Quatorzième dimanche du Temps Ordinaire dans l’année A

Posté par diaconos le 30 juin 2020

Je suis doux et humble de cœur

Matthieu 11:29 Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de coeur ; et vous trouverez du repos pour vos âmes.

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance. Tout m’a été remis par mon Père ; personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne  connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler.

    Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »  (Mt 11, 25-30)

La miséricorde du Père

 Trois paraboles en particulier nous parlent de la miséricorde du Père : celle de la brebis égarée, celle de la pièce de monnaie perdue, et celle des deux fils. Dans celles-ci Dieu est présenté comme rempli de joie, surtout quand il pardonne. Jésus attend chacun de nous : « Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau, même du péché, et moi je vous soulagerai : « Chargez-vous de mon joug et mettez-vous à mon école, car le suis doux de humble de cœur » (Mt 11, 25-30)

La miséricorde divine est source de sérénité et de paix : elle est la condition de notre salut.  Miséricorde est le mot qui révèle le mystère de la Sainte Trinité.  Elle est l’acte ultime et suprême par lequel Dieu vient à notre rencontre. La miséricorde est la loi fondamentale qui habite le cœur de chaque personne lorsqu’elle jette un regard sincère sur la personne qu’elle rencontre sur le chemin :de la vie.

La miséricorde, c’est le chemin qui unit Dieu et l’homme, pour qu’il ouvre son cœur à l’espérance d’être aimé pour toujours malgré les limites de notre faute (Miséricordiae Vultus n° 2)

Nous ne sommes pas nés pour vivre pour nous, mais nous le sommes pour vivre pour les autres ! C’est ce que le Christ a fait. Le Christ est mort pour nous délivrer du « vivre pour nous » afin que nous n’ayons plus notre vie centrée sur nous afin de nous permettre d’aimer à notre tour et de donner notre vie. Le Christ est mort pour tous. Cela te laisserait-il indifférent ?

Aimons davantage et connaissons les autres à la manière de Dieu. Aimons comme lui pour vivre dans un monde meilleur.

Compléments

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Venez à moi, vous qui peinez sous le fardeau (Mt 11, 28a)

◊  Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Venez à moi, vous qui peinez sous le fardeau (Mt 11, 28a)

◊ La miséricorde de Dieu  : cliquez ici pour lire l’article → Vous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos.

Liens avec d’autres sites web catholiques

◊ Frère Pierre Gabriel : cliquez ici pour lire l’article →  Quatorzième dimanche du temps ordinaire A

◊ Soli Deo Gloria : cliquez ici pour lire l’article →  Soli Deo Gloria: « Doux et humble par le cœur

  Homélie du P. Henri Boulad  : Apprenez que je suis doux et humble de cœur

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans La messe du dimanche, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Quattordicesima domenica in tempo ordinario – Anno A

Posté par diaconos le 29 juin 2020

Sono gentile e umile di cuore

Quattordicesima domenica in tempo ordinario - Anno A dans articles en Italien

 Dal Vangelo di Gesù Cristo secondo Matteo

In quel momento Gesù parlò e disse : « Padre, Signore del cielo e della terra, io ti lodo, perché ti sei nascosto ai sapienti e hai imparato e rivelato ai piccoli. Sì, Padre, l’hai voluto nella tua bontà. Tutte le cose mi sono state consegnate dal Padre mio; nessuno conosce il Figlio se non il Padre, e nessuno conosce il Padre se non il Figlio e colui al quale il Figlio vuole rivelarlo.

Venite a me, voi tutti che lavorate sotto il peso, e io vi darò riposo. Prendete il mio giogo su di voi, diventate miei discepoli, perché io sono mite e umile di cuore, e troverete riposo per le vostre anime. Sì, il mio giogo è facile da sopportare e il mio fardello è leggero.  » (Mt 11, 25-30)

La Misericordia del Padre

Tre parabole in particolare ci parlano della misericordia del Padre : quella della pecora smarrita, quella della moneta perduta e quella dei due figli. In questi Dio si presenta come pieno di gioia, soprattutto quando perdona. Gesù attende ciascuno di noi : « Venite a me, voi tutti che siete affaticati e oppressi, anche dal peccato, e io vi darò sollievo: ‘Prendete il mio giogo su di voi e imparate da me, perché sono mite e umile di cuore’ » (Mt 11,25-30).

La misericordia divina è fonte di serenità e di pace: è la condizione della nostra salvezza.  Misericordia è la parola che rivela il mistero della Santissima Trinità.  È l’atto ultimo e supremo con cui Dio ci viene incontro. La misericordia è la legge fondamentale che abita nel cuore di ogni persona quando guarda sinceramente la persona che incontra sulla via della vita.

La misericordia è la via che unisce Dio e l’uomo, affinché egli apra il suo cuore alla speranza di essere amato per sempre nonostante i limiti della nostra colpa (Miséricordiae Vultus n. 2).

Non siamo nati per vivere per noi stessi, ma siamo nati per vivere per gli altri! Questo è quello che ha fatto Cristo. Cristo è morto per liberarci dal « vivere per noi », affinché non avessimo più la nostra vita centrata su noi stessi per poter amare a turno e dare la nostra vita.

Cristo è morto per tutti. Questo vi lascerebbe indifferenti ? Amiamo di più e conosciamo gli altri alla maniera di Dio. Amiamoci come lui per poter vivere in un mondo migliore.

Il Diacono Michel Houyoux

Potete scrivere un commento o fare un’aggiunta sotto l’articolo.

Link ad altri siti Web cristiani

◊ Qumran : clicca qui per leggere l’articolo → Parole Nuove – Commenti al Vangelo – QUMRAN 

◊ Don Osvaldo  : clicca qui per leggere l’articolo →  Quattordicesima domenica del tempo ordinario

« Piccolo, l’unico titolo onorifico”

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans articles en Italien, La messe du dimanche, Religion, TEMPO ORDINARIO, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Treizième dimanche du temps ordinaire dans l’année A

Posté par diaconos le 28 juin 2020

L’image contient peut-être : 4 personnes, personnes debout
Auteur Père Marie Landry Bivina

De l’Évangile de Matthieu

En ce temps là, Jésus dit à ses Apôtres : « Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi. Qui a trouvé sa vie la perdra ; qui a perdu sa vie à cause de moi la gardera. Qui vous accueille m’accueille ; et qui m’accueille accueille Celui qui m’a envoyé. Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une récompense de prophète ; qui accueille un homme juste en sa qualité de juste recevra une récompense de juste. Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d’eau fraîche, à l’un de ces petits en sa qualité de disciple, amen, je vous le dis : non, il ne perdra pas sa récompense. » «Celui qui ne prend pas sa croix pour me suivre n’est pas digne de moi. Celui qui vous reçoit me reçois»   (Mt 10,37-42)

Prière  Seigneur, viens en mon cœur, ouvre mon intelligence pour que je puisse écouter ce que tu as à me dire aujourd’hui. Sois le centre de ma vie et donne-moi la force de toujours te suivre. Seigneur, que je t’aime par-dessus tout pour être capable d’aimer les autres comme tu m’as aimé.

Homélie

Aujourd’hui, en entendant de la bouche de Jésus « Celui qui aime son père et sa mère plus que moi n’est pas digne de moi… » (Mt, 10,37), nous sommes déconcertés. Cependant, en creusant un peu plus, nous comprenons la leçon que le Seigneur veut nous donner : pour le chrétien, le seul absolu est Dieu et son Royaume. Chacun doit trouver sa vocation – c’est peut-être la tâche la plus difficile de toutes – et la suivre fidèlement. Si un chrétien ou une chrétienne a une vocation matrimoniale, ils doivent se rendre compte que mener à bien leur vocation consiste à aimer leur famille comme le Christ aime l’Église.

La vocation pour la vie religieuse ou le sacerdoce implique de ne pas faire passer les liens familiaux avant ceux de la foi, ainsi nous ne manquons pas aux conditions requises de la charité chrétienne. Les liens familiaux ne peuvent pas nous rendre esclave et étouffer la vocation à laquelle nous sommes appelés. Derrière le mot « amour » peut se cacher un désir possessif de l’autre qui lui enlève sa liberté de développer sa vie humaine et chrétienne ; ou la peur de sortir du cocon familial et d’affronter les exigences de la vie et de l’appel de Jésus à le suivre. C’est cette déformation de l’amour que Jésus nous demande de transformer en un amour gratuit et généreux car, comme le dit Saint Augustin « Le Christ est venu transformer l’amour ».

L’amour et l’accueil seront toujours le noyau de la vie chrétienne, envers tous et, surtout, envers les membres de notre famille, car habituellement ce sont ceux qui sont le plus proches de nous et ils constituent aussi notre « prochain » que Jésus nous demande d’aimer. Dans l’accueil des autres, il y a toujours l’accueil du Christ : « Celui qui vous reçoit me reçois » (Mt 11,40). Nous devons, donc, voir le Christ dans ceux que nous servons et reconnaître également le Christ serviteur dans ceux qui nous servent.

Seigneur, tu nous invites à t’aimer avant toute chose et à prendre notre croix. Mais finalement tu nous invites à t’aimer car tu sais que c’est seulement en t’aimant que nous serons heureux et capables de vraiment aimer les autres. Seigneur, donne-moi un cœur comme le tien.

Contact  Marie Landry Bivina

Vous pouvez écrire un commentaire ou faire un ajout en dessous de l’article.

Complément

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Treizième dimanche du Temps Ordinaire — Année A

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Le jour du Seigneur  : cliquez ici pour lire l’article → homélie du 13ème dimanche du temps ordinaire de l’année A
◊  Mouvement des Cursillos francophones du Canada: cliquez ici pour lire l’article →  treizième dimanche du Temps de l’Église, Année A

Homélie de monsieur l’abbé Esua Andrew Forka

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans La messe du dimanche, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Viele werden aus dem Osten und Westen kommen und ihren Platz bei Abraham, Isaak und Jakob einnehmen.

Posté par diaconos le 27 juin 2020

Beaucoup viendront de l’orient et de l’occident et prendront place avec Abraham, Isaac et Jacob  dans comportements centurion_romain-702x459

Aus dem Evangelium von Jesus Christus nach Matthäus

Damals, als Jesus in Kapernaum eingezogen war, kam ein Zenturio zu ihm und flehte ihn an : « Herr, mein Knecht liegt gelähmt zu Hause und hat schreckliche Schmerzen.  » Jesus sagte zu ihm : « Ich will hingehen und ihn selbst heilen. «  Der Zenturio antwortete : « Herr, ich bin nicht würdig, dass du unter mein Dach kommst, sondern sprich nur ein Wort, und mein Diener wird geheilt werden. Ich selbst, der ich der Autorität unterstehe, habe Soldaten unter mir ; zu einem sage ich : « Geh », und er geht ; zu einem anderen : « Komm », und er kommt ; und zu meinem Diener : « Tu dies », und er tut es. «   Über diese Worte wunderte sich Jesus und sagte zu denen, die ihm folgten : « Amen, sage ich euch, in niemandem in Israel habe ich einen solchen Glauben gefunden.   Darum sage ich euch : Viele werden von Osten und von Westen kommen und mit Abraham, Isaak und Jakob beim Festmahl des Himmelreichs sitzen, aber die Söhne des Königreichs werden in die äußere Finsternis hinausgeworfen werden; da wird Heulen und Zähneknirschen sein. »

Und Jesus sagte zu dem Hauptmann : Geh nach Hause, lass alles für dich tun, was deinem Glauben entspricht.  » Und in derselben Stunde wurde der Diener gesund gemacht. Und als Jesus in das Haus des Petrus ging, sah er seine Schwiegermutter mit Fieber liegen. Er berührte ihre Hand, und das Fieber verließ sie. Sie stand auf und bediente ihn. Als es Abend wurde, wurden viele Besessene Jesus vorgestellt. Mit einem Wort trieb er die Geister aus und heilte alle Kranken, damit sich das Wort des Propheten Jesaja erfüllte : « Er hat unsere Leiden genommen und unsere Krankheiten getragen.  » Mt 8,5-17).

Christus heilt und befreit

Der Zenturio war ein römischer Offizier, der eine Kompanie von hundert Mann kommandierte. Als Heide geboren, kam dieser Mann während seines Aufenthalts bei den Juden zweifellos zum Glauben an den lebendigen und wahren Gott. Er hatte eine gewisse Kenntnis von Jesus und seinen Werken. Er zeigte grenzenloses Vertrauen in seine Macht. Die Nächstenliebe und Hingabe des Hauptmanns sind in ihrer ganzen Schönheit um so deutlicher zu erkennen.
Bei der als Lähmung bezeichneten Krankheit handelte es sich zweifellos um eine akute Erkrankung, die dem Kranken großes Leid zufügte und ihn in Todesgefahr brachte : « Ein Zenturio hatte einen Diener, dem er sehr verbunden war, und der krank war und kurz vor dem Tod stand.   » (Lk 7, 2).

Der Zenturio sagte : « Wenn ich, ein Mann, der meinen Vorgesetzten gehorchen muss, eine solche Macht über den Willen anderer Männer habe, wie viel mehr können Sie dann noch Krankheit und Tod befehlen. « 

Die Begründung des Hauptmanns für seine Bitte und die Betonung, die er diesen Worten eines Mannes unter Autorität gibt, zeigen, dass er Jesus als übermenschliches Wesen sieht, das über Mächte oder Geister herrscht, die auf seinen Befehl hin Heilung bewirken können. (B. Weiss)

Aus Ost und West, aus den entferntesten heidnischen Ländern. Welch ein Wissen um die Zukunft seiner Herrschaft! Am Tisch sitzend, das Bild des Besitzes himmlischer Güter, der Freude in der Gemeinschaft Abrahams und aller Kinder Gottes : « Der Engel sagte zu mir: ‘Schreibe: ‘Selig sind, die zum Hochzeitsfest des Lammes eingeladen sind’ ». Dann sagte er: « Dies sind die wahren Worte Gottes ». (Offb 9, 9)

Die Dunkelheit draußen : Der Bankettsaal, der nachts stattfand, erstrahlte im Licht, aber draußen war es ganz dunkel. Der Hauptmann glaubte, dass Jesus in der Lage sei, seinen Diener zu heilen, aber dass er ihn durch ein Wort und aus der Ferne heilen könne; und um einen solchen Glauben zu fördern, gab Jesus es auf, zu dem Kranken zu gehen, und durch dieses mächtige Wort : « Dir geschehe es! Um einen solchen Glauben zu fördern, verzichtete Jesus darauf, zu dem Kranken zu gehen, und mit dem mächtigen Wort » Dir geschehe es » gewährte er dem Hauptmann alles, was er geglaubt und erbeten hatte.

Und sobald diese Worte gesprochen waren, geschah das Wunder : « Da sprach Jesus zu ihr : « Frau, groß ist dein Glaube ; wie du willst, so geschehe es dir. Und seine Tochter wurde noch in dieser Stunde geheilt.  » (Mt 15, 28) Der Abend, an dem Jesus wieder all diese Heilungen vollzog, war derselbe Tag, an dem er gerade die Schwiegermutter des Petrus vom Fieber befreit hatte. Jesus war unermüdlich in seinen Bemühungen, zu lindern und zu heilen.

Die Leiden der Dämonenbesessenen wurden durch Mundpropaganda den Geistern zugeschrieben, die Jesus ausgetrieben hat: « Das sind unsere Gebrechen und unsere moralischen Krankheiten, die der Knecht des Herrn nimmt und trägt. (« Jesaja »)

Matthäus wendet diese Worte anders an, was sowohl durch die wörtliche Bedeutung des Textes als auch durch das Handeln Jesu, den er beschreibt, bestätigt wird: Jesus nahm die Krankheiten, die er heilte, weg, und er trug sie durch das tiefe Mitgefühl, mit dem er sich mit unserer Natur identifizierte, und durch das Mitleid, das er für die Schmerzen jedes leidenden Wesens empfand. Alle unsere Krankheiten und unsere Leiden sind im Übrigen die Folge der Sünde, und es ist das Böse in all seinen Erscheinungsformen, das Jesus heilen wollte.

Diakon Michel Houyoux

                                                                             Unterhalb des Artikels können Sie einen Kommentar oder eine Ergänzung schreiben.

Links zu anderen christlichen Websites

◊ Rundfunk.evangelich.de  Sie werden kommen von Osten und Westen, von Süden und Norden

◊ Fast.net : klicken Sie hier, um den Artikel zu lesen →   Warum ziehen so viele Menschen vom Osten in den Westen ?

Heilung des Dieners des römischen Hauptmanns

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Enseignement, Religion, Rencontrer Dieu, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

12345...10
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS