Le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu.

Posté par diaconos le 17 novembre 2020

 Zachee.jpg

# Le Fils de l’Homme est une figure eschatologique en usage dans les milieux apocalyptiques judaïques dès la période post-exilique. Dans les évangiles, c’est le titre que reprit le plus souvent Jésus lorsqu’il parla de lui-même. L’expression elle-même est la « traduction littérale du grec uios tou anthrôpou, décalque de l’araméen bar nasha, mots employés au temps de Jésus comme substitut linguistique pour « être humain » ou « homme », pour les pronoms indéfinis « quelqu’un » ou « on », et pour « je »

Les interprétations auxquelles elle  donna lieu dans le christianisme ont firent glisser le sens initial vers l’humanité de Jésus. Zachée fut un personnage qui dans la tradition chrétienne fut un disciple de Jésus dès avant sa crucifixion (Lc 19, 1-10).

Selon Clément d’Alexandrie, dans son livre Stromata, le surnommé Zachée s’appelait Matthias et prit la place de Judas Iscariote après la trahison et la mort de celui-ci. Les Constitutions apostoliques identifièrent plus tard « Zachée le publicain », comme le premier évêque de Césarée, ville grecque de Samarie et capitale de la province romaine de Judée.

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, entré dans la ville de Jéricho, Jésus la traversait. Or, il y avait un homme du nom de Zachée ; il était le chef des collecteurs d’impôts, et c’était quelqu’un de riche. Il cherchait à voir qui était Jésus, mais il ne le pouvait pas à cause de la foule, car il était de petite taille.
Il courut donc en avant et grimpa sur un sycomore pour voir Jésus qui allait passer par là. Arrivé à cet endroit, Jésus leva les yeux et lui dit : « Zachée, descends vite : aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison. »
Vite, il descendit et reçut Jésus avec joie. Voyant cela, tous récriminaient : « Il est allé loger chez un homme qui est un pécheur. » Zachée, debout, s’adressa au Seigneur : « Voici, Seigneur : je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j’ai fait du tort à quelqu’un, je vais lui rendre quatre fois plus. »
Alors Jésus dit à son sujet : « Aujourd’hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d’Abraham. En effet, le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu. » (Lc 19, 1-10)

Zachée

Comme Jésus entra dans Jéricho, un chef des péagers, Zachée, chercha à le voir. En étant empêché par sa petite taille, il monta sur un sycomore. Jésus, arrivé près de l’arbre, leva les yeux et annonça à Zachée qu’il dut loger chez lui. Zachée le reçut avec joie. L’entrée de Jésus chez un péager provoqua les murmures des assistants. Zachée se présenta devant lui et déclara sa résolution de donner la moitié de ses biens aux pauvres et de restituer le quadruple.

Jésus déclara à son tour que le salut entra ce jour même dans la maison de Zachée, car le fils de l’homme vint chercher et sauver ce qui fut perdu.

 Jéricho fut une ville célèbre dans l’Ancien Testament, le devint plus encore par la présence et les bienfaits de Jésus, qui, à son passage par cette antique cité, rendit la lumière aux yeux fermés de l’aveugle (Luc 18, 35 et suivants), et ouvrit les sources de la grâce et du salut à l’âme altérée d’un pauvre péager.

Cette ville, située à deux lieues du Jourdain, que Jésus traversa en quittant la Pérée, et à sept lieues de Jérusalem, où il se rendit pour la dernière fois. Anciennement elle occupa le centre d’une délicieuse oasis couverte d’une forêt de palmiers (Deutéronome 34.3) et de plantes aromatiques (le nom même de Jéricho signifie en hébreu bonne odeur).

Nulle part on ne voit aujourd’hui d’une manière plus évidente les bouleversements qui  se produisirent dans toute la Palestine. Jéricho, à laquelle la Bible donna le nom de ville des palmiers, fut entourée jadis d’une forêt de ces beaux arbres. On en vit quelques-uns encore au commencement de ce siècle.

Une tour carrée, de construction franque et aux trois quarts ruinée, un pauvre hameau fortifié par une clôture d’épines sèches, voilà tout ce qui reste aujourd’hui de Jéricho. (Félix Bovet, Voyage en Terre Sainte, 7e édition, page 255). Zachée  fut désigné comme chef des péagers, parce qu’il y eut à Jéricho un bureau de douanes romaines dont il fut le chef.

Cette ville fut une place de commerce et de transit entre l’Orient et l’Occident. Sa vocation fut devenue pour Zachée, d’origine juive,  une source de richesses, dont il fit finalement un bon usage.

Le sycomore est un arbre dont les feuilles ressemblent à celles du mûrier, et les fruits à des figues. Selon l’étymologie, ce mot signifie en effet figuier-mûrier. Quoique cet arbre devienne assez grand en Orient, ses branches sont basses et s’étendent horizontalement, en sorte qu’il n’est pas difficile d’y monter.

La bienséance n’aurait pas permis à un homme considérable par sa position de monter sur un arbre, mais la foi a vaincu. Jésus appela Zachée par son nom. Le connut-il ? Ou eut-il entendu prononcer ce nom par la foule qui l’entoura ? Ce qui fut important, ce futt que Jésus connaissait par lui-même ce qui est dans l’homme (Jean 2.25) avait lu dans le cœur de Zachée son ardent désir du salut ; il l’appela par son nom pour répondre à sa foi naissante.

Jésus insista « Il faut que je demeure dans ta maison » ; sur quoi se fonda cette nécessité ? D’une part, sur la volonté expresse et miséricordieuse de Dieu que Jésus voulut accomplir avec amour ; d’autre part, sur le fait qu’il y eut là une âme qui soupira après le salut. C’est ce que nous montre la joie avec laquelle Zachée reçut Jésus.

Tous murmurèrent ; même les disciples, comme le pensa Calvin ? Alors que la foule à l’esprit pharisaïque manifesta son indignation, il resta chez les disciples une sorte d’étonnement en voyant Jésus entrer chez un péager.  Un homme pécheur ne doit pas s’entendre en un sens général ; dans la pensée de ceux qui murmurèrent, ce mot s’appliqua personnellement à Zachée en sa qualité de péager.

Cette scène se passa devant la maison de Zachée, en présence de la foule qui murmura contre lui. L’effusion de cœur à laquelle se livra Zachée perdrait beaucoup de sa spontanéité et de sa beauté, si elle fut une sorte de justification en présence de ses accusateurs. Le lendemain, au matin, Jésus poursuivisa route Le salut, la délivrance du péché et de la mort, par la grâce de Dieu que Jésus annonça et apporta, ce salut vint et se réalisa par la présence de Jésus, non seulement pour Zachée, mais pour sa maison, sa famille.

« Le fils de l’homme est venu. » (Mt 8, 20) D’où ? Le Nouveau Testament tout entier et les synoptiques, non moins que Jean, répondirent : Du sein de sa gloire éternelle (Jn 17.5). Le but de sa venue nous est révélé dans cette double action, que Jésus eut accomplie avec une tendre charité par sa vie et par sa mort : ‘Chercher et sauver ce qui est perdu. »

Cette révélation, consolante pour tout pécheur, dut l’être particulièrement pour Zachée, en ce moment solennel de sa vie, comme elle le devint plus tard pour Saul de Tarse, qui aima à la rappeler (1 Th 1.15). St cette déclaration fut prononcée par Jésus dans la circonstance où Matthieu la rapporta (Mt 18, 11), ce fut la seconde fois qu’il la fit.

Jésus motiva cette déclaration, conformément à ce que ce pauvre péager fut pour Jésus qui lut dans son cœur, aussi bien et mieux que ceux qui le méprisèrent, un fils d’Abraham. Il le fut parce qu’il descendit de lui,et parce qu’il eut la foi et l’obéissance du père des croyants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS