• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 19 septembre 2020

The parable of the sower

Posté par diaconos le 19 septembre 2020

This is the artwork for Kids' Chronicle for July 12, 2020.

From the Gospel of Jesus Christ according to Saint Luke

At that time, as a great crowd gathered together, and people from every town came to Jesus, he said in a parable, « The sower went out to sow the seed, and as he sowed, he fell by the wayside. And as he sowed it, it fell by the wayside, and the passers-by trampled on it, and the birds of the air ate it up. And it fell into the stones, and it grew and dried up because it had no moisture.
Some also fell among the brambles, and the brambles, when they grew with it, choked it. At last it fell into the good soil, grew and bore fruit a hundredfold. « And when he had said this, he lifted up his voice, « He that hath ears to hear, let him hear. »

His disciples asked him what this parable meant. He said to them, « To you it is given to know the mysteries of the kingdom of God, but others have only parables. Thus, as it is written: They look without looking, they hear without understanding. This is what the parable means. The seed is the word of God. There are those who are by the wayside : these have heard; then the devil comes and takes the word from their hearts, to prevent them from believing and being saved.
There are those who are in the stones: when they hear, they welcome the Word with joy, but they have no roots, they believe for a while and when they are tested, they give up.

What has fallen into the thorns are the people who have heard, but who are choked by the cares, riches and pleasures of life, and do not reach maturity. And what has fallen into the good soil are the people who have heard the Word in good and generous hearts, who hold on to it and bear fruit through their perseverance. «  (Lk 8,4-15)

The sower goes out to sow the seed

A great crowd followed Jesus ; but in addition, from every town in the region where he passed, new crowds came to him. Matthew and Mark described more accurately than Luke the place and scene of this great gathering of people and the preaching of Jesus. The preaching of Jesus took place mainly in parable. Luke used this word in the singular, because he reported only one parable.

There is something both familiar and solemn in these accumulated terms that excites attention. (Meyer)

Seeds that fell along the path had to be trampled by passers-by. Luke alone noted this feature, which Jesus did not explain afterwards, but which was nevertheless one of the reasons why this part of the seed remained unproductive. The rock was covered with a light layer of earth: this was what the other two evangelists called rocky places.

Lack of moisture, a particular expression of Luke, which Matthew and Mark replaced with lack of depth, and with this: having no roots. These three causes of sterility, which complemented each other, were really found in the nature of the soil.  Luke indicated with these words « to produce a hundredfold » the highest degree of productivity, while Matthew and Mark also indicated the lower degrees: one hundred, sixty, thirty.

According to the three evangelists, Jesus immediately added this serious warning to the parable, but only Luke noticed that he did so aloud: he cried out, he raised his voice. In the accounts of Mark and Luke, Jesus spoke words that did not answer the disciples’ question. The disciples asked Jesus for an explanation of the parable, which he later gave them.

Matthew’s disciples asked Jesus yet another question : « Why are you speaking to them in parables ?  « It was to this first important question that Jesus first answered: then, returning to the second, he told them the meaning of the parable.

Luke identified the divine word with the effects produced by it, and these effects with the people in whom the phenomenon takes place. Hence the unusual expressions: « those who were sown along the way »; those who were on the rock; they had no root; they were smothered; and it was only then that Luke brought out the spiritual meaning of the picture.

Isn’t there something irregular in this way of expressing oneself : the intention to bring to our attention the responsibility for the diverse action of the divine word? It is he who consents to be saved by it, or who voluntarily remains in sterility and death.

The first two Gospels indicate, as the moral sense of thorns, worries and riches; Luke added pleasures, which were certainly one of the main causes of the ineffectiveness of the holy word.

Two features were peculiar to Luke: firstly, it was this honest and good heart, in which the latter listeners received and held the word; secondly, it was this patience. The dogmatic question of whether a man can, before he has heard and received the divine word, carry within him an honest and good heart, should not be raised. We present, in very different degrees, good or bad dispositions towards the truth.

Moreover, the good soil that produces fruit had already been prepared by ploughing, fertilizing, levelling the ground before sowing. Thus there is a considerate action of God’s grace which enlightens every person about his needs, his poverty, makes him humble, sincere, altered by justice and light, and prepares him for the moment when the Gospel will be proclaimed to him.

Deacon Michel Houyoux

   A comment from you, related to this paper, will be welcome and will be published. Write your comment in the box below this paper.

Links to other Christian websites

◊  By Michael Glodo : click here to read the paper →  The parable of the sower

◊ D. James Kennedy: click here to read the paper→  The Parable Of The Sower

The parable of the sower

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans comportements, Enseignement, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Ce qui est tombé dans la bonne terre, ce sont les gens qui retiennent la Parole et portent du fruit par leur persévérance

Posté par diaconos le 19 septembre 2020

Ne laissons personne en chemin ! (24e samedi temps ordinaire)

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, comme une grande foule se rassemblait, et que de chaque ville on venait vers Jésus, il dit dans une parabole : « Le semeur sortit pour semer la semence, et comme il semait, il en tomba au bord du chemin. Les passants la piétinèrent, et les oiseaux du ciel mangèrent tout. Il en tomba aussi dans les pierres, elle poussa et elle sécha parce qu’elle n’avait pas d’humidité.
Il en tomba aussi au milieu des ronces, et les ronces, en poussant avec elle, l’étouffèrent. Il en tomba enfin dans la bonne terre, elle poussa et elle donna du fruit au  centuple. » Disant cela, il éleva la voix : « Celui qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende ! »

Ses disciples lui demandaient ce que signifiait cette parabole. Il leur déclara : « À vous il est donné de connaître les mystères du royaume de Dieu, mais les autres n’ont que les paraboles. Ainsi, comme il est écrit : Ils regardent sans regarder, ils entendent sans comprendre. Voici ce que signifie la parabole. La semence, c’est la parole de Dieu. Il y a ceux qui sont au bord du chemin : ceux-là ont entendu ; puis le diable survient et il enlève de leur cœur la Parole, pour les empêcher de croire et d’être sauvés.
Il y a ceux qui sont dans les pierres : lorsqu’ils entendent, ils accueillent la Parole avec joie ; mais ils n’ont pas de racines, ils croient pour un moment et, au moment de  ’épreuve, ils abandonnent.

Ce qui est tombé dans les ronces, ce sont les gens qui ont entendu, mais qui sont étouffés, chemin faisant, par les soucis, la richesse et les plaisirs de la vie, et ne parviennent pas à maturité. Et ce qui est tombé dans la bonne terre, ce sont les gens qui ont entendu la Parole dans un cœur bon et généreux, qui la retiennent et portent du fruit par leur persévérance. »  (Lc 8, 4-15)

Le semeur sortit pour semer la semence

Une grande foule sui­vit Jé­sus ; mais en outre, de chaque ville, dans la contrée où il pas­sa, de nou­velles foules vinrent à lui. Mat­thieu et Marc dé­crivirent plus exac­te­ment que Luc le lieu et la scène de ce grand ras­sem­ble­ment de peuple et de la pré­di­ca­tion de Jé­sus. Celle-ci eut lieu sur­tout en parabole. Luc em­ploya ce mot au sin­gu­lier parce qu’il n’en rap­porta qu’une.

                                 Il y a dans ces termes ac­cu­mu­lés quelque chose de fa­mi­lier et de so­len­nel à la fois qui ex­cite l’at­ten­tion. ( Meyer)

Les grains de se­mence tom­bés le long du chemin durent être fou­lés par les pas­sants. Luc seul  re­leva ce trait, que Jé­sus n’ex­pliqua pas en­suite, mais qui n’en fut pas moins l’une des causes pour les­quelles cette par­tie de la se­mence resta im­pro­duc­tive. Le roc re­cou­vert d’une lé­gère couche de terre : ce fut ce que les deux autres évan­gé­listes appelèrent des en­droits ro­cailleux.

Le manque d’humidité, ex­pres­sion par­ti­cu­lière à Luc, que Mat­thieu et Marc rem­placèrent par celle de manque de profondeur, et par celle-ci : n’avoir point de racine. Ces trois causes de sté­ri­lité, qui se com­plétèrent, se trou­vèrent réel­le­ment dans la na­ture du sol.  Luc in­diqua par ces mots « produire au centuple » le plus haut de­gré de pro­duc­ti­vité, tan­dis que Mat­thieu et Marc si­gnalèrent aussi les de­grés in­fé­rieurs : cent, soixante, trente.

Se­lon les trois évan­gé­listes, Jé­sus ajouta im­mé­dia­te­ment à la pa­ra­bole ce sé­rieux aver­tis­se­ment ; mais Luc seul re­marqua qu’il le fit à haute voix : il s’écriait, il éle­vait la voix.Dans les ré­cits de Marc et de Luc, Jé­sus pro­nonça des pa­roles qui ne ré­pondirent pas à la ques­tion des dis­ciples. Ceux-ci de­man­dèrent  à Jésus l’ex­pli­ca­tion de la parabole, explication qu’il leur donna plus tard.

Pour Mat­thieu, les dis­ciples  posèrent à Jésus une autre ques­tion en­core : «  Pour­quoi leur parles-tu en pa­ra­boles ?  » C’est à cette pre­mière ques­tion im­por­tante que Jé­sus répondit d’a­bord : après quoi, re­ve­nant à la se­conde, il leur in­diqua le sens de la pa­ra­bole.

Luc iden­ti­fia la pa­role di­vine avec les ef­fets pro­duits par elle, et ceux-ci avec les per­sonnes en qui le phé­no­mène s’ac­com­plit. De là ces ex­pres­sions in­usi­tées : « ceux qui furent semés le long du chemin » ; ceux qui furent sur le roc ; ils n’eurent pas de racine ; ils furent étouffés ; et ce ne fut ensuite que Luc fit res­sor­tir le sens spi­ri­tuel de l’i­mage.

N’y a-t-il pas dans cette ma­nière ir­ré­gu­lière de s’ex­pri­mer : l’in­ten­tion de faire re­mon­ter jus­qu’à nous la res­pon­sa­bi­lité de l’ac­tion di­verse qu’exerça la pa­role di­vine ? C’est lui qui consent à être sauvé par elle, ou qui reste vo­lon­tai­re­ment dans la sté­ri­lité et la mort.

Les deux pre­miers évan­giles in­diquent, comme sens mo­ral des épines, les in­quié­tudes et les ri­chesses ; Luc y ajouta les plaisirs, qui furent cer­tai­ne­ment l’une des prin­ci­pales causes de l’i­nef­fi­ca­cité de la pa­role sainte.

Deux traits furent par­ti­cu­liers à Luc : c’est d’a­bord ce cœur honnête et bon, dans le­quel ces der­niers au­di­teurs re­çurent et retinrent la pa­role ; ce fut en­suite cette patience Il ne faut pas sou­le­ver la ques­tion dog­ma­tique de sa­voir si un homme peut, avant d’a­voir en­tendu et reçu la pa­role di­vine, por­ter en lui un cœur hon­nête et bon. Nous présentons, à des de­grés très di­vers, des dis­po­si­tions bonnes ou mau­vaises à l’é­gard de la vé­rité.

D’ailleurs, la bonne terre qui pro­duit du fruit eut déjà subi une pré­pa­ra­tion par le la­bou­rage, l’en­grais, égaliser le terrain avant les se­mailles. Ainsi il y a une action pré­ve­nante de la grâce de Dieu qui éclaire toute personne sur ses be­soins, sa pau­vreté, la rend humble, sin­cère, al­té­rée de jus­tice et de lu­mière, et la pré­pare pour le mo­ment où l’Évangile lui sera an­noncé.

Diacre Michel Houyoux

Un commentaire de votre part, en rapport avec cet article, sera bienvenu et sera publié. Rédigez votre commentaire dans le cadre situé sous l’article

Compléments

◊ Diacre Michel Houyoux  : cliquez ici pour lire l’article  →   Catéchèse sur la parabole du semeur (Mt 13, 1-23)

◊ Diacre Michel Houyoux  : cliquez ici pour lire l’article  →  Celui qui reçoit la Parole de Dieu et la comprend, portera beaucoup de fruits  (Mt 13, 23)

Liens avec d’autres sites web chrétiens

◊ Véronique Beylen : cliquez ici pour lire l’article →  Et ce qui est tombé dans la bonne terre, ce sont les gens qui   porteront du fruit par leur persévérance

◊ Regnum Christi   : cliquez ici pour lire l’article → Et ce qui est tombé dans la bonne terrece sont les  gens qui ont entendu la Parole dans un cœur bon et généreux

Abbé Pierre Desroches ; « La Parabole du semeur »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans comportements, Histoire, Religion, Rencontrer Dieu, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS