la gloire :  » Alors Jésus leur déclare : « L’heure est venue où le Fils de l’homme doit être glorifié. » (Jn 12, 23)  Tant que cette heure mar­quée par la vo­lonté sou­ve­raine de Dieu ne fut pas ve­nue, les ad­ver­saires furent im­puis­sants à rien en­tre­prendre contre Jésus ; mais main­te­nant  se li­vra vo­lon­tai­re­ment à eux.

La pre­mière chose que de­manda jésus, ce fut sa glorification. Et ce qu’il en­tendit par là, ce fut sa ré­in­té­gra­tion dans la gloire éter­nelle. Mais ce ne fut pas, avant tout, pour lui-même qu’il re­de­mande cette gloire ; ici, comme tou­jours, son mo­tif su­prême fut la gloire de Dieu, c’est pour­quoi il se hâte d’a­jou­ter : afin que ton Fils te glorifie.

 L’in­ten­tion mi­sé­ri­cor­dieuse de Dieu, en confé­rant à Jésus ce pou­voir sur notre hu­ma­nité, fut qu’il donna la vie éternelle, à  tous ceux que le Père lui  donna. De­puis Au­gus­tin plu­sieurs exé­gètes virent vu dans ces der­niers mots l’i­dée de la pré­des­ti­na­tion di­vine ; cette doc­trine est étran­gère à notre évan­gile.

Liens avec d’autres sites Web chrétiens

◊ Regnum Christi :  cliquez ici pour lire l’article → Père, glorifie ton Fils
◊ Père François Lestang :  cliquez ici pour lire l’article →   Père, glorifie ton Fils » (Jn 17, 1-11a) 

Homélie de Monseigneur Cattenoz : « Père, glorifie ton Fils »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Religion, Temps pascal | 1 Commentaire »

Dimanche de la pentecôte

Posté par diaconos le 26 mai 2020

De même que le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie : recevez l’Esprit Saint

pentecote

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

C’était après la mort de Jésus ; le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit :  « La paix soit avec vous ! » Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur.
Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint.     À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »   (Jn 20, 19-23)

Recevez l’Esprit Saint

Dans l’évangile de Jean, c’est le soir même de Pâques (Jn 20,19) que l’Esprit Saint est donné aux apôtres, et que l’Église naît, du souffle même de Jésus. Pour Jean La résurrection de Jésus et le don de l’Esprit Saint aux apôtres, eurent lieu le premier jour de la semaine.

Le premier jour de cette semaine-là, un monde nouveau commence, une vie nouvelle. Pour qu’il y ait vie, il faut le souffle créateur de Dieu. Pour qu’il y ait Église, il faut le souffle créateur de l’Esprit. L’Église est née avec cet évènement de la Pentecôte. Depuis ce jour-là, les chrétiens se réunissent de « premier jour de la semaine » en « premier jour de la semaine »… de dimanche en dimanche. L’’Église naît de ce rassemblement rythmé, de semaine en semaine, depuis des siècles et aujourd’hui encore.

Ce n’est pas par hasard que Jean fait un lien entre la résurrection de Jésus et le don de l’Esprit.

 Alors que les disciples s’étaient enfermés au Cénacle car ils avaient peur, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. L’irruption soudaine de Jésus parmi ses disciples enfermés signifie qu’il ne peut être retenu par aucun obstacle pour être parmi les siens.

Jésus leur dit : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie » (Jn 20,21) Ils furent remplis de joie en voyant le Seigneur. D’enfermés qu’ils étaient, les voici envoyés en mission. Le don de l’Esprit vient rendre possible cette mission ; mission de transmettre le Salut, le Pardon, la Sainteté.

 Méditons les paroles de Jésus, comme un sacrement de la présence de Dieu, La parole de Jésus est une des bases de la vie chrétienne véritable. Méditation d’une parole à laquelle on est fidèle, d’une parole vécue, c’est à dire d’une parole qui est mise en pratique. La Parole de Jésus n’est pas une chose, c’est quelqu’un : Jésus étant parti, il y a un autre qui vient prendre le relais, envoyé par le Père au nom de Jésus : c’est l’Esprit Saint.

L’Esprit Saint n’ajoute rien à Jésus, comme Jésus n’ajoutait rien au Père : Ce sont trois qui ne font qu’un !

L’Esprit Saint est celui qui communique toute la vie de Dieu à l’humanité. C’est l’Esprit Saint qui aidera l’Église à comprendre progressivement le don de Dieu, révélé en Jésus Christ. Et aujourd’hui, l’Esprit Saint est toujours à l’œuvre : « Je suis avec vous jusqu’à la fin des siècles » (Mt 28,20) disait Jésus. L’Église a encore beaucoup à comprendre, à découvrir et à vivre et cela, est encore plus vrai pour chacun de nous.

Il est important de saisir que la fête de la Pentecôte (Première lecture) n’a pas eu lieu seulement pour les apôtres : le vent violent a été perçu aussi par une multitude d’hommes et de femmes à Jérusalem : chacun entendait proclamer dans sa propre langue les merveilles de Dieu. (Ac 2, 5-11)

Pour qu’une personne reconnaisse dans la parole d’une autre, la Parole de Dieu, il y faut l’action de l’Esprit Saint. « C’est donc l’Esprit Saint lui-même qui affirme à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu » (Rm 8 , 16 )

La fête de la Pentecôte est non seulement la fête de la naissance de l’Église par les pouvoirs transmis aux apôtres mais elle est aussi la fête du renouvellement du monde par l’action de l’Esprit Saint qui conduit progressivement toute l’humanité à la compréhension du message de Jésus : «  L’Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses et vous remettra en mémoire tout ce que je vous ai dit ! » ( Jn 14, 26)

Prions l’Esprit Saint de nous enseigner à comprendre et à vivre l’Évangile aujourd’hui.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Site de La Croix : cliquez ici pour lire l’article →  Pentecôte : la fête de l’Esprit Saint

◊ Abbaye de Tamié  : cliquez ici pour lire l’article →Homélie Pentecôte — Abbaye de Tamié

Que fête-t-on à la Pentecôte ?

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans fêtes religieuses, La messe du dimanche, Religion, Temps pascal | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS