• Accueil
  • > Archives pour novembre 2020

Thirty-second Sunday in Ordinary Time in year A

Posté par diaconos le 4 novembre 2020

# Jesus Christ, the Christ is the name given by all Christians to Jesus of Nazareth, whom they consider to be the Messiah announced by the Old Testament of Judaism, who died and rose again for the salvation of mankind. Most Christians recognise Jesus Christ as the only Son of God and as one of the three persons of the Triune God. His mother is Mary of Nazareth. It was only on the basis of critical research in the 19th century that historians gradually dissociated Jesus Christ, the religious figure, and Jesus of Nazareth, the historical figure. Muslims recognise Jesus of Nazareth as an eminent prophet of God under the name ʿĪsā. The oldest Christian texts are the letters of Paul of Tarsus, of which seven of the fourteen contained in the New Testament are today considered authentic and written between 50 and 55. The essence of Paul’s profession of faith (also known as the kerygma) is expressed in the First Epistle to the Corinthians.

Aucun texte alternatif pour cette image

# The Parable of the Ten Virgins, also known as the Parable of the Wise and Foolish Virgins or the Parable of the ten bridesmaids,[Matthew 25:1-13] is one of the parables of Jesus. According to Matthew 25:1-13, ten virgins await a bridegroom; five have brought enough oil for their lamps for the wait, while another five need to purchase more oil after the arrival is delayed. The five virgins who are prepared for the bridegroom’s arrival are rewarded, while the five who are not prepared are disowned. The parable has a clear eschatological theme: be prepared for the Day of Judgement.[1] It was one of the most popular parables in the Middle Ages and had influence on Gothic art, sculpture and the architecture of German and French cathedrals.

Here is the bridegroom, go out to meet him.

From the Gospel of Jesus Christ according to Saint Matthew

At that time, Jesus told his disciples this parable : « The kingdom of heaven will be like ten young girls invited to a wedding, who took their lamps to go out to meet the bridegroom. Five of them were carefree and five were farsighted : the carefree ones took their lamps without taking any oil with them, while the farsighted ones took bottles of oil with their lamps.
As the bridegroom was late, they all dozed off and fell asleep. In the middle of the night there was a cry : ‘Behold the bridegroom ! Come out to meet him. Then all the girls woke up and began to prepare their lamps.
The carefree ones asked the farsighted ones, ‘Give us some of your oil, for our lamps are going out. The farsighted answered them : ‘It will never be enough for us and for you, so go to the market and buy some for yourself.
While they were going to buy some, the bridegroom arrived. Those who were ready went with him into the wedding hall, and the door was shut. Later, the other girls came in their turn and said, ‘Lord, Lord, open up for us’. And he said to them, ‘Amen, I say to you, I do not know you’. Watch therefore, for you know neither the day nor the hour. «  (Mt 25, 1-13)

You must !

In his encyclical Populorum Progressio (from the Vatican, on the feast of Easter, 26 March 1967), Pope Paul VI stated : « Every life is a vocation » because it is a call to holiness, a call to live the very life of God by being totally transfigured by his love.

As a call, vocation invites a response. The one that the Lord expects from us is a response of faith. Peter, too, was called by the Lord and his response was expressed in this admirable profession of faith: « You are the Messiah, the Son of the living God.  You are the Messiah, the Son of the living God » (Mt 16:16).

But Peter probably did not perceive the significance of his words. This Sunday’s Gospel page shows us : at the moment when he has just obtained the first profession of faith from his disciples, and from Peter in particular, Jesus makes the first announcement of his Passion : « From that day on, Jesus began to show his disciples that he had to go to Jerusalem, suffer much suffering at the hands of the elders, chief priests and scribes, be killed and rise again on the third day » (Mt 16, 21).

In our lives, certain events mark a rupture that is a call to something else. Jesus himself experienced such situations: Jesus began to tell his disciples that he had to leave for Jerusalem. Jesus had to mature this decision: he had to !

This expression, in the biblical sense, always means a reference to the will of the Father. When we say we must, in turn, we adhere to the will of the Father in faith.  Jesus was barely thirty years old, in the prime of life, and his ministry was about to come to an abrupt end. From the human point of view, it was failure. The hatred of the religious and civil authorities and the abandonment of the crowds: elders, chief priests, scribes, all the notables and rulers of Jerusalem were against him !

From that moment on (Mt 16, 21a), Jesus announced his Passion three times (Mt 16:21; Mt 17:22-23 and Mt 20:18-19). Taking him aside, Peter began to rebuke him sharply : « God forbid, Lord, Lord! This will not happen to you. It will not happen to you » (Mt 16, 22).

Peter refused to see Jesus as the suffering servant. It takes a strong faith to accept the mystery of Jesus, the saviour of the world through the cross. It is at this moment that Jesus addresses his call to all : « If anyone wants to follow me, he must renounce himself, take up his cross and follow me.  « (Mt 16:24).

To follow Christ is also to purify our prayer. Too often we turn to him when everything goes wrong. And we want him to do something to make everything better. We don’t have to tell God what to do. God is not committed to our service. He is not our boy. Some people no longer pray or go to Mass because, they say, it is useless. And that’s where we are wrong. We don’t pray, we don’t go to Mass for ourselves but for God. When we love, we don’t think first of ourselves but of the other. He who truly loves is ready to sacrifice himself for the other.

Today’s Gospel gives us a very strong commandment : « Get behind me !  «  It is a call to change the way we look at God and the meaning we give to our lives. The most important thing is not material success, the promotion, the enhancement of the self. Jesus would like to direct us towards another logic, that of true love, of self-giving, of gratuity. It is on this path that we are called to follow him. By choosing Christ, we choose Life.

God is love, and his love is the secret of our happiness. To enter into this mystery of love, there is no other way than to lose oneself, to give oneself, one must renounce oneself, there is no true love without this renunciation. To really love is expensive, very expensive sometimes : to forgive someone, to have the courage to show yourself as a believer in a hostile environment, to love your spouse faithfully, to continue to look after children who seem to make fun of you, to keep a sense of sharing, to remain honest in business. To truly love, you have to put a price tag on it !

According to Jesus, you have to lose in order to win : « Whoever wants to save his life will lose it, but whoever loses his life for my sake will keep it.  « (Mt 16:25) In short : Jesus suggests that we love to the end, live fully and win what is essential.

Deacon Michel Houyoux

Links to other Christian websites

◊ Father Robert P. Hagan : click here to read the paper →   Thirty-second Sunday in Ordinary Time Year A

◊  Father Hanly   : click here to read the paper →   32nd Sunday in Ordinary Time, Year A

Homily by Archbishop José H. Gomez

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans La messe du dimanche, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Va sur les routes et dans les sentiers, et fais entrer les gens de force, afin que ma maison soit remplie

Posté par diaconos le 3 novembre 2020

Méditation du jour : mardi 3 novembre - Diocèse de Metz

# Le Grand souper est une parabole de l’Évangile selon Luc. Jésus veut à travers ses propos inciter à croire et à se réjouir de l’existence de Dieu. Cette parabole est proche dans la forme et le fond de celle des Noces. Le souverain pontife Grégoire le Grand nomma son homélie 36 : « les invités qui se dérobent ». Ce fut ce passage renommé de l’Évangile selon Luc qui fut commenté. Le Pape expliqua que ce repas sera celui de la fin des temps. Peu y viendront car malheureusement ils préfèrent les nourritures terrestres aux célestes. Saint-Grégoire exhorta à ne pas dédaigner les appels de Dieu, et à mettre au premier plan les volontés divines plutôt que les désirs matériels. Il faut croire en Dieu et ne pas refuser ses préceptes.

Tout fut prêt pour un grand dîner. Un homme  y invita beaucoup de monde

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, au cours du repas chez un chef des pharisiens,   en entendant parler Jésus, un des convives lui dit : « Heureux celui qui participera au repas dans le royaume de Dieu ! »
Jésus lui dit : « Un homme donnait un grand dîner, et il avait invité beaucoup de monde. À l’heure du dîner, il envoya son serviteur dire aux invités : “Venez, tout est prêt.”
Mais ils se mirent tous, unanimement, à s’excuser. Le premier lui dit : “J’ai acheté un champ, et je suis obligé d’aller le voir ; je t’en prie, excuse-moi.”
Un autre dit : “J’ai acheté cinq paires de bœufs, et je pars les essayer ; je t’en prie, excuse-moi.” Un troisième dit : “Je viens de me marier, et c’est pourquoi je ne peux pas venir.”
De retour, le serviteur rapporta ces paroles à son maître. Alors, pris de colère, le maître de maison dit à son serviteur : “Dépêche-toi  ’aller sur les places et dans les rues de la ville ; les pauvres, les estropiés, les aveugles et les boiteux, amène-les ici.”
Le serviteur revint lui dire : “Maître, ce que tu as ordonné est exécuté, et il reste encore de la place.” Le maître dit alors au serviteur : “Va sur les routes et dans les sentiers, et fais entrer les gens de force, afin que ma maison soit remplie.  Car, je vous le dis, aucun de ces hommes qui avaient été invités ne goûtera de mon dîner.”  (Lc 14, 15-24)

L’invitation à un grand souper

La ré­sur­rec­tion des justes, dont Jé­sus parla, éveilla chez l’un des convives l’es­pé­rance du bon­heur cé­leste, de ce banquet dans le royaume de Dieu qui en fut le sym­bole : « Il en viendra de l’orient et de l’occident, du nord et du midi; et ils se mettront à table dans le

Jé­sus ré­pondit à cette ex­cla­ma­tion, ins­pi­rée par une as­su­rance pré­somp­tueuse, en don­nant à ses au­di­teurs un sé­rieux aver­tis­se­ment. La parabole qu’il pro­nonça leur dé­peignit com­ment plu­sieurs des in­vi­tés au ban­quet cé­leste n’y eurent au­cune part, et cela par leur faute.

Il est pro­bable que Jé­sus dé­cri­vit plus d’une fois l’in­gra­ti­tude et la ré­volte de son peuple par cette si­mi­li­tude, en en mo­di­fiant cer­tains traits. L’homme qui fit un grand souper, c’est Dieu, dont la mi­sé­ri­corde in­fi­nie offre à l’­homme, perdu dans sa mi­sère, le  pri­vi­lège de ren­trer en com­mu­nion avec lui, et de trou­ver au­près de lui tous les biens qui peuvent ras­sa­sier sa faim et rem­plir son cœur de la joie d’un ban­quet céleste.

L’invitation à ce grand sou­per re­tentit fré­quem­ment et long­temps en Israël par le mi­nis­tère des pro­phètes.  Son serviteur, c’est Jésus lui-même, en­voyé dans l’ac­com­plis­se­ment des temps pour ré­ité­rer d’une ma­nière plus pres­sante et plus so­len­nelle l’in­vi­ta­tion. Seul il put dire : « C’est déjà prêté, car lui-même avait tout pré­paré, tout ac­com­pli pour le sa­lut de l’­hu­ma­nité per­due.

Les termes dont il se servit ex­priment la par­faite gra­tuité de ce sa­lut. Mais ils se mirent tous unanimement à s’excuser. Le premier lui dit :  » J’ai acheté un champ, et il me faut nécessairement sortir pour le voir ; je te prie, tiens-moi pour excusé. » Ces termes firent ressortir ce qu’il y eut dans une telle conduite de sur­pre­nant, d’in­grat, d’in­ju­rieux pour ce­lui qui in­vi­ta.  Ce fut l’i­ni­mi­tié du cœur de l’­homme contre Dieu prise sur le fait.

Les ex­cuses dif­férèrent, mais l’es­prit fut le même. Il y eut une gra­da­tion : le pre­mier se crut sous la nécessité de re­fu­ser ; le se­cond eut dit qu’il partit pour éprou­ver ses bœufs ; le troi­sième ne chercha aucune ex­cuse, il se sentit dis­pensé par l’im­por­tance de ce que son mariage le retint, et il se contenta de ré­pondre :  « Je ne puis. »

Tous les mo­tifs al­lé­gués furent hon­nêtes, lé­gi­times, plau­sibles pour ces gens : ce furent les pos­ses­sions, les af­faires, les af­fec­tions de famille. Mais comme il n’y eut au­cune in­com­pa­ti­bi­lité entre ces choses-là et la com­mu­nion avec Dieu, elles ne furent que de vains prétextes. Le vrai obs­tacle fut dans le cœur de l’­homme.

Le ser­vi­teur, de retour de sa mis­sion, rendit compte au maître des re­fus qu’il  es­suya. La colère du maître de la mai­son ne fut que trop jus­ti­fiée par la se­crète ini­mi­tié des gens qui mé­prisèrent son in­vi­ta­tion. Plus l’a­mour de Dieu est grand, plus sa co­lère sera ter­rible. La se­conde in­vi­ta­tion s’a­dressa à tous les mal­heu­reux ici dé­si­gnés, qui n’eurent d’autre re­traite que les places et les rues de la ville.

Le ser­vi­teur, ayant reçu l’ordre de son maître, re­partit pour faire la se­conde in­vi­ta­tion, et que ce  fut après son re­tour qu’il pro­nonça ces paroles. Mais de quel droit sup­pose-t-on ce fait non ex­primé dans un ré­cit aussi cir­cons­tan­cié ?

Non, le ser­vi­teur, re­poussé par les pre­miers in­vi­tés, a fait de lui-même ce que le maître lui com­mande ici, en sorte qu’il peut ré­pondre aus­si­tôt : c’est fait, ce que tu as ordonné. Ce sens s’ap­plique ad­mi­ra­ble­ment à Jé­sus ; il a plei­ne­ment ac­com­pli ce conseil de Dieu qui lui était connu, d’an­non­cer l’Évan­gile aux pauvres. (Meyer)

 Mais quelle ré­vé­la­tion de la mi­sé­ri­corde in­fi­nie de Dieu, dans ces der­nières pa­roles ajou­tées par le ser­vi­teur : et il y eut encore de la place ! S’il en fut un plus pauvre, plus mi­sé­rable en­core que ces der­niers in­vi­tés, il put re­prendre cou­rage et se dire :  » Il y a aussi de la place pour moi. »

« Dieu ne force per­sonne, mais il fait qu’on veut « Gaussen) » Qui au­rait pu croire que ja­mais on cher­che­rait dans ces pa­roles une lé­gi­ti­ma­tion de l’­hor­rible contrainte par le fer et le feu ! Ces der­nières pa­roles, conclu­sion de la pa­ra­bole (car), font en­core par­tie de celle-ci, et sont mises dans la bouche du maître de la mai­son ; elles ne sont pas une dé­cla­ra­tion de Jé­sus aux convives, comme on l’a pré­tendu, puisque lui-même ap­pa­raît dans cette his­toire comme ser­vi­teur.

Elles ex­priment toute la sé­vé­rité de Dieu, à la fin de cette pa­ra­bole des­ti­née à ré­vé­ler tout son amour. « Car je vous dis qu’aucun de ces hommes qui ont été invités ne goûtera de mon souper. »  Ces der­nières pa­roles, conclu­sion de la pa­ra­bole, firent en­core par­tie de celle-ci, et furent mises dans la bouche du maître de la mai­son ; elles ne furent pas une dé­cla­ra­tion de Jé­sus aux convives, puisque lui-même ap­pa­rut dans cette his­toire comme ser­vi­teur. Elles ex­priment toute la sé­vé­rité de Dieu, à la fin de cette pa­ra­bole des­ti­née à ré­vé­ler tout son amour.

Diacre Michel Houyoux

Liens avec d’autres sites chrétiens sur Internet

◊ Jardinier de Dieu : cliquez ici pour lire l’article → Va sur les routes et dans les sentiers, et et fais entrer les gens de force, afin que ma maison soit remplie

◊ Regnum Christi : cliquez ici pour lire l’article →  Fais entrer les gens de force, afin que ma maison soit remplie

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, Foi, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Trente-deuxième dimanche du temps ordinaire dans l’année A

Posté par diaconos le 3 novembre 2020

# Jésus-Christ, le Christ est le nom donné par l’ensemble des chrétiens à Jésus de Nazareth, qu’ils considèrent comme le Messie annoncé par l’Ancien Testament du judaïsme, mort et ressuscité pour le salut des hommes. La plupart des chrétiens reconnaissent Jésus-Christ comme le Fils unique de Dieu et comme l’une des trois personnes du Dieu trinitaire. Sa mère est Marie de Nazareth. Ce n’est qu’à partir des recherches critiques du XIXe siècle que les historiens ont peu à peu dissocié Jésus-Christ, la figure religieuse, et Jésus de Nazareth, le personnage historique. Les musulmans reconnaissent Jésus de Nazareth en tant qu’un éminent prophète de Dieu sous le nom ʿĪsā. Les plus anciens textes chrétiens sont les lettres de Paul de Tarse, dont sept sur les quatorze que contient le Nouveau Testament sont considérées aujourd’hui comme authentiques et écrites entre 50 et 55. L’essentiel de la profession de foi de Paul (on parle aussi de kérygme) est exprimée dans la Première épître aux Corinthiens.

Aucun texte alternatif pour cette image

Voici l’époux, sortez à sa rencontre

De l’Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples cette parabole : « Le royaume des Cieux sera comparable à dix jeunes filles invitées à des noces, qui prirent leur lampe pour sortir à la rencontre de l’époux. Cinq d’entre elles étaient insouciantes, et cinq étaient prévoyantes : les insouciantes avaient pris leur lampe sans emporter d’huile, tandis que les prévoyantes avaient pris, avec leurs lampes, des flacons d’huile.
Comme l’époux tardait, elles s’assoupirent toutes et s’endormirent. Au milieu de la nuit, il y eut un cri : ‘Voici l’époux ! Sortez à sa rencontre.’ Alors toutes ces jeunes filles se réveillèrent et se mirent à préparer leur lampe.
Les insouciantes demandèrent aux prévoyantes : ‘Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s’éteignent.’ Les prévoyantes leur répondirent : ‘Jamais cela ne suffira pour nous et pour vous, allez plutôt chez les marchands vous en acheter.’
Pendant qu’elles allaient en acheter, l’époux arriva. Celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces, et la porte fut fermée. Plus tard, les autres jeunes filles arrivèrent à leur tour et dirent : ‘Seigneur, Seigneur, ouvre-nous !’
Il leur répondit : ‘Amen, je vous le dis : je ne vous connais pas.’ Veillez donc, car vous ne savez ni le jour ni l’heure. » (Mt 25, 1-13)

Il faut !

 Dans son encyclique Populorum progressio (du Vatican, en la fête de Pâques 26 mars 1967) , le pape Paul VI affirmait : « Toute vie est une vocation » parce qu’elle est un appel à la sainteté, un appel à vivre de la vie même de Dieu en étant totalement transfiguré par son amour.

En tant qu’appel, la vocation invite à une réponse. Celle que le Seigneur attend de nous est une réponse de foi. Pierre, lui aussi, fut appelé par le Seigneur et sa réponse s’exprima dans cette profession de foi admirable :  » Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant.  » (Mt 16, 16)

Mais Pierre ne perçut sans doute pas la portée de ses paroles. La page d’évangile de ce dimanche nous le montre : en ce moment où il vient d’obtenir de ses disciples et de Pierre en particulier la première profession de foi, Jésus fait la première annonce de sa Passion :   «  À partir de ce jour, Jésus commença de montrer à ses disciples qu’il lui fallait s’en aller à Jérusalem, y souffrir beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des scribes, être tué et ressusciter le troisième jour «  (Mt 16, 21)

Dans notre vie, certains évènements marquent une rupture qui est un appel à autre chose. Jésus, lui-même a connu de telles situations : Jésus commença à monter à ses disciples qu’il lui fallait partir pour Jérusalem. Cette décision, Jésus a dû la mûrir : il faut !

Cette expression, au sens biblique, signifie toujours une référence à la volonté du Père. En disant il faut , à notre tour, nous adhérons, dans la foi, à la volonté du Père.  Jésus avait à peine trente ans, la fleur de l’âge et son ministère allait se terminer brutalement. Du point de vue humain, c’était l’échec. La haine des autorités religieuses et civiles et l’abandon des foules : anciens, chefs des prêtres, scribes, tous les notables et les dirigeants de Jérusalem étaient contre lui !

À partir de ce moment là (Mt 16, 21a), Jésus annoncça par trois fois sa Passion (Mt 16, 21 ; Mt 17, 22-23 et Mt 20, 18-19). Le prenant à part, Pierre se mit à lui faire de vifs reproches : « Dieu t’en garde seigneur ! Cela ne t’arrivera pas. » (Mt 16, 22 )

Pierre refusa de voir en Jésus le serviteur souffrant. Il faut une foi solide pour accepter le mystère de Jésus, sauveur du monde par la croix. C’est à ce moment que Jésus adresse son appel à tous et à toutes : « Si quelqu’un veut marcher à ma suite, il faut qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive.  » (Mt 16, 24)

 Suivre le Christ c’est aussi purifier notre prière. Trop souvent, nous nous tournons vers lui quand tout va mal. Et nous voulons qu’il fasse quelque chose pour que tout aille mieux. Nous n’avons pas à dicter à Dieu ce qu’il doit faire. Dieu n’est pas attaché à notre service. Il n’est pas notre boy. Certains ne prient plus ou ne vont plus à la messe parce que, disent-ils, cela ne sert à rien. Et c’est là qu’on se trompe. On ne prie pas, on ne va pas à la messe pour soi mais pour Dieu. Quand on aime, on ne pense pas d’abord à soi mais à l’autre. Celui qui aime vraiment est prêt à se sacrifier pour l’autre.

L’évangile de ce jour nous adresse un commandement très fort : « Passe derrière moi !  » C’est un appel à changer notre regard sur Dieu et sur le sens que nous donnons à notre vie. Le plus important ce n’est pas la réussite matérielle, la promotion, la mise en valeur du moi. Jésus voudrait nous orienter vers une autre logique, celle de l’amour vrai, du don de soi, de la gratuité. C’est sur ce chemin que nous sommes appelés à le suivre. En choisissant le Christ, nous choisissons la Vie.

Dieu est amour, et son amour est le secret de notre bonheur. Pour entrer dans ce mystère d’amour, il n’y a pas d’autre chemin que celui de se perdre, de se donner, il faut renoncer à soi-même, il n’y a pas d’amour vrai sans ce renoncement. Aimer vraiment, coûte cher, très cher parfois : pardonner à un quelqu’un, avoir le courage de s’afficher « croyant » dans un milieu hostile, aimer fidèlement son conjoint, continuer à s’occuper d’enfants qui semblent se moquer de vous, garder le sens du partage, rester honnête dans les affaires. Pour aimer en vérité, il faut y mettre le prix !

Selon Jésus, il faut perdre pour gagner : « « Celui qui veut sauver sa vie, la perdra, mais qui perds sa vie à cause de moi, la gardera.  » (Mt 16, 25) En résumé : Jésus nous suggère d’aimer jusqu’au bout, de vivre pleinement et de gagner l’essentiel.

Diacre Michel Houyoux

Liens vers d’autres sites web chrétiens

◊ Père Gilbert Adam : cliquez ici pour lire l’article → 32e dimanche du temps ordinaire, année A

◊ Abbaye de Wavremont (Belgique)  : cliquez ici pour lire l’article → Trente-deuxième dimanche du temps ordinaire A

« Voici l’époux ! Sortez à sa rencontre « 

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans La messe du dimanche, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

Comme une offrande parfaite, il les accueille

Posté par diaconos le 2 novembre 2020

" Les âmes des justes sont dans la main de Dieu ! "

# La rétribution des âmes, la rétribution après la mort, est, en religion, la récompense ou la punition qu’il advient au défunt, après sa vie, dans l’Au-delà. Platon, le premier sans doute en Occident, lie la notion de rétribution des âmes à celle de transmigration des âmes. Il existe plusieurs formes : le Jugement dernier, la loi du karma…, peut-être la justice immanente. Platon avance, le premier en Occident, la théorie de la rétribution des âmes, dans le cadre de la métempsycose. Il dit ceci dans le Phédon (63c) : « J’ai bon espoir que, pour les morts, quelque chose existe, et, comme cela se dit du reste depuis longtemps, quelque chose qui est bien meilleur pour les bons que pour les mauvais ». Platon avanèa que « cela se dit depuis longtemps », mais pas vraiment : Homère ne crut pas à des sanctions post mortem, les Mystères d’Éleusis admirent que les profanes allèrent dans un Bourbier et que les initiés entreront dans la félicité des Îles des Bienheureux sans idée de sanction, l’orphisme supposa une réincarnation ou une palingénésie qui tint plus d’un accord que d’une règle, Pythagore affirma la métempsycose sans pour autant affirmer qu’il y eut récompense ou châtiment.

Du livre de la Sagesse

Les âmes des justes sont dans la main de Dieu ; aucun tourment n’a de prise sur eux. Aux yeux de l’insensé, ils ont paru mourir ; leur départ est compris comme un malheur, et leur éloignement, comme une fin : mais ils sont dans la paix.  Au regard des hommes, ils ont subi un châtiment, mais l’espérance de l’immortalité les comblait.
Après de faibles peines, de grands bienfaits les attendent, car Dieu les a mis à l’épreuve et trouvés dignes de lui. Comme l’or au creuset, il les a éprouvés ; comme une offrande parfaite, il les accueille.
Au temps de sa visite, ils resplendiront : comme l’étincelle qui court sur la paille, ils avancent.   Ils jugeront les nations, ils auront pouvoir sur les peuples, et le Seigneur régnera sur eux pour les siècles.
Qui met en lui sa foi comprendra la vérité ; ceux qui sont fidèles resteront, dans l’amour, près de lui. il visitera ses élus. »  (Sg 3, 1-6.9)

Le livre de la Sagesse

Au cours des derniers siècles avant Jésus-Christ, la culture grecque introduite par Alexandre, pénétra dans tous les pays du Moyen-Orient. Les grecs eurent une nouvelle façon de concevoir la liberté individuelle, la noblesse d’esprit, l’intérêt pour la recherche scientifique, le sens de la beauté physique.

Les juifs durent s’ouvrir à cette nouvelle façon de,penser : leur culture furent intimement liée aux paroles de Dieu reçues durant des siècles. Le livre de la Sagesse fut le premier grand effort fit par un juif vivant dans le monde grec, pour exprimer la foi et la sagesse d’Israël, en grec, ais aussi sous une forme plus adaptée à, la culture grecque.

Ce livre chercha à répondre aux questions angoissantes posées par le mal, la souffrance et la mort ; il esquissa une preuve de l’existence de Dieu dont l’apôtre Paul s’inspira. Il montra que la miséricorde de Dieu s’appliquerait à, tous sans exceptions. Le livre de la Sagesse fut écrit en Égypte entre 80 et 50 avant le Christ.

  »Les âmes des justes sont dans la main de Dieu »  : c’est la grande affirmation de ce livre. Dans les livres antérieurs de la Bible, l »âme signifia seulement le souffle de la vie, qui disparaît à la mort de chaque personne. Cette mort contredit la bonté de Dieu : « Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants. Tous, en effet, vivent pour lui. » (Lc 20, 38)

Cet extrait de la Sagesse donna d’abord la parole aux incroyants, qui ne trouvèrent pas de sens à la vie. Le message proclamé ensuite répondit aux graves questions existentielles que  l’humanité se pose à chaque époque, celles que provoque la mort, surtout lorsqu’elle est ressentie comme une injustice. Que dire devant la victime de la maladie ou, plus absurde encore, devant l’innocent anéanti par la méchanceté humaine ? C’était le cas des martyrs.

Mais prophètes et sages éclairèrent le peuple de Dieu par cette comparaison si éloquente : « La vie des justes est dans la main de Dieu. » Or Jésus affirma que la tendresse de Dieu entoure ses enfants. Ils entrèrent dans la paix. ils jouiront de ce qu’ils espérèrent de leur vivant. La mort des amis de dieu, amène souvent la paix aux personnes qui vécurent à leurs côtés. Ce fut souvent par leur mort que les martyrs firent triompher la cause par laquelle ils vécurent.

La vie immortelle fut là pour soutenir leur espérance. Les martyrs s’appuyèrent sur cette espérance. Le livre de la Sagesse adopta l’idée grecque d’une âme immortelle par nature, pour qui la résurrection n’eut pas de sens.

Ils gouverneront les nations. La Bible développa cette promesse à partir du temps des Macchabées, avec le livre de Daniel. En Daniel 7, 14 et 27 il s’agissait bien d’une domination du monde par le peuple juif. Pourtant Jésus  dévoila le sens vrai et profond de cette promesse lorsqu’il se l’appliqua à lui-même, affirmant qu’il  eut désormais tout pouvoir pour mener à bien l’histoire de la planète :

(Matthieu 27 64 et 28 18). C’est dans cette nouvelle perspective que le Nouveau Testament comprend le règne sur les nations promis aux apôtres (Luc 22 30) et aux témoins de la foi (Apocalypse 2 26). Celui qui sert l’Évangile dans les combats de la foi verra un jour comment ses efforts jamais célébrés ni peut-être connus ont pesé sur la marche des événements.

Semblables à la flamme légère… (7) comme en Abdias 1 18, pour réduire en cendres les peuples inutiles : « Ordonne donc que le sépulcre soit gardé jusqu’au troisième jour, afin que ses disciples ne viennent pas dérober le corps, et dire au peuple : Il est ressuscité des morts. Cette dernière imposture serait pire que la première. » (Mt 7, 64)

Diacre Michel Houyoux

Complément

.◊ Diaconos : cliquez ici pour lire l’article → Venez, les bénis de mon Père

Liens avec d’autre sites internet chrétiens

◊ Histoire d’une foi : cliquez ici pour lire l’article → Les âmes des justes sont dans la main de Dieu

◊ Allez vers Jésus   : cliquez ici pour lire l’article → Offrande, Oblation, Libation :: ALLEZ VERS JÉSUS-CHRIST

Abbé Pierre Desroches : « La mort n’est pas une coupure »

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans Catéchèse, comportements, Page jeunesse, Religion, Temps ordinaire | Pas de Commentaire »

1...1011121314
 

Salem alikoum |
Eazy Islam |
Josue |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | AEP Gresivaudan 4ieme 2007-08
| Une Paroisse virtuelle en F...
| VIENS ECOUTE ET VOIS