Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants

Posté par diaconos le 21 novembre 2020

Les quinze versets sur la résurrection

# La croyance en la résurrection n’est pas partagée par tous les croyants du judaïsme à l’époque de Jésus. L’Évangile selon Matthieu témoigna de l’importance de cette question posée par le christianisme dans la communauté juive de Palestine et d’Asie Mineure. Cette question se trouve évoquée dans d’autres textes du Nouveau Testament, principalement les Épîtres de Paul et dans le livre des Actes des Apôtres. Dans les Actes des Apôtres, cette question, grâce à la résurrection de Jésus, fut un enjeu central de prédication auprès des Juifs. Des thèmes comme la vie éternelle, le salut ou le Royaume des cieux furent incompréhensibles sans que soit considéré le relèvement des morts tel que conçu par le christianisme. Plusieurs résurrections furent attribuées à Jésus : la fille de Jaïre, le fils d’une veuve éplorée, et son ami Lazare), le compte-rendu des tout débuts de l’Église qu’offrent les Actes témoigne de l’intérêt de la question du relèvement des morts. Deux résurrections succèdent à celle de Jésus-Christ : celle de Dorcas (Tabitha) réalisé par l’apôtre Pierre 5 et celle d’Eutyche opéré par l’apôtre Paul6. Pour l’eschatologie chrétienne, à la fin des temps, la résurrection des morts aura lieu lorsque sera établi le Royaume de Dieu.

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, quelques sadducéens – ceux qui soutiennent qu’il n’y a pas de résurrection – s’approchèrent de Jésus et l’interrogèrent : « Maître, Moïse nous a prescrit : Si un homme a un frère qui meurt en laissant une épouse mais pas d’enfant, il doit épouser la veuve pour susciter une descendance à son frère.
Or, il y avait sept frères : le premier se maria et mourut sans enfant ; de même le deuxième, puis le troisième épousèrent la veuve, et ainsi tous les sept : ils moururent sans laisser d’enfants. Finalement la femme mourut aussi.  Eh bien, à la résurrection, cette femme-là, duquel d’entre eux sera-t-elle l’épouse, puisque les sept l’ont eue pour épouse ? »

Jésus leur répondit : « Les enfants de ce monde prennent femme et mari. Mais ceux qui ont été jugés dignes d’avoir part au monde à venir et à la résurrection d’entre les morts ne prennent ni femme ni mari, car ils ne peuvent plus mourir : ils sont semblables aux anges, ils sont enfants de Dieu et enfants de la résurrection.
Que les morts ressuscitent, Moïse lui-même le fait comprendre dans le récit du buisson ardent, quand il appelle le Seigneur le Dieu d’Abraham, Dieu d’Isaac, Dieu de Jacob. Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants. Tous, en effet, vivent pour lui. » Alors certains scribes prirent la parole pour dire : « Maître, tu as bien parlé. » Et ils n’osaient plus l’interroger sur quoi que ce soit.  (Lc 20, 27-40)

Preuve de la résurrection des morts

 Les fils de ce siècle, c’est-à-dire les hommes mortels qui ne vivent que pour un temps, se marient et donnent leurs filles en mariage, parce qu’il le faut pour perpétuer leur race. L’expression ce siècle est opposée au siècle à venir. Logiquement, la résurrection devrait être nommée avant le siècle à venir, dans lequel elle introduit l’homme ; mais pour Dieu, les deux ne sont qu’un même acte de sa grâce et de sa toute-puissance. En parlant de ceux qui auront part à la résurrection et au siècle à venir, Jésus n’eut en vue que les enfants de Dieu, ceux qui en auront été jugés dignes ou rendus dignes.

 Dans l’autre monde, le mariage n’existera plus : c’est qu’étant immortels, les rachetés n’auront plus à perpétuer leur espèce, c’est, ensuite, qu’ils seront transformés en des êtres spirituels et célestes, semblables aux anges. La cause efficiente de cette transformation, c’est la résurrection elle-même, par laquelle Dieu crée de nouveau ses enfants à son image, en sorte que la régénération intérieure qui a lieu en eux sur terre comprendra alors tout leur être, l’esprit, l’âme et le corps  : « Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l’esprit, l’âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l’avènement de notre Seigneur Jésus-Christ ! » (1 Th 5, 23)

Moïse même, et non seulement les prophètes, Moïse, la seule autorité reconnue par les sadducéens, a signifié que les morts ressuscitent ; c’est ce qui eut lieu par le nom que Dieu se donna dans son apparition à Moise près du buisson ardent : « Et il ajouta: Je suis le Dieu de ton père, le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob. Moïse se cacha le visage, car il craignait de regarder Dieu. » (Ex 3, 6) Matthieu rapporta que la foule fut frappée de cette profonde interprétation de l’Écriture ; et Luc  affirma que même quelques-uns des scribes, plus éclairés ou plus sincères que les autres, se sentirent pressés de l’approuver ; car, vaincus par lui, ils n’osèrent plus lui adresser de question insidieuse.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites chrétiens sur Internet

◊ Croire et lire : cliquez ici pour lire l »article  → Où sont les preuves de la résurrection ?

◊ Culture et foi   : cliquez ici pour lire l »article  → Une preuve de la Résurrection : le linceul de Turin

◊  KT 42  : cliquez ici pour lire l »article  → BD et méditation sur la résurrection : la femme aux sept maris

KTOTV : « La résurrection des morts »

 Image de prévisualisation YouTube

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS