• Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 2 juillet 2020

Les foules rendirent gloire à Dieu qui a donné un tel pouvoir aux hommes

Posté par diaconos le 2 juillet 2020

Les foules rendirent gloire à Dieu qui a donné un tel pouvoir ...

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus monta en barque, refit la traversée, et alla dans sa ville de Capharnaüm. Et voici qu’on lui présenta un paralysé, couché sur une civière. Jésus dit au paralysé : « Confiance, mon enfant, tes péchés sont pardonnés. » Et voici que certains parmi les scribes se disaient : « Celui-là blasphème. » Mais Jésus,  connaissant leurs pensées, demanda : « Pourquoi avez-vous des pensées mauvaises ? En effet, qu’est-ce qui est le plus facile ? Dire : “Tes péchés sont pardonnés”, ou bien dire : “Lève-toi et marche” ? Eh bien ! pour que vous sachiez que le Fils de l’homme a le pouvoir, sur la terre, de pardonner les péchés… Jésus s’adressa alors au paralysé  : « Lève-toi, prends ta civière, et rentre dans ta maison.  » Il se leva et rentra dans sa maison. Voyant cela, les foules furent saisies de crainte, et rendirent gloire à Dieu qui a donné un tel pouvoir aux hommes.  (Mt 9, 1-8)

Guérison d’un paralytique

De retour à Capharnaüm, Jésus vit déposer à ses pieds un paralytique couché sur une civière. Il lui adressa des paroles d’encouragement, et prononça le pardon de ses péchés . Des scribes l’accusèrent de blasphème. Mais Jésus, les censurant de leurs mauvaises pensées, leur fournit la preuve que le fils de l’homme a l’autorité de pardonner les péchés : il ordonna au paralytique de se lever, de prendre son brancard et de s’en aller dans sa maison, ce qu’il fit aussitôt; Le peuple glorifia Dieu.

La foi du pa­ra­ly­tique, mais aussi la foi de ceux qui le lui apportèrent et qui mon­trèrent ainsi que déjà cette foi fut  opé­rante par la cha­rité. Ce fut là la pré­pa­ra­tion nécessaire à la gué­ri­son et au par­don.

D’a­bord des pa­roles pleines de com­pas­sion et d’en­cou­ra­ge­ment : « Prends courage, mon enfant »  Puis, un bien­fait in­fi­ni­ment plus grand pour le ma­lade que la  guérison qu’il ve­nait de­man­der : Tes péchés sont pardonnés. Le par­don fut ac­cordé par Jé­sus-Christ et sans condi­tion au­cune. Pour que ce par­don ab­solu fut moralement pos­sible et vrai, il fal­lait que Jé­sus vit dans cet homme la re­pen­tance aussi bien que la foi.

Celte pa­role de Grâce, adres­sée à un ma­lade qui ve­nait cher­cher la gué­ri­son, sur­pr→t au pre­mier abord. On eut conclu de là que le ma­lade eut lui-même causé son mal par ses pé­chés, ou que Jé­sus s’ac­com­mo­da à l’i­dée juive de son temps que toute souf­france fut le châ­ti­ment de pé­chés per­son­nels. Com­ment ces ad­ver­saires purent-ils voir, dans le par­don pro­noncé par Jé­sus, un blasphème ? Il leur pa­rut que Jé­sus usur­pa un at­tri­but di­vin.

Dans Marc et Luc les contra­dic­teurs complétèrent leur pen­sée : « »Qui peut par­don­ner les pé­chés, si­non Dieu seul  ? » Et dans l’i­gno­rance où ils furent de la per­sonne de Jé­sus, ils eurent rai­son. Quand plus tard Jésus au­to­risa ses dis­ciples à par­don­ner les pé­chés, il leur dé­légua un pou­voir qu’il exerça, lui, di­rec­te­ment, et ils ne purent, eux, qu’an­non­cer le par­don au nom de Dieu et de Jésus : « Je te donnerai les clefs du royaume des cieux: ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux. » ( Mt 16, 19)

Pardonner ou guérir sont éga­le­ment im­pos­sibles à l’­homme et aisés pour Jésus car l’un et l’autre exigent la puis­sance di­vine. Mais les scribes pen­sèrent : Voilà un pa­ra­ly­tique qui vient cher­cher la gué­ri­son, et on lui dit : Tes pé­chés te sont par­don­nés ; cela est bien fa­cile, en même temps que blas­phé­ma­toire ; mais le gué­rir ! Or, afin que vous sachiez, est donc la so­len­nelle ré­ponse à cette pen­sée, et la gué­ri­son du pa­ra­ly­tique par la pa­role de Jé­sus de­vint une dé­mons­tra­tion sans ré­plique de l’au­to­rité qu’il eut pour par­don­ner les pé­chés.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites web chrétiens

Regnum Christi : cliquez ici pour lire l’article  → Les foules rendirent gloire à Dieu qui a donné

◊ La Salle (France) : cliquez ici pour lire l’article  → Les foules rendirent gloire à Dieu qui a donné un tel pouvoir aux hommes

Les foules rendirent gloire à Dieu..

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans comportements, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Vierzehnter Sonntag in gewöhnlicher Zeit – Jahr A

Posté par diaconos le 2 juillet 2020

Ich bin sanftmütig und von Herzen demütig

Nehmet auf euch mein Joch und lernet von mir; denn ich bin sanftmütig und von Herzen demütig; so werdet ihr Ruhe finden für eure Seelen;

Aus dem Evangelium von Jesus Christus nach Matthäus

In diesem Augenblick sprach Jesus und sagte : « Vater, Herr des Himmels und der Erde, ich preise dich, weil du dich vor den Weisen und Gelehrten verborgen hast und dich den Kleinen offenbart hast. Ja, Vater, du hast es in deiner Güte gewollt. Alle Dinge sind mir von meinem Vater übergeben worden; niemand kennt den Sohn außer dem Vater, und niemand kennt den Vater außer dem Sohn und dem, dem der Sohn ihn offenbaren will.

Kommt alle zu mir, die ihr unter der Last arbeitet, und ich werde euch Ruhe geben. Nehmt mein Joch auf euch, werdet meine Jünger, denn ich bin sanftmütig und von Herzen demütig, und ihr werdet Ruhe finden für eure Seelen. Ja, mein Joch ist leicht zu tragen, und meine Last ist leicht.  «  (Mt 11,25-30).

Die Barmherzigkeit des Vaters

Vor allem drei Gleichnisse sprechen uns von der Barmherzigkeit des Vaters : die des verlorenen Schafes, die der verlorenen Münze und die der beiden Söhne. In diesen Gleichnissen stellt sich Gott als voller Freude dar, besonders wenn er vergibt. Jesus erwartet jeden von uns : « Kommt alle zu mir, die ihr müde und bedrängt seid, auch von der Sünde, und ich werde euch Erleichterung verschaffen : ‘Nehmt mein Joch auf euch und lernt von mir, denn ich bin sanftmütig und von Herzen demütig. (Mt 11, 25-30).

Die göttliche Barmherzigkeit ist die Quelle der Gelassenheit und des Friedens : Sie ist die Bedingung für unser Heil.  Die Barmherzigkeit ist das Wort, das das Geheimnis der Heiligsten Dreifaltigkeit offenbart.  Sie ist der letzte und höchste Akt, mit dem Gott uns entgegenkommt. Die Barmherzigkeit ist das Grundgesetz, das im Herzen eines jeden Menschen wohnt, wenn er aufrichtig auf die Person schaut, der er auf dem Lebensweg begegnet.

Die Barmherzigkeit ist der Weg, der Gott und den Menschen verbindet, so dass er sein Herz für die Hoffnung öffnet, trotz der Grenzen unserer Schuld für immer geliebt zu werden (Miséricordiae Vultus Nr. 2). Wir sind nicht geboren, um für uns selbst zu leben, aber wir sind geboren, um für andere zu leben ! Das ist es, was Christus getan hat. Christus ist gestorben, um uns davon zu befreien, « für uns zu leben », damit unser Leben nicht mehr auf uns selbst ausgerichtet ist, sondern damit wir im Gegenzug lieben und unser Leben hingeben können.

Christus ist für alle gestorben. Würde Sie das gleichgültig lassen ? Wir lieben mehr und kennen andere auf Gottes Art und Weise. Lasst uns lieben wie er, damit wir in einer besseren Welt leben können.

Diakon Michel Houyoux

                                                                  Sie können einen Kommentar oder eine Ergänzung unterhalb des Papiers schreiben.

 ❤️ Wir lieben Ihre Kommentare !

Links zu weiteren christlichen Websites

◊ decemsys.de : Klicken Sie hier, um den Artikel zu kesen Ich bin sanftmütig und demütig von Herzen 

◊ Christ sucht Christ:  Klicken Sie hier, um den Artikel zu kesen → Sanftmütig und von Herzen demütig

Predigt – Was bringt der Glaube?

 Image de prévisualisation YouTube

Publié dans La messe du dimanche, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS