• Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 17 juin 2020

Ton Père qui voit dans le secret te le rendra

Posté par diaconos le 17 juin 2020

Dieu entend et exauce la prière du lieu secret !

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ce que vous faites pour devenir des justes, évitez de l’accomplir devant les hommes pour vous faire remarquer. Sinon, il n’y a pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux. Ainsi, quand tu fais l’aumône, ne fais pas sonner la trompette devant toi, comme les hypocrites qui se donnent en spectacle pour obtenir la gloire qui vient des hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense.

Mais toi, quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ignore ce que fait ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra. Et quand vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites : ils aiment à se tenir debout dans les synagogues et aux carrefours pour bien se montrer aux hommes quand ils prient. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense.

Mais toi, quand tu pries, retire-toi dans ta pièce la plus retirée, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père qui voit dans le secret te le rendra. Et quand vous jeûnez, ne  prenez pas un air abattu, comme les hypocrites : ils prennent une mine défaite pour bien montrer aux hommes qu’ils jeûnent. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont reçu leur récompense. Mais toi, quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ;     ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement de ton Père qui est présent au plus secret ; ton Père qui voit au plus secret
te le rendra.»  (Mt 6, 1-6.16-18)

Réforme de la vie religieuse ; la vraie piété

 Faire l’aumône, c’est exer­cer la miséricorde. L’exer­cer en sonnant de la trompette devant soi, c’est-à-dire avec os­ten­ta­tion, c’est l’af­faire des hypocrites. Quelques in­ter­prètes pensèrent que chez les Juifs les riches firent réel­le­ment son­ner de la trom­pette en cer­tains jours pour ras­sem­bler les in­di­gents. Faire l’au­mône dans les synagogues et dans les rues, n’est pas un mal en soi, mais ce qui en fait un mal, c’est ce but : être glorifié des hommes. e fut la récompense que cherchèrent les hy­po­crites,

Toutes les fois qu’on vous loue, crai­gnez cette pa­role du Sau­veur : En vérité je vous le dis, vous avez reçu votre récompense. Pa­role si im­por­tante que Jé­sus-Christ la ré­pète à chaque ac­tion qu’il marque en par­ti­cu­lier dans ce cha­pitre. (Bossuet)

La pa­role de Jé­sus im­plique que nous re­ce­vrons une ré­tri­bu­tion pour les au­mônes que nous au­rons faites, il ne faut ce­pen­dant at­ta­cher à celles-ci au­cune idée de mé­rite et de propre jus­tice. Tout ce qui se fait par amour pour Dieu a sa ré­com­pense en Dieu même. Prier en se tenant debout, même dans les synagogues ou dans le temple, se­lon l’u­sage des Juifs, les re­gards tour­nés, vers le lieu très saint ce n’est pas pré­ci­sé­ment là ce que blâma Jé­sus, mais bien en­core ce mo­bile hypocrite, être vu des hommes.

Jésus ne parut pas ap­prou­ver ce main­tien dans la prière, il le marqua ailleurs : « Le pharisien, debout, faisait cette prière en lui-même: ‘O Dieu, je te remercie de ce que je ne suis pas comme les autres hommes, qui sont voleurs, injustes, adultères, ou même comme ce collecteur d’impôts. » (Lc 18, 11)  Quant à prier de­bout dans les rues, se­lon un usage qui existe en­core en Orient, lorsque sonne l’­heure de la prière, il est pro­bable qu’il le ré­prou­va ab­so­lu­ment.

La prière par­ti­cu­lière doit avoir lieu entre l’âme et Dieu seul. Par sa toute-pré­sence il est et il voit dans le secret. Te le rendra : cette ex­pres­sion, quand il s’a­git non d’une bonne œuvre, mais de la prière, montre clai­re­ment ce que Jésus en­tend. Après la prière, le jeûne, autre ma­ni­fes­ta­tion de la piété. La jus­tice pha­ri­saïque fut mê­lée de cette hypocrisie qui voulut paraître. Cet air triste, ce visage défait n’eut pas d’autre but.

Le jeûne sé­rieux, comme moyen de dis­ci­pline mo­rale, est tout autre chose : « Et moi, quand ils étaient malades, je revêtais un sac, J’humiliais mon âme par le jeûne, Je priais, la tête penchée sur mon sein. » (Ps 35, 13)

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Hozana : cliquez ici pour lire l’article → Ton Père qui voit dans le secret te le rendra

◊ Regnum Christi  : cliquez ici pour lire l’article →   Ton Père qui voit dans le secret te le rendra

Pasteur Marc Pernot (église protestante de Genève)  : Jésus prie

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans comportements, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Twelfth Sunday in Ordinary Time – Year A

Posté par diaconos le 17 juin 2020

Twelfth Sunday in Ordinary Time - Year A dans La messe du dimanche 16014802471498220064

From the Gospel of Jesus Christ according to Saint Matthew

In those days Jesus said to his Apostles : « Fear not men; nothing is veiled that shall not be revealed, nothing is hidden that shall not be known. What I say to you in the darkness, say in the light ; what you hear in the ear, proclaim it on the rooftops. Do not fear those who kill the body without being able to kill the soul; rather, fear him who can cause the soul as well as the body to perish in hell.

Aren’t two sparrows sold for a penny ? Now not one falls to the ground without your Father’s approval. As for you, even the hairs on your head are all counted. So don’t be afraid: you are worth much more than a multitude of sparrows. Whosoever shall declare himself for me before men, him will I also declare before my Father who is in heaven. But whoever shall deny me before men, him will I also deny before my Father who is in heaven. (Mt 10, 26-33)

The rich young man

 Was it only for the sake of the rich that Jesus seemed to exclude them from the kingdom of God ? Certainly not. They felt themselves affected by this absolute moral truth, which demands of the human heart a detachment from visible things, a love for God which they did not find in them; and it was from the depths of their consciences that the restless question arose : « And who can be saved ? ».  (M 19, 25)

Peter spoke thus in the name of all. His observation was directly related to the preceding discourse and especially to the example of the rich man who, far from leaving everything and following Jesus, went away sad. We, » said Peter, « acted differently. But here he stopped, embarrassed, a little confused about what he went to ask; and he did not add, as in Matthew :  « What will become of us ? »

In spite of what may have been personal in this look that Peter cast upon himself with some complacency, Jesus answered it with a great and merciful promise; then he ended with a very significant but….

For my sake, answers Matthew’s term : « for my name’s sake » ; « and for the Gospel’s sake », which Mark alone has kept, answers Luke’s : « for the kingdom of God’s sake ». They are various expressions of the same thought : love for Jesus, the object of the whole Gospel, the living center of the whole kingdom of God, is the motive powerful enough to lead a man to leave everything, truly detaching himself from everything. And only those who do it by this motive can apply the promise that will follow and find their happiness there.

Mark made this clearly emphasized and important distinction: now, in this time, and in the century to come. Only he added to all these promised blessings that other blessing: persecution. This last word would suffice to prove that the promise made to the disciples to recover here on earth all that they left for the love of Jesus should not be understood literally and materially ; but in a spiritual sense, this promise will certainly be fulfilled: houses, where you will be welcomed with the hospitality of brotherly love  ; brothers, sisters, mothers, all members of the family of God and who will have your most precious interests at heart.

They were on their way when Jesus was interrupted by the arrival of the rich man. They went on their way, going up to Jerusalem, where Jesus went to suffer and die. Matthew is the only one who portrayed the impressions of the people who accompanied Jesus at that gripping moment, where the dialogue reported by John must have been placed. Although the disciples had not yet understood Jesus’ predictions of his sufferings, they sensed the danger they were threatened with.

Deacon Michel Houyoux

You can leave a comment under the article.

Links to other Christian websites

◊  Catholic Daily readings homily : click here to read the paper → Twelfth Sunday in Ordinary Time

◊  Father Valan : click here to read the paper → Twelfth Sunday of Ordinary Time (Year A)

Fr. Matthew Hovde, C.S.C., preaches on the Twelfth Sunday in Ordinary Time

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans La messe du dimanche, Paroisses, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS