• Accueil
  • > Archives pour octobre 2020

Vingt-neuvième dimanche du temps ordinaire de l’année A

Posté par diaconos le 18 octobre 2020

Pauvre, dans une juste économie du salut !

L’image contient peut-être : 7 personnes, personnes debout

De l’Évangile selon saint Matthieu

XX

En ce temps-là, les pharisiens allèrent tenir conseil pour prendre Jésus au piège en le faisant parler. Ils lui envoient leurs disciples, accompagnés des partisans d’Hérode : « Maître, lui disent-ils, nous le savons : tu es toujours vrai et tu enseignes le chemin de Dieu en vérité ; tu ne te laisses influencer par personne, car ce n’est pas selon l’apparence que tu considères les gens. Alors, donne-nous ton avis : Est-il permis, oui ou non, de payer l’impôt à César, l’empereur ? » Connaissant leur perversité, Jésus dit : « Hypocrites ! pourquoi voulez-vous me mettre à l’épreuve ? Montrez-moi la monnaie de l’impôt. » Ils lui présentèrent une pièce d’un denier. Il leur dit : « Cette effigie et cette inscription, de qui sont-elles ? » Ils répondirent : « De César. » Alors il leur dit : « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. »«Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu» (Mt 22, 15-21)

XX
.La pauvreté du cœur ! Le royaume des cieux !
XX

Ô Seigneur, notre Dieu, qu’il est grand ton nom par toute la terre ! Jusqu’aux cieux, ta splendeur est chantée par la bouche des enfants, des tout-petits : rempart que tu opposes à l’adversaire, où l’ennemi se brise en sa révolte. À voir ton ciel, ouvrage de tes doigts, la lune et les étoiles que tu fixas, qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui, le fils d’un homme, que tu en prennes souci ? Tu l’as voulu un peu moindre qu’un dieu, le couronnant de gloire et d’honneur ; tu l’établis sur les œuvres de tes mains, tu mets toute chose à ses pieds : Ô Seigneur, notre Dieu, qu’il est grand ton nom par toute la terre !  (Ps 8) Que je ne perde jamais ton image et ta ressemblance dans mon âme – ta justice !

Auteur +PÈRE MARIE LANDRY C+MPS
 

Rendez donc à César ce qui est à César

 

Aujourd’hui, on nous présente pour notre considération, une citation de Jésus très connue : « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu » (Mt 22,21). «  Hypocrites ! pourquoi voulez-vous me mettre à l’épreuve ? « Si nous commençons notre réflexion avec une phrase un peu violente en plein milieu de ce récit évangélique, voilà le centre du problème de Jésus avec les pharisiens, les pharisiens avec Jésus : leur  hypocrisie .
XX
En fait, saint Matthieu nous a bien introduit dans le sujet : « En ce temps-là, les pharisiens allèrent tenir conseil pour prendre Jésus au piège en le faisant parler. » Dans un langage véridique entre personnes de bonne volonté, l’intelligence pose des questions pour connaître  la vérité, la volonté cherche des conseils pour savoir  le bien à accomplir. Piéger le discours est un acte de mauvaise volonté qui veut falsifier la position de l’interlocuteur, en voulant le discréditer avec des intentions perverses.
.
.Là, notre lecture ne suit pas le narrateur omniscient d’un roman qui raconte un épisode d’un monde fictif : c’est une vraie histoire de la vie de Jésus où saint Matthieu fut témoin oculaire ; d’ailleurs, saint Jean témoigna dès le début de son Évangile : « Jésus, lui, ne se fiait pas à eux, parce qu’il les connaissait tous et n’avait besoin d’aucun témoignage sur l’homme ; lui-même, en effet, connaissait ce qu’il y a dans l’homme. » (Jn 2, 24-25)
.
Jésus vient d’appeler les pharisiens hypocrites parce qu’il connaît leurs cœurs, c’est-à-dire qu’il sait qu’ils créent des histoires peu honnêtes par leur jugements mensongers, tandis qu’ils veulent apparaître justes aux gens par des raisonnements sophistiqués. Nous sommes toujours devant Jésus, doux et humble de cœur (Mt 11, 29), justement mis en colère ! Il est tout prêt à nous pardonner quand nous sommes faibles, à nous éduquer quand nous sommes ignorants : en revanche, il tolère peu une tentative quelconque de nier la véracité et la droiture de son témoignage, l’effigie de sa Personne divine !
XX
.Que personne ne s’écarte du Chemin, de la Vérité et de la Vie inscrits dans ce Fils de l’homme ! Il est toujours vrai et il enseigne le chemin de Dieu en vérité ; il ne se laisse influencer par personne, car ce n’est pas selon l’apparence qu’il considère les gens : « Hypocrites !  » donc les hommes qui reconnaissent ces traits, – la splendeur de sa Personne divine qui brille par son humanité –, sans l’adorer, sans l’imiter, sans vouloir être comme lui : « l’Image du Dieu invisible  » (Col 1, 15), monnaie du royaume des Cieux !
XX
. » Cette effigie et cette inscription, de qui sont-elles ? « L’argent du monde doit-il m’appartenir, ou dois-je appartenir à Dieu comme sa monnaie ? Suis-je jaloux du possesseur de l’argent, dont l’effigie et l’inscription apparaissent dessus – sans laisser place à la jalousie de Dieu qui voudra que les vertus de son amour gratuit apparaissent dans le monde par la sainteté de ma vie ?   » Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux ! » (Mt 5, 3)
XX
.Dans une autre altercation avec les autorités, Jésus avait affirmé : « Le Père et moi, nous sommes UN  » (Jn 10, 30), c’est-à-dire qu’il n’a pas hésité à attirer attention sur la question de son identité, voire inviter son auditoire à examiner son exemple et y trouver l’image du Dieu invisible à l’œuvre : Jésus y est le centre, le critère, le modèle de nos vies, la manière d’aimer Dieu sur toute chose et d’aimer le prochain comme soi-même.
XX
.« N’est-il pas écrit dans votre Loi : J’ai dit : Vous êtes des dieux ? Elle les appelle donc des dieux, ceux à qui la parole de Dieu s’adressait, et l’Écriture ne peut pas être abolie. Or, celui que le Père a consacré et envoyé dans le monde, vous lui dites : “Tu blasphèmes”, parce que j’ai dit : “Je suis le Fils de Dieu”. Si je ne fais pas les œuvres de mon Père, continuez à ne pas me croire.
XX
.« Si je les fais, même si vous ne me croyez pas, croyez les œuvres. Ainsi vous reconnaîtrez, et de plus en plus, que le Père est en moi, et moi dans le Père.  » (Jn 10, 34-38)  Voilà la spiritualité lumineuse que Jésus, le Fils de Dieu, voudra partager avec nous, tandis qu’il est maintenant obligé de dissiper notre  matérialité, voire notre esclavage matérialiste, par un exemple si mondain qui ne vient que du piège de nos ténèbres peccamineuses !
XX
 » Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu ! « Le péché rend esclave ; l’hypocrisie rend bête. Il est un devoir de servir César comme il l’est davantage de servir Dieu ! La première des vertus cardinales, – la justice –, rend à l’autre ce que lui est dû. Le pécheur, en aimant soi-même plus que Dieu et son prochain, perd sa justice.
.
La conscience, pervertie par son attachement habituel à soi, devient esclave : voilà un homme rendu bête dans sa pensée morale ! Faut-il avoir la  permission  d’être juste en tant qu’homme (sujet de la société) ? Faut-il avoir la « permission d’être juste en tant qu’image et ressemblance de Dieu (sujet de la religion) ? « Est-il permis, oui ou non ? », demandèrent les pharisiens, juste pour commencer !
.
À la lumière de la Sagesse de Jésus qui émane de sa Justice, nous voyons combien leur question fut bête ! « Hypocrites ! Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu ! «  La colère de Jésus appelle à la conversion : l’or est purifié par le feu, alors nous serons comme lui, aimants de Dieu et du prochain, doux et humbles de cœur aux hommes de bonne volonté comme lui !
.
Que je sois avare de ta charité, ô Christ ! Donne-moi la grâce de la pauvreté du cœur pour que je puisse toujours vivre en cherchant ton Royaume et sa justice, en aimant Dieu par-dessus toute chose et mon prochain comme moi-même ! Pour que l’amour de Dieu puisse briller dans notre vie, rendons- lui gloire aujourd’hui en mettant librement l’un de nos talents au service de notre prochain.

 Compléments

◊ Assemblée dominicale sans prêtre Vingt-neuvième dimanche du temps ordinaire de l’année A

◊ Diacre Michel Houyoux : cliquez ici pour lire l’article → Vingt-neuvième dimanche du Temps Ordinaire — Année A

 Liens avec d’autres sites chrétiens sur Internet

◊ Mouvement des Cursillos francophones du Canada   : cliquez ici pour lire l’article → Vingt-neuvième dimanche du Temps de l’Église, Année A

◊  Société du Verbe Divin : cliquez ici pour lire l’article → VINGT NEUVIEME DIMANCHE ORDINAIRE – ANNEE A 

Sermon du Père f. Thibaut du Pontavice : « Dieu et César »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans La messe du dimanche, Religion, Rencontrer Dieu, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

The Holy Spirit will teach you at that hour what to say

Posté par diaconos le 17 octobre 2020

https://praiseyouinmystorm.files.wordpress.com/2016/07/luke-12-12.png

From the Gospel of Jesus Christ according to Saint Luke

At that time Jesus said to his disciples, « I tell you, whoever has declared himself for me before men, the Son of Man will also declare himself for him before the angels of God. But whoever denies me before men will also be denied before the angels of God. Whoever speaks a word against the Son of man, it shall be forgiven him; but if any man blasphemes against the Holy Spirit, it shall not be forgiven him.
When they bring you before the people of the synagogues, the rulers and the authorities, do not worry about how you will defend yourselves or what you will say. For the Holy Spirit will teach you in that hour what to say.  » (Lk 12, 8-12)

Jesus confessed his name

In both gospels, Jesus made a courageous confession of his name against the fear of men. It was this fear that paralysed his heart and lips when it came to declaring himself for him and his cause. Instead of these words, before the angels of God, Matthew said : « Before my Father in heaven ».

This last idea is more complete and more striking; but both are true, because it is about eternal judgment, in which the angels will take part. According to Luke, Jesus does not say that he himself will deny the one who denies him. Even today in the East, five little passerines are sold for two pennies (Félix Bovet, Voyage en Terre Sainte, 7th edition). Matthew spoke of two sparrows that sold for a penny.

Jesus gave his opponents this terrible warning : « Whoever blasphemes against the Holy Spirit will not be forgiven.  » In order to find a connection with the above, it is pointed out that denial of the name of Christ can lead to blasphemy against the Holy Spirit, which is right. Matthew and Mark assigned its rightful place to this severe declaration that Jesus directed against those who attributed his miracles to the devil.

According to Luke, this same accusation was made under different circumstances and provoked the previous discourse (Luke 11, 17-26). The synagogues were the Jewish courts, the magistrates were the Gentile courts, and the authorities designated the various powers before which the disciples could be brought.

The words with which Jesus wanted to reassure his disciples literally mean : « Do not be troubled how or what you will do your apology, or what you will talk about.  «  In Matthew, these words were part of the instructions given to the apostles sent on mission. This was their natural and first place.

Deacon Michel Houyoux

Links to other Christian sites on the Internet

◊ Ray Stedman : click here to read the paper  →The Teaching  Spirit

◊The Holy Spirit is our Helper  : click here to read the paper  → The Holy Spirit is our Helper, Teacher, and Leader

The Holy Spirit – our teacher

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Enseignement, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

L’Esprit Saint vous enseignera à cette heure-là ce qu’il faudra dire

Posté par diaconos le 17 octobre 2020

 L’Esprit Saint vous enseignera à cette heure-là ce qu’il faudra dire  dans comportements

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Je vous le dis : Quiconque se sera déclaré pour moi devant les hommes, le Fils de l’homme aussi se déclarera pour lui devant les anges de Dieu. Mais celui qui m’aura renié en face des hommes sera renié à son tour en face des anges de Dieu. Quiconque dira une parole contre le Fils de l’homme, cela lui sera pardonné ; mais si quelqu’un blasphème contre l’Esprit Saint, cela ne lui sera pas pardonné.
Quand on vous traduira devant les gens des synagogues, les magistrats et les autorités, ne vous inquiétez pas de la façon dont vous vous défendrez ni de ce que vous direz. Car l’Esprit Saint vous enseignera à cette heure-là ce qu’il faudra dire. » (Lc 12, 8-12)

Jésus confessa son nom

Dans l’un et l’autre évan­gile, Jé­sus op­posa à la crainte des hommes une cou­ra­geuse confession de son nom. Ce fut cette crainte qui pa­ra­lysa le cœur et les lèvres, quand il s’a­git de se dé­cla­rer pour lui et pour sa cause. Au lieu de ces mots : devant les anges de Dieu, Mat­thieu dit : « De­vant mon Père qui est aux cieux  ».

Cette der­nière idée est plus com­plète et plus sai­sis­sante ; mais l’une et l’autre sont vraies, parce qu’il s’a­git du ju­ge­ment éter­nel, au­quel les anges pren­dront part. D’a­près Luc, Jé­sus ne dit pas qu’il re­niera lui-même ce­lui qui l’aura re­nié. Au­jourd’­hui en­core en Orient on vend cinq petits passereaux pour deux sous (Fé­lix Bo­vet, Voyage en Terre Sainte, 7e édi­tion). Mat­thieu parla de deux pas­se­reaux qui se vendirent un sou.

 Jé­sus adressa à ses adversaires ce ter­rible aver­tis­se­ment : « Celui qui aura blasphémé contre le Saint-Esprit, il ne lui sera pas pardonné. » Pour trou­ver une re­la­tion avec ce qui pré­cède, on fait ob­ser­ver que le re­nie­ment du nom de Christ peut conduire jus­qu’au blasphème contre le Saint-Esprit, ce qui est juste. Mat­thieu et Marc as­si­gnèrent sa vraie place à cette sé­vère dé­cla­ra­tion que Jé­sus di­rigea contre ceux qui at­tri­buèrent ses mi­racles au dé­mon.

D’a­près Luc, cette même ac­cu­sa­tion fut for­mu­lée dans des cir­cons­tances dif­fé­rentes et provoqua le dis­cours pré­cé­dent (Luc 11.17-26). Les synagogues furent les tri­bu­naux juifs, les magistrats les ju­ri­dic­tions païennes ; en­fin, les autorités dé­si­gnèrent les di­vers pou­voirs de­vant les­quels les disciples purent être traduits.

Les pa­roles par les­quelles Jé­sus voulut ras­su­rer ses dis­ciples si­gni­fient lit­té­ra­le­ment : «  Ne soyez pas en peine comment ou de quoi vous ferez votre apologie, ou de quoi vous par­le­rez.  » Dans Mat­thieu, ces pa­roles firent par­tie des ins­truc­tions don­nées aux apôtres en­voyés en mis­sion. Ce fut là leur place na­tu­relle et pre­mière.

Diacre Michel Houyoux

 Liens avec d’autres sites chrétiens sur Internet

◊ Regnum Christi : cliquez ici pour lire l’article →  L’Esprit Saint vous enseignera à cette heure-là

◊ jardinsophe.blogspot.com  : cliquez ici pour lire l’article → L’Esprit Saint vous enseignera à cette heure même ce qu’il faut dire

KTO : « L’esprit Saint »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans comportements, Foi, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Guardatevi dal lievito dei farisei, cioè dalla loro ipocrisia

Posté par diaconos le 16 octobre 2020

I capelli sulla testa sono tutti contati

 

Guardatevi dal lievito dei farisei, cioè dalla loro ipocrisia dans articles en Italien Perché-il-Signore-Gesù-maledisse-i-farisei-Qual-è-esattamente-l’essenza-dei-farisei

 

Dal Vangelo di Gesù Cristo secondo San Luca

In quel momento, quando la folla si era radunata a migliaia fino a essere schiacciata, Gesù, rivolgendosi prima ai suoi discepoli, cominciò a dire  : « Guardatevi dal lievito dei farisei, cioè dalla loro ipocrisia. Tutto ciò che è coperto da un velo sarà rivelato, tutto ciò che è nascosto sarà conosciuto. Anche ciò che avete detto nell’oscurità sarà ascoltato nella luce, e ciò che avete detto a orecchio sul retro della casa sarà proclamato sui tetti.
Vi dico, amici miei, non abbiate paura di chi uccide il corpo, e dopo di che non può più fare nulla. Vi mostrerò chi dovete temere: temete colui che, dopo aver ucciso, ha il potere di mandare all’inferno.
Sì, vi dico : è lui che dovete temere. Non vendono cinque passeri per due soldi ? Eppure nessuno viene dimenticato agli occhi di Dio.  Ragione in più per cui i peli sulla testa sono tutti contati. Non temete: valete più di una moltitudine di passeri. «   (Lk 12, 1-7)

Ipocrisia e franchezza

Alla presenza della folla in corsa, Gesù metteva in guardia i suoi discepoli contro lo spirito di ipocrisia di questi farisei con i quali era in conflitto. Che si guardino da questo più che da qualsiasi altro difetto. Tutto ciò che era nascosto sarà scoperto: questa è stata la prova della loro attività, che si è svolta in piena luce.

Alla franchezza dovevano aggiungere il coraggio; non temere chi poteva uccidere solo il corpo, ma chi poteva perdere l’anima all’inferno. La sua protezione era assicurata, perché si prendeva cura dei passeriformi e li contava fino ai capelli. Il Figlio dell’uomo si è confessato davanti agli angeli di Dio, che lo hanno confessato davanti agli uomini, e ha negato chi lo avrebbe negato. C’è stato il perdono per chi ha detto una parola contro il Figlio dell’uomo, ma non per chi ha bestemmiato contro lo Spirito Santo.

Questo discorso, come quelli che lo seguirono, conteneva parole che gli altri vangeli riportavano in circostanze diverse e con applicazioni diverse. Nel suo modo popolare di insegnare, Gesù pronunciava spesso alcune frasi brevi e acute, che applicava a seconda delle situazioni in cui i suoi uditori erano impegnati.  « Soprattutto, soprattutto, attenzione all’ipocrisia » è il vizio più odioso secondo Dio.

L’ipocrisia dei santi e dei maestri di oggi sarà rivelata, e in cambio, voi che parlate timidamente e come se a orecchio, farete sentire pubblicamente la vostra voce. (Godet)

A prima vista, questa interpretazione seduce per il significato che dà all’intero pericope. In Marco e Luca Gesù fece una coraggiosa confessione del suo nome contro la paura degli uomini. È stata questa paura a paralizzare il suo cuore e le sue labbra quando si è trattato di dichiararsi per lui e per la sua causa : entrambe sono vere, perché si tratta del giudizio eterno, al quale parteciperanno gli angeli. Secondo Luca, Gesù non dice che rinnegherà se stesso chi lo rinnega. Ancora oggi in Oriente si vendono cinque piccoli passeriformi a due centesimi (Félix Bovet, Viaggio in Terra Santa, 7a edizione).

Non fu ai suoi discepoli che Gesù rivolse questo terribile monito, ma ai suoi avversari; queste parole, gettate qui nel discorso, sembravano addirittura interrompere il resto. Matteo e Marco assegnarono il suo vero posto a questa severa affermazione che Gesù indirizzò contro coloro che attribuivano i suoi miracoli al diavolo.

Secondo Luca, questa stessa accusa è stata formulata in circostanze diverse e ha provocato il discorso precedente (Luca 11, 17-26). Ogni rinnovamento morale deve iniziare con la verità e la sincerità. L’ipocrisia era chiamata il lievito dei farisei, perché permeava tutta la loro vita e, sotto la loro influenza, tendeva a penetrare lo spirito del popolo. Secondo Matteo e Marco, questa frase è stata pronunciata in circostanze molto diverse, ed è stata causata da discussioni con i farisei.

A prima vista, questa interpretazione seduce per il significato che dà all’intero pericope.
In Marco e Luca Gesù fece una coraggiosa confessione del suo nome contro la paura degli uomini. È stata questa paura a paralizzare il suo cuore e le sue labbra quando si è trattato di dichiararsi per lui e per la sua causa : entrambe sono vere, perché si tratta del giudizio eterno, al quale parteciperanno gli angeli. Secondo Luca, Gesù non dice che rinnegherà se stesso chi lo rinnega. Ancora oggi in Oriente si vendono cinque piccoli passeriformi a due centesimi (Félix Bovet, Viaggio in Terra Santa, 7a edizione).

Non fu ai suoi discepoli che Gesù rivolse questo terribile monito, ma ai suoi avversari; queste parole, gettate qui nel discorso, sembravano addirittura interrompere il resto. Matteo e Marco assegnarono il suo vero posto a questa severa affermazione che Gesù indirizzò contro coloro che attribuivano i suoi miracoli al diavolo.

Secondo Luca, questa stessa accusa è stata formulata in circostanze diverse e ha provocato il discorso precedente (Luca 11:17-26). Ogni rinnovamento morale deve iniziare con la verità e la sincerità. L’ipocrisia era chiamata il lievito dei farisei, perché permeava tutta la loro vita e, sotto la loro influenza, tendeva a penetrare lo spirito del popolo. Secondo Matteo e Marco, questa frase è stata pronunciata in circostanze molto diverse, ed è stata causata da discussioni con i farisei.

Il diacono Michel Houyoux

Link ad altri siti cristiani su Internet

Cirillo di Alessandri : clicca qui per leggere l’articolo → I capelli del vostro capo sono tutti contati (Lc 12,7)

◊ Qumran  : clicca qui per leggere l’articolo →   TESTO Perfino i capelli del vostro capo sono tutti contati

Il caffè con la bibbia e molto di più

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans articles en Italien, comportements, Religion, TEMPO ORDINARIO, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

1...45678...14
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS