• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 21 novembre 2020

He is not the God of the dead, but of the living.

Posté par diaconos le 21 novembre 2020

What's the evidence for the resurrection? - British Columbia Humanist  Association

Resurrection of the dead : « He is not the God of the dead, but of the living »

# General resurrection or universal resurrection is the belief that a resurrection of the dead, or resurrection from the dead (Koine: ἀνάστασις [τῶν] νεκρῶν, anastasis [ton] nekron; literally: « standing up again of the dead »[1]) by which most or all people who have died would be resurrected (brought back to life). Various forms of this concept can be found in Bahai, Christian, Islamic, Jewish and Zoroastrian eschatology. In the First Epistle to the Corinthians chapter 15 is used for the resurrection of the dead, Paul the Apostle is conveyed as quoting from the Book of Hosea 13, 14 where he speaks of the abolition of death. In the Pauline epistles of the New Testament, Paul the Apostle wrote that those who will be resurrected to eternal life will be resurrected with spiritual bodies, which are imperishable; the « flesh and blood » of natural, perishable bodies cannot inherit the kingdom of God, and, likewise, those that are corruptible will not receive incorruption (1 Corinthians 15:35–54). Even though Paul does not explicitly establish that immortality excludes physical bodies, some scholars understand that according to Paul, flesh is simply to play no part, as people are made immortal.

# Belief in the resurrection is not shared by all believers in Judaism at the time of Jesus. The Gospel according to Matthew testified to the importance of this question posed by Christianity in the Jewish community of Palestine and Asia Minor. This question is also raised in other texts of the New Testament, mainly in the Epistles of Paul and in the book of Acts. In the Acts of the Apostles, this question, thanks to the resurrection of Jesus, was a central issue in preaching to the Jews. Themes such as eternal life, salvation or the kingdom of heaven were incomprehensible without considering the raising of the dead as conceived by Christianity. Several resurrections were attributed to Jesus (the daughter of Jairus, the son of a grieving widow, and his friend Lazarus), and the account of the very beginnings of the Church given in Acts testifies to the interest of the question of the raising of the dead. Two resurrections follow that of Jesus Christ: that of Dorcas (Tabitha) performed by the apostle Peter 5 and that of Eutyche performed by the apostle Paul6. For Christian eschatology, at the end of time, the resurrection of the dead will take place when the Kingdom of God is established.

From the Gospel of Jesus Christ according to Saint Luke

At that time, some Sadducees – those who maintain that there is no resurrection – approached Jesus and asked him : « Teacher, Moses commanded us : If a man has a brother who dies leaving a wife but no children, he must marry the widow to raise offspring for his brother.
Now there were seven brothers : the first married and died without children ; likewise the second and then the third married the widow, and so all seven died without leaving children. Finally the woman also died.  Well then, in the resurrection, this woman, of which of them shall she be the wife, since the seven had her as their wife ? »

Jesus answered them : « The children of this world take wives and husbands. But those who have been judged worthy to share in the world to come and in the resurrection from the dead take neither wife nor husband, for they can no longer die : they are like angels, they are children of God and children of the resurrection.
May the dead be raised, Moses himself makes this clear in the account of the burning bush, when he calls the Lord the God of Abraham, the God of Isaac, the God of Jacob. He is not the God of the dead, but of the living. For they all live for him.  » Then some of the scribes answered and said: « Teacher, you have spoken well. « And they no longer dared to ask him about anything.  (Lk 20, 27-40)

Evidence of the resurrection of the dead

 The sons of this century, the mortal men who live only for a time, marry and give their daughters in marriage, because it is necessary to do so to perpetuate their race. The expression this century is opposed to the century to come. Logically, the resurrection should be named before the coming century, into which it introduces man ; but for God, the two are but one and the same act of his grace and omnipotence. In speaking of those who will take part in the resurrection and in the age to come, Jesus had in mind only the children of God, those who will have been judged worthy or made worthy.

In the other world, marriage will no longer exist: the redeemed, being immortal, will no longer have to perpetuate their species, and will then be transformed into spiritual and celestial beings, like angels. The efficient cause of this transformation is the resurrection itself, by which God creates his children again in his image, so that the inner regeneration that takes place in them on earth will then comprise their whole being, spirit, soul and body : « May the God of peace himself sanctify you entirely, and may your whole being, spirit, soul and body, be preserved blameless at the coming of our Lord Jesus Christ! « (1 Thess 5, 3)

Moses himself, and not only the prophets, Moses, the only authority recognised by the Sadducees, signified that the dead are raised ; this took place through the name that God gave himself in his appearance to Moses near the burning bush : « And he added : I am the God of your father, the God of Abraham, the God of Isaac and the God of Jacob. Moses hid his face because he was afraid to look at God. « (Ex 3:6) Matthew reported that the crowd was struck by this profound interpretation of Scripture; and Luke said that even some of the scribes, more enlightened or more sincere than the others, felt compelled to approve of him; for, defeated by him, they no longer dared to ask him any insidious question.

Deacon Michel Houyoux

Links to other Christians websites

◊ Desiting God : Click here to read the paper →  Historical Evidence for the Resurrection
◊ Message by Pastor Eric Chang : Click here to read the paper → He is not God of the Dead but of the Living

By Michael Ots : « Is There Evidence for Life After Death ? (Resurrection of Jesus Christ) |

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, Page jeunesse, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants

Posté par diaconos le 21 novembre 2020

Les quinze versets sur la résurrection

# La croyance en la résurrection n’est pas partagée par tous les croyants du judaïsme à l’époque de Jésus. L’Évangile selon Matthieu témoigna de l’importance de cette question posée par le christianisme dans la communauté juive de Palestine et d’Asie Mineure. Cette question se trouve évoquée dans d’autres textes du Nouveau Testament, principalement les Épîtres de Paul et dans le livre des Actes des Apôtres. Dans les Actes des Apôtres, cette question, grâce à la résurrection de Jésus, fut un enjeu central de prédication auprès des Juifs. Des thèmes comme la vie éternelle, le salut ou le Royaume des cieux furent incompréhensibles sans que soit considéré le relèvement des morts tel que conçu par le christianisme. Plusieurs résurrections furent attribuées à Jésus : la fille de Jaïre, le fils d’une veuve éplorée, et son ami Lazare), le compte-rendu des tout débuts de l’Église qu’offrent les Actes témoigne de l’intérêt de la question du relèvement des morts. Deux résurrections succèdent à celle de Jésus-Christ : celle de Dorcas (Tabitha) réalisé par l’apôtre Pierre 5 et celle d’Eutyche opéré par l’apôtre Paul6. Pour l’eschatologie chrétienne, à la fin des temps, la résurrection des morts aura lieu lorsque sera établi le Royaume de Dieu.

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, quelques sadducéens – ceux qui soutiennent qu’il n’y a pas de résurrection – s’approchèrent de Jésus et l’interrogèrent : « Maître, Moïse nous a prescrit : Si un homme a un frère qui meurt en laissant une épouse mais pas d’enfant, il doit épouser la veuve pour susciter une descendance à son frère.
Or, il y avait sept frères : le premier se maria et mourut sans enfant ; de même le deuxième, puis le troisième épousèrent la veuve, et ainsi tous les sept : ils moururent sans laisser d’enfants. Finalement la femme mourut aussi.  Eh bien, à la résurrection, cette femme-là, duquel d’entre eux sera-t-elle l’épouse, puisque les sept l’ont eue pour épouse ? »

Jésus leur répondit : « Les enfants de ce monde prennent femme et mari. Mais ceux qui ont été jugés dignes d’avoir part au monde à venir et à la résurrection d’entre les morts ne prennent ni femme ni mari, car ils ne peuvent plus mourir : ils sont semblables aux anges, ils sont enfants de Dieu et enfants de la résurrection.
Que les morts ressuscitent, Moïse lui-même le fait comprendre dans le récit du buisson ardent, quand il appelle le Seigneur le Dieu d’Abraham, Dieu d’Isaac, Dieu de Jacob. Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants. Tous, en effet, vivent pour lui. » Alors certains scribes prirent la parole pour dire : « Maître, tu as bien parlé. » Et ils n’osaient plus l’interroger sur quoi que ce soit.  (Lc 20, 27-40)

Preuve de la résurrection des morts

 Les fils de ce siècle, c’est-à-dire les hommes mortels qui ne vivent que pour un temps, se marient et donnent leurs filles en mariage, parce qu’il le faut pour perpétuer leur race. L’expression ce siècle est opposée au siècle à venir. Logiquement, la résurrection devrait être nommée avant le siècle à venir, dans lequel elle introduit l’homme ; mais pour Dieu, les deux ne sont qu’un même acte de sa grâce et de sa toute-puissance. En parlant de ceux qui auront part à la résurrection et au siècle à venir, Jésus n’eut en vue que les enfants de Dieu, ceux qui en auront été jugés dignes ou rendus dignes.

 Dans l’autre monde, le mariage n’existera plus : c’est qu’étant immortels, les rachetés n’auront plus à perpétuer leur espèce, c’est, ensuite, qu’ils seront transformés en des êtres spirituels et célestes, semblables aux anges. La cause efficiente de cette transformation, c’est la résurrection elle-même, par laquelle Dieu crée de nouveau ses enfants à son image, en sorte que la régénération intérieure qui a lieu en eux sur terre comprendra alors tout leur être, l’esprit, l’âme et le corps  : « Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ ! » (1 Th 5, 23)

Moïse même, et non seulement les prophètes, Moïse, la seule autorité reconnue par les sadducéens, a signifié que les morts ressuscitent ; c’est ce qui eut lieu par le nom que Dieu se donna dans son apparition à Moise près du buisson ardent : « Et il ajouta: Je suis le Dieu de ton père, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob. Moïse se cacha le visage, car il craignait de regarder Dieu. » (Ex 3, 6) Matthieu rapporta que la foule fut frappée de cette profonde interprétation de l’Écriture ; et Luc  affirma que même quelques-uns des scribes, plus éclairés ou plus sincères que les autres, se sentirent pressés de l’approuver ; car, vaincus par lui, ils n’osèrent plus lui adresser de question insidieuse.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites chrétiens sur Internet

◊ Croire et lire : cliquez ici pour lire l »article  → Où sont les preuves de la résurrection ?

◊ Culture et foi   : cliquez ici pour lire l »article  → Une preuve de la Résurrection : le linceul de Turin

◊  KT 42  : cliquez ici pour lire l »article  → BD et méditation sur la résurrection : la femme aux sept maris

KTOTV : « La résurrection des morts »

 Image de prévisualisation YouTube

 

Publié dans Catéchèse, Foi, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS